Navigation – Plan du site

Alison M. Jaggar (dir.), Gender and Global Justice

Vanina Mozziconacci
Gender and Global Justice
Alison M. Jaggar, Gender and Global Justice, Polity, 2014, 288 p., ISBN : 9780745663760.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur les huit auteur-e-s, sept sont rattaché-e-s à cette discipline.
  • 2 Jaggar Alison M., Feminist Politics and Human Nature, Totowa, Rowman & Allanheld, 1983.
  • 3 Jaggar Alison M. (dir.), Living With Contradictions: Controversies In Feminist Social Ethics, Bould (...)

1Le projet de cet ouvrage collectif est né en 2008 au Centre for the Study of Mind in Nature à Oslo, lors d'un atelier portant sur la justice globale et le genre, premier atelier sur cette question en philosophie1. Le terme « global » qualifie la justice comme une préoccupation qui dépasse les frontières nationales, partant du principe que la mondialisation s'accompagne d'une solidarité planétaire et définit un champ de recherche à part entière. Alison Jaggar, qui avait organisé l'événement, a par ailleurs travaillé sur les thèses anthropologiques qui sous-tendent les différents modèles politiques féministes2 et coordonné des volumes sur les paradigmes et méthodes qui traversent la pensée féministe en s'opposant ou en s'articulant3. Dans la continuité de ces préoccupations, l'ouvrage est marqué par une volonté de clarification des concepts nécessaires à l'appréhension du genre dans les théories de la justice globale, mais l'entreprise dépasse cette seule exigence de (re)définition en cherchant à élaborer des normes alternatives.

2Il importe de préciser la place du genre dans le champ de la justice distributive, c'est-à-dire la branche qui concerne la (re)distribution des bénéfices et des charges dans toute coopération. Doit-on le considérer comme une donnée supplémentaire à ajouter aux théories existantes ? Alison Jaggar montre dans son introduction que loin d'être une simple addition, l'opération qui consiste à intégrer le genre vient remettre en question certains présupposés de la pensée classique. Pour définir la justice distributive, il est nécessaire de déterminer le domaine dans lequel elle s'applique (où?), son sujet (qui?) et son objet (quoi?). Or, à la suite des pensées critiques sur la race et l'ethnicité des années 1960 qui ont identifié la reconnaissance et les communautés comme étant respectivement objet et sujets possibles de justice, les analyses féministes ont renouvelé les réponses données aux questions « où ? » et « quoi ? ». En affirmant que « le privé est politique », elles ont en effet modifié les frontières du domaine de la justice distributive, et en réclamant que les responsabilités domestiques soient également redistribuées, elles l'ont enrichie de nouveaux objets.

3Une telle reconfiguration conduirait-elle alors les études de genre à ne s'intéresser qu'à certains thèmes de la justice globale ? On pourrait croire que parmi ses sujets – guerres, changement climatique, migrations... – le genre viendrait extraire et n'étudier que certains problèmes particuliers (comme les mutilations sexuelles ou l'inégalité dans les héritages). Alison Jaggar invalide également cette présomption : tous les problèmes abordés par la justice globale ont une dimension genrée. Le caractère systématique de l'injustice de genre – elle traverse l'ordre politique et économique – fait que des enjeux tels que les coupes dans les programmes sociaux liées aux dettes des pays pauvres ou les dégâts environnementaux, pour ne donner que ces exemples, ont un impact spécifique sur les femmes, qui s'avèrent particulièrement touchées et fragilisées. Ainsi, le thème déjà ancien de la « malédiction des ressources naturelles » (resource curse) – désignant le fait que certains pays détenant des matières premières abondantes soient en proie à une grande instabilité économique et politique – peut être revu en intégrant l'inégalité de genre, comme le fait Scott Wisor dans le dernier chapitre.

4Le genre s'entend donc également comme outil permettant de dépister les biais des notions qui invisibilisent les impacts spécifiques sur les femmes dans les « grandes questions » de la justice globale (Alison Jaggar note par exemple que ce n'est que récemment que les crimes de guerre ont été définis de façon à inclure les viols de guerre et la torture sexuelle, et que la définition du génocide ne comprend pas l'infanticide féminin). Lorsque ces aspects ne sont pas minorés, ils font souvent l'objet d'un traitement inadéquat (les injustices de genre sont instrumentalisées, naturalisées, considérées comme propres aux cultures non-occidentales...). Reprendre des sujets bien connus à partir du prisme du genre dégage alors des problématiques inédites. Dans l'ouvrage, cette dimension critique s'articule souvent avec une ambition normative ; des modèles alternatifs – théoriques et pratiques – sont proposés : ainsi les « collectifs de femmes transnationaux » décrits par Hye-Ryoung Kang, qui renvoie d'abord dos-à-dos nationalisme et cosmopolitisme pour ensuite proposer cette troisième voie, ou encore les réformes envisagées par Gillian Brock contre les paradis fiscaux et l'exil fiscal.

  • 4 Expression qu'elle emprunte à Arlie Russel Hochschild dans Hochschild Arlie Russell, Ehrenreich Bar (...)

5La mise en place de normes plus justes pour les femmes présuppose des conceptions – notamment anthropologiques – qui permettent d'appréhender leur situation spécifique et de dépister les iniquités qui les concernent particulièrement. A cet égard, l'analyse d'Eva Feder Kittay est exemplaire. Son chapitre aborde le cas des travailleuses migrantes des pays du Sud qui laissent derrière elles leur famille afin de devenir nourrices dans les pays du Nord, processus qu'elle qualifie de « Global Heart Transplant »4. Cette « transfusion » de care engendre une souffrance moralement problématique qu'il est difficile de prendre en compte en analysant le phénomène à la lumière des théories classiques. En effet, celles-ci considèrent chaque partie comme une entité individuelle, et ne permettent donc pas de qualifier la fragilisation de certaines relations comme une atteinte au soi (self), contrairement aux éthiques du care qui définissent le soi comme essentiellement relationnel. C'est donc à partir de la redéfinition de la personne permise par ces éthiques qu'il devient possible d'envisager un « droit au care » (right to care) à intégrer aux Droits de l'Homme.

  • 5 Une journée d'étude a été organisée en 2014 à Lyon sur cette question dans le cadre du LabEx COMOD, (...)

6Dans ces mécanismes transnationaux, faire varier les échelles dans l'analyse pour déterminer des conditions de travail plus justes et répartir les responsabilités est également une nécessité (les micro-relations entre des individus séparés ; l'échelle moyenne entre les pays qui échangent et la travailleuse migrante ; l'échelle macro entre les pays eux-mêmes). Le chapitre suivant, écrit par la géographe Rachel Silvey, est ainsi consacré à l'élaboration d'une géographie morale qui permette la protection des femmes migrantes en prenant en compte les espaces local, national et global. Une telle démarche est d'autant plus essentielle qu'elle est relativement récente dans les travaux de philosophie politique, alors que la question des échelles comme enjeu épistémologique à part entière est depuis longtemps intégrée à la réflexion dans la plupart des autres sciences humaines et sociales5. Mais ce n'est peut-être pas un hasard si l'attention au local et la variation des échelles sont peu présentes en philosophie, puisque celle-ci, dans sa « pulsion de généralité » (expression de Wittgenstein) tendrait à ignorer tout ce qui vient fragmenter ses concepts et ses problèmes. Le caractère contextuel des notions et du langage est cependant un réel enjeu pour la philosophie politique, rappelle Linda Martín Alcoff dans son texte sur les discours sur la violence sexuelle. Ainsi, à travers l'analyse des concepts de consentement, de victime et d'honneur, elle expose la nécessité qu'il y a de s'inquiéter de l'impact de ces notions dans des contextes très différents lorsqu'on cherche à aborder un problème comme celui des violences sexuelles à l'échelle internationale. Sont alors engagés des choix épistémologiques et ontologiques en matière de philosophie du langage : les mots doivent-ils représenter certaines normes idéales ou refléter les conditions imparfaites dont ils émanent ? La question est d'autant plus délicate lorsqu'il s'agit de sexualité, puisque l' « incarnation » qu'elle implique semble difficilement compatible avec l'abstraction du sujet juridique.

7Cette attention accrue aux contextes permet de rappeler que prendre en considération l'injustice de genre à l'échelle globale ne signifie pas pour autant succomber à un essentialisme posant un féminin unique et universel. Le texte d'Abigail Gosselin sur la dépression post-partum et les troubles du comportement alimentaires montre ainsi comment des structures – socio-économiques et herméneutiques – directement liées à des injustices globales sont des facteurs qui contribuent à la prévalence de certains troubles mentaux dans la population féminine, contre une approche « réductionniste » et naturalisante.

8Ces mises en rapport entre le global et l' « intime » sont une illustration convaincante du bouleversement qu'a pu constituer l'élargissement du domaine de la justice réclamé par les féministes. Tout un pan de préoccupations traditionnellement dépolitisées car considérées comme « personnelles » et donc idiosyncratiques et non sociales peut ainsi être repris à nouveaux frais.

Haut de page

Notes

1 Sur les huit auteur-e-s, sept sont rattaché-e-s à cette discipline.

2 Jaggar Alison M., Feminist Politics and Human Nature, Totowa, Rowman & Allanheld, 1983.

3 Jaggar Alison M. (dir.), Living With Contradictions: Controversies In Feminist Social Ethics, Boulder, Westview Press, 1994 ; Jaggar Alison M. (dir.), Just Methods. An Interdisciplinary Feminist Reader, Boulder, Paradigm Publishers, 2008.

4 Expression qu'elle emprunte à Arlie Russel Hochschild dans Hochschild Arlie Russell, Ehrenreich Barbara, Global Woman : Nannies, Maids, and Sex Workers in the New Economy, New York : Henry Hold and Company, 2002.

5 Une journée d'étude a été organisée en 2014 à Lyon sur cette question dans le cadre du LabEx COMOD, « Approches philosophiques des jeux d’échelles : méthodes et problèmes ». Mon compte-rendu de cet événement est disponible aux adresses suivantes : http://genere.hypotheses.org/111 et http://genere.hypotheses.org/122 .

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vanina Mozziconacci, « Alison M. Jaggar (dir.), Gender and Global Justice », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 21 août 2014, consulté le 30 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15257

Haut de page

Rédacteur

Vanina Mozziconacci

Doctorante en philosophie à l’ENS de Lyon (Triangle, UMR 5206), professeure agrégée et coresponsable du laboratoire junior GenERe

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page