Navegación – Mapa del sitio

Marie Estripeaut-Bourjac et Nicolas Sembel (dir), Femmes, travail, métiers de l’enseignement. Rapport de genre, rapport de classe

Isabelle Collet
Femmes, travail, métiers de l'enseignement
Marie Estripeaut-Bourjac, Nicolas Sembel (dir.), Femmes, travail, métiers de l'enseignement. Rapports de genre, rapports de classe, Rouen, Presses universitaires de Rouen et du Havre, col. « Genre à lire... et à penser », 2014, 380 p., ISBN : 979-10-240-0137-1.
Inicio de página

Texto completo

1Cet ouvrage rassemble trente contributions issues du colloque organisé par l’IUFM d’Aquitaine et l’Espace Marx à Bordeaux en 2009. Il prolonge le travail entrepris par l’Espace Marx autour de la question du travail, des classes sociales et de leurs nouvelles réalités. La collaboration avec l’IUFM permet d’aborder le système éducatif comme l'une des principales instances où les stéréotypes se construisent. Ainsi, l'école et le travail vont représenter les lieux privilégiés pour identifier les mécanismes de reproduction et de recomposition des rapports sociaux de sexe. Parce que le travail est au cœur de la définition des rapports sociaux de sexe, comme le rappelle Rolland Pfefferkorn (p. 45-52), il reste au centre des analyses qui prennent en compte la répartition sexuée des tâches. De plus, le travail étant en amont et en aval de l’école (la structure du monde du travail conditionne en grande partie l’orientation scolaire), l’articulation de ces deux champs fait apparaître l'existence d'une continuité dans les représentations des rôles sexuels.

2Ce livre comporte donc deux grandes parties : une première sur le travail et une seconde sur le système éducatif. Les contributions de ces deux parties articulent marxisme et féminisme, revisitent les sciences sociales au prisme du genre et s’interrogent sur les contraintes qui pèsent sur les actrices et acteurs pris dans les rapports sociaux, sur l’autonomie dont ils et elles disposent et les paradoxes qui peuvent exister entre ces deux pôles.

3Ainsi, Jean-Louis Sagot-Duvauroux (p. 59-66) se demande pourquoi le mouvement féministe s’est engagé en faveur du « Droit au travail », quel était l’intérêt d’ajouter un patron à un mari ? Il montre que l’asservissement des femmes, comme celui des esclaves, paraît si naturel dans un système patriarcal ou colonial qu’il est inutile de passer par un contrat de travail ou par un salaire : il suffit de nourrir et d’entretenir le corps qui travaille. Ainsi, féministes et esclaves revendiquent la liberté que donne le salariat : elles et ils vendent leur travail, pas leur humanité ni leur intimité.

4Autre exemple de paradoxe : Marlaine Cacouault (p. 169-180) critique la manière dont la sociologie a tendance à décrire les enseignantes, qui seraient des femmes comblées, faisant un mariage de rêve, et qui par la suite auraient la main mise sur l’éducation. Le fait qu’elles puissent être 80% dans le premier degré ne doit pas faire oublier qu’elles sont sous-représentées aux postes de direction, démontrant que la dynamique du genre est à l’œuvre dans l’Éducation nationale comme dans tout autre secteur d’activité professionnelle. Marlaine Cacouault montre également que le mariage dit de rêve, car souvent réalisé avec un cadre ou membre d’une profession intellectuelle supérieure, s’effectue parfois au prix de la carrière personnelle des femmes, de leurs propres ambitions professionnelles ou universitaires.

5Une autre particularité de l’ouvrage est de croiser différents points de vue : scientifiques, professionnels et militants, de manière complémentaire, parfois articulés dans un même article. Ainsi, Elisabeth Gautier (p. 29-43) revient sur la manière dont les femmes sont devenues la variable d’ajustement du salariat. Elle ajoute que le vieillissement, l’éclatement des familles, la garde des petits enfants, en bref, ce qu’elle appelle le travail de reproduction élargie, fait peser sur les femmes la menace d’une augmentation du travail domestique non rémunéré. Dans le cas du travail du care, les stéréotypes fabriqués par le patriarcat sont mobilisés pour faire baisser le coût du travail et produire une nouvelle précarisation des emplois et un nouveau mode de domination. C’est pourquoi Elisabeth Gautier considère que l’émergence de nouvelles formes de résistances constitue un enjeu pour les femmes comme pour la société : sans participation active des femmes des milieux populaires, prenant en compte les rapports sociaux de classe, de sexe mais aussi de « race », il n’y aura pas d’ancrage profond de ces luttes dans les sociétés.

6D’autres exemples d’articulation entre militantisme, professionnalisation et institutionnalisation se trouvent dans le chapitre consacré à la formation des enseignant·e·s à la question de l’égalité filles/garçons. Nadine Plateau (p. 345-358) montre comment en Belgique la formation des enseignant·e·s à l’égalité filles/garçons est sortie du monde associatif militant pour finir par s’institutionnaliser, mais en restant tout de même une forme mineure de la formation. Véronique Lizan (p. 297-304) revient sur près de dix ans de textes officiels qui réclament une telle formation à l’IUFM mais qui n’ont été que partiellement, voire pas du tout, mis en œuvre. Virginie Houadec (p. 315-328) reprend de nombreux constats produits par les recherches en sciences de l’éducation, qui montrent régulièrement l’inégalité entre les filles et les garçons à l’école. Elle propose en regard un certain nombre de principes simples d’action pédagogique, prolongés ensuite par Josette Coste (p. 329-344), avec une réflexion sur les contenus à apporter aux enseignants en formation.

  • 1 Gaël Pasquier n’a interrogé que des enseignant·e·s qui déclarent travailler spécifiquement ces ques (...)

7La troisième caractéristique de l’ouvrage est d’insister sur le réinvestissement de la recherche dans les pratiques professionnelles. Cette dimension est particulièrement nette dans la partie sur l’enseignement où les auteurs interrogent les pratiques pédagogiques dans différentes disciplines : Nicole Lucas (p. 233-244) en histoire, Véronique Perry (p. 245-252) en anglais, Vincent Taconnet (p. 245-252) dans les sections « théâtre »… Gaël Pasquier (p. 285-295) étudie la manière dont certains enseignant·e·s disent travailler1 à l’école primaire à l’égalité des sexes et des sexualités. Christine Davenne (p. 273-284) analyse les détournements des couvertures des albums de Martine et l’usage qu’on peut en faire en CM2.

8En ce qui concerne la partie de l’ouvrage centrée sur le travail, la division sexuée des pratiques professionnelles se concentre surtout sur les aspects du travail qui ne sont pas productifs : en particulier, Clément Arambourou (p. 75-84) nous parle de la division sexuée du travail politique. La professionnalisation du métier, essentiellement parmi les hommes, a induit une production de critères de la compétence politique qui est à l’origine d’une division sexuée des tâches. Ainsi, les femmes promues par la parité, parce qu’elles sont femmes et supposées naturellement empathiques ou dénuées d’ambition personnelle, sont supposées faire de la politique autrement, en particulier en renouant les liens représentatifs qui seraient en crise. Cette ressource supposée propre aux femmes devient vite un handicap une fois le scrutin passé. Moins dotées en ressources politiques classiques que les hommes, elles seront ensuite évincées. De manière plus crue mais selon des dynamiques assez similaires, Xavier Dunezat (p. 85-101) montre comment les femmes sont malvenues dans le pilotage des mouvements de « sans » (sans-papiers, sans-domicile, sans-emploi). Bien que majoritaires dans ces mouvements, elles sont tenues à l’écart du travail de représentation dans les mouvements sociaux. C’est finalement en pratiquant des tâches domestiques à finalité militante qu’elles trouvent une place dans ces mouvements. Bien qu’indispensables pour créer du lien, voire pour la survie du mouvement, ces tâches ne sont pas reconnues comme étant du travail militant (sauf par les femmes elles-mêmes) et leur importance est largement ignorée.

9Ce résumé ne prétend pas rendre compte des trente contributions de l’ouvrage. Quelques unes seulement ont été citées, ce qui ne doit pas donner à penser que les autres contributions sont de moindre valeur. En outre, il serait faux de penser que les parties travail et éducation sont étanches. En particulier parce que des articles font naturellement le pont entre les deux champs, comme celui d’Yves Raibaud (p. 131-144) sur l’animation socioculturelle. En effet, la division sexuée du travail au sein des métiers de l’animation se transcrit également dans des principes éducatifs sexués, supposés appropriés selon l’âge et le sexe des publics visés.

10Il est peu courant qu’un ouvrage de ce type fasse le pari de réunir militantisme, professionnalisation et recherche. Il est encore moins courant de jouer le jeu jusqu’au bout en croisant réellement ces trois types de réflexions. Dans le cas de cet ouvrage, le pari est réussi.

Inicio de página

Notas

1 Gaël Pasquier n’a interrogé que des enseignant·e·s qui déclarent travailler spécifiquement ces questions en classe. Le propos n’est pas de mesurer les écarts avec la pratique mais d’analyser ce qu’entendent les enseignant·e·s quand elles et ils signalent qu’ils et elles traitent de la question en classe.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Isabelle Collet, « Marie Estripeaut-Bourjac et Nicolas Sembel (dir), Femmes, travail, métiers de l’enseignement. Rapport de genre, rapport de classe  », Lectures [En línea], Reseñas, 2014, Publicado el 16 septiembre 2014, consultado el 22 agosto 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15483

Inicio de página

Redactor

Isabelle Collet

Maître d’enseignement et de recherche à l’Université de Genève, dans la section des sciences de l’éducation. Ses premiers travaux ont porté sur le genre dans les sciences et techniques (en particulier en informatique). Elle travaille maintenant sur la mixité à l’école, ainsi que sur la division socio-sexuée des savoirs.

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página