Navigation – Plan du site

Lorenzo Bosi, Charles Demetriou, Stefan Maltaner (dir.), Dynamics of Political Violence. A Process-Oriented Perspective on Radicalization and the Escalation of Political Conflicts.

Luc Chicoine
Dynamics of Political Violence
Lorenzo Bosi, Chares Demetriou, Stefan Malthaner (dir.), Dynamics of Political Violence. A Process-Oriented Perspective on Radicalization and the Escalation of Political Conflict, Ashgate, coll. « The Mobilization Series on Social Movements, Protest, and Culture », 2014, 320 p., ISBN : 978-1-4094-4351-3.
Haut de page

Texte intégral

1Quels sont les facteurs qui déterminent si une lutte sociale dégénérera en conflit violent ? Pourquoi certains groupes contestataires sont-ils plus à même de se tourner vers des actions violentes que d'autres ? Comment l'escalade vers la violence politique dans un pays peut-elle influencer la radicalisation d'un mouvement social dans un autre pays ? Toutes ces questions auquel tente de répondre cet ouvrage convergent vers une réflexion globale sur la radicalisation des mouvements sociaux, généralement comprise comme le moment du passage vers les actions politiques violentes.

2Cet ouvrage collectif se divise en quatre sections correspondant respectivement aux quatre dynamiques-processus – process-dynamics – d'importance menant, pour les auteurs, à une radicalisation des conflits sociaux ; les dynamiques conflictuelles ayant lieu entre les mouvements sociaux et l'État, les dynamiques de compétition entre les différents groupes à l'intérieur des mouvements sociaux, les dynamiques de cadrage et de formation des significations liées au conflit et finalement, les dynamiques de diffusion transnationale. Chaque section compte trois chapitres, ce qui permet d'analyser sous plusieurs angles et sur différents terrains de recherche, les dynamiques-processus en cause.

  • 1 Doug Mc Adam, Sydney Tarrow, Charles Tilly, Dynamics of contention, Cambridge, Cambridge University (...)

3Afin d'explorer ces problématiques qui se situent à la frontière entre la sociologie et la science politique, les auteurs font appel à l'approche de la politique du conflit – contentious politics – telle que développée par McAdam, Tarrow et Tilly1, approche traditionnelle dans l'étude des mouvements sociaux. Cette école de pensée se démarque des autres théories étudiant la violence politique principalement en s'attardant sur la contextualisation de ces phénomènes.

  • 2 Charles Tilly, The Politics of Collective Violence, Cambridge, Cambridge University Press, 2003

4Ainsi, la violence politique sera perçue comme relevant d'un choix tactique ou stratégique de la part de certains militants, insérée dans un continuum de politique du conflit, plutôt que d'être considérée comme un phénomène sui generis. Cette focale théorique permet également d’intégrer les groupes militants violents dans le champ plus large des acteurs contestataires impliqués dans le conflit plutôt que de les considérer isolément du reste de la société civile. Finalement, l'approche en question souligne l'importance de l'État et de ses actions dans la configuration des dynamiques contestataires, et donc de leur radicalisation éventuelle, et permet d'inscrire celles-ci dans une trame temporelle plus large que celle circonscrite par l'apparition des épisodes de violence. Le but visé par cette contextualisation de la violence politique est d'aider à identifier des mécanismes récurrents permettant de comparer différents épisodes de conflits sociaux fussent-ils éloignés dans le temps ou dans l'espace sans pour autant perdre de vue la spécificité de chacun d'entre eux2.

5À la lecture de la première section du livre, on constate déjà la variété des sujets offerte par les différents chapitres de l'ouvrage. Celui écrit par Hank Johnston intitulé The Mechanisms of Emotion in Violent Protest tente d'insérer dans la théorie de la politique des conflits un aspect émotionnel important. Il s'arrête particulièrement sur deux émotions ; la peur et la colère, qu'il analyse de manière à schématiser leurs impacts respectifs sur la radicalisation – comprise comme un passage à l'utilisation de la violence – des forces contestataires. Or, dans son chapitre intitulé Process of Radicalization and De-Radicalization in Western European Prisons (1965-1986), Christian G. De Vito critique une telle définition du terme de radicalisation qui objectiverait le processus et mènerait à un parti pris de la part de certains scientifiques utilisant « des approches idéologiquement biaisées » (p. 99). Il prétend que ces experts seraient plus enclins à chercher comment prévenir la radicalisation qu'à l'étudier comme phénomène propre. On en vient à se demander si cette critique ne vise pas directement le chapitre de Lasse Lindekilde dont la question principale de recherche semble être : comment éviter la radicalisation des forces contestataires vers le terrorisme suite à l'adoption par les États de mesures antiterroristes ?

6La seconde section de l'ouvrage s'attarde sur les dynamiques internes des mouvements sociaux, en se demandant comment celles-ci peuvent pousser à la radicalisation. Le principal facteur de ce passage à la violence semble être la compétition entre des groupes différents ayant des revendications similaires. Le chapitre 5 étudie ce phénomène auprès des groupes d’extrême-gauche en Italie dans les années 1960 et 1970 alors que le chapitre 6 se penche plutôt sur les dissensions internes dans l’organisation Civil Rights Movement (CRM) à la même époque, celles-ci se révélant être l’un des principaux déclencheurs de l’escalade de la violence politique en Irlande du Nord dans les décennies subséquentes. A contrario, le chapitre 7 démontre pourquoi la compétition souvent féroce entre l'African National Congress (ANC) et le Pan Africanist Congress (PAC) n'a pas mené à une radicalisation plus marquée de ces groupes pendant l'Apartheid sud-africain. Ce contre-exemple de Devashree Gupta permet de raffiner le modèle théorique en y incorporant de nouvelles notions ouvrant des avenues intéressantes pour des recherches futures.

  • 3 Erving Goffman, Frame analysis : an Essay on the Organization of Experience, New York, Harper and R (...)

7Les auteurs de la troisième section proposent d’appliquer la notion de cadrage telle que développée par Erving Goffman3 ici appliquée à l’analyse des mouvements sociaux et de leur éventuel passage à la violence politique. Alimi et Johnston observent plus particulièrement l’évolution du cadrage au cœur de l'islamisation du nationalisme palestinien résumé par le syntagme : les moudjahidines palestiniens mènent un djihad contre les infidèles sionistes/occidentaux. Le chapitre suivant se penche plutôt sur les cadrages utilisant le genre afin de modeler la perception du public devant des actes de violence politique. Dans cette perspective, Jocelyn Viterna examine le cas du Front Farabundo Marti de libération national (FMLN) au El Salvador qui proposait un cadrage justificatif de ses actions violentes des années 1980 reposant grandement sur une volonté de protéger les femmes vulnérables alors que ses adversaires, les forces armées salvadoriennes, étaient perçues comme une menace pour celles-ci.

8La dernière section de l'ouvrage porte essentiellement sur les dynamiques et processus de diffusion transnationale des cadrages, des tactiques et des répertoires d’actions. Eduardo Romanos s'intéresse aux positions plus radicales soutenues par la diaspora espagnole dans son opposition au régime franquiste. Elmin Alper de son côté, observe plutôt l'influence des mouvements étudiants occidentaux dans les années 1960 sur les mouvements étudiants turcs, notamment en leur permettant de développer une plus grande confiance en leurs moyens. Finalement, Ekaterina Stepanova examine l'évolution récente du terrorisme de type Al-Quaïda comme un ensemble de processus interconnectés et non linéraires (p. 288). Ellecontredit ainsi les conclusions des l'approches dominantes sur cette question qui ont plutôt tendance à analyser des facteurs statiques (économiques, religieux, psychologiques) plutôt que dynamiques (basés sur les acteurs) expliquant la prolifération du terrorisme global.

9Une des pionnières des études sur le terrorisme, Martha Crenshaw, nous offre en guise de postface ses réflexions personnelles suite à la lecture de l'ouvrage. Ses remarques sont intéressantes, bien que son appel final à la collaboration des chercheurs avec les décideurs publics dans le but de prévenir la radicalisation semble directement tomber dans le travers dénoncé par Christian G. De Vito au chapitre 4.

10L'étude de la violence, à la loupe de la politique du conflit de McAdam, Tarrow et Tilly s'avère une avenue de recherche très intéressante et plutôt fertile ; le livre offre un excellent aperçu de l'état de la recherche sur ces questions aujourd'hui. Il nous rappelle l'importance du contexte dans l'émergence des différentes formes de violence politique, sa possible contingence, et évite ainsi de tomber dans le travers de la simplification à outrance, ce qui en soi, est d'un grand mérite. L'ajout des paramètres émotionnels dans l'étude des mouvements sociaux violents tel qu'effectué par Hank Johnston me semble particulièrement porteur pour l'avenir de cette approche théorique, malgré l'absence de définition claire des principaux termes utilisés (colère, peur, radicalisation, violence, etc.) nécessaires afin de s'assurer que ces constructions théoriques ne reposent pas sur du sable.

Haut de page

Notes

1 Doug Mc Adam, Sydney Tarrow, Charles Tilly, Dynamics of contention, Cambridge, Cambridge University Press, 2001

2 Charles Tilly, The Politics of Collective Violence, Cambridge, Cambridge University Press, 2003

3 Erving Goffman, Frame analysis : an Essay on the Organization of Experience, New York, Harper and Row, 1974.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Chicoine, « Lorenzo Bosi, Charles Demetriou, Stefan Maltaner (dir.), Dynamics of Political Violence. A Process-Oriented Perspective on Radicalization and the Escalation of Political Conflicts. », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 30 juillet 2014, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15205

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page