Navigation – Plan du site

Luca Paltrinieri (dir.), L’usage des plaisirs et le Souci de soi de Michel Foucault. Regards critiques 1984-1987

Guillaume Brie
L'Usage des plaisirs et Le Souci de soi de Michel Foucault
Luca Paltrinieri (dir.), L'Usage des plaisirs et Le Souci de soi de Michel Foucault. Regards critiques 1984-1987, Caen, Presses universitaires de Caen, coll. « Regards critiques. », 2014, 378 p., ISBN : 978-2-84133-498-8.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage coordonné par Luca Paltrinieri présente vingt comptes-rendus parus entre 1984 et 1987 à propos de la publication des tomes 2 et 3 de L’usage des plaisirs et Le Souci de soi de Michel Foucault. Ces « regards critiques » autour des deux ouvrages de Foucault permettent de resituer les enjeux et les effets liés à la première réception de ces deux volumes dans les champs historiques et philosophiques en France et dans le monde anglo-saxon. Un espace des points de vue est rendu possible par la diversité des commentateurs réunis – philosophes, historiens, journalistes, romanciers, essayistes, politistes – et des lieux de publication utilisés : magazines d’informations générales, quotidiens nationaux, revues spécialisées, etc. Chacun des comptes-rendus fait l’objet d’une courte présentation par des contributeurs spécialistes des travaux de Foucault qui ont aussi choisi ces textes pour mettre en perspective l’accueil difficile et contrasté de ces deux tomes à partir du point de vue d’auteurs plus ou moins familiers avec la pensée foucaldienne. Et de permettre au lecteur, aujourd’hui, d’appréhender dans quelle mesure, trois décennies après, ces deux opus constituent une actualité stimulante pour la réflexion autour des processus de subjectivation notamment.

  • 1 Le terme de « subjectivation » désigne chez Foucault un processus par lequel on obtient la constitu (...)
  • 2 Touraine Alain, Khosrokhavar Farhad, La recherche de soi, dialogue sur le sujet. Entretiens avec Al (...)
  • 3 Ibid., p.334.

2En effet, si la parution de L’usage des plaisirs et du Souci de soi représente une « révolution copernicienne » (p. 24) dans les travaux et la pensée de Michel Foucault – qui s’intéresse non plus tant au couple savoir-pouvoir qu’au rapport de soi à soi dans la perspective d’une stylisation de son existence, pour le dire très schématiquement – il nous semble que la publication de ces comptes-rendus positionne le lecteur dans une interrogation autour des usages possibles de la pensée foucaldienne sur la subjectivation1. Plus précisément, à la lecture des vingt recensions, on remarque l’oscillation des critiques entre, principalement, deux pôles épistémologiquement différents : d’un côté il y aurait la possibilité de penser avec Foucault le travail de subjectivation comme la possibilité pour tout individu de devenir sujet moral de ses actions, et en l’occurrence comme sujet d’une « sexualité ». Cette ligne de lecture rappelle d’une certaine façon le postulat théorique d’Alain Touraine sur la question du sujet : « Tout individu peut devenir sujet, même s’il est prisonnier du péché, de chaînes, de réseaux financiers ; même s’il n’est sujet que par sa propre souffrance et sa protestation »2. La notion de sujet comme rapport à soi poserait la question de la subjectivation contre l’individualisme. Au fond, ce désir d’être sujet serait constitutif de « la bataille contre le déchaînement des instruments et des pouvoirs »3. L’autre pôle consiste à comprendre que ce rapport à soi constitue un intensificateur du rapport social, c’est-à-dire une sorte d’opérateur de la construction des rapports sociaux avec les autres. Autrement dit, si l’individu est le produit de l’action qu’il mène sur lui, il est aussi le produit des rapports sociaux qui le constituent et le déterminent.

3Ainsi, chaque compte-rendu présenté dans l’ouvrage permet d’appréhender ces modulations et par contraste, aide à mieux comprendre la complexité vers laquelle tend la pensée de Foucault à ce moment de sa trajectoire intellectuelle. Par exemple, Jean-François Revel – qui signe un compte-rendu publié dans le journal Le Point le 23 juillet 1984, intitulé : « Michel Foucault : l’individu, l’ultime recours » (p. 107) – montre comment Foucault passerait du social à l’individu. Revel y explique effectivement comment le philosophe serait passé « d’une philosophie de la libération de l’homme par la transformation de la société à une philosophie de sa libération par la « culture de soi », les « techniques du moi », la construction de l’individu par lui-même ». Et d’ajouter dans la continuité que  « ce n’est plus de la révolution sociale qu’il faut espérer le bonheur » mais du « souci de soi » (p. 113). On peut remarquer que la recherche d’une morale à partir d’une redécouverte des Anciens par Foucault autorise une lecture libérale de l’individu ; recherche d’une morale qui constitue par ailleurs le leitmotiv des vingt comptes-rendus. En effet, les recensions présentées insistent toutes sur ce qui intéresse Foucault dans ses deux tomes : la manière dont les individus sont appelés à se constituer comme les sujets d’une conduite morale. À front renversé, on retrouve dans l’ouvrage le pendant d’une lecture plus sociale. L’historien québécois René Payant écrit la même année dans le magazine culturel Spirale une recension qui met au jour les dimensions sociale et politique du questionnement de Foucault autour de la recherche de l’esthétique de l’existence. Si cette dernière formule peut sembler abstraite, Payant insiste, comme d’autres auteurs réunis dans l’ouvrage, sur le fait que Foucault ne rabat pas toutes ses analyses sur l’émergence d’un nouvel individualisme mais qu’il nous invite à mieux regarder. Par exemple, Payant explique comment Foucault, à partir des pratiques grecques de la diététique, de l’économie et de l’érotisme, retrace « toutes les nuances, les inflexions, les reformulations qui marquent la conception du rôle de la sexualité dans la formation de soi comme être social » (p. 119). Les analyses menées sur le rôle et la place de la sexualité dans les sociétés anciennes par Foucault, stimulent également une réflexion sur la domination sociale. Des comptes-rendus insistent sur la domination des autres, sur la redistribution des pouvoirs au sein de la classe dominante, sur le statut et les fonctions de la femme à cette période, sur la déconstruction des clichés sur « l’amour grec » et sur la complexité de la relation pédérastique, etc. Pour ainsi dire, les termes employés par Foucault comme le « rapport de soi à soi », le « souci de soi », la « stylisation de son existence », être le « sujet moral de ses actions », sont connectés par le philosophe entre l’éthique et le social dans la mesure où cette culture de soi constitue particulièrement une « morale écrite par des hommes libres pour des hommes libres » comme le souligne Gilles Barbedette (p. 75). L’identification par Foucault de cette posture socialement située est à plusieurs reprises soulignée dans les comptes-rendus, comme par exemple dans la recension écrite par le philosophe Michael Ignatieff : « Foucault est clair sur le fait que si les morales sont historiquement relatives, c’est parce que chacune d’entre elles est adressée à un public déterminé : dans ce cas, les hommes adultes citoyens qui constituaient la communauté civique de la vie grecque » (p. 309). Ainsi, et de manière générale, l’ensemble des comptes-rendus constitutifs du livre montre le paradoxe d’une société qui s’impose des contraintes et contrarie fortement les clichés d’une débauche à la grecque. D’abord parce que les auteurs rappellent que les pensées abusivement unificatrices sur le monde grec et sur la sexualité sont battues en brèche par les analyses de Foucault et d’autre part parce que cette sagesse de la liberté personnelle est socialement située, comme le suggère, à contrepoint, l’intellectuel québécois Heinz Weinmann : « La vox populi n’a pas voix au chapitre tout simplement parce que son sexe est aphasique » (p. 128).

  • 4 Bourdieu Pierre, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil, 1997, p.312.

4Au final, les textes réunis dans le livre de Paltrinieri interrogent en filigrane le rapport entre l’éthique des plaisirs et l’aliénation de soi. Si « savoir jouir est en définitive savoir-être-libre » comme l’affirme la philosophe Katy Barasc (p. 140), la question de la liberté par rapport au corps dans le monde social invite simultanément à l’analyse des déterminismes sociaux pour lesquels on est toujours surpris de voir à quel point les volontés s’ajustent aux possibilités et les désirs au pouvoir de les satisfaire4. Autrement dit, la critique qu’on pourra faire à certains comptes-rendus, c’est de proposer une image trop « idéaliste » de l’individu, qui, à trop mettre l’accent sur le sujet, occulte les rapports de domination qui le contraignent.

Haut de page

Notes

1 Le terme de « subjectivation » désigne chez Foucault un processus par lequel on obtient la constitution d’une subjectivité. Au rebours des philosophies du sujet, le philosophe propose une analyse qui donne à penser le sujet comme un objet historiquement constitué sur la base de déterminations qui lui sont extérieures.

2 Touraine Alain, Khosrokhavar Farhad, La recherche de soi, dialogue sur le sujet. Entretiens avec Alain Touraine, Paris, Fayard, 2000, p.204.

3 Ibid., p.334.

4 Bourdieu Pierre, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil, 1997, p.312.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Brie, « Luca Paltrinieri (dir.), L’usage des plaisirs et le Souci de soi de Michel Foucault. Regards critiques 1984-1987 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 03 août 2014, consulté le 08 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15218

Haut de page

Rédacteur

Guillaume Brie

Sociologue, chercheur associé au laboratoire d’analyses socio-anthropologiques du contemporain (Lasco) du centre de recherches Sophiapol (EA3932) à l’Université Paris Ouest

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page