Navigation – Plan du site

Samuel Bouron, Maïa Drouard (dir.), « Les beaux quartiers de l’extrême droite », Agone, n° 54, 2014

Élise Roullaud
Les beaux quartiers de l'extrême droite
Samuel Bouron, Maïa Drouard (dir.), « Les beaux quartiers de l'extrême droite », Agone, n° 54, 2014, 208 p., Marseille, Agone, ISBN : 978-2-7489-0211-2.
Haut de page

Texte intégral

1Tandis que les dernières élections municipales ont été marquées par une consolidation du vote Front national, analysé comme l’expression d’un rejet du jeu politique, le dernier numéro de la revue Agone, co-dirigé par Samuel Bouron et Maïa Drouard, propose de décaler le regard porté sur l’extrême droite et s’attache à rendre compte de la diffusion d’une pensée réactionnaire dans divers milieux sociaux. De fait, un des intérêts majeurs de cet opus est de ne pas réduire l’extrême droite au Front national et à ses stratégies électoralistes. Les huit contributions démontrent ainsi que l’idéologie réactionnaire s’inscrit aussi bien dans le champ politique que dans les champs académique, littéraire ou encore médiatique, loin de la représentation commune et homogénéisante d’un positionnement « hors système ».

2Quatre contributions prennent pour objet la diffusion d’une pensée d’extrême droite au sein des champs académique et littéraire. Il en va ainsi du texte de Sylvain Laurens et d’Alain Bihr – « L’extrême droite à l’université : le cas Julien Freund » ‑ qui rappellent les liens entretenus par ce professeur de sociologie à l’université de Strasbourg avec les théoriciens du Groupement de recherche et d’études pour la civilisation européenne (GRECE). De même, alors que la parution des Carnets de guerre 1914-1918 d’Ernst Jünger s’est accompagnée de portraits laudatifs de l’écrivain, Michel Vanoosthuyse rappelle la portée politique de ses écrits et ses proximités idéologiques avec le national-socialisme (« Ernst Jünger, itinéraire d’un fasciste clean. Dernières publications, derniers masques »). Dans son article intitulé « Céline mis à nu par ses admirateurs, même », Évelyne Pieiller souligne, quant à elle, le traitement réservé à l’œuvre de Louis-Ferdinand Céline en France, dont la valeur, selon les commentateurs cités par l’auteure, devrait être appréciée indépendamment de ses convictions antisémites. Il s’agit alors pour elle de se demander si l’on peut juger une œuvre en faisant abstraction des positionnements politiques de son auteur. Enfin, l’article de Thierry Discepolo ‑ « À l’abri de la religion littéraire française. L’“affaire Millet” comme erreur d’ajustement d’un consensus hégémonique apolitique » ‑ revient sur les débats qui ont eu cours dans le milieu de l’édition française suite à la publication par Richard Millet, auteur et éditeur chez Gallimard, d’un « éloge littéraire » d’Anders Breivik, auteur de l’attentat à la bombe contre le siège du gouvernement norvégien et du meurtre de soixante-neuf militants de la Jeunesse travailliste en juillet 2011. Ces différents articles mettent ainsi en avant le rôle joué par les critiques et biographes ainsi que par les auteurs eux-mêmes dans le processus de neutralisation d’une pensée d’extrême droite reposant sur la présentation de travaux universitaires ou littéraires détachés de leurs intentions politiques.

3Deux autres contributions examinent plus particulièrement la diffusion d’une pensée réactionnaire au sein de l’administration. Dans son article intitulé « Le patrimoine pour tous. La contribution des aristocrates d’extrême droite au maintien de l’idéologie des “belles demeures” », Maïa Drouard prend pour objet le travail d’institutionnalisation de la préservation du patrimoine, sous l’action notamment d’associations telle que Demeure historique ou celle des Vieilles maisons françaises. L’auteure souligne alors que cette patrimonialisation de propriétés privées, réalisée au nom de l’intérêt général, masque en réalité des inégalités de traitement entre propriétaires. En effet, avec la création de la Fondation du patrimoine, dans laquelle siègent des représentants de ces associations, les défenseurs des « belles demeures » obtiennent la défiscalisation des travaux sur les biens immobiliers ayant obtenu le label délivré par cette même fondation ainsi que des aides financières. Plus encore, pour Maïa Drouard, cette dynamique participe de l’inscription au sein du champ culturel d’une pensée réactionnaire, se positionnant contre l’« égalitarisme culturel » dont auraient été porteuses les politiques culturelles des années 1980. Pour sa part, Sylvain Laurens s’intéresse au Club de l’horloge, créé dans la première moitié des années 1970 par des hauts fonctionnaires, futurs cadres du Front national (« Le Club de l’horloge et la haute administration : promouvoir l’hostilité à l’immigration dans l’entre-soi mondain »). Revenir sur son histoire apporte un éclairage nouveau sur le processus de respectabilisation du Front national qui, pour l’auteur, « ne s’appuie pas seulement sur une stratégie médiatique, mais s’accompagne depuis plusieurs années d’une tentative de séduction quasi continue de petits noyaux de grands commis de l’État » (p. 73). Tandis que la neutralité politique est une exigence professionnelle pour les hauts fonctionnaires, l’auteur fait remarquer que les clubs constituent des espaces de sociabilité permettant de tisser des liens entre dirigeants politiques et représentants des grands corps de l’État. Dans le cas du Club de l’horloge, celui-ci se constitue comme passeur au sein de la haute fonction publique des idées développées par le GRECE et des théories néo-racialistes. La stratégie d’influence de ses membres passe notamment par la rédaction de notes ou d’articles à destination de revues administratives dans lesquelles ils font passer certains de leurs éléments doctrinaux. Ces deux contributions, richement documentées, offrent ainsi un tableau de l’ancrage de certains représentants de l’extrême droite au sein de la haute administration. Néanmoins, comme le souligne Sylvain Laurens, elle ne permettent pas de saisir la réalité de leur influence politique.

4Les articles de Samuel Bouron et de Stéphanie Chauveau prennent pour objet deux groupes politiques d’extrême droite. Le premier auteur propose une plongée au sein des Jeunesses identitaires (« Un militantisme à deux faces. Stratégie de communication et politique de formation des Jeunesses identitaires »). Cette contribution est originale de par la méthode d’enquête mobilisée, l’observation participante incognito, et remarquable par l’implication qu’elle suppose de la part du chercheur. Samuel Bouron a ainsi suivi une formation militante au sein de la section parisienne des Jeunesses identitaires durant une année. L’auteur analyse les stratégies développées par ce groupe pour diffuser son idéologie et souligne que ses membres entendent « s’intégrer dans différentes institutions républicaines, qu’ils dénoncent pourtant, non pas pour s’y convertir mais pour tenter de reconquérir “par le bas” un territoire qu’ils auraient perdu » (p. 45-46). Pour cela, les membres des Jeunesses identitaires s’attachent à rendre leur groupement « présentable » afin de légitimer son action dans le champ politique. Aussi, certains militants se professionnalisent en suivant une formation – notamment aux techniques de communication, afin de faciliter leur accès aux médias ‑ et cherchent à rendre discrètes les actions « radicales ». Néanmoins, pour l’auteur, cette stratégie de professionnalisation et de dépolitisation du discours ne doit pas amener à la conclusion d’une rupture avec le radicalisme politique. Ce positionnement s’exprime davantage dans le cadre des espaces de sociabilité militante ‑ les Maisons de l’identité ‑ où, hors de portée du regard de leurs adversaires ou des journalistes, les membres des Jeunesses identitaires peuvent adopter des registres d’action militants moins légitimes.

5Dans son article intitulé « Au-delà du cas Soral. Corruption de l’esprit public et postérité d’une nouvelle synthèse réactionnaire », Stéphanie Chauveau s’attache, quant à elle, à déconstruire l’essor de l’organisation politique d’Alain Soral : Égalité & réconciliation. Sans pour autant les rejeter en bloc, l’auteure entend dépasser les études faisant reposer cette réussite sur les appuis financiers reçus par divers réseaux ou bien sur son discours réactionnaire. À cette fin, elle propose un angle d’analyse particulièrement stimulant : pour comprendre le succès politique d’Alain Soral, il convient de prendre en compte son capital médiatique et la manière dont il l’a constitué. Pour cela, il faut donc réinscrire la trajectoire de cet acteur dans le contexte plus large du champ médiatique et de ses évolutions. Pour Stéphanie Chauveau, la libéralisation de l’audiovisuel à partir des années 1980 a entraîné la recherche des « bons » scores médiamétriques et, partant, celle d’invités politiques à même de les faire augmenter. Selon les mots de l’auteure, « la valeur politique des invités se double désormais ouvertement d’une prise en compte de leur valeur “commerciale” » (p. 101-102). C’est dans ce contexte que Jean-Marie Le Pen voit ses interventions sur différents plateaux de télévision se multiplier et qu’émerge la figure de l’éditorialiste impertinent et transgresseur ‑ dont Alain Soral est un des représentants. Cette contribution pointe ainsi le traitement « esthétique » de la politique, qui empêche toute démarche critique de la pensée diffusée.

6In fine, bien qu’inégal dans la portée analytique des contributions, ce numéro de la revue Agone dessine des pistes de recherche stimulantes sur les processus de diffusion d’une pensée réactionnaire au sein de divers espaces sociaux dominants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élise Roullaud, « Samuel Bouron, Maïa Drouard (dir.), « Les beaux quartiers de l’extrême droite », Agone, n° 54, 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 05 septembre 2014, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15391

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page