Navigation – Plan du site

Jean-Marie Harribey, Les feuilles mortes du capitalisme. Chroniques de fin de cycle

Olivier Vermeulen
Les feuilles mortes du capitalisme
Jean-Marie Harribey, Les feuilles mortes du capitalisme. Chroniques de fin de cycle, Le Bord de l'eau, 2014, EAN : 9782356872593.
Haut de page

Texte intégral

1Jean-Marie Harribey, économiste et ancien coprésident d’Attac France, tente ici, de manière très pédagogique et non sans humour, de lever le voile sur les mystères du modèle financier actuel, afin que chacun puisse avoir la possibilité de comprendre quels sont les défis auxquels l'humanité doit faire face en cette période de transition économique. Il propose également quelques pistes pour solutionner les problèmes sociaux et écologiques actuels et à venir. L'ouvrage, divisé en deux parties, est structuré de manière à vulgariser le plus possible les théories et concepts économiques qui, malgré leur étonnante simplicité, restent trop souvent incompris. La première partie, pseudo-fictive, se présente comme une enquête policière dans les recoins du modèle économique dominant, tandis que la seconde rassemble une dizaine de faits divers passés et présents emblématiques de notre société capitaliste.

2Dans « Le parfum de la banque en noir », la première partie du livre, on suit l'inspecteur HomoAttacus dans une de ses enquêtes, afin d'aider le gouvernement à retrouver mille milliards d'euros perdus dans les zones d'ombres du système bancaire. Afin de créer des ponts entre la fiction et les faits médiatiques des dernières années, notre inspecteur va à la rencontre de nombreuses personnalités dans les hauts-lieux du système financier actuel. De plus, pour aider le lecteur à suivre l'enquête, des pièces à conviction sont présentées à la fin de chaque chapitre, afin de mettre en exergue les réalités économiques qu’il faut retenir suite aux échanges entre l'inspecteur et ses interlocuteurs.

3Cette approche permet de se frayer son propre chemin, de manière didactique, tout en reliant la théorie à la pratique. Malheureusement, le langage utilisé par Harribey reste trop empreint de jargon, ce qui aurait pu être évité, en tout cas en partie, malgré la complexité du système capitaliste. Le non-initié devra donc s'accrocher sérieusement afin de comprendre au mieux les allers-retours incessants au royaume de la finance.

4La deuxième partie du livre, « Chroniques de fin de cycle », rassemble une dizaine de situations qui se veulent représentatives des réalités économiques actuelles. En allant de Notre-Dame-des-Landes aux questions énergétiques, tout en passant par des scènes tirées du Petit Prince, Harribey explique à merveille comment ces multiples événements ne sont que des symptômes d'un même diagnostic : la fin de cycle inévitable du capitalisme.

  • 1 Gaël Giraud, « Le vrai rôle de l’énergie va obliger les économistes à changer de dogme », Le Monde, (...)
  • 2 Jean-Marc Jancovici, « Enjeux climatiques et énergétiques, que faire face à la contrainte carbone ? (...)

5Néanmoins, l'intéressante analyse que fait Harribey des limites du capitalisme a, à nos yeux, une lacune importante. En effet, s’il retrace de manière brillante les dangers sociaux qui découlent de la complexité du monde financier, il manque d'une certaine rigueur en ce qui concerne les liens intrinsèques entre la production économique et notre consommation énergétique, lien que l'économiste Gaël Giraud décrit fort bien1. Cette lacune empêche Harribey d'y voir parfaitement clair, ce qui peut donner l’impression que, à plusieurs reprises, il s'emmêle dans ses explications économiques. Par exemple, il donne globalement l'impression de ne pas être totalement conscient de ce qui est réellement à la base de la production économique. Bien qu’il s'en approche très fortement, il commet une erreur d'ordre de grandeur, lorsqu’il affirme que « seul le travail produit de la valeur économique et […] il y a une limite à l'exploitation de la force du travail et à celle de la nature » (p. 94). En effet, la force du travail humain et la force de la nature (représentée à 80 % par les énergies fossiles) n’ont pas le même poids dans la production capitaliste. Comme l'explique très bien Jean-Marc Jancovici2, la valeur économique est produite par la transformation de ce qui nous entoure afin de le rendre utile à l'homme. Toute transformation nécessitant de l'énergie, c'est bien l'énergie disponible qui crée la valeur économique. Cette énergie, bien qu’elle puisse provenir du travail réalisé par les forces ouvrières, trouve aujourd'hui principalement sa source dans les énergies fossiles.

6Quelles sont les implications de cette définition de la production économique sur la valeur économique produite par les secteurs marchand et non-marchand ? Tout simplement qu'aucun des deux secteurs ne produit réellement de la richesse… C'est principalement la nature, à travers l'énergie qu'elle met à notre disposition, qui produit la richesse dont nous disposons ensuite. La différenciation entre secteur marchand et non-marchand est une affaire humaine, un arrangement social qui s'est installé dans le cours de l'histoire, mais, désormais, l'homme ne produit presque plus rien de la richesse qui nous entoure. Aujourd'hui, tout est mécanisé et c'est notre consommation énergétique qui produit presque la totalité de la valeur économique. Les seuls hommes et femmes qui produisent encore réellement de la richesse sont ceux et celles qui transforment physiquement l'environnement, tels les artisans et certains ouvriers. Cependant, leur travail est d'un ordre de grandeur plus de mille fois inférieur au travail produit par les énergies disponibles dans notre environnement (fossiles, nucléaires et renouvelables). Notons, en guise d'exemple, qu'un seul litre d'essence réalise en moyenne le même travail physique qu'un ouvrier sur une durée d'un mois.

7La critique environnementale du capitalisme est donc directement liée à la prétention à croire en un accroissement infini de la richesse. De plus, c'est cette croyance en une croissance économique illimitée qui permet de s'affranchir de l'obligation de redistribution de la richesse produite et qui nous conduit aux inégalités sociales et à la lutte des classes que Harribey décrit très bien.

8Après cette lecture, nous avons un sentiment ambivalent par rapport à cet ouvrage de Jean-Marie Harribey. D’un côté, Les feuilles mortes du capitalisme est une œuvre assez complète en ce qui concerne les tensions sociales créées par le système capitaliste qui, de plus, se lit assez facilement grâce à sa forme pseudo-fictive qui s’appuie tant sur l'enquête de l'inspecteur HomoAttacus en première partie que sur les faits médiatiques en deuxième. De l’autre, le livre se limite à un public familier aux nombreux concepts économiques qui y sont développés ou qui ne craint pas de s’y confronter. De plus, sa critique environnementale, à partir du rôle de l'énergie dans l'économie, reste malheureusement trop faible, même si Harribey perçoit que l'énergie est effectivement un des ingrédients majeurs de notre production économique, dont la raréfaction et ses lourdes conséquences arrivent à grands pas…

Haut de page

Notes

1 Gaël Giraud, « Le vrai rôle de l’énergie va obliger les économistes à changer de dogme », Le Monde, 19 avril 2014

2 Jean-Marc Jancovici, « Enjeux climatiques et énergétiques, que faire face à la contrainte carbone ? », www.manicore.com, 16 juin 2009

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Vermeulen, « Jean-Marie Harribey, Les feuilles mortes du capitalisme. Chroniques de fin de cycle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 18 juillet 2014, consulté le 14 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15181

Haut de page

Rédacteur

Olivier Vermeulen

Étudiant en éthique économique et sociale, UCL (Université catholique de Louvain), et membre du Musée du Capitalisme. Ingénieur civil mécanicien, à finalité énergétique (2013), UCL, et bachelier en médecine (2010), KU Leuven (Katholieke Universiteit Leuven)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page