Navigation – Plan du site

Sandrine Sanos, The Aesthetics of Hate

Elie-Benjamin Loyer
The Aesthetics of Hate
Sandrine Sanos, The Aesthetics of Hate. Far-Right Intellectuals, Antisemitism, and Gender in 1930s France, Stanford, Stanford University Press, 2013, 384 p., ISBN : 9780804774574.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour un état des lieux récents, cf. Philippe Vervaeke, À droite de la droite : Droites radicales en (...)
  • 2 p. 255. On notera néanmoins que ne sont pas mentionnés les travaux de Johann Chapoutot, sensible au (...)
  • 3 Julia Kristeva, Pouvoirs de l’horreur. Essai sur l’abjection, Paris, Seuil, 1980.
  • 4 Bantigny Ludivine, Jablonka Ivan, « L'historien et l'œuvre littéraire », Vingtième Siècle. Revue d' (...)
  • 5 Gisèle Sapiro, La Guerre des écrivains , Paris, Fayard, 1999.

1Dans un contexte de regain d’intérêt universitaire pour les « droites radicales »1, Sandrine Sanos se propose d’envisager ensemble antisémitisme, racisme et genre chez les jeunes intellectuels français d’extrême-droite durant les années 1930. Projet prometteur et ambitieux dans la mesure où la question du genre, comme elle le rappelle en conclusion, a pu fournir des angles d’analyse du phénomène fasciste2. Mais à la différence de ces études qui traitaient de ces thèmes dans le champ large de la culture (représentations, politiques culturelles, productions artistiques en tous genres), Sandrine Sanos privilégie la seule littérature qu’elle envisage, il est vrai, d’une manière élargie en traitant à la fois des écrits littéraires et journalistiques. Suivant sur ce point Julia Kristeva3, dont Sandrine Sanos reconnaît l’influence au détour d’une note (n. 27 p. 306), elle insiste sur le fait que l’analyse gagne à ne pas séparer les écrits politiques des écrits littéraires. On ne peut que se réjouir d’un tel postulat de travail, d’autant qu’il fait écho aux problèmes méthodologiques posés aux historiens par l’œuvre littéraire, entre autonomie esthétique et hétéronomie des objectifs politiques4. En conséquence et à l’instar de Gisèle Sapiro5, les retraits de la vie politique, les silences et les postures d’autonomie absolue de l’auteur littéraire ne sont pas pris au pied de la lettre (chapitre 4 sur Maurice Blanchot).

  • 6 Jean-Louis Loubet del Bayle désigne ainsi les nébuleuses d’inspiration « personnaliste » et maurass (...)

2Le corpus d’auteurs sur lequel Sanos s’appuie s’avère disparate et des personnalités diverses, aux horizons politiques différents, se retrouvent réunis sous l’étiquette commode de « Far-Right Intellectuals ». Aux « non-conformistes des années 1930 »6 s’ajoutent des personnalités plus subversives collaborant à Je Suis Partout, revue d’influence maurassienne qui devient sous Vichy l’un des organes de la presse collaborationniste. Les logiques classificatoires ayant un intérêt limité, il est utile de réunir ces auteurs, à condition toutefois de mieux l’expliquer, ce qui permettrait de comprendre pourquoi l’on s’arrête sur un homme comme Louis-Ferdinand Céline, qui n’appartient ni à ces cercles ni à cette génération (né en 1894, il est de douze à quinze ans plus âgé). Ce n’est pas faute d’avoir établi un critère commun : « l’un des traits caractéristiques de ce groupe intellectuel est qu’il offre une vision dans laquelle le politique, l’intellectuel et l’esthétique sont mutuellement imbriqués pour produire une solution à la perte et à la « crise » qu’ils expérimentent » (p. 4). C’est-à-dire que les œuvres littéraires ne sont pas seulement un signe des théories politiques des auteurs, mais qu’elles font partie de la solution : pour ces écrivains, il y a une fonction spécifiquement politique à la littérature. Point intéressant, qui constitue la grande thèse de son travail et qui explicite le titre du livre, mais dont la généralité est gênante.

  • 7 Nicolas Kessler, Histoire politique de la Jeune Droite (1929-1942) : une révolution conservatrice à (...)

3L’étude souffre de ce manque d’unité et hésite symptomatiquement entre l’approche biographique et la biographie collective. Les trois premiers chapitres évoquent une histoire de l’extrême-droite où l’on a souvent l’impression d’un tableau généraliste qui perd de vue la problématique retenue pour évoquer l’ambiance intellectuelle de ce début des années 1930. S’il n’est pas novateur, le propos est synthétique et Sandrine Sanos présente clairement la Nouvelle Droite (chapitre 3), reprenant les principales conclusions de Nicolas Kessler et Paul Mazgaj7 sur le sujet. Tous ces intellectuels ne sont pas simplement réactionnaires, mais bien obsédés de modernité et c’est l’un des mérites de Sandrine Sanos que de le répéter, tant les questions qu’ils se posent ne sont pas isolées, mais concernent l’intégralité du champ intellectuel d’alors, de l’extrême-gauche à l’extrême-droite.

  • 8 Jérémy Guedj, « La figure du Juif efféminé : genre, homophobie et antisémitisme dans la France des (...)

4Les trois chapitres suivants sont plus convaincants : mieux définis, ils se focalisent tour à tour sur Maurice Blanchot, Céline et Je Suis Partout. Pour chaque exemple, est déclinée la manière dont l’auteur ou la revue en question articule communauté nationale, vision de l’homosexualité et de la virilité, antisémitisme et fonction de la littérature. Les articles sont concluants, quoique l’on puisse regretter un régulier manque de contexte qui ne permet pas toujours de saisir ce qui est particulier à l’extrême-droite : ni l’appel à la violence de Blanchot (p. 97), ni l’association du juif, de l’efféminé et de l’homosexuel ne sont spécifiques8. On a parfois l’impression que l’auteure force le trait en assimilant antisémitisme et extrême-droite, comme si l’on ne pouvait pas être d’extrême-droite si l’on n’était pas antisémite. Sandrine Sanos cherche ainsi à démontrer l’antisémitisme de Blanchot, malgré les interventions personnelles de ce dernier en faveur de Paul Lévy et de la famille de Lévinas, en 1940 et 1941 et malgré la rareté de ses saillies antisémites (seulement deux dans toute sa carrière, à une époque où la parole antisémite est pourtant totalement libérée comme l’a démontré Laurent Joly). Cela n’est possible qu’au prix d’un glissement discret, mais problématique, puisqu’elle assimile dans sa démonstration fonction rhétorique de la figure du juif et antisémitisme (p. 123-124). Blanchot cadre bien mal avec la démonstration générale de l’auteure et ce n’est qu’à la fin de l’ouvrage, notamment à travers Céline, que l’on commence à entrevoir la nature des liens entre racisme, discours sur le genre et antisémitisme. Si certains contours sont esquissés, on souhaiterait mieux comprendre comment concrètement se fait la circulation de ces idées, par qui et par quel biais, avec quel impact ; de la même manière, le rôle des colonies dans l’élaboration des ces pensées raciales et sexuelles constitue un point crucial, mais non élucidé.

  • 9 Ivan Jablonka, Les vérités inavouables de Jean Genet, Paris, Seuil, 2004 et l’ouvrage très intéress (...)
  • 10 Martin Travers, « Fascism and Aesthetic Self-Fashioning », Renaissance and Modern Studies, 42, 1999 (...)

5L’impression est donc mitigée : il y a des idées fortes, dont la cohérence ressort dans la conclusion, mais l’ouvrage manque d’unité effective et laisse une impression d’imprécision. Faute sans doute d’une contextualisation mieux aboutie ; faute aussi à un projet double : d’un côté, une réflexion sur les continuités dans les parcours intellectuels, ainsi que sur la signification politique des silences et des retraits9 ; de l’autre, une tentative de montrer combien la place assignée à la littérature était importante dans l’élaboration des projets politiques de ces jeunes intellectuels. Faute enfin et peut-être surtout à un rapport non explicité au texte littéraire. Tout se passe comme si Sandrine Sanos ne parvenait pas à dépasser la double nature du texte littéraire. Menant un travail d’histoire intellectuelle, elle cherche à souligner les significations politiques des textes et de la théorie littéraire, mais sans jamais s’autoriser à varier les sources. Elle se cantonne au texte, qu’il soit romanesque ou journalistique et reste en cela influencée par une certaine vision de l’œuvre esthétique irréductible, venue de la littérature : seul compte le texte, totalité signifiante et horizon indépassable (cf. la n. 18 p. 305 où l’on sent la méfiance envers les « sources secondaires », en particulier les lettres). On peut aussi y voir l’influence des propositions de Martin Travers10 (curieusement non cité dans la bibliographie) qui estimait dans un article de 1999 que le fascisme pouvait exister dans le champ social sous la forme de valeurs « protofascistes », mais qui ne font pas partie de l’appareil d’État. Tout le problème est alors de mesurer la place réelle de ces valeurs dans le champ social, leur circulation et leur efficacité. Cette mise en perspective suppose nécessairement d’autres sources et d’autres méthodes, sans compter que réduire le champ social à la seule littérature n’est pas sans poser problème.

  • 11 L'avènement de la démocratie II, La crise du libéralisme (1880-1914), Paris, Gallimard, 2007.

6La lecture n’en est pas moins intéressante et nous offre en particulier une bonne synthèse sur cet objet hautement problématique qu’est Je Suis Partout, revue d’importance à la fois bien connue et difficile d’interprétation. Le parcours proposé parmi ces jeunes intellectuels, obsédés par la question de modernité et du sujet, nous permet de saisir combien la « crise du libéralisme » (Marcel Gauchet)11 a vivement été ressentie par ces auteurs qui cherchaient, en journaliste, en littérateur ou en militant, des solutions au problème du rapport de l’individu et de la communauté. Question fondamentale de la modernité, qui prend chez ces auteurs l’apparence d’un dilemme dont l’impossible résolution nourrit un violent sentiment d’anxiété, de crise et de décadence.

Haut de page

Notes

1 Pour un état des lieux récents, cf. Philippe Vervaeke, À droite de la droite : Droites radicales en France et en Grande-Bretagne au XXe siècle, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 2012.

2 p. 255. On notera néanmoins que ne sont pas mentionnés les travaux de Johann Chapoutot, sensible aux questions de corps, de genre et rapport entre culture et politique, cf. Le national-socialisme et l’Antiquité, PUF, 2008.

3 Julia Kristeva, Pouvoirs de l’horreur. Essai sur l’abjection, Paris, Seuil, 1980.

4 Bantigny Ludivine, Jablonka Ivan, « L'historien et l'œuvre littéraire », Vingtième Siècle. Revue d'histoire 1/ 2007 (no 93), p. 183-195.

5 Gisèle Sapiro, La Guerre des écrivains , Paris, Fayard, 1999.

6 Jean-Louis Loubet del Bayle désigne ainsi les nébuleuses d’inspiration « personnaliste » et maurassienne autour de la Nouvelle Droite et de Combat.

7 Nicolas Kessler, Histoire politique de la Jeune Droite (1929-1942) : une révolution conservatrice à la française, Paris, L’Harmattan, 2001 et Paul Mazgaj, Imagining Facism : the Cultural Politics of the French Young Right, 1930-1945, Newark, University of Delaware Press, 2007.

8 Jérémy Guedj, « La figure du Juif efféminé : genre, homophobie et antisémitisme dans la France des années 1930 à travers les discours d’extrême droite », in Régis Revenin (coord.), Hommes et masculinités de 1789 à nos jours, Paris, Autrement, 2007.

9 Ivan Jablonka, Les vérités inavouables de Jean Genet, Paris, Seuil, 2004 et l’ouvrage très intéressant d’Hadrien Buclin, Maurice Blanchot ou l'autonomie littéraire, Lausanne, Antipodes, 2011 qui entreprend justement d’interpréter le silence après guerre de Maurice Blanchot.

10 Martin Travers, « Fascism and Aesthetic Self-Fashioning », Renaissance and Modern Studies, 42, 1999, p. 25-35.

11 L'avènement de la démocratie II, La crise du libéralisme (1880-1914), Paris, Gallimard, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elie-Benjamin Loyer, « Sandrine Sanos, The Aesthetics of Hate », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 13 août 2014, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15240

Haut de page

Rédacteur

Elie-Benjamin Loyer

Agrégé d’histoire et doctorant à l’université de Paris X Nanterre (laboratoire IDHES) en histoire sociale

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page