Navigation – Plan du site

Jacques Le Goff, Faut-il vraiment découper l’histoire en tranches ?

Virginie Tournay
Faut-il vraiment découper l'histoire en tranches ?
Jacques Le Goff, Faut-il vraiment découper l'histoire en tranches ?, Seuil, coll. « La Librairie du XXIe siècle », 2014, 207 p., ISBN : 978-2-02-110605-3.
Haut de page

Texte intégral

1Avec Faut-il vraiment découper l’histoire en tranches ?, Jacques Le Goff souhaitait-il nous livrer son testament intellectuel ? En effet son dernier opus ne déroge pas à la posture qui alimenta toute son œuvre, notamment sur le plan de la méthodologie historique et des effets concernant la production de connaissances sur le passé. C’est le cœur même de la pratique de mise en histoire que le médiéviste interroge dans son dernier ouvrage. Ainsi, l’histoire, objet à la fois intellectuel et charnel – doit s’envisager sur la longue durée et sa périodisation doit rendre compte de lentes évolutions et non pas des scansions basées sur les grands événements. On y retrouve un plaidoyer pour la reconnaissance d’un long Moyen Âge dans lequel la Renaissance constitue une ultime sous-période, c’est-à-dire un changement important mais non majeur, qui s’inscrit en directe continuité du Moyen Âge plutôt qu’il ne lui succède.

2Cet ouvrage traite de la façon dont les historiens organisent le passé en strates temporelles, et plus précisément de l’histoire de la périodisation dans les différentes civilisations. Cette construction collective est permise par l’organisation progressive d’une profession et des institutions de transmission du savoir. C’est elle qui fournit une représentation continue et globale du passé, qui la constitue en une branche singulière du savoir et en une matière d’enseignement. C’est également cette institutionnalisation des lieux d’enseignement qui forge la mémoire des sociétés humaines et donc, son « histoire ». Les systèmes d’établissement de la vérité historique se développent dès les XVIIe et XVIIe siècles ; ils impliquent des concurrences de périodisations et de mise en histoire. L’institutionnalisation de l’histoire nationale s’affirme au XIXe siècle avec l’accession de certains historiens aux plus hautes fonctions politiques et la nécessité pour les gouvernants européens de souligner l’importance des États-nations dans les consciences collectives. L’histoire devient matière à enseignement. Cet aspect tranche avec les autres civilisations et continents qui assurent alors la transmission de l’histoire par des voies religieuses plutôt que pédagogiques. Il n’en demeure pas moins que les modèles explicatifs des successions historiques sous-tendent divers sentiments à l’égard du temps et témoignent de la pensée dominante des civilisations à une époque considérée. Toutes les conceptions du temps sont ainsi susceptibles d’être rationalisées et expliquées.

3La mise en histoire n’est jamais un acte neutre ou innocent mais toujours artificiel et provisoire. Sa constitution et sa transmission évoluent avec l’histoire elle-même. Ainsi, la volonté d’inscrire une périodisation officielle du passé est relativement récente. Jusqu’aux XIVe et XVe siècle, la seule coupure chronologique est la nativité du Christ. Ensuite, des écrivains majoritairement italiens, ont tenté de faire émerger une nouvelle culture, à la frontière d’une antiquité imaginaire et d’une modernité imaginée. Ils désignèrent cette nouvelle ère : « l’âge moyen ». Et toujours : différents positionnements politiques et conceptions philosophiques sont susceptibles de justifier la périodisation historique, tels que la logique marxiste qui décrit les grands changements de l’histoire à partir de la transformation des forces de production. Mais la complexité des remaniements sociaux et culturels fait préférer à Jacques Le Goff l’idée d’un long continuum moyenâgeux dans lequel s’insère la dernière Renaissance d’un long Moyen-Âge, précédée de multiples renaissances aux linéaments plus anciens. Si le système intellectuel et culturel des lettrés de la Renaissance est dominé par une organisation de la pensée autour de l’homme, ces réflexions ouvrant à l’humanité ne font que prolonger le Moyen-Âge. Les grandes ruptures demeurent rares. Pour l’auteur, cette continuité du Moyen-Âge à la Renaissance est plus nette dans le domaine politique. Elle se matérialise à travers la genèse de l’État moderne, marquée par la mise en place très progressive des institutions qui le caractérisent.

  • 1 Foucault, M. (1972), Histoire de la folie, Paris, Gallimard.

4La réflexion de l’auteur aboutit à celle du statut à donner à cet instrument du savoir qui répond au désir de l’humanité d’avoir prise sur le temps dans lequel elle évolue. Il met un terme à l’idée intuitivement répandue selon laquelle les faits historiques existeraient objectivement et indépendamment de ceux qui la font, des témoins d’une époque, ainsi que de la seule interprétation de l’historien. Le bruit du dessous de l’histoire (Foucault, 19721), ce lieu premier et immédiatement concret de tout scénario historique devient aussi construit par des narrations relayées par un large réseau d’institutions. Par exemple, le facteur linguistique joue un rôle majeur dans la structuration de l’histoire en périodes et son institutionnalisation à plus large échelle. L’Europe devient après 1492 une Europe des nations et des langues.

5Qu’en est-il aujourd’hui de la mise en histoire d’une époque caractérisée par la mondialisation du temps ? Tout en gardant à l’esprit la nécessité de ne pas confondre mondialisation et uniformisation, la question de taille pour l’auteur concerne la périodisation et la déclinaison des passés civilisationnels. Les technologies de mémoire qui ont émergé durant la révolution française ont considérablement modifié le régime historiographique en permettant la notification plus soutenue des paroles, des projets et des démarches sur des supports matériels. L’ère du numérique constitue une nouvelle étape avec ses flux informationnels généralisés et continus. Comment et qui en fera(ont) un récit institué des grandes scansions ?

Haut de page

Notes

1 Foucault, M. (1972), Histoire de la folie, Paris, Gallimard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virginie Tournay, « Jacques Le Goff, Faut-il vraiment découper l’histoire en tranches ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 05 août 2014, consulté le 22 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15220

Haut de page

Rédacteur

Virginie Tournay

Chargée de recherche CNRS/ SciencesPo. Centre de recherches politiques de Sciences Po – CEVIPOF

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page