Navigation – Plan du site

Nathalie Lavielle-Gutnik, Catherine Negroni, Maryvonne Sorel (dir.), « Professionnalisation et nouvelles formes de professionnalité des formateurs d’adultes », TransFormations, n° 9, juin 2013

Valérie Guillemot
Professionnalisation et nouvelles formes de professionnalités des formateurs d'adultes
Nathalie Lavielle-Gutnik, Catherine Negroni, Maryvonne Sorel (dir.), « Professionnalisation et nouvelles formes de professionnalités des formateurs d'adultes », TransFormations, n° 9, juin 2013, Lille, CUEEP, ISSN : 1967-1075.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sanâd Sanouai-Denoux, « L’accompagnement des étudiants en mobilité professionnelle volontaire vers (...)

1Dans un contexte d’injonction à la mobilité professionnelle volontaire1, le paysage de la formation professionnelle évolue tant du fait de la volonté des politiques et législateurs, notamment avec la réforme de la formation professionnelle, que du fait de l’importance croissante prise par les technologies de l’information et de la communication dans les dispositifs. Le neuvième numéro de TransFormations propose un regard sur l’évolution du métier et de l’activité de formateur, sous l’angle de la professionnalisation et de la professionnalité.

2La diversité des conditions d’exercice du métier et des visées de la formation pour adultes complexifient le paysage : « tant qu’il reviendra au formateur d’accompagner le changement dans les organisations ou l’accès à l’emploi, d’organiser la mise à disposition des savoirs en vue de favoriser l’activité de travail, de garantir le développement des personnes et de répondre aux exigences de l’entreprise, de s’assurer des transitions entre le chômage et l’emploi, la figure du formateur sera difficile à stabiliser » (Lavielle-Gutnik, Negroni, Sorel, p. 8). Dans ce numéro, la notion de groupe professionnel, entité « problématique » engagée dans une fonction sociale, est privilégiée à celle de profession ou de métier, alors même que le développement de l’offre de formation de formateurs, « assorties le plus souvent de certifications reconnues, amorce, toutefois, une première évolution du métier vers la profession », selon Marie-Christine Thibault (p. 21).

3La structure de la revue comporte trois parties. L’analyse sociohistorique de la constitution du groupe professionnel y précède l’analyse des effets de l’environnement professionnel et politique sur l’évolution des professionnalités, reflétée notamment dans celle des référentiels. Alors sont étudiées l’évolution, voire l’innovation relatives à l’offre de formation, aux dispositifs et à ce qui les constitue et y sert l’activité de formation. Ces changements impliquent pour les formateurs de personnaliser leur intervention et modifient le rapport au savoir : comment concilier l’affichage d’une professionnalité stable du groupe professionnel des formateurs et des acteurs qui le composent et leur dynamique de professionnalisation ?

  • 2 Emmanuel de Lescure, « Quelques considérations actuelles sur la professionnalisation des métiers de (...)

4Si la formation est activité de service, au service de qui ou de quoi le formateur œuvre-t-il : le bénéficiaire, l’employeur, le prescripteur, le financeur, le savoir ? Est-il agent de la formation en entreprise ou agent des politiques de l’emploi ? L’exemple des formations aux métiers de la formation fourni par Emmanuel de Lescure2 illustre que la dispersion de l’offre et des niveaux de formation des formateurs ne favorise pas la régulation du marché du travail (p. 42). Les données statistiques relatives au champ de la formation présentées par Paul Santelmann (p. 74-77) confirment la diversité de ce que l’auteur hésite à qualifier de secteur professionnel : taille des organismes, tant en chiffre d’affaire qu’en ressources humaines, statut des formateurs, parcours de professionnalisation des formateurs. À la diversité de cette zone d’activité « faiblement régulée contrôlée et évaluée socialement et économiquement » (p. 77) correspond parallèlement la multiplicité des contextes et des situations d’intervention, avec pour effet une identité professionnelle de formateur qui peine à se construire et à être reconnue.

  • 3 Emmanuel Triby, « Professionnalisation de l’université et professionnalisation des formateurs à l’u (...)
  • 4 Philippe Bouyssieres & Thierry Mulin, « Les représentations professionnelles comme principes organi (...)
  • 5 Stéphane Balas, « De l’usage dénormalisant des référentiels. Un exemple pour la formation des masse (...)

5Selon Lavielle-Gutnik, toute formation est une réponse à une question identitaire, tant professionnelle, sociale que personnelle. C’est aussi le cas des formations de formateurs, largement interrogées dans ce numéro, notamment par Emmanuel Triby3 qui pointe l’improbabilité de mise en œuvre d’une formation initiale efficace qui préparerait à devenir formateur, du fait d’un nécessaire travail à partir de sa propre expérience : transfert, traduction, transposition. Il s’agit alors que par d’autres voies, chaque formateur s’approprie le genre professionnel, puis développe son style. La modélisation de Philippe Bouyssieres et Thierry Mulin des genres professionnels des formateurs via leurs représentations professionnelles, issue d’une recherche clinique et statistique à partir de corpus de discours de formateurs en formation à l’Université, « vise à introduire du collectif dans des métiers dont nous avons souligné la dynamique prioritairement individuelle » (p. 63)4. Elle permet aux formateurs de se repérer dans la catégorisation mise à jour : genre applicatif, explicatif, implicatif, duplicatif, et s’actualise par l’ajout fréquent d’un qualificatif juxtaposé à la présentation de soi comme formateur. La question du genre et du style professionnel est traitée par Stéphane Balas5 sous l’angle du rapport aux référentiels : « si le référentiel constitue une norme, cette norme doit être dépassée pour mieux être reconstruite dans la situation pédagogique locale » (p. 104), et « rendre compte d’une part de la vitalité des professionnels concernés, et ainsi à favoriser la vitalité des activités des pédagogues » (p. 105).

6Ce numéro 9 de la revue TransFormations met l’accent sur des questions vives relatives à l’activité des formateurs, dans un contexte où les orientations politiques traduites par le législateur accentuent à la fois l’individualisation et l’attente sociale qui pèsent sur la formation. La professionnalisation du milieu comme celle des acteurs tend vers un état professionnalité qui dans le contexte décrit par la revue, serait davantage pluriel que singulier : des professionnalités des formateurs, correspondant à la diversité des contextes d’exercice de l’activité, seraient à viser par des itinéraires de professionnalisation à repenser sans relâche.

Haut de page

Notes

1 Sanâd Sanouai-Denoux, « L’accompagnement des étudiants en mobilité professionnelle volontaire vers les métiers de la formation : une relation ambivalente », p. 147-160.

2 Emmanuel de Lescure, « Quelques considérations actuelles sur la professionnalisation des métiers de la formation », p. 33-47.

3 Emmanuel Triby, « Professionnalisation de l’université et professionnalisation des formateurs à l’université », p. 129-146.

4 Philippe Bouyssieres & Thierry Mulin, « Les représentations professionnelles comme principes organisateurs des genres professionnels », p. 49-65.

5 Stéphane Balas, « De l’usage dénormalisant des référentiels. Un exemple pour la formation des masseurs kinésithérapeutes », p. 89-109.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Guillemot, « Nathalie Lavielle-Gutnik, Catherine Negroni, Maryvonne Sorel (dir.), « Professionnalisation et nouvelles formes de professionnalité des formateurs d’adultes », TransFormations, n° 9, juin 2013 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 23 août 2014, consulté le 17 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15260

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page