Navigation – Plan du site

« La science, une activité sociale comme une autre ? (T2) Controverses autour de l'autonomie scientifique », L'année sociologique, volume 64 - n°1, 2014

Christèle Dondeyne
La science, une activité sociale comme une autre ? (T2) Controverses autour de l'autonomie scientifique
Michel Dubois (dir.), « La science, une activité sociale comme une autre ? (T2) Controverses autour de l'autonomie scientifique », L'année sociologique, volume 64 - n°1, 2014, 250 p., Presses universitaires de France, ISBN : 978-2-13-062868-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 La première partie du dossier a déjà fait l’objet d’un compte-rendu rédigé par Clémence Emprun (htt (...)

1Avec ce deuxième volet du dossier coordonné par Michel Dubois autour de l’autonomie scientifique1 sont livrés trois éclairages sur la capacité des collectifs scientifiques à se constituer autour d’enjeux propres : les usages des références bibliographiques dans les publications et la manière dont elles contribuent à la formation des réseaux sociaux (Béatrice Milard), les controverses, et, au delà les normes qui permettent aux discussions et aux débats de se tenir (Pascal Ragouet), enfin Michel Dubois analyse l’institutionnalisation de la sociologie des sciences par Merton à la lumière des concepts de ce dernier. Ces trois articles ont en commun d’utiliser comme matériau empirique les écrits scientifiques : publications pour Béatrice Milard, correspondances épistolaires pour Pascal Ragouet et Michel Dubois. Au-delà de ces proximités dans les données utilisées, les méthodes et les grilles d’analyse divergent.

2Béatrice Milard s’intéresse aux « entourages citationnels » de chercheurs en chimie à partir des citations mentionnées dans leurs publications. La population enquêtée est composée de 32 individus chimistes de haut niveau dont les publications sont pour la plupart indexées dans des revues prestigieuses, tous membres d’un même laboratoire. La sociologue analyse les formes relationnelles qui révèlent la manière dont les chercheurs utilisent les citations pour se positionner et activer des liens au sein des collectifs scientifiques. Des entretiens sont ensuite menés pour approfondir les itinéraires et les relations scientifiques, professionnels et personnels qui se nouent avec les auteurs et équipes cités en bibliographie.

3L’analyse aboutit à une typologie comprenant quatre formes relationnelles, qui se distinguent par la taille de la principale composante et le nombre de cliques. La forme des réseaux est liée aux entourages citationnels. Le premier type repéré correspond à une activité de lecture et de surveillance généralisée ; les relations sont qualifiées de cognitives car le chercheur ne connaît pas les auteurs mentionnés en bibliographie. Dans le deuxième type, les auteurs entretiennent des relations dites interpersonnelles avec les individus et équipes cités, qu’ils connaissent par le biais de colloques, courriels ou lors d’évaluations de publications, sans pour autant avoir collaboré avec eux. Ces derniers sont principalement anglo-saxons ou américains. Le type 3 correspond à des relations en réseaux : les cités sont bien connus des citants, majoritairement français ou européens. Enfin dans le quatrième et dernier type, les auteurs s’auto-citent ou citent des gens qu’ils connaissent très bien et avec lesquels ils sont en compétition internationale. Au delà de la description des différents types, Béatrice Milard identifie des dynamiques, qui peuvent être liées à la carrière ou à la construction des thématiques.

4Avec la controverse sur la « mémoire de l’eau » dans le deuxième article du dossier, Pascal Ragouet examine les critères auxquels se raccrochent les scientifiques à l’épreuve de désaccords notoires. À quelles conditions l'activité de recherche conduit-elle à des résultats objectifs, et, partant, à quels critères et normes se plie la communauté scientifique pour accéder à cette vérité ? La publication par la revue Nature des travaux de Benveniste suscite des réactions très médiatisées au delà de la communauté scientifique. Pascal Ragouet s’appuie sur un matériau composite formé par des publications de Benveniste, des commentaires critiques attachés à l’enquête de Nature et les articles de presse pour repérer les normes qui structurent les échanges. La norme de réalité impose à un phénomène d’être vérifiable par l’expérience. La norme de vraisemblance tient au respect des acquis et théories scientifiques existants par ailleurs et considérés comme valables. Alors que la norme de réalisme semble irrécusable, celle de vraisemblance est plus fragile. L’analyse des échanges entre Charpak, prix Nobel de physique, Schmidt, Nozières et Degenne, à qui Charpak demande leurs avis sur les travaux des théoriciens italiens qui ont validé la thèse de Benveniste, montre que les savants recourent à des connaissances qu’ils ne maîtrisent pas et se fient aux jugements de leurs pairs pour produire des évaluations dont l’objet est extérieur à ce qui constitue leur « cœur cognitif ». Il est ainsi conduit à identifier une troisième norme, celle de scepticisme, qui renvoie à l’exercice critique et au contrôle par les pairs. Ces trois normes sont autant de mécanismes d’intégration qui l’emportent sur les logiques de déconfinement et permettent de résister aux pressions extérieures. Dans le cas de la mémoire de l’eau, malgré l’apparent désordre entraîné par une controverse qui s’échappe du champ scientifique, ces normes épistémiques fondamentales restent puissantes.

5Dans l’article qui clôture le dossier, Michel Dubois revient sur le travail entrepris par Robert K. Merton pour fonder la sociologie des sciences comme une spécialité disciplinaire à part entière. La notion de programme disciplinaire est centrale dans ce projet et conduit à s’intéresser au programme de recherche et à ses enjeux cognitifs spécifiques, tout en distinguant cette dimension cognitive de la dimension sociale de l’identité disciplinaire. La mise à disposition des correspondances épistolaires de Merton par l’Université Columbia donne accès à une connaissance privée de ce programme disciplinaire, plus libre sur la forme et sur le fond que l’écriture académique. Le corpus est formé d’une sélection de 450 lettres consacrées spécifiquement à la sociologie des sciences. Pluridisciplinaire, il intègre 117 acteurs, sociologues, philosophes et historiens. L’ensemble des lettres couvre la période 1931-2002 mais le corpus de Michel Dubois se concentre sur la période 1970-2002, qui correspond à l’émergence de la sociologie des sciences. Les personnes, organisations, sujets, événements cités dans ces lettres sont codés pour être traités comme des données relationnelles. À la lumière des techniques de l’analyse des réseaux, elles  renseignent sur le réseau communicationnel informel et les interactions.

6Les cinq composantes de l’identité disciplinaire qui émargent des échanges épistolaires de Merton sont ensuite examinées. En premier lieu, la production du récit de l’identité disciplinaire donne corps à la conscience du collectif disciplinaire. Il ne s’agit pas seulement pour Merton de contribuer à accroître l’influence de son programme de recherche, mais aussi de faire en sorte qu’il ne se dissolve pas dans les acquis de la discipline, ce que Merton désigne par l’oblitération par incorporation. Outre l’application du principe d’auto-exemplification, qui pousse Merton à amasser faits, témoignage et documents qui concourent à l’objectivation de la constitution de la discipline, les échanges avec Gifillan, Sorokin et Barber sont autant de cas de figure qui illustrent sa préoccupation constante de la postérité de la sociologie des sciences. En second lieu, la thématique des étudiants dans le contenu épistolaire rend compte des modalités de socialisation, des rituels et in fine d’un ethos dans la formation à la recherche. La norme du scepticisme organisée a par dessus tout imprégné les anciens étudiants de Merton. Il faut ensuite se doter d’instruments disciplinaires comme les associations (telles l’ISA, l’ASA ou la 4S), les supports de publications, les comités internes, etc. qui jouent un rôle stratégique central. Avec le « referee system » propre au milieu académique, les membres des comités jouent un rôle de gate keeper en allouant les ressources entre pairs. Les tensions inhérentes au fonctionnement de ces comités et les micro-rivalités qui s’y expriment rendent palpable la différence entre connaissance publique et connaissance privée. Il faut encore se livrer à un exercice de démarcation qui consiste à rendre visible publiquement leur champ auquel a été préalablement conféré un sens privé. Il lui faudra pour cela contenir la controverse qui l’oppose à ses collègues européens, et convaincre de ce que son programme de recherche et celui de Thomas Kuhn sont complémentaires. Dernière composante passée au crible par Michel Dubois, le marché académique dans lequel se jouent les carrières et qui se présente comme une structure d’opportunités qu’il faut savoir saisir. Mis de côté dans le processus réflexif engagé par Merton et ses collègues, il est pourtant au cœur de nombreuses échanges épistolaires qui révèlent l’effet de l’avantage cumulé mis en évidence par Merton.  Tout au long du texte les extraits de correspondances permettent à Michel Dubois d’étayer son propos.

7Ces trois réponses originales à la question d’ensemble du dossier ne sont pas controversées mais bien plutôt complémentaires dans leurs méthodes et dans les analyses qui convergent pour faire apparaître la science comme une activité sociale spécifique. Béatrice Milard montre que la formation des réseaux sociaux et les usages des références bibliographiques reposent sur la dynamique de l’activité scientifique et sont constitutifs d’une pluralité de modes d’implication dans la recherche. En identifiant des normes qui sont les garantes de l’autonomie de la science et qui conduisent à ce que certains résultats scientifiques soient l’objet de consensus durables quant à leur validité, Pascal Ragouet répond par une démonstration limpide à la question d’ensemble du dossier et se positionne également par rapport à un problème épistémologique de fond relatif à l’objectivité scientifique. Enfin avec Michel Dubois, la dimension sociale d’une discipline prend forme par rapport à la logique académique et, en reposant avant tout sur un programme de recherche, est étroitement liée une dimension cognitive.

8À l’instar du premier volet, ces travaux défendent tous l’idée d’une certaine autonomie de la science et l’on ne peut que souhaiter des confrontations fructueuses avec les autres perspectives plus ou moins contradictoires apportées par la sociologie des sciences.

Haut de page

Notes

1 La première partie du dossier a déjà fait l’objet d’un compte-rendu rédigé par Clémence Emprun (http:// lectures.revues.org/14518)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christèle Dondeyne, « « La science, une activité sociale comme une autre ? (T2) Controverses autour de l'autonomie scientifique », L'année sociologique, volume 64 - n°1, 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 27 août 2014, consulté le 25 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15280

Haut de page

Rédacteur

Christèle Dondeyne

Maître de conférence en sociologie à l’Université de Bretagne Occidentale

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page