Navigation – Plan du site

José Rose, Mission insertion Un défi pour les universités

Guillaume Arnould
Mission insertion
José Rose, Mission insertion. Un défi pour les universités, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Des Sociétés », 2014, 240 p., ISBN : 978-2-7535-3356-1.
Haut de page

Texte intégral

1La lecture de cet excellent ouvrage de synthèse de José Rose fournira les clés de compréhension d’une problématique particulièrement importante tant d’un point de vue académique que politique : la liaison formation-emploi. L’auteur y ayant consacré une grande partie de ses travaux de recherche d’une part, et ayant participé à la mise en place concrète de dispositifs d’insertion professionnelle d’autre part ; le livre combine ainsi avec aisance les allers-retours entre théories et pratiques, tout en mobilisant des apports de sciences sociales variées : sociologie, économie, sciences politiques, sciences de l’éducation …

2José Rose ancre son analyse dans un contexte institutionnel particulier, celui de la réforme des universités. C’est d’ailleurs dans le premier chapitre qu’est exposée la mise en place des missions d’aide à l’insertion professionnelle découlant de la loi LRU (loi relative aux libertés et responsabilités des universités) de 2007. L’auteur en décrit les enjeux comme les difficultés autour d’une question qui finalement traversera l’ouvrage : est-ce de la responsabilité des universités de s’assurer de l’insertion professionnelle des étudiants ? Mais au-delà de cette question de principe (qui a été tranchée par cette loi) José Rose cherche surtout à étudier les différentes manières d’assurer une insertion professionnelle efficace des étudiants.

3La problématique lancinante des liens entre le domaine de formation et l’emploi qui en découle pour les individus reste une énigme tant pour les chercheurs que pour le grand public. Bien que les travaux classiques dans ce domaine aient montré dès les années 1980 qu’il n’existait pas d’adéquation systématique entre un diplôme et un métier, il reste plus pratique de considérer que chaque formation est « professionnelle » et conduit à un type d’emploi donné. Si on caricature ce débat c’est qu’in fine, il revient à poser la question de la spécialisation des études : faut-il apprendre des techniques poussées dans un domaine tel que la physique nucléaire ou le droit des faillites si l’on ne devient pas ensuite ingénieur, magistrat ou avocat ?

4On dépasse même cette question presque techniciste (qui porte sur le contenu des enseignements) en interrogeant la nature de service public de l’enseignement. On pourrait ainsi opposer un tronc commun de connaissances nécessaires à des grands champs de métiers (les métiers du droit, les métiers de l’automobile …) puis laisser ensuite aux branches professionnelles ou à des opérateurs spécialisés l’enseignement des compétences propres aux métiers (écoles d’avocats, de notaires, de carrosserie, de conception …). Cela correspond en grande partie au découpage opéré par l’économiste Gary Becker dans sa théorie du capital humain. Ce dernier traduisant une accumulation de caractéristiques propres aux individus, et monnayables sur un marché, allant de la santé aux connaissances. Elle s’applique donc à l’enseignement et distingue les connaissances et compétences qui sont valorisées par tous les métiers et celles qui sont « spécifiques » à un métier précis utile à une entreprise et qui sont valorisées par cette organisation en particulier.

5L’ouvrage de José Rose ne s’attarde pas sur ces questions et part du postulat que l’université doit se préoccuper du devenir de ceux qui passent par elle. Dans cette optique, des questions essentielles sont abordées : les conditions d’insertion professionnelle des étudiants, les manières de construire et réussir son parcours professionnel, les combinaisons entre emploi et formation au cours des études, la manière dont les cursus répondent aux attentes de « professionnalisation », et enfin les nombreuses expériences de mise en place de services spécialisés dans l’insertion professionnelle. On peut regretter qu’un tel ouvrage ne soit publié qu’en 2014 et ne se présente que modestement comme contribution à la réflexion quand on voit la richesse des analyses et des conclusions qu’il permet de réaliser.

6L’auteur montre que l’on ne manque ni de connaissances, ni d’ingéniosité quand il s’agit d’insertion professionnelle. Les nombreuses statistiques ou enquêtes qui ont été mises en place soit par les universités elles-mêmes, soit par le Cereq (Centre d’études et de recherches sur les qualifications) donnent une vision claire, longitudinale et assez robuste des conditions d’insertion. Confirmées par les travaux de la statistique publique, ces données rappellent que les diplômés de plus haut niveau de certaines spécialités connaitront d’excellentes trajectoires professionnelles. Pourtant elles ne répondront jamais au défi (bien souligné par le sous-titre de l’ouvrage) de former les individus tout au long de la vie … Car il est tout aussi évident que l’enseignement supérieur ne peut se réduire à la formation des grandes écoles pour des diplômés allant ensuite travailler dans la finance. Par ailleurs le livre décrit les nombreuses initiatives menées par les universités pour accompagner les étudiants de leur orientation jusqu’à leur recherche d’emploi.

7Dans un domaine où les déclarations fracassantes ont force de loi et permettent à de simples opinions de devenir des analyses fondées (de type « cette formation ne conduit pas à l’emploi »), la grande qualité du livre de José Rose est de souligner qu’il faut systématiquement aller dans les détails : le niveau de formation, le bassin d’emploi, les conditions socio-économiques de vie des étudiants … sont autant de facteurs qui engagent à éviter les réflexions à l’emporte-pièce trop généraliste, dans lesquelles on peut ranger le fameux « le diplôme protège du chômage ». A cet égard le chapitre sur l’expérience de l’emploi et de l’entreprise chez les étudiants et qui décrit le travail en cours d’études et les stages est particulièrement intéressant : il montre bien que dans le domaine emploi-formation c’est l’ensemble des acteurs qui doivent être mobilisés pour assurer l’efficacité de ces dispositifs. Tant les enseignants, que les entreprises d’accueil ou les stagiaires doivent approfondir et « professionnaliser » les relations qu’ils entendent nouer pendant ces périodes.

8Ce que nous apprend finalement ce livre c’est que le plus important reste à faire : mener une véritable politique dans le champ de l’insertion professionnelle des apprenants. Si l’on ne peut aujourd’hui tirer de conclusions de l’efficacité de telle ou telle formation à fournir des diplômes qui garantissent tel ou tel type d’emploi, c’est qu’il n’existe pas encore une méthodologie qui soit robuste et commune à toutes les entités de formation pour étudier les trajectoires professionnelles des individus. Il semble plus que nécessaire et urgent de généraliser et de faire connaître ces nombreux outils qui permettent d’apprécier l’utilité des formations mises en place tant pour l’enseignement supérieur que pour l’enseignement professionnel secondaire ou la formation professionnelle continue des salariés ou des demandeurs d’emploi. Cela nécessite de clarifier les objectifs poursuivis par ces formations : obtenir un emploi certainement, mais sous quel statut, dans quel domaine, sur quel territoire et dans quelles conditions ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Arnould, « José Rose, Mission insertion Un défi pour les universités », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 05 août 2014, consulté le 20 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15222

Haut de page

Rédacteur

Guillaume Arnould

Délégué académique à la formation professionnelle initiale et continue – Inspecteur d’Académie Inspecteur pédagogique régional – Académie de Strasbourg – Agrégé d’Economie gestion

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page