Navigation – Plan du site

Frantz Grenet, Recentrer l’Asie centrale

Anatole Danto
Recentrer l'Asie centrale
Frantz Grenet, Recentrer l'Asie centrale, Paris, Fayard, Collège de France, coll. « Leçons inaugurales », 2014, 68 p., ISBN : 978-2-213-68143-6.
Haut de page

Texte intégral

1Frantz Grenet est le nouveau titulaire de la chaire Histoire et cultures de l’Asie centrale préislamique au sein du Collège de France. Archéologue français de renom, normalien et agrégé d’histoire, ancien membre de la Délégation archéologique française en Afghanistan (DAFA), il est l’auteur d’une thèse sur les pratiques funéraires en Asie centrale, soutenue en 1981. Également directeur de la mission archéologique franco-ouzbèke de Sogdiane1 (MAFOUZ), il introduit dans cette leçon inaugurale de novembre 2013, visible sur le site de l’établissement public parisien2, son cours sur l’Asie centrale.

2Légitimement érudit sur cette région du globe, le chercheur nous propose dans son cours introductif une intéressante mise au point sur l’objet scientifique « Asie centrale », qui a beaucoup évolué depuis son apparition (le terme Asie centrale est un toponyme récent, qui a supplanté celui de « Tartarie » dans le premier quart du XIXe siècle).

  • 3 Union des républiques socialistes soviétiques.

3Globalement cantonnées à une vision sino-centrée (bouddhiste), et au départ ignorantes des recherches menées par les soviétiques, les études françaises sur l’Asie centrale sont longtemps restées l’apanage des sinologues, avant que les sources ne se diversifient petit à petit, avec un intérêt croissant pour les écrits russophones, ou encore avec des découvertes de manuscrits locaux, notamment sogdiens. Pour Frantz Grenet, cette région ayant longtemps souffert d’une « approche par l’extérieur », cela est facilement compréhensible. Elle a revêtu, et revêt encore souvent, des acceptions géographiques différentes, voire opposées, ou du moins contradictoires sur certains aspects. Pour les Européens, l’Asie centrale est essentiellement définie à partir des régions qui l’entourent, occupant le territoire restant au centre de ces dernières. À l’inverse, pour les Russes, l’Asie centrale à une zone légitime d’expansion de leur peuple slave. De même, suivant les sciences (histoire, géographie, géopolitique, archéologie…), ou suivant les époques, la notion d’Asie centrale est accompagnée de points de vus divergents. Frantz Grenet propose de ne s’intéresser qu’à l’Asie centrale archéologique si l’on peut dire, qui correspond, outre les ex-Républiques soviétiques du Tadjikistan, du Kazakhstan, du Turkménistan, de l’Ouzbékistan et l’ex-République kirghize, à l’Afghanistan et à la province du Xinjiang (Chine occidentale). L’auteur retrace l’évolution des recherches sur cette région, avec de minutieux détails, tout en citant les plus éminents spécialistes, aussi bien russes que français (notamment à travers la DAFA). Ces chercheurs ont malheureusement travaillé longtemps sans contact, refroidissement des relations diplomatiques oblige, mais grâce à l’intermédiaire de l’Afghanistan, une collaboration s’est engagée sur un premier chantier de fouilles. Bien évidemment, cette collaboration s’est rapidement étendue à toute la zone, ce qui a permis l’échange de nombreuses informations favorables à l’avancée des recherches. La perestroïka, puis la chute de l’URSS3 ont accéléré ce processus, aidé également par des initiatives des administrations scientifique et diplomatique françaises (appui à la création de mission bi- ou inter- nationales, etc.).

  • 4 Voir par exemple le texte de Boris Marsak, les fouilles de Pendjikent, in Comptes rendus des séance (...)

4Grâce à ces échanges bénéfiques et à l’ouverture de la région, les recherches archéologiques ont pris un nouveau départ, représenté notamment par les fouilles de Samarkand ou Pendjikent4. De grandes découvertes sur la région ont été faites, permettant une compréhension accrue de son peuplement et de l’évolution de ses sociétés (grecques, romaines, zoroastriennes, bactriennes, sogdiennes, hepthalites…), et ce sous différents angles : géographique, historique, religieux, démographique, archéologique, politique ou encore urbanistique, pour ne citer que ceux-là.

5L’archéologue français expose également l’intérêt de l’apport de sources découvertes depuis une trentaine d’années, essentiellement artistiques ou textuelles : peintures murales ou nombreuses traductions de textes de cette région centrasiatique, sans grand attrait si ce n’est linguistique, mais également textes à la valeur historique indéniable, comme certaines archives sur parchemin découvertes fortuitement, lors de la transformation d’une grotte en cache d’armes. La connaissance des instruments musicaux de certaines populations d’Asie centrale commence elle aussi à devenir fine et conséquente. Le chercheur déplore toutefois certains freins à la recherche, comme les difficultés de circulation entre les ex-républiques socialistes, ou encore la fermeture de certains musées pour raisons diverses (en Asie centrale, comme en France). Toutefois, pour lui, plusieurs perspectives viennent balayer ces aspects négatifs, comme l’aide d’outils scientifiques récents : la modélisation climatique, les analyses ADN (utilisées avec discernement5), le programme international d’analyses numismatiques Sylloge Nummorum Sasanidarum6, ou encore l’ouverture de la République populaire de Chine à la recherche étrangère sur son sol.

6Au travers de cette leçon inaugurale, Frantz Grenet décrit la manière dont il va traiter l’avancée des recherches archéologiques en Asie centrale pendant ses cours. Entre veille documentaire, exposition des travaux récents d’autres chercheurs et utilisation de sources variées, il s’efforce de présenter de façon exhaustive cette région singulière, interface entre nomades et sédentaires, entre Orient et Occident, tout en prenant garde à l’utilisation de certains concepts galvaudés, comme celui de « Route de la soie ».

Haut de page

Notes

1 Région au cœur de l’Asie centrale, englobant notamment les villes de Samarkand et Boukhara, et occupant essentiellement le sud de la Transoxiane.

2 La vidéo du cours : http://www.college-de-france.fr/site/frantz-grenet/inaugural-lecture-2013-11-07-18h00.htm. Signalons que le texte de la conférence prononcée le 7 novembre 2013 est également disponible en version numérique : http://books.openedition.org/cdf/3590.

3 Union des républiques socialistes soviétiques.

4 Voir par exemple le texte de Boris Marsak, les fouilles de Pendjikent, in Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 134e année, n °1, 1990, p. 286-313, accessible en ligne : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/crai_0065-0536_1990_num_134_1_14842.

5 Certains chercheurs ont en effet abusé des analyses ADN, notamment en Chine occidentale, ne se souciant que du résultat des tests sans se préoccuper des époques dont dataient les échantillons.

6 http://www.iran-inde.cnrs.fr/spip.php?article383.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anatole Danto, « Frantz Grenet, Recentrer l’Asie centrale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 17 juillet 2014, consulté le 18 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15176

Haut de page

Lieu

Turkménistan

Ouzbékistan

Tadjikistan

Kazakhstan

Kirghizstan

Afghanistan

Haut de page

Rédacteur

Anatole Danto

Étudiant en double-cursus : master 1 de géographie et licence 2 de langues et cultures étrangères à l’Université de Bretagne Occidentale (Brest).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page