Navegación – Mapa del sitio

Christopher P. Loss, Between Citizens and the State. The Politics of American Higher Education in the 20th Century

Pierre Verschueren
Between Citizens and the State
Christopher P. Loss, Between Citizens and the State. The Politics of American Higher Education in the 20th Century, Princeton University Press, 2014, 342 p., @ean : 9780691163345.
Inicio de página

Texto completo

1Le supposé « modèle anglo-saxon » est un élément incontournable du débat sur l’enseignement supérieur en France depuis plus de cinquante ans. Qu’il soit encensé ou condamné, on ne peut s’empêcher de remarquer qu’il est avant tout assez mal connu – la complexité et la diversité presque infinie de ce champ, qui va du petit community college local à la research university élitiste, jouent un grand rôle dans cette méconnaissance, de même que la rareté des ouvrages de synthèse lui étant consacré. Christopher P. Loss entend combler ce manque, en développant une analyse globale, à l’échelle du xxe siècle, des liens d’interdépendance qui, aux États-Unis, unissent les établissements d’enseignement supérieur et le gouvernement fédéral.

  • 1 On peut prendre comme exemple les travaux de Karren Orren et Stephen Skowronek, synthétisés dans le (...)

2L’analyse développée par l’auteur est à la fois celle d’un acteur – il a exercé des responsabilités administratives à l’université de Virginie –, d’un politologue et d’un historien. Loss s’insère ainsi dans le courant de l’American political development1 (APD), qui étudie la construction du pouvoir fédéral dans une société traditionnellement opposée à l’idée de gouvernement centralisé. En utilisant le vocabulaire conceptuel de ces travaux, difficilement traduisible, le processus de « state-building », confronté à ces résistances, a recours à une « mediated governance », par l’intermédiaire de « parastates », c’est-à-dire d’institutions contrôlées de fait par le pouvoir fédéral, mais qui n’en relèvent pas en droit. Pour Loss, les universités et collèges américains sont le modèle même de ces parastates, et constituent dès lors un intermédiaire crucial entre les citoyens et l’État. Au cours du siècle, les États-Unis passent ainsi de 250 000 à 14 millions d’étudiants, sous l’impulsion d’une politique active de « state builders » qui entendent ainsi influencer la structuration politique et civique des citoyens, et construire une « democratic citizenship ».

3Ce rôle de l’enseignement supérieur est étudié par le biais de trois perspectives, à la fois institutionnelles et intellectuelles : les politiques fédérales, au travers des grandes lois de 1944, 1958 et 1965 ; la vie des étudiants, des enseignants et des administrateurs, dans les campus et en dehors, en lien avec la multiplicité des expériences éducatives ; enfin, et c’est sans doute le plus original, Loss met en avant l’importance du rôle de la psychologie, avec le poids des « personnel specialists » dans l’entre-deux-guerres, des psychologues sociaux après 1945, et des « public opinion researchers » dans les années 1960.

  • 2 In loco parentis, c’est-à-dire « à la place d’un parent », est un principe de common law, qui confè (...)

4Loss adopte un plan chronologique dont la première partie, « Bureaucracy », s’attarde sur la situation entre 1917 et 1939. Avec l’entrée en guerre en avril 1917, l’État fédéral commence en effet à étendre son emprise sur la société, avec des conséquences directes sur l’enseignement supérieur : il perd la moitié de ses étudiants, partis au front ; l’U.S. Army transforme 500 collèges en camps d’entraînement ; des dizaines d’enseignants sont licenciés pour s’être opposés au conflit. Les années 1920 voient dès lors les universitaires s’opposer à toute nouvelle implication fédérale ; parallèlement, confrontés aux débuts d’une certaine massification – une nouvelle institution est créée tous les dix jours –, ils adoptent une nouvelle façon de concevoir les individus et les institutions, avec la notion d’« adjustment », développée dans ce que Loss appelle la « personnel perspective », autour de Walter Dill Scott. La vieille notion du in loco parentis2 est ainsi reformulée, les enseignements spécialisés et diversifiés, les activités extrascolaires coordonnées nationalement, avec l’objectif de donner l’occasion aux étudiants de développer leur personnalité par un meilleur ajustement à l’institution et à la société – ce qui justifie la mise en place de politiques de sélection et de discrimination, en fonction de cette même personnalité, telle qu’elle peut être évaluée par le biais de questionnaires, d’entretiens et de lettres de recommandation.

  • 3 Le concept de big science recouvre une série de changements qui se sont produits dans le champ scie (...)

5La crise des années 1930 amène l’État à abandonner sa politique de laissez-faire dans l’enseignement supérieur : le New Deal utilise ce dernier pour construire et faire accepter un État centralisé et bureaucratique. Si cette implication ne devient franchement visible qu’après 1945, avec le succès de la big science3, son origine est ainsi plus ancienne, avec l’usage d’intermédiaires multiples et décentralisés, parmi lesquels les universitaires : c’est là l’une des thèses les plus novatrices de l’ouvrage. Loss étudie ainsi les cas de l’enseignement agricole, et de programmes comme la National Youth Administration – qui offre un soutien financier aux étudiants tout en les employant – et le Federal Forum Project – qui met en place des lieux de débats à échelle locale et nationale, coordonnés par des universitaires.

6La seconde partie, « Democracy », étudie la période couvrant la seconde guerre mondiale et la Guerre froide, temps de consolidation du partenariat né avec le New Deal. L’éducation reçue par des millions de soldats, pendant le conflit mais aussi après, avec le G.I. Bill of Rights de 1944, pose en effet les bases d’un enseignement supérieur de masse, autour de l’idée qu’un bon soldat est un soldat « ajusté », donc éduqué – et par extension, puisqu’un bon soldat est un bon citoyen, qu’un bon citoyen aussi est un citoyen éduqué. L’implication de l’État dans l’enseignement supérieur bénéficie dès lors d’une certaine unanimité.

7La Guerre froide amène l’État fédéral à continuer sur cette lancée, en donnant naissance à un véritable « âge d’or universitaire » : la recherche se fonde désormais surtout sur des fonds fédéraux ; la lutte contre l’URSS amène à développer des programmes éducatifs à l’étranger, comme leviers d’action géopolitique – avec le Fulbright program – ; à l’intérieur, l’enseignement est perçue comme le meilleur moyen de lutter contre le communisme, comme une opportunité de créer une opinion publique « éclairée » – de nombreux programmes pour adultes sont mis sur pied, utilisant la télévision et la radio. Le National Defense Education Act de 1958 est le point d’orgue de cette évolution : précipité par le lancement de Spoutnik, il insuffle près d’un milliard de dollars dans le système éducatif, et met pour la première fois en place un système de bourses fédérales et de prêts étudiants garantis.

8La troisième partie de l’ouvrage, « Diversity », est consacré à la période de 1960 à nos jours, en se focalisant sur les conséquences profondes du mouvement des droits civiques et de la New Left. Les universités et les collèges se voient alors vivement critiqués par leurs étudiants, comme « aliénants », structurés par des normes racistes et sexistes, alors que justement ils se sont érigés comme les bastions de la démocratie. Au sein des mouvements étudiants pour les droits des Noirs – en particulier le Black Power et ceux des femmes – avec les consciousness-raising groups – se structure alors rapidement un cadre de pensée et de fonctionnement fondé sur l’idée de « diversité », et non plus celle d’« ajustement ». Le Higher Education Act de 1965, inspiré des théories du capital humain et de la volonté d’« equal opportunity », crée les conditions structurelles de cette diversité : l’apport financier de l’État fédéral est doublé, la discrimination raciale est interdite, et des programmes sont mis en place pour faciliter l’accès au supérieur des étudiants noirs, comme Upward Bound. La création de programmes interdisciplinaires fondés sur les questions d’identité, en premier lieu les black studies, puis les women studies, marque l’institutionnalisation de ce nouveau paradigme. Pour Loss, cette nouvelle façon de penser les missions de l’enseignement supérieur fait naître une nouvelle idée de la citoyenneté, personnelle et identitaire, fondée sur la détention de droits, et non plus de devoirs, vis-à-vis de l’État.

9Avec la crise pétrolière et l’arrivée au pouvoir de Reagan, le partenariat entre l’État fédéral et l’enseignement supérieur s’effondre : si le premier continue à jouer un rôle financier crucial, il renonce à demander au second de jouer un rôle civique, ne lui faisant plus confiance – en grande partie suite à l’agitation contre la guerre du Vietnam. Universités et collèges, émiettés par les revendications identitaires, se font ainsi le reflet d’une société tout aussi fractionnée, où la citoyenneté devient un concept flou, privé plus que public. Constituant désormais un véritable État dans l’État, ils sont le miroir de ce que celui-ci est devenu : décentralisé, flexible, marqué par les groupes d’intérêts. Pour Loss, le marché devient le principe organisateur de l’enseignement supérieur, puisque l’État est désormais à la fois partout et nul part sur les campus.

  • 4 Le Sonderweg (« la voie particulière ») désigne l’hypothèse, marquée d’exceptionnalisme, d’une part (...)
  • 5 Sur les questionnements théoriques à ce sujet, nous revoyons à Pierre Bourdieu, Sur l’État. Cours a (...)

10L’ouvrage de Loss constitue l’une des toutes premières synthèses sur le sujet : il en a les qualités et les défauts, pris qu’il est entre des généralisations parfois trop rapides, une ambition peut-être trop grande – de nombreux aspects ne sont ainsi pas abordés, comme celui des community colleges –, et la nécessité de proposer un cadre interprétatif susceptible d’orienter les recherches. On appréciera particulièrement l’insistance sur les contingences empiriques, appuyées sur de nombreuses citations d’acteurs, y compris d’étudiants, qui permettent le plus souvent d’éviter l’écueil du Sonderweg4. C’est peut être, au fond, le cadre théorique de l’ensemble qui pose le plus question, tant le concept de state-building semble prompt à la téléologie5, et l’APD marquée d’un exceptionnalisme refusant la comparaison ; le lecteur nourri de la tradition française d’histoire sociale regrettera enfin l’absence de dialogue avec la sociologie, au profit d’une mise en avant permanente des questionnements politiques, sans doute par trop réductrice.

Inicio de página

Notas

1 On peut prendre comme exemple les travaux de Karren Orren et Stephen Skowronek, synthétisés dans leur ouvrage The Search for American Political Development, New York, Cambridge University Press, 2004.

2 In loco parentis, c’est-à-dire « à la place d’un parent », est un principe de common law, qui confère certaines des fonctions et responsabilités d’un parent à autrui. Il permet aux institutions universitaire d’agir dans le meilleur intérêt des étudiants, et ce presque comme ils l’entendent – même contre des droits constitutionnels. Il cesse de s’appliquer à l’enseignement supérieur à partir de l’arrêt Dixon v. Alabama de 1961.

3 Le concept de big science recouvre une série de changements qui se sont produits dans le champ scientifique pendant et après la Seconde Guerre mondiale : la recherche est de plus en plus organisée autour de projets de grande échelle financés par les États ou des groupements internationaux. Sur ce point, on consultera Peter Galison, Big Science: The Growth of Large Scale Research, Stanford, Stanford University Press, 1994.

4 Le Sonderweg (« la voie particulière ») désigne l’hypothèse, marquée d’exceptionnalisme, d’une particularité intrinsèque du peuple allemand, qui permettrait d’expliquer certaines spécificités de son histoire, notamment en comparaison avec les autres nations européennes.

5 Sur les questionnements théoriques à ce sujet, nous revoyons à Pierre Bourdieu, Sur l’État. Cours au Collège de France (1989-1992), Paris, Le Seuil, 2012.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Pierre Verschueren, « Christopher P. Loss, Between Citizens and the State. The Politics of American Higher Education in the 20th Century », Lectures [En línea], Reseñas, 2014, Publicado el 04 septiembre 2014, consultado el 22 agosto 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15390

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página