Navigation – Plan du site

Josepha Laroche, La Grande Guerre au cinéma

Rémy Besson
La Grande Guerre au cinéma
Josepha Laroche, La Grande Guerre au cinéma. Un pacifisme sans illusions, L'Harmattan, coll. « Chaos international », 2014, 156 p., ISBN : 978-2-343-03928-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ainsi, comme cela est précisé en introduction, les productions plus militaristes, ou ne faisant que (...)
  • 2 Pour une présentation plus détaillée de cette notion, lire Christian Delage, Vincent Guigueno, L’hi (...)

1Dans La Grande Guerre au cinéma, Josepha Laroche, professeure à la Sorbonne, spécialiste des relations internationales, adopte une approche sociopolitique afin d’étudier un corpus de vingt films portant sur la Première Guerre mondiale. Membre fondateur du Centre d’études et de recherches transnationalistes (CERT), l’auteure a choisi de porter une vision pacifiste sur des films qui sont eux-mêmes considérés comme dénonçant les horreurs de la guerre1. Elle les a classés en deux catégories : ceux qui rendent compte d’un processus de déshumanisation des soldats, vécu sur le mode du drame (Kubrick, Losey, Trumbo, Tavernier) ou de la comédie (Chaplin, Keaton, Monicelli, Annaud), et ceux qui adoptent immédiatement un ton désillusionné en représentant l’absurdité des violences de guerre (Gance, Lubitsch, Pabst, Poirier, Vidor…). L’hypothèse formulée dès l’introduction est que ces représentations constituent autant d’entrées pertinentes dans le but d’expliquer les enjeux de ce conflit. Plus précisément, l’idée centrale est que « la création de personnages imaginaires » permet parfois de personnifier des idées qui resteraient sinon difficiles à saisir pour le spectateur. Ainsi, de multiples variations d’échelle sont étudiées : entre individu et collectif aussi bien qu’entre soldats et officiers. Ce que l’auteur recherche, ce sont donc des figurations de l’histoire, soit des choix visuels et narratifs spécifiques à un réalisateur, visant à incarner un ensemble d’événements historiques2. Cela lui permet d’éviter de trop focaliser son analyse sur le rôle du commandement militaire et des dirigeants politiques, comme le font trop souvent les chercheurs qui s’intéressent aux relations internationales.

  • 3 C’est d’ailleurs littéralement le cas, puisque les films étudiés sont aussi l’objet de telles capsu (...)
  • 4 À la première page du premier chapitre, il est indiqué que Les Sentiers de la gloire « a reçu un ac (...)

2Après une introduction qui alterne entre présentation synthétique de l’historiographie de la Grande Guerre et explication de l’axe choisi, chacun des vingt films est analysé en autant de courts chapitres de structure identique. Quelques mots portent d’abord sur les conditions de réalisation du film, la présentation de l’intrigue conduisant, elle, à soulever une question d’ordre sociopolitique. Celle-ci est parfois liée à la période contemporaine, comme dans le cas des Sentiers de la gloire (Kubrick, 1957) et de Pour l’exemple (Losey, 1964), qui soulèvent la question de la réhabilitation des soldats fusillés pour l’honneur. D’autres films interrogent sur la persistance d’une forme de solidarité entre des individus appartenant à des camps opposés, et sur la nécessité de dépasser une approche en termes de nationalité (cf. le chapitre sur No man’s land, Trivas et Shdanoff, 1931). Enfin, l’auteure mentionne deux ou trois références clés sur le film ou le sujet abordé. Le style adopté par l’auteure s’affranchit des normes universitaires habituelles, notamment l’usage des notes de bas de page. Elle énonce ses démonstrations sur un ton léger et élégant, plongeant le lecteur dans l’atmosphère du film, en faisant régulièrement usage de citations directement intégrées à la narration ; cela n’est pas sans rappeler une suite d’interventions radiophoniques3. Si cette manière de faire mène parfois à des imprécisions ou à des erreurs factuelles4, l’exercice est toutefois convaincant. Par exemple, l’analyse de la déconstruction du discours patriotique des autorités militaires auprès des familles de soldats blessés, menée à partir du film Johnny s’en va-t-en guerre (Trumbo, 1978), est brillante. De même, l’étude de la façon dont Chaplin « ridiculise constamment l’institution militaire et désacralise la défense de la patrie », dans Charlot Soldat (1918), est intéressante.

  • 5 À ce titre, l’absence d’une conclusion générale est particulièrement regrettable.
  • 6 L’approche de l’auteure est en cela assez proche de celle d’Antoine de Baecque dans L’Histoire-camé (...)
  • 7 Il est uniquement fait référence à un ouvrage de Laurent Véray et à un autre de Patrick Brion dans (...)
  • 8 À l’exception notable du chapitre portant sur La Grande illusion, Renoir, 1937.

3Cependant, à plusieurs reprises, la trop grande insistance sur la dimension pacifiste de certains films, au détriment d’autres problématiques, fait craindre une forme d’instrumentalisation de l’image. Par exemple, indiquer au sujet de Capitaine Conan (1996) que « tout le film nous donne à voir le conflit entre deux légitimités, celle incarnée par Conan et ses hommes et celle défendue par l’armée régulière », (p. 65) conduit à éluder le fait que Tavernier a justement travaillé à créer un ensemble bien plus complexe d’interactions entre le Capitaine et le reste des membres de l’armée. Une autre limite de l’ouvrage réside dans sa structure même, puisque la série de critiques mises bout-à-bout empêche d’aborder de manière approfondie des thèmes visuels ou des aspects sociopolitiques, qui sont communs aux différents films étudiés5. Ainsi, les formes cinématographiques données au pacifisme qui émergent de ces analyses6, ne sont elles pas mises en perspective. Enfin, il est également problématique que l’auteure ne fasse pas plus mention des acquis de l’histoire culturelle du cinéma et des réflexions historiennes sur les récits filmiques7. Cela conduit notamment à une absence de questionnement du temps contemporain de la réalisation de chacun de ces films8, au profit d’une approche centrée sur le présent de la recherche (2014) et sur le temps de l’événement (1914-18).

4Ceci étant dit, cet ouvrage est très clair et accessible aux non-spécialistes, ce qui correspond parfaitement aux enjeux principaux de la collection Chaos international (L’Harmattan). Adoptant la forme d’un essai, La Grande Guerre au cinéma est non seulement d’une lecture agréable, mais aussi d’une grande utilité critique en ces temps de commémoration nationale, car il permet aux spectateurs « de déconstruire des discours et de démonter des interactions pour en mieux percevoir toute la violence, le caractère fallacieux, mystificateur ou bien encore aberrant » (p. 32), et ce à partir de l’analyse de quelques-uns des plus beaux films sur la Première Guerre mondiale.

Haut de page

Notes

1 Ainsi, comme cela est précisé en introduction, les productions plus militaristes, ou ne faisant que prendre la guerre comme une toile de fond, ont été écartées.

2 Pour une présentation plus détaillée de cette notion, lire Christian Delage, Vincent Guigueno, L’historien et le film, Paris, Gallimard, 2004.

3 C’est d’ailleurs littéralement le cas, puisque les films étudiés sont aussi l’objet de telles capsules sonores consultables sur le site du CERT, URL : http://www.chaos-international.org/index.php?option=com_content&view=article&id=786&Itemid=124&lang=fr.

4 À la première page du premier chapitre, il est indiqué que Les Sentiers de la gloire « a reçu un accueil critique unanimement favorable » (p. 41), alors que ledit accueil a été bien plus mitigé lors de la sortie initiale. Pour s’en convaincre, il suffit de lire sur le site de la Cinémathèque française : « Accueil critique des films de Stanley Kubrick », URL : http://www.cinematheque.fr/fr/dans-salles/hommages-retrospectives/revues-presse/kubrick/kub-sentiers1.html.

5 À ce titre, l’absence d’une conclusion générale est particulièrement regrettable.

6 L’approche de l’auteure est en cela assez proche de celle d’Antoine de Baecque dans L’Histoire-caméra, Paris, Gallimard, 2008. Par exemple, Laroche indique que les réalisateurs créent une forme de contraste entre un départ joyeux à la guerre et la découverte du feu, qui les mène à une sorte de désillusion. Cette rencontre avec la vie du front et avec le combat aurait pu faire l’objet d’une étude transversale.

7 Il est uniquement fait référence à un ouvrage de Laurent Véray et à un autre de Patrick Brion dans une note de l’introduction. Dans le corps du texte, les études cinématographiques sont réduites à des écrits « des cinéphiles pour des cinéphiles », ce qui est une vision pour le moins datée. Cela est d’autant plus regrettable que Laroche elle-même a privilégié des réalisations qu’elle considère comme des œuvres, voire des chefs d’œuvre, à une approche plus générale des films et des téléfilms sur ce sujet. Afin d’approfondir ce point, il est possible de consulter Ariane Beauvillard, Laurent Bihl, La Grande Guerre au petit écran. Les imaginaires télévisuels de la Première Guerre mondiale, Lormont, Le Bord de l’eau, 2014. Notre compte rendu pour Lectures : http://lectures.revues.org/15138.

8 À l’exception notable du chapitre portant sur La Grande illusion, Renoir, 1937.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Besson, « Josepha Laroche, La Grande Guerre au cinéma », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 17 septembre 2014, consulté le 21 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15486

Haut de page

Rédacteur

Rémy Besson

Post-doctorant au LLA-CREATIS (Université de Toulouse Jean Jaurès), Rémy Besson a soutenu en 2012 un doctorat en histoire à l’EHESS (Paris), portant sur la mise en récit du film Shoah de Claude Lanzmann. Il a été post-doctorant au CRIalt (Université de Montréal, 2012-2014).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page