Navigation – Plan du site

Arnaud Alessandrin, Brigitte Esteve-Bellebeau (dir.), Genre ! L’essentiel pour comprendre

Hugo Bouvard
Genre ! L'essentiel pour comprendre
Arnaud Alessandrin, Brigitte Esteve-Bellebeau (dir.), Genre ! L'essentiel pour comprendre. Ses concepts, son vocabulaire et ses auteurs, Des Ailes sur un tracteur, 2014, 200 p., ISBN : 9791090286146.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Lesbiennes, gais, bis et trans’.
  • 2 La longueur moyenne est de deux pages.

1Se voulant une « riposte intellectuelle à l’état de confusion dans lequel on entraîne le grand public » à propos du genre, ce premier hors-série de la revue Miroir/miroirs, « spécialisé[e] sur les questions LGBT »1 se veut didactique et engagé, pédagogique et militant. Afin de « dédiaboliser » un concept, le genre, qui a alimenté les débats autour de la loi dite « Mariage pour tous », Arnaud Alessandrin et Brigitte Esteve-Bellebeau ont réuni une trentaine d’auteur-e-s, universitaires pour l’immense majorité. Venant d’univers disciplinaires variés, allant de la sociologie à la philosophie en passant par la psychanalyse, mais aussi la géographie et la littérature, ils et elles ont rédigé de courts2 articles visant à expliquer le vocabulaire, à expliciter les concepts, et à présenter les auteur-e-s majeur-e-s des études de genre en France et aux États-Unis.

2Dès l’introduction, Alessandrin et Esteve-Bellebeau se positionnent par rapport au vocable polémique de « théorie du genre » en montrant l’inanité de son emploi : en effet il réifie et fige une multitude de savoirs et méthodologies pluriel-le-s. Ils entendent réinscrire la notion dans un cadre universitaire et théorique tout en conservant une « forme hybride », entre académisme et vulgarisation : plutôt que de rejouer « la partition hiérarchique des savoirs » ils souhaitent contribuer ainsi à « l’élaboration d’une sociologie-sociale » (p. 21), utile à la fois aux activistes et aux chercheur-e-s.

3La première partie de l’ouvrage propose des définitions, par ordre alphabétique, du vocabulaire et des concepts-clefs du féminisme (« patriarcat », « violences de genre »...), de la sociologie du genre (le concept goffmanien d’ « arrangement des sexes », les « technologies de genre » de De Lauretis...) et du militantisme gay et lesbien (« homoparentalité », « homophobie et hétérosexisme »...). Un tiers des articles porte plus spécifiquement sur les termes utilisés pour parler de transidentité : c’est l’originalité et l’apport majeur de cette section. Cette surreprésentation – bienvenue – des questions trans’ s’explique notamment par la présence, outre d’Alessandrin, de deux autrices, K. Espineira et M.-Y. Thomas : il et elles dirigent en effet la revue Les cahiers de la transidentité.

  • 3 Est cisgenre une personne qui n’est pas trans’, c’est-à-dire qui se reconnaît dans le genre qui lui (...)
  • 4 Tin Louis-Georges, L’Invention de la culture hétérosexuelle, Paris, Autrement, 2008.

4L’ordre alphabétique n’a néanmoins pas le caractère didactique voulue par les auteur-e-s. En effet, les premiers articles ne sont pas forcément les plus accessibles pour qui manque de certains prérequis. Cette disposition aurait néanmoins dû permettre un meilleur dialogue entre les contributions : nombre d’entre elles semblent fonctionner en circuit fermé, faute de renvois d’un article à un autre, ce qui occasionne de nombreuses répétitions. L’arbitraire de l’ordre alphabétique a néanmoins un intérêt : il permet parfois d’aller à rebours des études classiques sur les minoritaires en interrogeant les normes dominantes avant les identités qui s’en démarquent. Ainsi peut-on lire l’article « cisgenre3 » avant ceux sur les « transidentités » et sur la « transphobie », ce qui constitue un renversement de perspective intéressant. Dans la même logique de dénaturalisation de l’ordre social, il aurait été pertinent de faire figurer un article « hétérosexualité4 » aux côtés des articles « cisgenre » et « masculinités ».

  • 5 Il est à ce propos fort étonnant que le titre de cette partie, « Auteurs », ne soit pas féminisée, (...)

5La seconde partie, consacrée à celles et ceux5 qui ont pensé et théorisé le genre, est constituée de dix fiches, dont huit portent sur des femmes (de Beauvoir, Butler, Delphy, Dorlin, Héritier, Haraway, Scott et Wittig) et deux sur des hommes (Bourdieu et Foucault). De qualité et de longueur inégales, tantôt biographiques tantôt centrés sur l’œuvre, ces articles permettent néanmoins de mieux comprendre la genèse et les usages divergents des notions mobilisées dans la première partie. Ainsi, la dimension matérialiste et antiraciste du féminisme de C. Delphy est bien explicitée. De même, les apports épistémologiques à la discipline historique de J. Scott sont bien mis en valeur. On regrettera en revanche que l’article sur P. Bourdieu ne mentionne pas les critiques de certaines universitaires féministes lui reprochant d’avoir fait table rase de nombreux travaux de chercheuses françaises sur le genre, attitude fort peu féministe au demeurant.

6La troisième partie de l’ouvrage est composée de quatorze articles qui explicitent le lien entre le genre et un « thème », c’est-à-dire un pan de la réalité dont le lien avec les problématiques de genre est plus ou moins évident. Assez hétéroclites, ces articles traitent par exemple de l’histoire des mouvements sociaux (« Genre et féminisme »), ou font le lien avec l’art et les représentations audiovisuelles (« Genre et cinéma », « Genre et médias »), mais la majorité des contributions sont en réalité consacrées aux sous-champs de la sociologie, ancrage disciplinaire principal de l’ouvrage (« Genre et santé », « Genre et travail » « Genre et politique »...). Elles résument les problématiques principales de ces domaines de recherches, mais, format oblige, sont souvent trop allusives ou programmatiques. On notera qu’une perspective intersectionnelle, c’est-à-dire qui inclue la race et/ou la classe dans l’analyse, est adoptée par quelques auteur-e-s : c’est le cas de C. Guérandel qui dans l’excellent article « Genre et sport(s) » montre bien comment la prise en compte du milieu social conjuguée à celle du genre permet de complexifier l’analyse de l’investissement différencié des pratiques sportives.

  • 6 Touraille Priscille, Hommes grands, femmes petites : une évolution coûteuse. Les régimes de genre c (...)
  • 7 Fausto-Sterling Anne, Corps en tous genres. La dualité des sexes à l'épreuve de la science, Paris, (...)

7La quatrième et dernière partie est similaire, dans son organisation, à la troisième, si ce n’est que les « thèmes » sont là plus homogènes : ce sont les « sciences », à comprendre au sens large de disciplines académiques. La plupart des contributions expliquent ainsi l’émergence des questions de genre au sein de la discipline concernée ainsi que les conséquences épistémologiques de cette remise en cause de l’impensé androcentrique. Comme dans la partie précédente, les contraintes du format produisent souvent les mêmes défauts (références parfois allusives ou purement énumératives). De plus, la spécificité, pour chaque discipline, des questionnements relatifs au genre n’est pas toujours établie : c’est le cas par exemple de la contribution « Le genre en communication » qui n’explicite pas clairement les enjeux qui sont propres aux Sciences de l’Information et de la Communication. À l’inverse, certains articles réussissent brillamment l’exercice de la vulgarisation d’avancées théoriques parfois complexes. Deux contributions sortent ainsi du lot : A. Alessandrin (« Le genre en biologie ») résume bien les problématiques qu’ont soulevées dans la discipline les travaux de P. Touraille6 ou d’A. Fausto-Sterling7, et C. Prieur (« Le genre en géographie ») rend accessibles les questionnements épistémologiques que l’émergence des études de genre ont occasionnés en géographie.

8Si la plupart des auteur-e-s apportent ainsi un éclairage bienvenu sur les rapports que les différentes disciplines universitaires entretiennent avec la notion de genre, deux articles semblent en grand décalage avec le ton général de l’ouvrage qui est d’être attentif aux rapports de pouvoir et critique envers les dominations de genre institutionnalisées. Ainsi, « Genre et femmes » et « Le genre en psychologie » font appel à une doctrine d’inspiration lacanienne pour réhabiliter la discipline psychanalytique que les études de genre ont légitimement égratignée, mais l’entreprise est aussi douteuse qu’insatisfaisante tant le propos reste obscur aux profanes. Paradoxalement, c’est l’article intitulé « Le genre en psychanalyse » (écrit par V. Bourseul) qui se montre le plus convaincant dans son plaidoyer pro domo pour une pratique psychanalytique inclusive des questions de genre, en évitant le jargon et ne sacralisant pas la parole lacanienne.

9Dans une excellente conclusion où elle met au jour les logiques qui président aux résistances d’une partie de la société envers le genre et les études qui lui sont consacrées, Christine Détrez écrit : « Jamais le besoin de clarifier la notion, de donner des définitions, claires et précises, de faire, aussi, un véritable travail de pédagogie n’a été aussi important » (p. 193). Cet ouvrage avait donc l’objectif ambitieux d’être « accessible à tous les âges et tous les publics [...], parent, enfant, étudiant ou institution » (p. 17). Il ressort cependant de la lecture un sentiment de grande hétérogénéité : si certains articles réussissent avec brio ce pari et sont des condensés de savoirs formulés dans un langage aussi limpide que possible, nombreuses sont les contributions inégales et qui pèchent par l’obscurité de leurs formulations et la non vulgarisation du propos. On ne peut cependant qu’encourager celles et ceux qui sont à l’initiative de Genre ! à persévérer dans cette voie. Outre la forme, qui peut et doit être améliorée (on pense notamment à l’appareil de notes et de références bibliographiques), il reste plusieurs thèmes et/ou disciplines inexploré-e-s ou peu abordé-e-s par le présent ouvrage, et que les problématiques de genre ont touché de plein fouet : on peut ainsi penser aux diverses contributions féministes à la critique du capitalisme.

Haut de page

Notes

1 Lesbiennes, gais, bis et trans’.

2 La longueur moyenne est de deux pages.

3 Est cisgenre une personne qui n’est pas trans’, c’est-à-dire qui se reconnaît dans le genre qui lui a été assigné à la naissance.

4 Tin Louis-Georges, L’Invention de la culture hétérosexuelle, Paris, Autrement, 2008.

5 Il est à ce propos fort étonnant que le titre de cette partie, « Auteurs », ne soit pas féminisée, étant donné l’ancrage féministe revendiqué de l’ouvrage, dans lequel l’essentiel des contributeurs/trices s’efforcent d’utiliser un langage épicène.

6 Touraille Priscille, Hommes grands, femmes petites : une évolution coûteuse. Les régimes de genre comme force sélective de l’évolution biologique, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2008.

7 Fausto-Sterling Anne, Corps en tous genres. La dualité des sexes à l'épreuve de la science, Paris, La Découverte, "Genre & Sexualité", 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hugo Bouvard, « Arnaud Alessandrin, Brigitte Esteve-Bellebeau (dir.), Genre ! L’essentiel pour comprendre », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 25 août 2014, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15261

Haut de page

Rédacteur

Hugo Bouvard

Élève de l’ENS (Ulm), diplômé du master « Pratiques de l’interdisciplinarité dans les science sociales » (ENS-EHESS)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page