Navigation – Plan du site

Linda Williams, Screening Sex, une histoire de la sexualité sur les écrans américains

Ann-Lys Bourgognon
Screening Sex
Linda Williams, Screening Sex. Une histoire de la sexualité sur les écrans américains depuis les années 1960, Éditions Capricci, 2014, 258 p., traduit de l'anglais (États-Unis) par Raphaël Nieuwjaer, avec la collaboration de Pauline Soulat, ISBN : 978-2-918040-57-6.
Haut de page

Texte intégral

1Dans son nouvel essai, Linda Williams se penche sur la période qu’elle surnomme la « longue adolescence » du cinéma américain. Pour cela, elle adopte une perspective historique mais intègre aussi largement son expérience de spectatrice en analysant des extraits de films qui ont marqué le public américain pendant une vaste période débutant dans les années 1960 et 1970 et allant jusqu’au début des années 2000. L’auteure a toute la légitimité nécessaire pour faire ce choix et utiliser ses compétences de spécialiste du cinéma et des représentations visuelles afin d’opérer un retour sur ses expériences passées de spectatrice. Ainsi informée par sa propre expérience de l’époque, sa réflexion sur l’évolution des représentations cinématographiques de la sexualité devient un enchaînement dynamique d’analyses poussées portées par les souvenirs qui ont marqué Linda Williams. Cela lui permet de s’attarder sur divers événements qui ont contribué à cette évolution. Certains sont contextuels, comme l’émergence de nombreux mouvements contre-culturels, et notamment celle de discours nouveaux comme ceux, féministes, sur le sexe et la pornographie, en lien avec ce que l’on appelle la révolution sexuelle. D’autres concernent des changements majeurs au sein de l’industrie du cinéma, en particulier la modification du Code de Production hollywoodien, organe de censure qui rendait impossible toute représentation d’actes sexuels. Il s’agit donc de voir comment le sexe a progressivement été intégré à l’image cinématographique, passant d’un obscène (hors-scène) tabou à un « en-scène » pas moins problématique. Ce regard enfin posé sur la sexualité par le cinéma américain n’est en effet pas dénué de contradictions, et Williams observe que c’est un double mouvement qui se produit : le dévoilement de la sexualité ne se fait qu’au prix d’une nouvelle occultation, c’est un va-et-vient constant entre un cinéma qui met à l’écran et qui fait écran. C’est seulement très progressivement que les images de la sexualité se diversifient pour enfin s’extraire de cette « longue adolescence », et ce lent processus, rappelle Linda Williams dans son introduction, n’est pas « une [avancée] téléologique vers une vision ultime, claire » (p. 17), car toute nouvelle image complique la donne et rend la sexualité plus énigmatique encore.

2Screening Sex contribue ainsi à étoffer les Porn Studies, un champ d’études défriché par Linda Williams elle-même grâce à une publication de référence, Hard Core : Power, Pleasure, and the « Frenzy of the Visible » (1999). L’auteure rappelle à plusieurs reprises le manque de recherches sur les questions liées non pas seulement à la pornographie, mais plus largement à la sexualité et ses représentations dans nos sociétés. Elle précise également un point conceptuel important : il ne s’agit pas de définir pornographie et sexualité comme deux champs d’études hermétiquement séparés, mais bien de considérer la première dans la continuité de la seconde. Cela permet de décloisonner la pornographie et de l’intégrer dans une réflexion plus générale sur les diverses représentations du sexe. Ainsi, l’histoire cinématographique de la sexualité américaine se trouve nécessairement informée par le développement et la popularisation de la pornographie, qui a été grandement influencée par les changements du Code et plus particulièrement de la classification X, qui au départ concernait tout film interdit aux moins de 18 ans et n’était pas restreinte aux contenus sexuellement explicites. Le développement de l’industrie pornographique à partir des années 1970 a participé à ce que Williams nomme « l’habituation du public au sexe », rendu de plus en plus visible dans des représentations de plus en plus variées. Cela va de pair avec l’évolution du cinéma américain, qui multiplie et diversifie les instances de mise à l’écran de la sexualité. Si le volet pornographique de cette histoire n’est pas abordé dans l’ouvrage, il reste cependant au second plan et revient en conclusion, de manière à inscrire cette histoire du cinéma dans un débat plus vaste concernant d’autres types d’images. La nouveauté du domaine de recherche a donc une conséquence double : s’il reste beaucoup d’objets d’études à explorer, il en est de même pour les outils méthodologiques, qu’il faut adapter à ce type de recherche.

3La méthode choisie par Williams pour construire sa réflexion s’articule autour de deux axes majeurs. D’une part, l’auteure évoque, dans la partie de l’introduction intitulée « Théorie sexuelle », les concepts philosophiques et psychanalytiques sur lesquels elle appuie sa réflexion. Ce cadre théorique principalement composé par Benjamin, Freud et Foucault est exposé de façon trop brève étant donné la complexité des idées mises en avant : les notions de mimèsis et de perversion auraient mérité des définitions plus étoffées pour permettre au lecteur d’entrevoir davantage les aspects problématiques que ces mots comportent. Si l’intérêt de l’ouvrage se situe principalement dans ses analyses très détaillées de moments-clés du cinéma américain, on peut toutefois regretter que Williams ne se soit pas attardée plus longuement sur l’exposition de l’assise théorique de sa réflexion : cela aurait permis de donner une cohésion philosophique plus importante à l’ensemble, une densité et une clarté conceptuelles qui auraient lié plus solidement entre eux les moments de cinéma que Williams nous offre.

4L’autre choix méthodologique structurant la démarche de l’auteure est le suivant : la sélection des films et des scènes évoqués est très subjective puisqu’essentiellement déterminée par les souvenirs de l’auteure comme spectatrice du cinéma. Nous parcourons donc avec elle des œuvres très variées, depuis Le Lauréat de Mike Nichols (1967) à Blue Velvet (David Lynch, 1986) et Le Secret de Brokeback Mountain (Ang Lee, 2005), en passant, entre autres, par le film culte de la blaxploitation Sweet Sweetback’s Baadasssss Song (Mario Van Peebles, 1971). La forme de l’essai est directement influencée par cette posture car l’auteure préfère ainsi évoquer des moments référés à sa propre expérience plutôt que faire une histoire complète du cinéma de cette époque. Les chapitres ont des formes assez souples et ne se réduisent pas à une succession d’analyses de scènes diverses. Par exemple, si le chapitre sur la blaxploitation fait la part belle au film de Van Peebles, l’auteure encadre ce passage par une réflexion approfondie sur l’histoire de ce genre et son rôle dans la mise à l’écran du tabou qu’était la sexualité interraciale. Dans sa dernière partie, Linda Williams procède de façon complètement différente et choisit de mettre en regard deux films, Blue Velvet et Brokeback Mountain, pour montrer comment ils ont, chacun à leur manière, amené « les fantasmes originaires […] jusqu’au cœur du foyer américain » (p. 180).

  • 1 A savoir Barbarella (Roger Vadim, 1968), Klute (Alan J. Pakula, 1971) et Le Retour (Hal Ashby, 1978 (...)

5Si ce choix d’assumer une grande part de subjectivité est en partie la cause du problème de cohésion conceptuelle évoqué précédemment, il n’est toutefois pas sans intérêt étant donné l’amplitude du projet que constitue Screening Sex. L’auteure se positionne ainsi explicitement - et ce dès l’introduction - en tant que femme américaine, blanche et hétérosexuelle. Si cela est assez inhabituel au regard des traditions universalistes françaises qui tendent à concevoir le chercheur comme pure objectivité, cela permet de répondre de manière peut-être incomplète mais toutefois pertinente au problème de la quantité de films produits durant la période qu’a choisi d’étudier Williams. En effet, pour parvenir à une quelconque objectivité dans le cadre du sujet qu’elle a choisi ici, il aurait fallu se lancer dans un travail encyclopédique qui aurait probablement noyé toute réflexion conceptuelle dans un océan de détails cinématographiques plus ou moins utiles à l’objectif de Williams. Pourquoi, dès lors, ne pas préférer un tableau volontairement fragmentaire et subjectif, un portrait impressionniste du cinéma américain à travers le regard d’une spectatrice de cette époque ? En adoptant une telle position, Williams a la liberté de s’attarder sur les moments qu’elle considère comme les plus importants pour construire sa réflexion, qui n’en est que plus dynamique et vivante. Le chapitre consacré à Jane Fonda en est la preuve : en se focalisant sur une seule figure du cinéma américain, Williams peut ainsi déployer une analyse fournie portant sur trois films clés dans la carrière de l’actrice1 et sur leur réception tant critique que populaire. L’auteure montre ainsi brillamment comment quelques images mettant en scène des relations sexuelles et notamment des orgasmes féminins peuvent changer les représentations du sexe et provoquer des débats qui traversent toute la société américaine. On découvre donc comment Jane Fonda, célébrité connue à l’époque autant pour ses films que pour son engagement contre la guerre du Vietnam, mit à profit son image éloignée du stéréotype de la « starlette » pour changer les regards sur la sexualité féminine et les préjugés qui lui sont habituellement accolés.

6La conclusion de Screening Sex reporte notre attention sur les changements technologiques qui ont accompagné l’évolution du cinéma : son contenu a aussi changé en fonction de ces progrès qui ont permis l’avènement de l’industrie pornographique mais aussi d’importants changements dans la relation entre le public et l’écran. Avec l’arrivée du numérique et d’Internet, le sexe n’est plus vu ou regardé comme avant, et le corps des spectateurs se trouve engagé dans un rapport bien plus physique à l’image, jusqu’à nous emmener au plus près du « sexe réel » (p. 219). Cette conclusion permet de prendre du recul pour constater l’étendue des changements connus par le cinéma, qu’ils soient dus à celles et ceux qui l’ont façonné ou à l’apparition de nouveaux médias et technologies. Tout cela ouvre de nouvelles pistes théoriques à explorer, notamment sur les relations entre le corps et l’écran et leurs interactions, qui renouvellent et déplacent les questions que le cinéma pose depuis son invention.

Haut de page

Notes

1 A savoir Barbarella (Roger Vadim, 1968), Klute (Alan J. Pakula, 1971) et Le Retour (Hal Ashby, 1978).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ann-Lys Bourgognon, « Linda Williams, Screening Sex, une histoire de la sexualité sur les écrans américains », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 22 juillet 2014, consulté le 21 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15185

Haut de page

Rédacteur

Ann-Lys Bourgognon

Élève de l’ENS Lyon, agrégée d’anglais et lectrice à King’s College, Cambridge

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page