Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2014Anne-Laure Zwilling (dir.), Minor...

Anne-Laure Zwilling (dir.), Minorités religieuses, religions minoritaires dans l’espace public

Minorités religieuses, religions minoritaires dans l'espace public
Anne-Laure Zwilling (dir.), Minorités religieuses, religions minoritaires dans l'espace public. Visibilité et reconnaissance, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, coll. « Société, droit et religion », 2014, 250 p., ISBN : 978-2-86820-566-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour la traduction française, cf. Habermas Jürgen (1988), L'espace public. Archéologie de la public (...)
  • 2 Pour la traduction française, cf. Taylor Charles (1994), Multiculturalisme. Différence et démocrati (...)

1Parmi les termes dont le succès les a fait sortir du seul domaine des sciences sociales contemporaines, il peut être cité les notions d’espace public et de minorités. Leurs origines sont pourtant bien différentes. L’espace public est un concept théorisé par le philosophe Jürgen Habermas dans un ouvrage célèbre publié en 19621. La notion de « minorité » provient notamment des théoriciens anglo-saxons du multiculturalisme, dont Charles Taylor est l’un des auteurs les plus connus2.

2Au croisement de ces deux concepts se trouve la catégorie de « minorités religieuses ». Si, là aussi, la notion connaît un usage massif, la définition est en réalité plus ardue à circonscrire. C’est le sujet même du colloque « Minorités religieuses, religions minoritaires : visibilité et reconnaissance dans l’espace public », tenu à Strasbourg le 7 et 8 avril 2011, dont sont issues les contributions de cet ouvrage. Ce colloque est lui-même intégré à un programme de recherche européen, le « Religare project ».

3En effet, comme le rappelle Anne-Laure Zwilling dans son introduction (pp. 5-16), les minorités religieuses sont la résultante de deux transformations apparemment contradictoires en Europe. D’une part, les grandes religions traditionnelles connaissent un reflux accéléré, d’autant que les États et les sociétés connaissent une sécularisation spécifique au continent européen- l’auteure rappelle que ce dernier reste une exception de ce point de vue. D’autre part, l’Europe est travaillée par des vagues migratoires massives- dont une partie extra-européenne. De ce fait, dans de nombreux États de l’Europe occidentale, de nouveaux groupes religieux apparaissent (communautés musulmanes) ou sont modifiées (on peut penser à la transformation démographique et culturelle du judaïsme français depuis les années 1960 avec l’afflux de juifs maghrébins). L’éventail religieux européen est dès lors en plein bouleversement, notamment autour de l’émergence des « minorités religieuses ».

4Pourtant, cette dernière notion est aussi difficile à définir que courante dans le langage. Juridiquement, elle n’existe pas toujours, culturellement, elle est peu opérante, et politiquement, elle est pour le moins sensible dans l’usage qui peut en être fait. L’ouvrage propose trois axes d’analyse bienvenus pour traiter le sujet : un premier sur la constitution des frontières identitaires d’une minorité (pp. 17-116), un second sur les processus d’institutionnalisation et d’encadrement de celles-ci par les autorités publiques (pp. 117-160), et un troisième sur la visibilité et les stratégies de « visibilisation » des minorités elles-mêmes, pour reprendre un néologisme utilisé dans l’ouvrage (pp. 161-240).

5Les contributions du premier axe soulignent avec beaucoup de finesse les paradoxes et les complexités de la (non)définition des minorités religieuses. Ainsi, Nicolas Guillet montre qu’il y peut y avoir une véritable logique de dé-légitimation juridique de celles-ci. Le modèle laïque français ne reconnaît ainsi (sauf régimes juridiques dérogatoires en Guyane et en Alsace-Moselle) aucune minorité religieuse légalement. Dès lors, quelle existence celle-ci peut avoir ? Si la loi est parfois muette, la jurisprudence est par contre beaucoup plus riche. Jérôme Lasserre Capdeville analyse le cas français sur ce dernier sujet : les décisions administratives et judiciaires ont conduit à un riche ensemble jurisprudentiel, qui prohibe les pratiques et propos discriminatoires à leur encontre. Hocine Sadok montre d’ailleurs comme le recours judiciaire ou administratif peut être saisi ou pas par les minorités religieuses- ou par les organisations qui prétendent les représenter ou protéger. L’opportunité d’une poursuite, ainsi que la représentativité communautaire de celle-ci, sont en effet des paramètres difficiles à maîtriser pour les acteurs. Cette alternance du silence et de l’intervention de la règle de droit existe dans d’autres cas. Ainsi, partant de l’exemple des Témoins de Jéhovah, qui ont été traditionnellement considérés comme une croyance religieuse avant d’être assimilés à une secte, Étienne Ollion montre que la définition légale du phénomène sectaire est liée à des rapports de force entre les acteurs (opinion, institutions étatiques, groupe religieux concerné) et des changements constants. Enfin, reconnaître la spécificité des institutions cultuelles (établissements religieux, prêtrise, congrégations…) a des conséquences juridiques parfois étonnantes : Lucie Veyretout note ainsi que la parité ou les quotas ne s’appliquent pas aux institutions religieuses en France, celles-ci se basant sur une répartition sexuelle des rôles perçue comme d’origine sacrée.

6Les auteures du second axe pointent le rôle des administrations publiques face aux minorités religieuses. Le rapport est ambivalent : Solenne Jouanneau, à partir du cas des imams dans notre pays, étudie la volonté récurrente de l’État de susciter un « islam de France », dans un paysage marqué par différents héritages (colonisation, paternalisme, poids des puissances étrangères et fragmentation des musulmans français). Autre enjeu particulièrement sensible, la question de la nourriture hallal est abordée par Simona Tersigni, qui analyse la montée des revendications de certains musulmans à avoir accès, par exemple dans les cantines scolaires et universitaires, à une alimentation religieusement conforme. Dans ces deux passionnantes études- et qui se situent sur des thèmes brulants du débat hexagonal- la contradiction entre le cadre laïque (qui proscrit l’interventionnisme en matière religieuse), la volonté de favoriser un islam « républicain » et la crainte de dérives islamistes traverse l’ensemble des acteurs.

7Les textes regroupés dans le troisième axe s’intéressent à la stratégie des minorités religieuses et de leurs représentants (plus ou moins représentatifs par ailleurs). Dans certains cas de minorités, c’est l’invisibilité publique qui domine : le cas des musulmans d’origine ouest-africaine tant à Paris qu’à New-York est exposé par Jean Schmitz. Situation inverse, la revendication des sikhs au port du turban, notamment dans le cadre public (écoles, administration) est étudiée par Christine Moliner, à partir d’une comparaison en Grande-Bretagne (où ce symbole religieux ’est acclimaté) et France (où la pratique se heurte au cadre légal du service public). Anne-Laure Zwilling décrit la transformation du paysage du protestantisme français, à la fois dans ses mutations institutionnelles (quelles institutions le représentent) et dans ses équilibres internes. En effet, comme le montre l’auteure, la montée des évangélistes transforme la démographie de cette minorité traditionnelle du spectre religieux hexagonal. Enfin, Jean-François Havard (sur les étudiants mourides issus du Sénégal) et Stéphane de Tapia (à propos des cultures et pratiques commerciales comparées des diasporas chinoises et turques) montrent comment la mondialisation créée à la fois de nouvelles pratiques minoritaires et aussi de puissantes solidarités communautaires par-delà les frontières.

8L’ouvrage permet une approche variée et informée sur les minorités religieuses. Il relie aussi trois échelles d’analyse : l’international, le national et le local. Celles-ci, entremêlées, renouvellent et complexifient en permanence les rapports entre les minorités religieuses et les pays où elles existent.

Haut de page

Notes

1 Pour la traduction française, cf. Habermas Jürgen (1988), L'espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Payot, Paris.

2 Pour la traduction française, cf. Taylor Charles (1994), Multiculturalisme. Différence et démocratie, Aubier, Paris

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Anne-Laure Zwilling (dir.), Minorités religieuses, religions minoritaires dans l’espace public », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 15 août 2014, consulté le 02 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15248 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.15248

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search