Navigation – Plan du site

Christian Chavagneux, Thierry Philipponnat, La capture. Où l'on verra comment les intérêts financiers ont pris le pas sur l'intérêt général et comment mettre fin à cette situation

Maxime Combes
La capture
Christian Chavagneux, Thierry Philipponnat, La capture. Où l'on verra comment les intérêts financiers ont pris le pas sur l'intérêt général et comment mettre fin à cette situation, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2014, 192 p., ISBN : 978-2-7071-7786-5.
Haut de page

Texte intégral

1Pourquoi la crise financière des années 2007-2008, dont les conséquences économiques et sociales se font encore sentir dans de très nombreux pays, n'a pas facilité une reprise en main de la sphère financière par la puissance publique ? C’est la question que se posent Christian Chavagneux, rédacteur en chef adjoint du mensuel Alternatives économiques, et Thierry Philipponnat, ancien secrétaire général de l'ONG Finance Watch, dans un récent petit livre intitulé La Capture qui essaie de montrer comment les intérêts financiers ont pris le pas sur l'intérêt général et de voir ce qui serait nécessaire pour mettre fin à cette situation, pour reprendre leur long et explicite sous-titre.

2Les deux auteurs ne sont pas seulement des observateurs du monde de la finance puisqu'ils ont tous les deux contribué, à des titres divers, au lancement et au développement de l'ONG Finance Watch. Ayant pour vocation de contrebalancer le lobby de l’industrie financière, Finance Watch, créée en juin 2010 par 22 députés européens représentant les principaux groupes politiques siégeant au Parlement européen, est une ONG qui effectue un travail de plaidoyer dans le domaine de la réglementation financière auprès des institutions européennes et des États-membres. Indirectement, et en creux, ce livre est donc également une forme de bilan des quatre premières années d'activités et de contre-lobbying de l'ONG.

3Loin d'être des pourfendeurs zélés de la finance et des banques, les deux auteurs prônent une finance maîtrisée et encadrée qui puisse assurer le financement des activités économiques et une certaine stabilité financière. Ils s'étonnent donc qu'« au plus jamais ça » répété à satiété par les dirigeants politiques suite à la crise financière de 2007-2008 – y compris lors du G20 de Londres d'avril 2009 qui avait laissé envisager une reprise en main de la finance – ait succédé une forme de business as usual où les forces politiques et administratives ont globalement refusé de s'attaquer aux intérêts des banques et des investisseurs institutionnels. Faisant naître le sentiment général selon lequel le pouvoir politique n'aurait rien fait, n'aurait pas osé.

4Pour mener à bien leur projet, les deux auteurs mobilisent une lecture critique des différents épisodes qui ont rythmé les cinq années qui ont suivi le commencement de la crise financière, tout en s'appuyant sur des travaux de recherche, des rapports d'institutions internationales et des enquêtes journalistiques. Les auteurs ont l'ambition de rendre accessible au lecteur, y compris novice en la matière, la complexité des mécanismes bancaires et financiers tout en lui montrant comment les institutions financières et bancaires sont finalement devenues plus puissantes qu'auparavant, accroissant leurs capacités à influencer les décisions publiques.

5Les auteurs illustrent ce propos en montrant combien le poids des banques dans le système économique grandit, y compris durant les sept années d'après crise. Alors que le PIB de la zone euro a connu une croissance de 12 % environ entre fin 2000 et fin 2008, la taille du système bancaire européen a cru de 90 % (p. 54), essentiellement en raison de l'explosion des activités sur les marchés financiers. Un développement du secteur bancaire rendu possible par un soutien tacite et reconduit des pouvoirs publics envers les principales institutions bancaires du pays. « Trop grosses pour faire faillite » (too big too fail en anglais), ces banques sont de fait garanties par les deniers publics en cas de graves difficultés, constituant un aléa moral encourageant la socialisation des pertes. Tel fut d'ailleurs le cas lors de la crise de 2007-2008 où les États sont massivement intervenus pour sauver les banques de la faillite. Cette garantie publique permet aux banques privées de se financer à moindre coût et d'entretenir leur expansion à travers les marchés financiers, au prix d'un coût social et économique devenu inacceptable.

6Ce poids économique se transcrit directement en poids politique. À travers de multiples exemples, les auteurs montrent comment les secteurs bancaire et financier promeuvent leurs intérêts au détriment de ce que les auteurs appellent l'intérêt général. Ainsi, à des degrés divers qui sont détaillés dans l'ouvrage, toutes les lois et nouvelles régulations envisagées et/ou mises en œuvre depuis 2008, que ce soit aux États-unis ou en Europe, se sont retrouvées sous le feu de la force de frappe du lobbying bancaire et financier. Au final, les mesures prises contre le surendettement chronique des banques, l'effet de levier excessif utilisé par les acteurs financiers, l'insuffisance de fonds propres, les survalorisations d'actifs bancaires etc. sont jugées largement insuffisantes par les auteurs. Elles ne sont pas de nature à remettre en cause l'emprise que le secteur bancaire et financier exerce sur la régulation publique.

7Ainsi, en plus d'être « trop grosses pour faire faillite », les banques sont devenues pour l'essentiel « trop grosses pour être emprisonnées » (too big to jail en anglais), comme si elles étaient au-dessus des lois. Quand bien même des banques et des dirigeants de banques et d'organismes financiers auraient agi de façon contraire aux lois d'un pays, ces institutions financières et leurs dirigeants bénéficieraient d'une forme d'impunité pénale, justifiée par les risques systémiques encourus s'ils devaient être mis en cause judiciairement. Plus largement, comme l'écrivent les auteurs, la puissance publique est sous le feu des réactions épidermiques des marchés financiers et l'avenir de toute décision économique, budgétaire, judiciaire dépend en premier lieu de la réaction réelle ou anticipée des marchés, et non plus de l'intérêt général.

8Une emprise telle que les régulations publiques envisagées ont largement été détricotées et édulcorées. Toute d'abord au niveau européen où les États, à commencer par le Royaume-Uni, la France et l'Allemagne, n'ont cessé de défendre leurs champions bancaires respectifs plutôt qu'envisager une régulation bancaire européenne ambitieuse et contraignante. À l'identique, les velléités régulatrices nationales ont été largement ébréchées. La loi française de séparation bancaire votée en 2013 n'a de séparation que le nom tant les banques françaises ont œuvré pour ne pas avoir à séparer leurs activités de crédit de leurs activités de marché et conserver coûte que coûte le principe de banque universelle qui leur convient si bien. L'hyperconcentration et l'hyperdéveloppement bancaire français ne sont pas réformés car il a été jugé que le secteur bancaire français avait trop de poids politique et économique pour être réformé. Les auteurs se demandent si l'on n'a pas ainsi fait naître le principe too big to reform (« trop gros pour être réformé »).

9Pour les auteurs, tous les ingrédients sont donc réunis pour empêcher les réformes qui seraient nécessaires afin de mettre le secteur bancaire et financier au service de l'intérêt général. « Pour que l'intérêt général ne soit pas capté par les intérêts particuliers » (p. 114), les auteurs préconisent de tout faire pour que les législateurs et régulateurs puissent « exercer leur mission avec l'indépendance nécessaire » (p. 114). On regrettera sans doute que les auteurs ne précisent pas les contours de ce que serait ce nécessaire rééquilibrage entre démocratie et lobbying, un lobbying qu'ils ne disqualifient pas nécessairement par ailleurs. Si Franklin D. Roosevelt, président américain de 1933 à 1945 qui mit en œuvre le New Deal, est mobilisé en conclusion du livre pour illustrer l'inertie et l'incurie des dirigeants européens, il est présenté comme une anomalie de l'histoire qui ne saurait se reproduire aisément. Qui plus est si l'on doute de la capacité d'un homme providentiel à sauver l'intérêt général.

10Finalement, on aurait pu espérer que les voies de passage d'une véritable réforme financière soient plus explicites. Le propos manque certainement de développements sur les leviers d'action des citoyen.ne.s pour contribuer à cette réforme d'ampleur que les auteurs appellent de leurs vœux. Les auteurs semblent croire fortement dans le pouvoir des idées, la raison et le bon sens, et plus généralement dans le fait qu'un nouveau paradigme finira bien par s'imposer. Si l'impulsion politique manque aujourd'hui, si l'on cherche les nouveaux Keynes, si les promoteurs d'une véritable réforme manquent de moyens pour s'opposer aux lobbies bancaires et financiers, les auteurs concluent leur travail en rappelant ce que seraient les quatre conditions de possibilité d'une réforme d'importance du secteur financier : réformer, assainir, lutter et expliquer. Le livre de Christian Chavagneux et Thierry Philipponnat remplit utilement le rôle que les auteurs se sont fixés : expliquer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxime Combes, « Christian Chavagneux, Thierry Philipponnat, La capture. Où l'on verra comment les intérêts financiers ont pris le pas sur l'intérêt général et comment mettre fin à cette situation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 27 juillet 2014, consulté le 19 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15197

Haut de page

Rédacteur

Maxime Combes

Économiste de formation, Maxime Combes débute une thèse sur la compensation écologique au Centre Alexandre Koyré – EHESS

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page