Navigation – Plan du site

Laurence Durat, Loïc Brémaud, Le DGS communal. Identité, fonction, formation

Hélène Desfontaines
Le DGS communal
Laurence Durat, Loïc Brémaud, Le DGS communal. Identité, fonctions, formation, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Didact Administration », 2014, 257 p., ISBN : 978-2-7535-3247-2.
Haut de page

Texte intégral

1Premier volume de la collection DidactAdministration des PUR, cet ouvrage porte sur l’identité, les fonctions et la formation des fonctionnaires territoriaux que sont les dirigeants de commune. Rédigé par deux enseignants-chercheurs en sciences de l’éducation, ce livre est issu d’une recherche doctorale, de programmes de recherche et d’une pratique professionnelle auprès de ce groupe professionnel.

2Résolument ancré dans une analyse interactionniste des professions, le livre procède par exploration de trois composantes du cadre d’analyse choisi : la dynamique sociale du groupe professionnel, les mondes sociaux des DGS communaux et la professionnalisation. L’organisation didactique permet de mobiliser l’ouvrage comme un exemple monographique d’application de cette sociologie des groupes professionnels.

3Le deuxième intérêt de l’ouvrage concerne son objet, méconnu d’un point de vue savant comme profane, à savoir ces professionnels que sont les dirigeants fonctionnaires des collectivités locales. Un troisième intérêt réside dans la connaissance, qu’il livre en creux, du fonctionnement des communes, petites et grandes, et plus précisément des modes professionnels de construction de l’action publique locale.

4Deux visées mobilisent les auteurs : cerner la dynamique sociohistorique du groupe professionnel et identifier les processus d’apprentissage professionnel comme autant de clivages structurants du groupe. Pour ce faire, l’ouvrage est organisé en trois parties. La première est historique et déroule une chronologie des luttes politiques et syndicales pour la reconnaissance de cette fonction et et pour l’obtention d’une spécificité et d’un statut protecteur. Fondée sur 43 entretiens de DGS d’un département breton, la seconde partie croise modalités d’accès à la fonction et formes d’exercice pour analyser la composante identitaire du groupe professionnel. La troisième et dernière partie concerne les DGS des grandes villes (plus de 20 000 habitants) et analyse leur professionnalisation dans un contexte de travail et d’emploi paradoxal, au regard de leur statut de fonctionnaire.

5La mobilisation du paradigme interactionniste n’est pas explicitée mais déduite implicitement de l’examen, en première partie, des conditions d’émergence de cette nouvelle catégorie professionnelle. Malgré une reconnaissance législative, l’hétérogénéité des diplômes, des modes d’accès et des fonctions fait considérer aux auteurs qu’on est là, face à un ensemble aux contours mal définis, autrement dit un groupe professionnel et non une profession. Le livre s’attache alors à questionner les dénominateurs communs du groupe et ce qui, par l’exercice quotidien d’une fonction, contribue à façonner un rôle professionnel.

6L’argumentation principale qui oriente l’exposition des résultats est tirée du lien, démontré en première partie, entre dynamique sociale du groupe professionnel et dynamique institutionnelle de l’organisation administrative de la France.

  • 1 Arrêté du 15 novembre 1978 relatif aux conditions de recrutement des attachés communaux.
  • 2 Centre national de la fonction publique territoriale, loi n° 87-529 du 13 juillet 1987 modifiant le (...)
  • 3 Loi Hoeffel du 27 décembre 1994. Et avant, lois du 26 janvier 1984 relative à la fonction publique (...)
  • 4 Loi du 12 avril 2000.
  • 5 Loi du 20 juin 2000, décret n° 2001-536. Décret n° 2007-1828 du 24 septembre 2007.

7La première partie est fort instructive pour qui s’intéresse aux professionnels de la politique et de l’action publique. On y apprend que la bataille pour la constitution d’un corps de dirigeants territoriaux s’est faite en tension entre l’État central, avec son modèle du fonctionnaire incarnant l’intérêt général, et un pouvoir local régulièrement soupçonné de tentation clientéliste. La progressive constitution d’un corps fragmenté des DGS résulte ainsi d’une lutte pour l’émancipation du pouvoir local, selon le modèle du fonctionnaire d’État au service d’une population et non d’un maire. Les auteurs retracent alors la dynamique de professionnalisation structurée autour d’une bataille menée par le principal syndicat professionnel (constitué en 1948) pour la reconnaissance d’une fonction, d’une position organisationnelle et d’un statut. La constitution de ce groupe professionnel a partie liée avec le phénomène de décentralisation initié au début des années 1980. Pour le syndicat national, ce transfert de compétences aux collectivités locales induit de professionnaliser le personnel communal dans un double but d’émancipation du pouvoir local et de qualification de la fonction. C’est ainsi qu’au grade d’attaché communal, créé en 19781, est assorti l’obligation de formation à travers une école d’application, le CNFPT2. Pour autant, décentralisation oblige, si la reconnaissance d’un statut par l’obtention d’un grade rapproche ces attachés communaux du modèle de fonctionnaire d’État, elle ne suffit pas à définir et à qualifier leur position professionnelle particulière. Ce sera chose faite en 1994 avec la création d’un statut dérogatoire d’emploi à travers une procédure, alourdie, de « fin de détachement sur un emploi fonctionnel »3. De manière apparemment paradoxale, la fonctionnalité d’emploi reconnait à celui qui s’appelle encore secrétaire général de mairie sa fonction de direction. Par le dispositif de la fonctionnalité d’emploi, le secrétaire général de mairie est ainsi consacré « fonctionnaire de confiance », donc révocable sous certaines conditions mais sans qu’il soit nécessaire d’invoquer une faute professionnelle, la rupture du lien de confiance suffisant. Le dernier élément d’une institutionnalisation de la fonction de dirigeant communal réside dans le changement sémantique qui les fait passer de secrétaire général à directeur général des services par une loi de 20004. L’abaissement successif5 du seuil de fonctionnalité aux communes de moins de 3 500 habitants parachève la fonction et sa reconnaissance.

8Après l’analyse de la dynamique sociale de construction de la catégorie professionnelle, les auteurs poursuivent leurs investigations à propos des processus d’apprentissage. Les parties deux et trois reposent sur les données empiriques collectées dans le cadre d’un travail de thèse (43 entretiens auprès de la population totale des DGS des communes de plus de 3 500 habitants d’Ille-et-Vilaine) et de deux programmes de recherche sur les dirigeants. Les citations d’entretiens servent ainsi à élaborer de nombreuses typologies, descriptives et heuristiques.

  • 6 Thoenig J.-C., Burlen K. « Les secrétaires généraux des villes », Politiques et management public, (...)
  • 7 Dubar Claude Tripier Pierre, Sociologie des professions, Paris, Armand Colin, 2003.

9Les deuxième et troisième partie s’attachent à l’analyse des « mondes sociaux » des DGS communaux en se référant à la notion de « melting-pot roturier » développée par Thoenig et Burlen à propos des secrétaires généraux de mairie6 et en s’inscrivant pour la troisième partie, dans le cadre théorique de l’identité et de la professionnalisation7.

10Les auteurs articulent ainsi les modes d’accès à la fonction avec les représentations de celle-ci et proposent cinq trajectoires type aux noms parfois évocateurs : les « alpinistes », les « parachutistes », les « programmés », les « gradés-graduels », les « précoces ». Ils explorent ensuite l’activité quotidienne pour, in fine, « débusquer les situations formatives ». La démarche aboutit à présenter trois formes professionnelles d’exercice de la fonction, traduisant une « identité éclatée » (p. 121) : « la femme-orchestre : le DGS des communes de 2 000 à 5 000 habitants », « l’hémi-manager, entre expertise et pilotage : le DGS des communes de 5 000 à 7 000 habitants », « les stratèges et les résistants : les DGS des communes de plus de 7 000 habitants ».

11La troisième et dernière partie s’ouvre sur une caractérisation du « melting-pot roturier » en fonction de la taille de la commune et selon l’âge, le diplôme, la discipline de celui-ci etselon son mode d’accès à l’emploi. C’est ensuite que le paradigme interactionniste mobilisé livre sa dimension heuristique pour saisir un métier relationnel et pluridimensionnel. C’est en effet au regard de cette perspective que les auteurs traduisent en un schéma ce qui constitue la singularité de la situation de travail du DGS : l’inscription de son activité au sein d’un système de relations dites « cardinales » à savoir les relations de subordination, des relations de partenariat, des relations collégiales ou encore hiérarchiques. Par l’adjectif cardinal, les auteurs rendent compte du caractère structurant du « réseau d’interdépendances de ce professionnel » pour l’apprentissage du métier et la réalisation du travail. Leur professionnalisation se comprend ainsi comme une « autoformation sociale de configuration sociale », pour signifier une « forme d’autoformation, sans médiation quelconque, que ce soit par l’intermédiaire d’un facilitateur permettant le fonctionnement des réseaux d’échanges du savoir, ou un type de management autorisant le développement des compétences collectives, comme dans les organisations apprenantes » (p. 200). Et de préciser la notion : « La configuration est un espace, produit d’un processus dynamique, changeant, jamais écrit d’avance. », « communauté d’intérêts », « accessible et repérable aisément », « espace d’interconnaissance » (p. 201). L’autoformation sociale de configuration est en effet d’autant plus nécessaire que le DGS travaille en situation de forte incertitude et dans un système complexe, aux frontières poreuses de l’administratif et du politique et sous un statut d’emploi qui, s’il lui confère sa stature de dirigeant communal, le met aussi en situation de vulnérabilité professionnelle. Le dernier chapitre de l’ouvrage traite ainsi des liens entre cadre institutionnel d’emploi et stratégie de carrière, avec en filigrane une possible lecture des rapports complexes entre subordination et autonomie professionnelle de ces cadres dirigeants de collectivités locales.

Haut de page

Notes

1 Arrêté du 15 novembre 1978 relatif aux conditions de recrutement des attachés communaux.

2 Centre national de la fonction publique territoriale, loi n° 87-529 du 13 juillet 1987 modifiant les dispositions relatives à la fonction publique territoriale

3 Loi Hoeffel du 27 décembre 1994. Et avant, lois du 26 janvier 1984 relative à la fonction publique territoriale et du 13 juillet 1997 instituant de nouveaux types d’emploi dans la fonction publique territoriale.

4 Loi du 12 avril 2000.

5 Loi du 20 juin 2000, décret n° 2001-536. Décret n° 2007-1828 du 24 septembre 2007.

6 Thoenig J.-C., Burlen K. « Les secrétaires généraux des villes », Politiques et management public, vol. 16, n° 1, 1998, p. 141-172.

7 Dubar Claude Tripier Pierre, Sociologie des professions, Paris, Armand Colin, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Desfontaines, « Laurence Durat, Loïc Brémaud, Le DGS communal. Identité, fonction, formation  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 18 septembre 2014, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15506

Haut de page

Rédacteur

Hélène Desfontaines

Sociologue, maître de conférences, UCO Angers ; Cens EA 3260, Université de Nantes.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page