Navigation – Plan du site

Yves Gingras (dir.), Controverses. Accords et désaccords en sciences humaines et sociales

Jean Frances
Controverses
Yves Gingras (dir.), Controverses. Accords et désaccords en sciences humaines et sociales, Paris, CNRS, coll. « Culture et société », 2014, 278 p., ISBN : 978-2-271-08163-6.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage dirigé par Yves Gingras offre un panorama de huit controverses ayant traversé le champ de la recherche en sciences humaines et sociales (SHS) et dans certains cas, des espaces extérieurs. S’il est question de mettre au jour la dynamique de ces disputes, ce livre semble également en mesure d’en susciter ou, au moins, de vexer certains sociologues, historiens ou anthropologues. En effet, suggère Gingras, en plus de souffrir d’un manque de compétence rédactionnelle, trop de chercheurs rencontreraient aussi quelques difficultés à bien lire, allant ainsi jusqu’à les empêcher « d’être d’accord sur [leurs] désaccords » (p.  271). Toutefois, le ton incisif de son directeur ne doit pas laisser penser que l’ouvrage se résume à un exercice de règlements de comptes, où un sociologue et historien des sciences occupant une position dominante dans la recherche pointerait les errances de sa communauté professionnelle. Bien davantage, ce livre prend la forme d’un parcours entre différentes affaires dont les analyses permettent de saisir comment, en SHS, des controverses se forment et se résorbent.

  • 1 Sylvain Gouguenheim, Aristote au Mont-Saint-Michel, Seuil, Paris, 2008.
  • 2 Martin Bernal, Black Athena, Rutgers University Press, New Brunswick, 1987.
  • 3 Francis Chateauraynaud, Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, Pétra (...)
  • 4 Pierre Bourdieu, Langage et pouvoir symbolique, Seuil, Paris, 2001.

2Dominique Laperle examine la réception du livre Aristote au Mont-Saint-Michel (2008) de Sylvain Gouguenheim1. Ce dernier décrivit comment « les hommes du Moyen Âge ont eu un accès direct au savoir grec grâce aux canaux byzantins de transmission des textes » pour mieux montrer en quoi « les voies arabes » de diffusion de ces connaissances « ont été un peu surestimées » (p. 57). Cette étude fût taxée de contrefactuelle et d’islamophobe par la majorité des historiens. Maude Lajeunesse s’intéresse au livre Black Athena (1987) de Martin Bernal2 qui, se qualifiant lui-même d’outsider, entreprit de corriger la lecture « des origines du monde grec » : à ses yeux, l’historiographie classique « avait occulté pour des raisons idéologiques la véritable influence des Égyptiens et des Sémites sur la Grèce primitive » (p. 68). À ces deux études, répond celle menée par Clarisse Fordant au sujet du conflit opposant Michèle Tribalat à Hervé le Bras quant aux usages des « statistiques ethno-raciales » (p. 243) en démographie. En effet, chacun de ces trois textes témoignent du fait que la compréhension d’un conflit en SHS nécessite d’analyser les trajectoires professionnelles de ceux qui les portent, les espaces sociaux et les institutions où il se déploie, et les traditions et contextes politiques où il est ancré. Ces chapitres des Controverses montrent combien l’analyse des disputes en sciences humaines et sociales, comme celles qu’elles génèrent à l’extérieur du monde académique, ne peut pas faire l’économie d’une étude des « jeux d’acteurs et des jeux d’arguments » qui leur donnent forme3. Ou, dirait Pierre Bourdieu4, c’est en embrassant dans un même geste l’étude de la manière et celle de la matière des arguments, et l’analyse des prises de position des chercheurs dans le champ de la recherche et par rapport au champ politique, qu’il devient possible de rendre compte de la dynamique des controverses d’historiens, de sociologues, de politistes ou d’anthropologues.

  • 5 Marshall Sahlins, Islands of History, University Chicago Press, Chicago, 1985.
  • 6 Gananath Obeyesekere, The Apotheosis of Captain Cook. European Mythmaking in the Pacific, Princeton (...)
  • 7 Marshall Sahlins, How "Natives" Think: About Captain Cook, For Example, University of Chicago Press (...)
  • 8 George Becker, “Pietism and Science: A critique of Robert K. Merton’s Hypothesis”, American Journal (...)
  • 9 Robert K. Merton, “The Fallacy of the Latest Word: The Case of “Pietism and Science””, American Jou (...)

3Dans le troisième chapitre, Étienne de Sève étudie les échanges entre Marshall Sahlins et Gananath Obeyesekere au sujet de « la signification à donner au voyage [de] Cook à Hawaï » et aux raisons qui firent que « les natifs finirent par tuer le capitaine devant ses marins » (p. 112). Dans Islands of History5, le premier défendait l’idée qu’une culture spécifique engendre une rationalité qui lui est propre. Ici, elle serait adossée à des mythes et, s’y référant, les Hawaïens auraient considéré le navigateur anglais comme un Dieu, puis comme un démon à éliminer. Dans The Apotheosis of Captain Cook6, Obeyesekere opposa à Sahlins une théorie de la rationalité pratique des Natives : si les Hawaïens tuèrent Cook, ce ne fut pas pour des raisons divines, mais du fait de leur appréciation pragmatique du fil des évènements, justifiant rationnellement qu’ils éliminent le navigateur. Obeyesekere affirma enfin qu’en qualité d’anthropologue originaire du tiers-monde, il pouvait, mieux que Sahlins, comprendre l’histoire polynésienne. Il réussit par-là à promouvoir les Postcolonial Studies et à critiquer l’anthropologie structuraliste, accusée de servir « l’ingérence intellectuelle occidentale dans l’histoire des colonies » (p. 126). Ce qui ne laissa pas Sahlins sans voix puisqu’il tenta de clore la controverse en publiant How « Natives » Think7. Ainsi, apparait-il, pour les chercheurs en SHS, débattre des meilleures manières d’étudier l’histoire comme le social permet, en sous-texte, de se battre pour leur (sous)discipline, l’approche dont ils se réclament, voire pour leur carrière académique. Cette dernière dimension d’une dispute en SHS est étudiée par Julien Mauduit au sujet de « La controverse Becker-Merton sur le piétisme et la science ». En 1985, George Becker, alors jeune sociologue, publie une critique des théories de Robert K. Merton8 liant l’émergence de la science moderne à l’avènement du protestantisme. En même temps qu’il gagna en visibilité, le chercheur débutant s’exposa aux critiques du père de la sociologie des sciences9 qui choisit « de répondre en utilisant une stratégie consistant, de façon un peu condescendante et ironique, à faire une leçon de méthode au second » (p. 29). Dans le chapitre suivant, Isabelle Huppé prolonge ces analyses en étudiant les règles du droit de réponse entre chercheurs.

  • 10 Jean-Claude Passeron, Le Raisonnement sociologique. L'espace non-poppérien du raisonnement naturel, (...)
  • 11 Girolamo Ramunni, « La fraude scientifique », La revue d’histoire du CNRS, n°9, 2003, §11.

4Un phénomène, autre que ceux décrits plus haut, et dont on peut dire qu’il procède de l’épistémologie non-poppérienne des SHS10, pourrait expliquer comment des travaux en sciences humaines et sociales engendrent des controverses. Comme le montre Allain Couillard, une thèse d’histoire ou de sociologie « iconoclaste » (p. 183) peut provoquer des interrogations novatrices au sein des communautés scientifiques concernées. Ainsi, en SHS, la capacité qu’une théorie a de susciter le renouvellement d’une question ne tient pas toujours à son exactitude – ce qui est aussi observable dans les sciences de la matière et du vivant, mériterait-il d’être précisé11. Ce faisant, ces thèses et leurs auteurs ne sont pas toujours exclus du champ : « un livre d’histoire bien écrit, stimulant, peut être considéré excellent même si sa thèse centrale est en fait insoutenable » (p. 27). Dès lors, peut-on se demander, si ces théories insoutenables mais stimulantes sont saisies par des lecteurs extérieurs et si ces derniers les prennent pour argent-comptant, alors n’ont-elles pas toutes les chances de devenir des véhicules d’idées fausses ayant été homologuées par les experts ou, au moins, autorisées à circuler par des « autorités compétentes » ?

  • 12 Marc Angenot, Dialogue de sourds. Traité de rhétorique antilogique, Mille et une nuits, Paris, 2008

5Cette interprétation est sans doute excessive. Par contre, le propre d’une avancée en SHS est qu’elle peut être privée d’audience, du simple fait qu’elle soutient la remise en cause de schèmes de perception que nombre d’individus ne sont pas préparés à discuter. En effet, les acteurs sociaux pris dans les objets de recherche des sociologues ou des historiens sont en mesure de lire les analyses les concernant et de les critiquer. Quand ces acteurs contestent ces théories en s’affranchissant des règles du raisonnement sociologique, les sociologues ou les historiens renvoient ces amateurs à leur incompétence. Les profanes vexés par le tableau dressé d’eux ou de ce qu’ils ont été sont tout aussi prompts à accuser les chercheurs d’être déconnectés du réel et enfermés dans leur tour d’ivoire. Les conditions du dialogue de sourds12 sont alors rassemblées ; les auteurs des Controverses expliquent qu’une partie d’entres-eux sont générés par la profession elle-même. Pour en rendre compte, une pratique commune des historiens est étudiée : celle qui consiste à faire coïncider la réactualisation d’une question de recherche à la commémoration d’un évènement. Si cette pratique « a l’avantage de donner plus de visibilité au travail des historiens », elle « risque par contre de heurter les esprits les plus conservateurs pour qui la mémoire est plus importante que la construction savante des historiens » (p. 20).

  • 13 Yves Gingras, « Pourquoi le ‘programme fort’ est-il incompris ? », Cahiers Internationaux de Sociol (...)
  • 14 Jérôme Lamy, Arnaud Saint-Martin, « Faire de la sociologie des sciences avec un marteau ? Science e (...)

6La thèse selon laquelle la dynamique des controverses est liée aux stratégies de visibilité des chercheurs en SHS est continuée dans le chapitre d’Yves Gingras. Approfondissant des analyses proposées dans deux articles antérieurs13, il explique en quoi le conflit entre les sociologues des sciences « constructivistes », personnifié notamment dans l’opposition entre David Bloor et Bruno Latour au sujet de l’usage du principe de symétrie dans l’étude des faits scientifiques, peut naître de « la structure argumentative » des textes. Si les sociologues « constructivistes » ne se comprennent plus, ce n’est pas simplement parce que certains d’entre eux lisent mal les analyses de leurs homologues. C’est aussi parce qu’alors qu’ils rédigent, ils ont tendance à user de tournures au caractère alambiqué et a parsemer leurs écrits de « formulations ambigües » (p. 263), afin de proposer des textes se donnant pour des analyses radicales, potentiellement génératrices de succès académiques (p. 29), tout en permettant à leurs énonciateurs d’en abaisser la portée si jamais une critique autorisée et fondée scientifiquement leur est opposée. En un mot, ces formules ambigües servent moins la cause des sciences que celle des scientifiques. Finalement, en creux des Controverses, se loge la défense d’une éthique « conséquentialiste » énoncée par Y. Gingras dans une interview au carnet Zilsel où, dit-il, faire des SHS devrait exiger des chercheurs de « proposer clairement une thèse au risque de se faire contredire et non se cacher derrière des formulations floues et amphigouriques pour se permettre ensuite de reculer au cas d’attaque sans avoir à perdre la face »14.

Haut de page

Notes

1 Sylvain Gouguenheim, Aristote au Mont-Saint-Michel, Seuil, Paris, 2008.

2 Martin Bernal, Black Athena, Rutgers University Press, New Brunswick, 1987.

3 Francis Chateauraynaud, Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, Pétra, Paris, 2011.

4 Pierre Bourdieu, Langage et pouvoir symbolique, Seuil, Paris, 2001.

5 Marshall Sahlins, Islands of History, University Chicago Press, Chicago, 1985.

6 Gananath Obeyesekere, The Apotheosis of Captain Cook. European Mythmaking in the Pacific, Princeton University Press, Princeton, 1992.

7 Marshall Sahlins, How "Natives" Think: About Captain Cook, For Example, University of Chicago Press, Chicago, 1995.

8 George Becker, “Pietism and Science: A critique of Robert K. Merton’s Hypothesis”, American Journal of Sociology, vol. 89, n°5, p. 1065-1090, 1984.

9 Robert K. Merton, “The Fallacy of the Latest Word: The Case of “Pietism and Science””, American Journal of Sociology, vol. 89, n°5, p. 1091-1121, 1984.

10 Jean-Claude Passeron, Le Raisonnement sociologique. L'espace non-poppérien du raisonnement naturel, Nathan, Paris, 1991.

11 Girolamo Ramunni, « La fraude scientifique », La revue d’histoire du CNRS, n°9, 2003, §11.

12 Marc Angenot, Dialogue de sourds. Traité de rhétorique antilogique, Mille et une nuits, Paris, 2008.

13 Yves Gingras, « Pourquoi le ‘programme fort’ est-il incompris ? », Cahiers Internationaux de Sociologie, vol. 109, p. 235-255, 2000 ; « Un air de radicalisme. Sur quelques tendances récentes en sociologie de la science et de la technologie », Actes de la recherche en sciences sociales, n°108, p. 3-17, 1995.

14 Jérôme Lamy, Arnaud Saint-Martin, « Faire de la sociologie des sciences avec un marteau ? Science et éthique en action. Entretien avec Yves Gingras », Zilsel, 2014, §7.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Frances, « Yves Gingras (dir.), Controverses. Accords et désaccords en sciences humaines et sociales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 25 juillet 2014, consulté le 18 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15193

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page