Navigation – Plan du site

Stephan Parkin, An applied visual sociology : Picturing harm reduction

Anne Philibert
An Applied Visual Sociology: Picturing Harm Reduction
Stephen Parkin, An Applied Visual Sociology: Picturing Harm Reduction, Ashgate, 2014, 316 p., ISBN : 9781409468394.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Telle que définie par l’International Harm Reduction Association (IHRA), « la réduction des risques (...)

1Comment les méthodes visuelles peuvent-elles aider le sociologue à rendre compte de la manière dont un environnement influence les pratiques ? C’est la tâche que s’est donné Stephen Parkin dans ce qui constitue la pièce finale d’un projet de recherche en trois parties. Cet ouvrage constitue donc le volet méthodologique de ce triptyque, les deux autres parties se composant d’une réflexion théorique développée à la lumière de la sociologie de l’habitus de Pierre Bourdieu dans l’ouvrage Habitus and Drug Using Environnements, ainsi que d’une exposition photographique (intitulée : A Photo-Ethnography of Drug Using Environnments – exposition réalisée à l’Université de Huddersfield, septembre/octobre 2012). Posant son regard sur l’applicabilité des principes de réductions des risques1 pour les usagers de drogues dans les milieux ouverts, son travail s’inscrit dans un cadre plus général de réflexion sur les pratiques professionnelles d’intervention auprès des usagers de drogues et les politiques publiques qui les sous-tendent, dans une perspective à la fois de recherche appliquée et fondamentale.

2Dans un mouvement venu des États-Unis vers l’Europe, la sociologie visuelle devient toujours plus étudiée, et le nombre de manifestations s’y rapportant est lui aussi sans cesse grandissant2. Ce champ aujourd’hui encore en construction questionne l’image en tant qu’outil ou instrument de recherche. Comment utiliser l’image comme une donnée scientifique ? C’est le défi auquel tente de répondre l’auteur dans ce premier chapitre, fondé sur une revue de la littérature, et qui peut se lire comme un précis de l’utilisation des médias visuels qui aidera le lecteur non-initié à définir un cadre de questionnements essentiels à inclure au premier stage de la recherche. Afin d’aller au-delà de la mise en image de résultats existants, autrement dit de l’illustration, un des pré-requis sera pour le chercheur de construire sa recherche sur la base d’une approche combinée de méthodes qualitatives, dans laquelle la photographie ou la vidéo sont employées comme des méthodes qui viennent soutenir et enrichir d’autres méthodes de recueil de données plus traditionnelles. Une autre prérogative dans le cadre d’une recherche visuelle impose d’utiliser un paradigme approprié et compatible avec une orientation ontologique et épistémologique spécifique. C’est ce que l’auteur propose dans la recherche exposée en mobilisant la théorie critique dans le cadre d’un terrain portant sur l’injection de drogues en milieu ouvert. La tradition du réalisme qui pose la réalité comme multiple, et le rapport à la production de la connaissance permettent ainsi à l’auteur d’articuler les réflexions théoriques et conceptuelles avec les techniques visuelles.

3La deuxième partie rentre dans le vif du sujet et apporte des clarifications sur la conception de l’objet de recherche et la méthode choisie, et nous fait rentrer dans le travail d’analyse. Qu’il s’agisse de la description des processus physiques qu’implique la prise de photo, la réalisation de vidéo, ou les techniques de codage des images, l’auteur s’attache à démontrer comment des images peuvent être re-présentées d’une manière appliquée sans perdre de vue la valeur théorique du dispositif. Dans un second temps, l’auteur livre ses résultats de recherche segmentés en trois chapitres, chacun étant dédié à des thèmes distincts. Le chapitre 5 entame une typologie des lieux publics ou semi-publics (toilettes publiques, parkings, fourrés) utilisés par les injecteurs de drogues, ayant été répertoriés au sein de quatre villes de l’Angleterre avec l’aide de travailleurs sociaux et d’usagers de drogues injecteurs. Ces lieux ont ensuite été catégorisés selon un continuum de sécurité qu’ils procurent à l’usager et lui permettent (ou non) d’avoir les conditions nécessaires pour respecter les conseils de réduction des risques lors de sa consommation de drogue. Au lieu de s’engager dans une description ethnographique des lieux, Stephen Parkin a recours alors à l’usage des photographies, classées en catégories (A, B, ou C), construites en fonction du niveau d’hygiène et de sécurité qu’elles procurent à l’usager de drogue par voie injectable. Les photographies sont-elles alors illustrations ou matériaux empiriques ? La relation induite entre image et texte dans la démonstration de l’auteur apporte incontestablement une valeur pédagogique en améliorant la compréhension des pratiques des injecteurs de drogues. Peut-être même pourrait-on dire qu’au lieu d’illustrer l’expérience, elle la réaffirme.

4Toujours selon le même procédé de typologie photographique, les chapitres 6 et 7 s’intéressent aux matériaux récoltés sur les lieux d’usage de drogues (seringues principalement), parcourant les endroits les plus appropriés pour la récolte des seringues usagées, vers les moins appropriés, du point de vue des usagers (chapitres 6), et des personnels de première ligne (chapitre 7). Finalement, ces trois chapitres amènent à la représentation des bénéfices et des résultats des environnements spécifiquement aménagés pour l’usage de drogues par injection en milieu public ou semi-public.

5Pour l’auteur, les résultats de terrains présentés dans la seconde partie (ayant été réalisés sur financement des autorités publiques) doivent aller au-delà de la présentation de solutions et de recommandations, pour montrer comment la recherche appliquée et la recherche académique peuvent être synthétisées et générer des résultats qui apportent une valeur ajoutée à la fois dans la pratique professionnelle et dans la communauté scientifique. La dernière partie se concrétise alors comme une mise en évidence de la preuve de cette valeur ajoutée de l’utilisation des méthodes visuelles au sein de ces deux champs. Dans une perspective appliquée, Stephen Parkin détaille notamment le protocole d’évaluation utilisé au cours de sa recherche afin de saisir l’apport du médium photographique. L’analyse des questionnaires distribués lors de l’exposition photographique des prises de vue réalisées par l’auteur, au cours de sa recherche, démontre en effet l’intérêt d’une représentation visuelle des contextes de consommation pour les prescripteurs de pratiques.

6C’est sur le thème de la recherche appliquée que se focalise l’attention de l’auteur dans les derniers chapitres de cette partie - la partie théorique se trouvant dans l’ouvrage mentionné plus haut. Un choix qui a pour effet de centraliser l’attention du lecteur sur le côté « application pratique » de la recherche utilisant les méthodes visuelles, au moment même où leur légitimité au sein de la recherche fondamentale fait encore l’objet de débat. Force est de constater, malgré tout, que l’ouvrage intitulé An applied visual sociology : picturing harm reduction remplit son contrat. Au terme de cet ouvrage, le lecteur a bien la conviction que l’usage de la photographie peut alimenter des réflexions théoriques, conceptuelles, et pratiques liées au terrain de recherche présenté, car tout au long de l’ouvrage, il apparaît que le sens vient à l’image tout en se matérialisant en tant que résultat brut.

Haut de page

Notes

1 Telle que définie par l’International Harm Reduction Association (IHRA), « la réduction des risques concerne les lois, les programmes et les pratiques qui visent à réduire les méfaits associés à l’utilisation de drogues psychoactives, par des personnes qui sont incapables ou qui n’ont pas la volonté de cesser de consommer ». Les principes de la réductions des risques sont définis dans le chapitre 2.

2 http://www.afs-socio.fr/sites/default/files/FichiersRT/GT47%20Congr%C3%A8s%20de%20Nantes%20Appel%20%C3%A0%20communication_2.pdf (Consulté le 5 juillet 2014)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Philibert, « Stephan Parkin, An applied visual sociology : Picturing harm reduction », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 01 septembre 2014, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15327

Haut de page

Rédacteur

Anne Philibert

Attachée de recherche au département de sociologie, Université de Genève

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page