Navigation – Plan du site

Alina Surubaru, La fragilité des liens marchands. Sociologie de la sous-traitance internationale.

Constance Guers
La fragilité des liens marchands
Alina Surubaru, La fragilité des liens marchands. Sociologie de la sous-traitance internationale, Paris, Editions Pétra, coll. « Europe : terrains et sociétés », 2014, 226 p., ISBN : 978-2-84743-086-8.
Haut de page

Texte intégral

1Au travers du cas particulier du marché de la sous-traitance internationale dans le secteur de l’habillement Roumain, Alina Surubaru montre comment s’opère le choix à distance d’un partenaire d’affaires et plus particulièrement dans quelle mesure ce choix varie selon le contexte socio-institutionnel. Ancré dans le champ de la sociologie économique, lequel l’échange marchand s’agence au sein d’une configuration socio-historique déterminée que l’analyse doit mettre au jour, cet ouvrage présente une réflexion sur la fragilité des liens marchands. L’auteure montre en effet comment la fidélité ou l’infidélité structurent les engagements marchands en général. L’un des intérêts majeurs de l’ouvrage consiste à rendre compte de la transformation des structures de marché et de la sous-traitance roumaine.

2Cette approche sociologique de l’engagement marchand s’appuie sur une enquête empirique réalisée entre 2005 et 2008 reposant sur 54 entretiens réalisés avec différents acteurs : dirigeants d’entreprise, représentants du patronat, délégués syndicaux, fonctionnaires, anciens dirigeants d’entreprise et plusieurs journalistes, une série d’observations, dont celles de plusieurs salons professionnels, et un stage d’une semaine dans une entreprise du secteur de l’habillement, qui permet à l’auteure de décrire la manière dont les producteurs roumains interagissent avec plusieurs clients à la fois. L’auteure a également exploré des archives du parti communiste et de la presse professionnelle, afin de définir le cadre institutionnel roumain. Ce livre s’apparente par le plaisir qu’il procure à un roman de l’expérience des entrepreneurs sous-traitants roumains du secteur de l’habillement et les logiques de leurs engagements marchands de 1970 à nos jours. L’auteure concilie l’étude de l’acteur et celle du système et rappelle avec honnêteté les difficultés rencontrées durant son étude.

  • 1 Cette planification était fondée « sur l’idée que l’équilibre optimal économique pouvait être attei (...)

3Au début de l’ouvrage, l’auteure dresse un portrait de la société économique communiste roumaine et de ses impacts socio-économiques sur les liens marchands et le sens que les acteurs lui donnent. La Roumanie est un des premiers pays socialistes à nouer des liens avec des pays capitalistes. Faute de ressources suffisantes pour pénétrer les marchés étrangers, la sous-traitance s’avère être une bonne opportunité pour les entreprises roumaines. Les producteurs roumains commencent à se familiariser avec les règles du commerce international tout en respectant la planification1 socialiste. Dans un pays où les liens marchands sont étroitement encadrés, le gouvernement ne régule pas directement les relations entre les acteurs économiques. Contrairement à ce que l’on peut penser, les premiers chapitres montrent que le plan socialiste n’implique pas une homogénéisation des entreprises, l’auteure suggérant l’existence de marges de manœuvre de la part des entrepreneurs roumains. Ce n’est pas le moindre des intérêts de l’ouvrage que de pointer celles-ci. L’auteure montre que les sous-traitants pouvaient se différencier par la mobilisation de différentes ressources : spécialisation par produit, réputation, réseau professionnel et personnel, règle de droit... L’étude vise ainsi à montrer que ces producteurs du secteur de l’habillement ont su réaliser des compromis entre les impératifs du plan et les exigences du commerce international, à l’origine de la sous-traitance roumaine.

4Surubaru met en exergue qu’un certain type de médiation a rendu ces échanges possibles et a « contribué à l’apparition d’un noyau dur d’exportateurs roumains dans l’habillement » (p. 47) : le ministère du commerce extérieur roumain validait les décisions d’échanges avec des partenaires étrangers par le biais d’entreprises d’import-export. Avec la planification, les sous-traitants devaient exporter une quantité définie de biens chaque année. Les contrats de longue durée étaient donc favorisés, car ils permettaient aux entrepreneurs et à l’état d’anticiper l’organisation de la production. Généralement le choix d’exporter convergeait plutôt vers des marchés stables (tel que la mode masculine moins changeante que la mode féminine). Dès lors l’auteure montre comment les entreprises se spécialisent simultanément sur différents types de marché : roumain, soviétique et occidental, et font varier les standards de qualité.

5Après la chute du régime, Surubaru note que la sous-traitance étrangère se maintient. Les entretiens qu’elle réalise indiquent que le marché roumain interne intéresse moins les anciens entrepreneurs socialistes car le pouvoir d’achat des roumains reste faible. Désormais les échanges de commerce international peuvent se produire sans l’intervention des autorités centrales.

6Au début des années 1990, les membres de direction et salariés du secteur de l’habillement investissent dans les ateliers de confection. Les PME se multiplient sans pour autant concurrencer les grandes productions sous-traitantes déjà insérées, puisqu’elles possèdent une faible capacité de production surtout au cours des années 1990, ainsi leur position sur le marché reste fragile. L’auteure souligne qu’elles acceptent souvent tous types de condition de la part des donneurs d’ordres et qu’elles exercent sur le marché de la sous-traitance roumaine un type de concurrence qui n’existait pas auparavant. Contrairement aux anciennes unités de production socialiste la sous-traitance est un choix moins évident pour les nouveaux petits entrepreneurs. Ils n’ont pas de contacts à l’étranger et lorsqu’ils ont recours à la sous-traitance internationale c’est par le biais d’intermédiaires privés ou de « concours exceptionnel de circonstances » (p. 88). À partir des observations sur la manière dont les producteurs roumains interagissent avec plusieurs clients à la fois, Surubaru montre qu’en fonction des opportunités, ils se définissent soit comme producteur indépendant, soit comme sous-traitant. Pour l’auteure ces stratégies leurs permettent de s’installer durablement et de s’adapter plus rapidement au marché. Certaines entreprises élargissant leur gamme de service deviennent des entreprises pivots à la tête d’un réseau de sous-traitance, d’autres parviennent à se maintenir en tant que sous-traitant de second rang.

7La mise en évidence des manières dont ces « nouveaux » entrepreneurs introduisent des changements dans les relations avec les donneurs d’ordres occidentaux permet à l’auteure de se démarquer des études qui accordent peu de place à l’acteur et ses stratégies. Si sous le régime communiste, la réussite des sous-traitants reposait sur leurs capacités à s’organiser durablement sur de grosses commandes, après la chute du régime, la réussite des entrepreneurs réside dans leur capacité de flexibilité, de réactivités et de polyvalence. Désormais certains donneurs d’ordres exigent que les sous-traitants prennent en charge une partie du processus de création industrielle, ce qui était moins le cas auparavant. Cela amène certaines entreprises à se spécialiser davantage et à innover sur le marché. À travers de nombreux exemples l’auteure montre que les sous-traitants ne sont pas démunis de ressources et qu’ils disposent de stratégies permettant « de jouer sur les règles contractuelles et défendre ainsi leur position sur le marché de la sous-traitance internationale » (p. 141).

8Il faut souligner l’intérêt particulier des chapitres portant sur l’institutionnalisation progressive des organisations patronales. Celles-ci promeuvent l’activité d’une partie des entreprises roumaines du secteur de l’habillement mais leurs capacités à instaurer une cohérence d’ensemble des activités productives sous-traitantes restent faibles, notamment dues à l’hétérogénéité des échanges et des positions des différentes entreprises. Les patrons invoquent la difficulté de se mettre d’accord et de travailler ensemble surtout dans des contextes instables, qu’ils ne maitrisent pas toujours. L’équilibre du marché de la sous-traitance est constamment remis en cause individuellement et collectivement.

9Dans les années 2000, la crise induit un glissement des stratégies des acteurs, on assiste à l’apparition de nouveaux acteurs économiques, de nouvelles formes de coopération et une intensification de la concurrence. L’auteure brosse de façon détaillée ces changements du contexte socio-institutionnel. La sous-traitance internationale s’impose une fois de plus comme la principale stratégie de positionnement sur le marché. Une partie des grands donneurs d’ordres décentralisent la gestion de la sous-traitance en Roumanie en ouvrant des centrales d’achats afin de mettre en concurrence les sous-traitants et élargir le choix de l’offre. Les donneurs d’ordres de taille moyenne délocalisent leur outil de production en Roumanie pour rester compétitifs et deviennent de sérieux concurrent des sous-traitants roumains. Les stratégies opportunistes s’intensifient et permettent de gérer l’instabilité des liens marchands.

10Pour conclure, cet ouvrage riche d’exemples nous montre comment évolue et se transforme la structure des rencontres sur le marché de la sous-traitance roumaine. La perspective chronologique de l’histoire de la Roumanie retrace une dynamique qui permet de comprendre certains mécanismes à l'œuvre sur le marché. Le passage d’une économie planifiée à une économie libérale montre comment les producteurs roumains se voient obligés face à l’incertitude de mettre en place de nouvelles stratégies d’insertion sur le marché. Les séparations et « le non renouvellement des échanges donnent sens aux efforts faits par les acteurs pour rendre durables les transactions » (p. 209). Sans pour autant rester dans une logique exclusive de l’opportunisme l’auteure met en lumière avec originalité les subtilités des rouages marchands et l’importance de l’incertitude liée à différents partenaires socio-économiques. Cet ouvrage constitue un travail conséquent et ouvre des pistes pour renouveler les études sur le lien marchand sans le sur socialiser et le percevoir comme totalement dépendant d’une configuration socio-historique. Surubaru montre comment l’incertitude qui réside dans l’échange marchand représente à la fois une contrainte mais aussi une ressource importante concernant la gestion des activités économiques. Cette dualité est solidement ancrée dans la vie économique moderne et la caractérise.

11

Haut de page

Notes

1 Cette planification était fondée « sur l’idée que l’équilibre optimal économique pouvait être atteint par une distribution centralisée des matières premières et des forces de production, les prix étant fixés par l’état » (pp.25-26). Ainsi les autorités roumaines décidaient de la politique général de développement du pays

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Constance Guers, « Alina Surubaru, La fragilité des liens marchands. Sociologie de la sous-traitance internationale. », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 31 juillet 2014, consulté le 15 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15209

Haut de page

Rédacteur

Constance Guers

Doctorante en sociologie au CRC (Centre de recherche sur les risques et les crises), membre de la Chaire « Ingénierie de la résilience et sécurité » à l’École des Mines de Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page