Navigation – Plan du site

Bénédicte Zimmermann, Ce que travailler veut dire : une sociologie des capacités et des parcours professionnels

Matthieu Hély
Ce que travailler veut dire
Bénédicte Zimmermann, Ce que travailler veut dire. Une sociologie des capacités et des parcours professionnels, Paris, Economica, coll. « Études sociologiques », 2014, 250 p., 2e édition augmentée d'une postface, ISBN : 978-2-7178-6714-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Loi n° 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l'emploi, qui s’inscrit dans le prolo (...)
  • 2 Les études citées sur les pratiques de formation en entreprise montrent en effet que « les durées d (...)
  • 3 Voir Friot, Bernard. Puissances du salariat. Paris: la Dispute, 2012 (2nde édition).
  • 4 Ferreras, Isabelle. Gouverner Le Capitalisme ? : Pour Le Bicamérisme Économique. 1re édition. Paris (...)
  • 5 Fernagu Oudet, Solveig, « Concevoir des environnements de travail capacitants :l’exemple d’un résea (...)

1Auditionnée en 2013 dans le cadre du rapport parlementaire rédigé par le député socialiste, Jean Marc Germain, sur le projet de loi relatif à la sécurisation de l’emploi1, Bénédicte Zimmermann développe un point de vue critique sur ce texte qu’elle qualifie de « minimaliste ». Après avoir souligné la faiblesse des droits réels de salariés en matière d’accès à la formation2, Bénédicte Zimmermann souligne que « sécuriser l’emploi dans l’entreprise et sécuriser les parcours des salariés ne requièrent ni les mêmes mécanismes, ni les mêmes exigences » (p. 316). Autrement dit, le projet de loi promeut, selon elle, surtout ce premier objectif et passe à côté du second, ce qui constitue une contradiction majeure comme elle développe ici : « Vouloir articuler formation et sécurisation des parcours implique de remettre en question la conception française de la formation continue, qui loin de signifier un droit réel de formation tout au long de la vie pour les salariés s’entend à titre principal comme formation d’adaptation professionnelle, et ce au détriment de la formation qualifiante, privant dans les faits la majeure partie des recalés du système de formation initiale de toute deuxième chance. Sans une telle remise sur le métier de l’idée même de formation continue, il paraît difficile de parler de sécurisation des parcours par la formation » (p. 316). C’est en effet toute l’ambition de son ouvrage que de définir les fondements de pratiques favorables au « développement professionnel » des salariés, c’est à dire qui fassent appel aux « capacités » créatives et réflexives des individus dans le cadre d’organisations « habilitantes » ou « capacitantes » attachées au respect des personnes. On le voit clairement : il s’agit de rompre avec le référentiel néo-libéral de la gestion des « ressources humaines » où la personne est assimilée à un « capital humain » et où « l’employabilité » constitue la contrepartie de la subordination à l’employeur que le salarié se doit de cultiver et d’entretenir en permanence. De ce point de vue, la réflexion de Bénédicte Zimmermann fait écho aux travaux de Bernard Friot sur les vertus émancipatrices du salaire socialisé3 ou d’Isabelle Ferreras sur la refondation du « gouvernement de l’entreprise »4. Elle inspire également des recherches sur les « environnements capacitants » menées en sciences de l’éducation5. L’objectif de ce livre est alors de replacer l’entreprise et le travailleur au cœur de l’analyse, de les réhabiliter en tant qu’acteurs, à part entière, de la flexibilité et, par conséquent, de l’articuler de cette dernière avec la sécurité.

  • 6 Parmi les événements identifiés comme charnières, voir les journées de Deauville dont les actes ont (...)

2La seconde édition du livre de Bénédicte Zimmermann développe une réflexion de longue haleine, fondée sur les apports d’Amartya Sen et John Dewey, et inspirée d’une démarche, qualifiée dans la post-face de : « pragmatisme critique ». L’enjeu théorique est, en effet, d’élaborer un cadre sociologique qui soit favorable au « développement professionnel » des travailleurs et qui dépasse les prescriptions normatives du discours managérial et patronal qui s’est imposé comme référentiel des pratiques depuis la fin des années 19906. Ainsi, Zimmermann met à jour deux logiques antagonistes : alors que la prise de responsabilité individuelle requiert une liberté positive d’agir, les politiques d’activation et d’employabilité se réduisent à la liberté négative entretenue par le libéralisme économique » (p. 107).

3La « sociologie des capacités et des parcours professionnels », que défend l’auteure, prend principalement appui sur deux recherches : la première réalisée auprès de groupements d’employeurs inspire la première partie du livre. Ces groupements sont régis par un statut associatif et permet à des employeurs de concilier des besoins de flexibilité économique de leurs entreprises avec les besoins de sécurisation des salariés dans leurs parcours professionnels. Ces groupements favorisent ainsi la transformation d’emplois à temps partiel en contrats indéterminés à temps plein. En contrepartie, les salariés cumulent plusieurs employeurs et organisent leur temps de travail de manière coordonnée. La seconde partie s’appuie sur l’étude de politiques internes aux entreprises en matière d’organisation du travail dans les branches de la métallurgie, de la chimie et du secteur public sur plusieurs zones géographiques (Le Havre, Région Pays de la Loire et Paris). Le propos est clairement construit autour de l’élaboration d’un cadre référentiel de pratiques « capacitantes», pensé comme alternatif à celui du « capital humain» et de la logique en termes de « compétences» et « d’employabilité». En effet, dans le premier référentiel, l’accès aux opportunités d’évolution de carrière relève de la seule responsabilité individuelle du salarié et de son habileté à mobiliser des leviers informels. Dans le second, le développement professionnel des individus s’inscrit dans une problématique collective où l’entreprise formalise, selon des modalités spécifiques, des pratiques qui combinent sécurité d’emploi et opportunités de développement. Comme le note l’auteure, si le management, en tant que pratique formalisée de gouvernement des organisations, apparaît comme une variable structurante des pratiques, certaines entreprises fonctionnent davantage sur le mode des arrangements interpersonnels qui peuvent également s’avérer tout aussi favorables. L’essentiel étant néanmoins que « que soit accordée une valeur spécifique à l’humain et cultivé un sens du collectif favorable à son développement » (p. 128).

4Prenant appui sur les pratiques observées dans l’entreprise Big trucks, organisation décrite comme la plus conforme au type-idéal d’une politique du « développement humain », Bénédicte Zimmermann termine son ouvrage par une montée en généralité à partir des principales dimensions favorables à cette dernière. Parmi celles-ci, la formation, comme espace d’ouverture des possibles, la participation, au delà du cadre réglementaire du « dialogue social » et des institutions représentatives du personnel, ainsi que l’attention portée à l’équilibre vie privée/vie professionnelle apparaissent comme des facteurs déterminants. La sécurité dans l’emploi est, bien entendu, le premier et le plus décisif de ces facteurs, dans la mesure où l’exigence d’adaptabilité des salariés, prescrite par un environnement économique de plus en plus concurrentiel, appelle une nécessaire durabilité de l’inscription des individus dans le cadre de parcours professionnels envisagés sur le long terme.

5Dans le premier compte rendu publié par Liens socio de l’ouvrage, François Garnier saluait la force de sa thèse principale, à savoir que : « les univers productifs peuvent conjuguer concrètement flexibilité et sécurité en s’inscrivant dans un projet dégagé de visions à court terme »7. Si cette thèse emporte effectivement la conviction du lecteur, il demeure en revanche dubitatif sur les conditions structurelles de possibilité de politiques d’entreprise conformes au modèle de « l’organisation capacitante » décrite par l’auteure. L’acharnement de la sphère financière à exiger des taux de rentabilité actionnariale déconnectés de toute réalité économique, tout en ayant entraîné la zone euro dans une situation de déflation chronique8, ne réduit-il pas à néant les chances de diffusion du modèle alternatif au « capital humain » défendu par Bénédicte Zimmermann ? L’analyse critique, par cette dernière, de la loi consécutive à l’accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013, ne fait qu’ajouter à la perplexité sur ce point. Y aurait-il dès lors, dans la sphère productive, des espaces plus résistants que d’autres, à l’hégémonie du « capital humain » comme référentiel des pratiques managériales ? Par exemple, les organisations de l’économie sociale et solidaire, dont le développement et le champ d’exercice ont été récemment consacrés par une loi9, constituent elles un « écosystème » plus favorable à la diffusion de pratiques plus soucieuses du « développement professionnel » de leurs salariés ?

Haut de page

Notes

1 Loi n° 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l'emploi, qui s’inscrit dans le prolongement de l’accord national interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2013. Rapport consultable URL : http://www.assemblee-nationale.fr/14/pdf/rapports/r0847-tii.pdf

2 Les études citées sur les pratiques de formation en entreprise montrent en effet que « les durées des formations ont drastiquement fondues et que la certification s’est effondrée ».

3 Voir Friot, Bernard. Puissances du salariat. Paris: la Dispute, 2012 (2nde édition).

4 Ferreras, Isabelle. Gouverner Le Capitalisme ? : Pour Le Bicamérisme Économique. 1re édition. Paris: PUF, 2012.

5 Fernagu Oudet, Solveig, « Concevoir des environnements de travail capacitants :l’exemple d’un réseau réciproque d’échanges des savoirs », Formation emploi 119, no. 3 (November 13, 2012): 7–27.

6 Parmi les événements identifiés comme charnières, voir les journées de Deauville dont les actes ont été publiés: « Conseil national du patronat français. Journées internationales de la formation : objectifs compétences». Paris, France: CNPF, 1998.

7 http://www.liens-socio.org/Ce-que-travailler-veut-dire-Une#nb1

8 http://lectures.revues.org/14465

9 http://www.assemblee-nationale.fr/14/dossiers/economie_sociale_solidaire.asp#ETAPE309406

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Hély, « Bénédicte Zimmermann, Ce que travailler veut dire : une sociologie des capacités et des parcours professionnels », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 28 juillet 2014, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15204

Haut de page

Rédacteur

Matthieu Hély

Maître de conférences en sociologie à l’Université Paris Lumières (Site Paris Ouest-Nanterre) et chercheur à l’IDHES (UMR CNRS 8533)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page