Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2014Stéphane Beaud, Affreux, riches e...

Stéphane Beaud, Affreux, riches et méchants ? Un autre regard sur les Bleus

Jacques Moriau
Affreux, riches et méchants ?
Stéphane Beaud, Affreux, riches et méchants ? Un autre regard sur les Bleus, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2014, 280 p., ISBN : 978-2-7071-8203-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Selon le journal L’Equipe, Anelka, à sa sortie du terrain lors de la mi-temps du match France-Mexiq (...)

1L’injure1 lancée par Anelka au sélectionneur de l’équipe de France de football, Raymond Domenech, et l’épisode rocambolesque de la grève qui s’ensuivit lors de la Coupe du monde de 2010 achevèrent de façonner aux yeux de l’opinion publique une image désastreuse des Bleus.

2À partir de ces évènements emblématiques, Beaud entend revenir en détails sur la construction du jugement d’infamie porté à l’encontre de l’équipe nationale. Qu’est-ce qui explique cette condamnation ? Quels sont les reproches faits à ces joueurs ? Surtout, qu’est-ce qui se cache derrière ce « désamour » (p. 243) ? Au-delà des simples péripéties sportives, il s’agit pour l’auteur d’utiliser les Bleus comme un analyseur. En considérant l’équipe de France et le football « comme fait social et politique » (p. 255), c’est en fait sur les crispations qui se jouent dans la France contemporaine autour des jeunes issus des migrations postcoloniales que se focalise l’analyse.

3Après Traîtres à la nation ? paru en 2011, qui portait plus précisément sur le traitement médiatique réservé à l’affaire du « bus de la honte », Beaud élargit la réflexion aux relations complexes qu’entretient le monde du football avec les questions de l’identité, de la socialisation et de la représentation. Comprendre « les grandes crises d’hystérie collective » (p. 256) qui se succèdent à propos de l’équipe de France depuis 2010 nécessite avant tout de poser la question de la légitimité ; celle qui est donnée – ou non – aux jeunes de banlieue pour représenter la France.

4L’analyse passe par un triple questionnement : sur le recrutement et les expériences de socialisation des joueurs de l’équipe de France ; sur les modifications récentes du champ du journalisme sportif et des relations journalistes-joueurs ; et sur la mobilisation politique qui est faite du sport de haut niveau et du football en particulier. Chacune de ces questions constitue une partie du livre.

5La première partie peut être vue comme une sociologie comparée du métier de footballeur professionnel. Pour faire ressortir la singularité et la nouveauté de la position qui est celle des actuels Ribery, Evra ou Benzama, Beaud entreprend une comparaison systématique de l’équipe de 98, victorieuse de la Coupe du monde (la fameuse équipe « Black-Blanc-Beur »), avec celle de 2010. Cet exercice permet de mettre en évidence, aux yeux de l’auteur, quelques différences majeures, que ce soit en termes d’origine sociale, d’expériences socialisatrices ou de trajectoires personnelles et professionnelles.

  • 2 Ce vocable, qui ne veut évidemment rien dire en termes d’origine, réuni les joueurs nés de parents (...)
  • 3 L’arrêt Bosman est une décision de la Cour de justice européenne de 1995. Il libéralise le marché d (...)

6Les joueurs de 98 partagent quelques traits fondamentaux : ils sont très majoritairement issus de la classe ouvrière ou de la petite classe moyenne, français « de souche2 », socialisés comme joueur professionnel dans des centres de formation proches de leur famille, rapidement en couple et père de famille et entament une carrière internationale dans les grands clubs européens dans la deuxième partie de leur vie de professionnel. Il en va tout autrement pour les joueurs de l’équipe présente en Afrique du sud. Pris dans la tourmente de l’arrêt Bosman3, ils sont confrontés dès leurs premiers pas sur le terrain avec les réalités d’un football internationalisé et financiarisé. Pour les clubs, les joueurs sont maintenant avant tout des « actifs » qu’il s’agit de valoriser. Pour les joueurs de haut niveau et leur famille, le football est plus que jamais une source de rentrées financières inespérées. Ce bouleversement du contexte a des conséquences importantes sur les trajectoires : la génération 2010 est entrée très tôt en centre de formation, parfois loin de la famille, a très vite joué à l’étranger et bénéficie de salaires astronomiques. D’autre part, la libéralisation a eu deux effets majeurs sur le recrutement : il s’est généralisé à tout le territoire, y compris les banlieues ; il a concerné massivement les jeunes issus de l’immigration, principalement de l’immigration africaine. En un mot, l’équipe de 2010 « comprend davantage de joueurs ayant grandi dans des familles pauvres et surtout dans des cités en voie de paupérisation » (p.  60).

7L’équipe de France de 2010 regroupe ainsi des jeunes qui, pour la plupart, partagent « un certain nombre d’attributs sociaux et culturels caractéristiques (d’un) mode de socialisation commun (manière de parler, de se tenir, opposition entre le « nous » des cités et le « eux » de l’extérieur, goût pour le rap, défiance à l’égard des institutions, etc.) » (p. 77). Si on ajoute à cette réalité, un mode de vie exubérant rendu possible par le niveau élevé de rémunération propre au footballeur de niveau international, ils représentent de véritables « transfuges de classe très atypiques et une figure sociale improbable à bien des égards scandaleuse et illégitime » (p. 93).

8Cette position prend toute son importance quand on étudie de façon plus précise les interactions, nombreuses et importantes, que ces joueurs sont amenés à entretenir avec le monde des journalistes sportifs. C’est le deuxième axe explicatif exploré par Beaud. Parallèlement à celui du football professionnel, le champ du journalisme sportif s’est profondément modifié en quinze ans : la proximité, la confiance, voire la complicité qui liaient joueurs et journalistes à la fin des années 90 ne sont plus de mise. Trois raisons principales expliquent cette disparition : le recrutement des journalistes sportifs dans des couches sociales plus aisées qu’auparavant, les transformations de l’économie de l’information qui favorisent la course au scoop et l’encadrement de plus en plus sévère des joueurs par leurs clubs et leurs agents. Les frontières entre le « privé » et le « public » en ont été profondément remaniées dans le sens d’une extension du domaine privé, notamment à ce qui était encore il y a peu un espace de rencontre, celui des vestiaires. Si on ajoute à ces constats une différence de recrutement social qui va en s’accentuant entre journalistes et joueurs, on a tous les éléments, selon Beaud, pour expliquer le déclenchement et l’ampleur de la crise née en Afrique du sud. Pris dans une course à l’audience, des journalistes issus des classes moyennes violent un lieu privé (ce qui se dit au sein de l’équipe et dans les vestiaires) et commentent ce qui est vécu par les joueurs comme une revendication de respect (la lettre lue à la sortie du bus) sur les thèmes des « enfants gâtés », de la « racaille » et de la « banlieue ». L’épreuve sociale que constituent les rapports avec la presse se solde par un échec. Le comportement des Bleus devient un problème politique.

9Cet épisode sonne le départ d’une série de crises et de polémiques autour de la question des identités dans le monde du football professionnel : affaires des quotas de joueurs africains dans les centres de formation, refus supposé de chanter La Marseillaise, problèmes des joueurs possédant une double nationalité. L’affaire de Knysna ouvre la question de la légitimité que possèdent certains joueurs à représenter la nation. Pour le dire crûment, se décline au gré de ces débats le problème public suivant : peut-on être de la banlieue – sous-entendu, issu de l’immigration – et représenter la France ? L’angle sous lequel Beaud aborde cette troisième partie est résolument politique. A travers le football, c’est bien la façon dont l’opinion publique, influencée par le champ médiatique, traite la question de l’intégration qu’il s’agit d’interroger. L’étiquette de « mauvais français » qui est collée aux membres de l’équipe de France d’origine immigrée renvoie à une modification générale de la façon dont est gérée la question de l’intégration dans la France post-11 septembre. Là où les enfants d’immigrés des années 70-80, dont Zidane est l’exemple emblématique, ont pu acquérir et faire reconnaître, avec l’aide des médias, « une sorte d’habitus national » (p. 241), ceux des années 90 ont grandi dans un contexte national-sécuritaire marqué par la méfiance à l’égard de la jeunesse populaire des quartiers, particulièrement celle de confession musulmane. Le « jugement de classe » (p. 258) dont ils sont victimes porte avec lui le soupçon « de leur non-appartenance au “Nous”national et, plus largement, celui de l’illégitimité des jeunes issus de l’immigration postcoloniale à prendre place normalement dans la société française contemporaine » (p. 259).

  • 4 Joseph Gusfield, La culture des problèmes publics. L’alcool au volant : la production d’un ordre sy (...)

10L’analyse proposée par Beaud est convaincante. S’appuyant sur une étude précise du travail médiatique, elle rappelle la force des approches portant sur la construction des « problèmes publics » initiées par Gusfield4 voici 30 ans qui, déjà, mettaient en évidence les processus de production des jugements sociaux par les entrepreneurs de morale.

  • 5 Beaud fait ainsi remarquer que, dans les comptes-rendus sportifs, les catégories de “banlieue” ou d (...)

11Du côté des faiblesses, on pointera peut-être une application trop mécanique d’un cadre explicatif fortement inspiré des concepts chers à Bourdieu. Attentif aux dynamiques de socialisation et d’acquisition des habitus, Beaud a tendance à attribuer de façon systématique des effets structurants à certains éléments (la profession des parents, le lieu de domicile, le niveau d’étude) qui valent comme autant de signes indiscutables d’une position sociale. Cette perspective est sans doute tributaire à la fois du poids que possèdent les institutions dans la société française et de difficultés méthodologiques, dont l’auteur fait lui-même état. Dans une annexe bienvenue, il rappelle en effet à quel point le monde des footballeurs est un monde fermé, peu perméable à l’enquête sociologique. Ce qui explique que les données utilisées pour établir le profil social des joueurs soient pratiquement toutes de seconde main et que certaines dimensions jouent comme des résumés commodes de réalités complexes5.

12Enfin, on regrettera que, s’agissant de football, certaines dimensions de la pratique n’apparaissent pas de façon plus visible, tel le jeu lui-même, que ce soit dans ses aspects d’habilité technique et stratégique ou de compétition. Puisque la bonne tenue des Bleus à la Coupe du monde 2014 appelle à revenir sur une partie de l’analyse proposée ici, un futur ouvrage sera peut-être l’occasion d’approfondir un peu plus encore une approche sociologique du football.

Haut de page

Notes

1 Selon le journal L’Equipe, Anelka, à sa sortie du terrain lors de la mi-temps du match France-Mexique, aurait proféré à l’adresse de Domenech la phrase suivante : « Ve te faire e…, sale file de p… ! ».

2 Ce vocable, qui ne veut évidemment rien dire en termes d’origine, réuni les joueurs nés de parents français que ceux-ci habitent la France métropolitaine ou les Dom-Tom. Un grand nombre de joueurs de l’équipe de 98 était noirs de peau mais français « de souche ».

3 L’arrêt Bosman est une décision de la Cour de justice européenne de 1995. Il libéralise le marché du travail pour les joueurs de football en supprimant les quotas de joueurs nationaux dans les championnats européens.

4 Joseph Gusfield, La culture des problèmes publics. L’alcool au volant : la production d’un ordre symbolique, Paris, Economica, 2009 (1981).

5 Beaud fait ainsi remarquer que, dans les comptes-rendus sportifs, les catégories de “banlieue” ou de “cité” sont utilisée pour ramasser une série d’autres caractéristiques associées (pauvreté, origine étrangère, familles disloquées, etc.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Moriau, « Stéphane Beaud, Affreux, riches et méchants ? Un autre regard sur les Bleus », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 05 août 2014, consulté le 15 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15226 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.15226

Haut de page

Rédacteur

Jacques Moriau

Chercheur au centre METICES, Institut de sociologie de l’Université Libre de Bruxelles. Il est également maître de conférence à l’Université de Mons, Belgique

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search