Navigation – Plan du site

Yves Gingras (dir.), Controverses. Accords et désaccords en sciences humaines et sociales

Marion David
Controverses
Yves Gingras (dir.), Controverses. Accords et désaccords en sciences humaines et sociales, Paris, CNRS, coll. « Culture et société », 2014, 278 p., ISBN : 978-2-271-08163-6.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Yves Gingras, Sociologie des sciences, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2013, p. 4 et 9.

1S’inscrivant dans la perspective de la sociologie des sciences – au sens où il entend contribuer à « éclairer la dynamique de l’activité scientifique », considérée comme une pratique sociale institutionnalisée1 –, l’ouvrage collectif dirigé par Yves Gingras, professeur à l’Université du Québec à Montréal, se compose de huit contributions s’attachant à retracer plusieurs controverses ayant pris place dans le champ des sciences humaines et sociales durant les dernières décennies. Cette démarche est animée par l’objectif de combler le manque résultant du fait que les travaux abordant la question des polémiques savantes depuis une trentaine d’années ont principalement concerné des objets de recherche appartenant aux sciences dites « exactes ». Par ailleurs, le propos de ce livre est d’embrasser un spectre suffisamment large de cas pour faire ressortir « les multiples facteurs qui favorisent l’émergence et la résorption de tels débats » (p. 9), là où les études ayant traité de controverses propres aux sciences de l’homme ont souvent été essentiellement consacrées à l’explicitation détaillée de cas particuliers restés célèbres dans un champ disciplinaire donné. En ce sens, l’ambition des auteurs est également de prendre part à une réflexion plus générale sur les processus participant de l’élaboration et de l’accréditation des savoirs dans nos disciplines, en s’interrogeant sur la manière dont ces querelles concourent à la recherche de vérité à laquelle est supposée adhérer toute entreprise scientifique.

2Les controverses étudiées se rapportent à des thématiques extrêmement variées, il est donc difficile, de prime abord, d’identifier de réelles articulations entre ces contributions traitant de situations hétéroclites et convoquant a fortiori les écrits de chercheurs fortement spécialisés au sein de leur discipline respective (qu’il s’agisse de l’histoire médiévale, de l’anthropologie historique, de l’histoire des sciences, de la sociologie historique, etc.). Une lecture plus attentive permet néanmoins de mettre en exergue plusieurs aspects ressortant de leur confrontation relativement au dessein général de l’ouvrage.

  • 2 Lemieux Cyril, « À quoi sert l’analyse des controverses ? », Mil neuf cent, n°25, 2007, p. 195.

3En premier lieu, en se livrant à une description soignée des différents acteurs impliqués, des contextes, des lieux et des étapes de ces polémiques, les auteurs nous offrent un éclairage intéressant sur le monde académique et les normes implicites qui le régissent. En effet, s’il semble pertinent de définir, de manière opératoire, la controverse comme un conflit ayant une « structure triadique », c’est-à-dire renvoyant à des « situations où un différend entre deux parties est mis en scène devant un public, tiers placé dès lors en position de juge »2, cette caractéristique a pour conséquence l’adhésion des controversistes à certains principes de civilité mais aussi leur respect des règles et dispositifs organisationnels gouvernant le milieu social auquel ils appartiennent, au risque de s’exposer au discrédit. A cet égard, les contributions mettent notamment en lumière le rôle particulier des revues savantes dans le déroulement des débats, en tant que garantes des « formes légitimes du discours critique » (p. 17) ; revues dont les pages constituent d’ailleurs fréquemment l’espace originel de la controverse via le compte-rendu d’ouvrage (autorisant une réplique de l’auteur critiqué, puis une réponse de son détracteur), avant qu’elle ne se déploie à travers d’autres supports (publication de livres, organisation de congrès, etc.).

4Les analyses présentées permettent, en outre, de vérifier le bien-fondé du jugement de Schopenhauer (repris en quatrième de couverture) selon lequel « en règle générale, celui qui débat ne se bat pas pour la vérité mais pour sa thèse », tant ces controverses consistent le plus souvent en un « dialogue de sourds » dans lequel la possibilité de convaincre un opposant d’abandonner son schème interprétatif semble des plus limitées (p. 31, citant Marc Angenot). De manière générale, on découvre au fil de l’ouvrage combien le fond comme la forme de ces polémiques sont largement tributaires des stratégies déployées par les principaux protagonistes pour accroître leur capital symbolique et renforcer (ou défendre) leur position au sein d’une discipline déterminée. L’étude consacrée par Julien Mauduit au conflit opposant Robert K. Merton et George Becker sur le piétisme et la science en constitue une illustration convaincante : décrivant le rapport de force prenant place entre un « maître » de la sociologie américaine et un « nouvel entrant », elle nous donne clairement à voir l’incidence de ces enjeux personnels sur la teneur de la controverse (qu’il s’agisse de l’influence du statut académique sur les ressources argumentaires utilisées, ou encore des liens d’amitiés conditionnant l’enrôlement d’autres membres de la communauté scientifique).

5Bien entendu ces oppositions de personne sont sous-tendues par des débats théoriques et méthodologiques dont les contributeurs s’emploient également à rendre compte en explicitant les arguments et contre-arguments échangés. Dans la mesure où les controverses étudiées mettent en jeu, pour la plupart, une forte dimension historiographique, nombre d’entre elles se cristallisent principalement sur le thème de l’interprétation des « sources primaires » : la fiabilité de leur critique interne et externe, leur mise en contexte, leur adéquation à la thèse défendue constituent donc autant de points litigieux revenant de manière récurrente dans les études proposées. Analysant, pour sa part, les désaccords ayant pris place entre certains représentants de la sociologie de la connaissance scientifique à propos des excès de la posture « relativiste », l’article final d’Yves Gingras offre une réflexion intéressante sur les « déterminants de l’incompréhension académique » en situation de communication écrite (p. 247). En particulier, en portant attention à la « structure argumentative » des textes, celui-ci met en exergue les « effets de radicalité » que contiennent les écrits de ces sociologues « constructivistes » (par exemple, en entretenant une ambiguïté entre « nature » et « représentation de la nature »), ou encore la confusion induite par le fait qu’il existe un écart entre les intentions théoriques des auteurs et le contenu de leurs études empiriques (dans lesquelles le rôle joué par la matérialité des phénomènes est implicitement minimisé au profit des variables sociales).

  • 3 Cf. Coenen-Huther Jacques, « Classifications, typologies et rapport aux valeurs », Revue européenne (...)

6Enfin, le dernier aspect exploré dans l’ouvrage est la forte perméabilité des sciences sociales aux lignes de fracture morales et politiques qui traversent nos sociétés ; une dimension qui apparaît plus explicitement dans les trois contributions retraçant des controverses (relatives, respectivement, à l’incidence de la culture arabo-musulmane dans l’histoire de l’Europe, au rôle de la culture afro-asiatique dans l’édification de la civilisation grecque, et à l’usage de variables ethno-raciales dans la statistique publique française) ayant eu pour particularité de déborder du champ scientifique pour susciter de nombreux débats dans l’espace public. Plus exactement cette porosité se manifeste à deux niveaux : d’une part, dans les prises de position idéologiques exprimées par les principaux protagonistes du débat, et d’autre part, dans la propension de ces controverses à impliquer des acteurs extérieurs à la communauté savante. En effet, de manière tout à fait pertinente, les auteurs nous donnent à voir les mécanismes par lesquels les controversistes peuvent être amenés à sacrifier pour partie la visée analytique de leur propos au profit d’un registre normatif, c’est-à-dire l’ingérence de valeurs autres que celle de vérité (telles que les catégories du bien, du juste ou de l’utilité) dans le projet scientifique3. Par ailleurs, ils nous permettent de constater la faible autonomie des sciences humaines vis-à-vis de la société civile lorsque « des croyances, des idéologies et des intérêts bien ancrés au sein de certains groupes » sont en jeu (p. 12) ; cette situation autorisant une publicisation de large envergure ainsi qu’une exacerbation de l’antagonisme tendant à abolir toute possibilité de « dialogue rationnel » (p. 63).

  • 4 Cf. Lemieux Cyril, Ibid. p. 202.
  • 5 Cf. Passeron Jean-Claude, Le raisonnement sociologique. Un espace non-poppérien de l’argumentation, (...)

7En définitive, une des grandes qualités de cet ouvrage réside, à notre sens, dans la capacité des contributeurs à rendre compte de la trajectoire et des caractéristiques sociales des protagonistes, en éclairant les motifs utilitaires qui animent leurs démarches respectives, sans pour autant négliger le contenu des arguments mobilisés et les procédures d’administration de la preuve auxquelles ils se rapportent ; évitant, de la sorte, le double écueil identifié par Cyril Lemieux en la matière, à savoir le « réductionnisme argumentatif » (se désintéressant des rapports de force et des « calculs coûts-avantages » à l’œuvre) et le « réductionnisme stratégique » (refusant de porter attention aux dispositifs argumentatifs supportant les « prétentions à la vérité propositionnelle » des interlocuteurs)4. On peut néanmoins regretter que de plus amples développements n’aient pas été consacrés à explorer ce que les controverses étudiées doivent aux particularités épistémologiques de nos disciplines, qui, en tant que « sciences empiriques de l’interprétation », sont tenues de formuler leurs conclusions sur le seul registre de la présomption, au terme d’un « va-et-vient argumentatif » toujours périlleux « entre contextualisation historique et raisonnement expérimental »5.

Haut de page

Notes

1 Yves Gingras, Sociologie des sciences, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2013, p. 4 et 9.

2 Lemieux Cyril, « À quoi sert l’analyse des controverses ? », Mil neuf cent, n°25, 2007, p. 195.

3 Cf. Coenen-Huther Jacques, « Classifications, typologies et rapport aux valeurs », Revue européenne des sciences sociales, tome XLV, n°138, 2007, p. 30.

4 Cf. Lemieux Cyril, Ibid. p. 202.

5 Cf. Passeron Jean-Claude, Le raisonnement sociologique. Un espace non-poppérien de l’argumentation, Paris, Albin Michel, 2006, p. 64, 559 et 154.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion David, « Yves Gingras (dir.), Controverses. Accords et désaccords en sciences humaines et sociales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 14 août 2014, consulté le 18 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15245

Haut de page

Rédacteur

Marion David

Docteur en sociologie de l’Université de Nantes et de l’Université catholique de Louvain, membre du Centre nantais de sociologie (CENS, EA 3260).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page