Navigation – Plan du site

Gilles Bœuf, La biodiversité, de l’océan à la cité

Simon Calla
La biodiversité, de l'océan à la cité
Gilles Boeuf, La biodiversité, de l'océan à la cité, Paris, Fayard, Collège de France, coll. « Leçons inaugurales », 2014, 84 p., ISBN : 978-2-213-68148-1.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage constitue la publication de la leçon inaugurale de Gilles Bœuf, professeur de biologie et président du Muséum national d’Histoire naturelle au Collège de France pour la chaire annuelle de Développement durable, Environnement, Énergie et Société. Il y présente un état des enjeux – tant scientifiques que pratiques – posés par la question de la biodiversité.

  • 1 Plutôt « biological diversity ».

2Pour commencer, l’auteur propose un éclaircissement du concept de « biodiversité », qui a été créé en 1985 par l’écologue Walter G. Rosen. Celui-ci relève de la contraction de l’expression « diversité biologique »1. Au départ, le terme était surtout employé par des scientifiques pour désigner « l’information génétique comprise dans un individu, une espèce, une population, un écosystème ». Mais l’organisation du second Sommet de la Terre en 1992 à Rio marque un tournant : le concept passe dans les médias, dans le grand public, dans le monde politique et subit ce faisant une évolution sémantique. Ainsi, on s’accorde désormais à dire qu’il représente « l’ensemble de toutes les relations établies entre les êtres vivants, entre eux et avec le environnement » (p. 19).

3La « biodiversité » a progressivement pris une place de plus en plus importante dans la cité. Elle est même devenue l’objet d’une « Année internationale » des Nations unies en 2010. Elle est en effet passée du terrain scientifique au terrain politique en quelques années et correspond actuellement à une priorité scientifique, des enjeux économique, éthique et social. L’auteur précise les différentes approches de la biodiversité : l’étude des mécanismes biologiques permettant d’expliquer la diversité des espèces, l’analyse du fonctionnement du vivant, les travaux sur la nature « utile » et la mise en place de stratégies visant à préserver un « patrimoine ». Il rappelle qu’il ne faut pas oublier que la biodiversité est une réalité qui précède de loin l’invention de son concept. C’est dans cette perspective que l’ouvrage retrace très rapidement « l’histoire de la vie ». L’idée est de comprendre comment s’est constituée l’immense diversité qui caractérise le vivant, et quelles furent les conditions ayant permis son développement.

4Tout a commencé il y a 3,9 milliards d’années dans l’océan ancestral, mais c’est surtout il y a 1 500 millions d’années (Ma) que va se produire un phénomène d’une extrême importance dans le développement de la biodiversité : l’apparition de la reproduction sexuée. Elle va favoriser le brassage génétique, le développement des populations ainsi que l’adaptation aux contraintes des milieux. Un autre moment important fut « le passage de la vie aquatique à la vie terrestre et à la respiration aérienne » (p. 27) il y a environ 410 Ma. Il s’est accompagné de très nombreuses adaptations chez les végétaux et chez les animaux parce que l’un des principaux problèmes posés par la vie sur Terre est la conservation de l’eau au sein de l’organisme et la lutte contre la déshydratation. Enfin, on apprend que la biodiversité terrestre a surtout explosé il y a 345 Ma dans les forêts durant la période du Carbonifère. Ce sont les arthropodes qui se sont d’abord développés, puis les fleurs et les pollinisateurs en co-évolution à partir de 135 Ma en arrière.

5On aurait tort de penser que la biodiversité puisse être résumée à ces seuls aspects qualitatifs. Elle présente aussi des aspects quantitatifs qui posent une question essentielle : comment « parvenir à une estimation objective de la diversité spécifique et de la biodiversité » ? (p. 32). L’auteur explique qu’il s’agit d’une tâche extrêmement difficile.

  • 2 Boltanski Luc, Thévenot Laurent, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimar (...)

6Tout d’abord parce que tout évolue très vite et que la disparition d’espèces encore inconnues est permanente. Ensuite, en raison de la diminution du nombre de spécialistes qui décrivent les espèces nouvellement découvertes. C’est une conséquence de l’évolution actuelle des grands organismes scientifiques, mais aussi du manque d’appuis que peuvent avoir les « amateurs », auxquels on attribue la découverte de « plus de la moitié des espèces nouvellement décrites » (p. 34). Enfin, cette difficulté s’explique encore par une connaissance des groupes vivants qui est très variable : elle est fonction des grandeurs2 associées à chaque espèce et dépend de leur taille ou de leurs qualités utilitaires (p. 38). En effet, Gilles Bœuf précise que si de nos jours on connaît bien les mammifères – car tous ont quasiment été décrits –, bon nombre d’espèces sont encore inconnues chez les crustacés et les insectes. Le constat est le même pour les végétaux, les bactéries ou encore les virus ; pour ces deux dernières catégories, il faudrait d’ailleurs réaliser un travail sur la notion même d’« espèce ».

  • 3 Gould Stephen Jay, Eldredge Niles, « Punctuated equilibrium comes of age », Nature, n° 6452, 1993, (...)

7Le développement de la biodiversité ne fut pas un long fleuve tranquille : l’histoire de ce brassage doit donc être pensée telle une succession d’« équilibres ponctués3 », c’est-à-dire comme une alternance entre des périodes où il ne se passe pas grand-chose et des périodes de changements intenses. En effet, l’auteur insiste sur le rôle des grandes crises d’extinction et précise que nous pouvons en dénombrer une soixantaine sur les 600 derniers Ma. Cinq d’entre elles auraient joué un rôle déterminant dans le développement de la diversité biologique ; nous en retiendrons trois ici. La première se serait déroulée il y a 440 Ma avec une disparition de 85 % des espèces, lesquelles étaient surtout marines. Provoquant une disparition de 96 % des espèces marines et continentales, la deuxième fut la plus importante et se serait déroulée il y a maintenant 252 Ma. Enfin, la troisième reste la plus connue car elle est associée à la disparition des dinosaures : elle eut lieu il y a 65,5 Ma et 70 % des espèces s’éteignirent à cette époque.

  • 4 Bonneuil Christophe, Fressoz Jean-Baptiste, L’Événement Anthropocène. La Terre, l’histoire et nous, (...)

8En fait, on comprend que la biodiversité d’aujourd’hui est fortement liée au pouvoir re-configurateur des crises d’extinction – lesquelles ont toujours existé. Cependant, quelque chose d’inédit se déroule actuellement. C’est l’influence d’une espèce en particulier : Homo Sapiens. Nous sommes entrés dans l’« Anthropocène »4 et si des raisons climatiques peuvent expliquer les extinctions, il faut désormais « imaginer un rôle conjoint avec les activités anthropiques » (p. 42).

9L’auteur précise alors que l’homme moderne « ne fait […] que prolonger et amplifier un processus d’érosion de la biodiversité spécifique engagé il y a bien longtemps par nos lointain ancêtres » (p. 44). Ce processus trouverait non seulement son explication dans le cortège des innovations techniques ayant suivi la domestication du feu (agriculture, élevage, machine à vapeur, etc.), mais aussi dans l’évolution de la perception de la nature avec l’affranchissement de l’homme à celle-ci et dans l’explosion de la démographie humaine depuis la révolution industrielle.

10Plus globalement, l’auteur dénombre quatre causes majeures pour expliquer le constat d’un effondrement actuel de la biodiversité : la destruction et la pollution des habitats, la sur-exploitation des ressources naturelles, la dissémination anarchiques d’espèces partout sur la planète et le changement climatique. Mais la question qu’il pose est aussi de savoir quels sont les remèdes à apporter ?.

11Ils doivent bien évidemment émaner de la recherche scientifique, qui a la tâche de « compléter les connaissances sur l’évolution des milieux par un travail sur les méthodes d’analyses des populations et des habitants » (p. 63). Non seulement pour mesurer l’« empreinte écologique » des pratiques actuelles, mais aussi parce que l’observation du vivant et de ses « services écosystémiques » pourrait permettre de trouver des solutions aux problèmes déjà posés.

  • 5 Hector Andy, « Diversity favours productivity », Nature, n° 7341, 2011, p. 45-46.

12En outre, ces remèdes peuvent également provenir d’une transformation de l’économie. Pour l’auteur, il faudrait commencer par changer de modèle agricole dans la mesure où « les monocultures intensives productivistes » entrainent une diminution de la diversité végétale qui, elle même, entraine une réduction de la productivité5. La solution serait alors de passer d’une économie « anthropocentrée » à une économie « écocentrée ».

  • 6 Barbault Robert, Weber Jacques, La Vie, quelle entreprise ! Pour une révolution écologique de l’éco (...)

13Mais cela est plus facile à dire qu’à faire. C’est pourquoi il faudrait « tendre vers une gouvernance supranationale en établissant un véritable droit de la préservation de la nature » (p. 76), car bien des aspects de l’érosion de la biodiversité transcendent les frontières. Mais une telle perspective peut néanmoins poser problème : comment certains états peuvent-ils imposer des « règles de bonne conduites écologiques » à des pays émergents, alors même qu’ils tirent leur puissance actuelle d’un développement construit dans une période où la préservation de la biodiversité était encore absente des débats politiques ?. Il en ressort que la préservation de la biodiversité est aussi une question de « gestion de conflits d’intérêts »6. Preuve s’il en est que « les sciences de la nature et les sciences de l’Homme et de la société [sont] intimement liées » (p. 23).

14Enfin, les aspects relatifs à la formation et à l’enseignement des jeunes générations pourraient s’avérer essentiels afin de lutter contre l’érosion de la biodiversité. Ils peuvent aider au développement progressif d’une prise de conscience. Toutefois, pour l’auteur, le mieux reste encore « un changement radical de notre mode de vie » (p. 73). Cela permettrait d’ailleurs de résoudre plusieurs problématiques telles que la pauvreté, la biodiversité et le développement durable…

Haut de page

Notes

1 Plutôt « biological diversity ».

2 Boltanski Luc, Thévenot Laurent, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, coll. « nrf essais », 2011.

3 Gould Stephen Jay, Eldredge Niles, « Punctuated equilibrium comes of age », Nature, n° 6452, 1993, p. 223-227.

4 Bonneuil Christophe, Fressoz Jean-Baptiste, L’Événement Anthropocène. La Terre, l’histoire et nous, Paris, Seuil, coll. « Anthropocène », 2013.

5 Hector Andy, « Diversity favours productivity », Nature, n° 7341, 2011, p. 45-46.

6 Barbault Robert, Weber Jacques, La Vie, quelle entreprise ! Pour une révolution écologique de l’économie, Paris, Seuil, coll. « Science ouverte », 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Calla, « Gilles Bœuf, La biodiversité, de l’océan à la cité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 10 août 2014, consulté le 18 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15232

Haut de page

Rédacteur

Simon Calla

Doctorant au Laboratoire de sociologie et d’anthropologie (LaSA) de l’Université de Franche-Comté

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page