Navigation – Plan du site

Sophie Bobbé et Pierre Alphandéry (dir.), « Chercher. S’engager ? », Communications, n° 94, 2014

Clémence Emprin
Chercher. S'engager ?
Sophie Bobbé, Pierre Alphandréy (dir.), « Chercher. S'engager ? », Communications, n° 94, 2014, 165 p., Paris, Seuil, ISBN : 978-2-021153811.
Haut de page

Texte intégral

1Le dossier « Chercher. S’engager ? » met à l’honneur des témoignages et analyses de chercheurs en sciences sociales au sujet de leurs parcours et expériences de recherche. La transformation des contextes de production des connaissances constitue la toile de fond d’un questionnement autour des choix de postures individuels. Sophie Bobbé et Pierre Alphandéry donnent à voir une galerie de postures (dix contributions) définies comme « la position que le chercheur occupe par rapport à ses objets de recherche, à ses interlocuteurs, à son terrain, mais aussi à ses pairs et aux institutions qui structurent son activité » (p. 6), dont on saisit d’emblée le caractère multidimensionnel. Dans l’introduction, ils discutent les interventions autour des conceptions du politique à l’œuvre et de leurs rôles pour le choix de postures. Les contributions se distinguent à leurs yeux par la place donnée à la subjectivité dans la recherche ainsi qu’à la question de l’engagement. Nous choisissons ici de rendre compte d’une gradation dans l’intrication – ou non, car le point d’interrogation du titre est un marqueur de la pluralité des réponses données –, des logiques de recherche et d’engagement. Nous développerons notre propos selon trois axes : nous verrons la manière dont les trajectoires biographiques orientent les recherches, nous aborderons la perméabilité conceptuelle entre les travaux de recherche et les engagements, et enfin les déplacements épistémologiques et méthodologiques des recherches générés par l’intrication des logiques militantes, relationnelles et scientifiques.

2Pour parler de leurs postures, les contributeurs reviennent sur leur propre histoire ; c’est notamment le cas des historiens qui articulent spontanément petite et grande histoire. Ainsi, Dreyfus et Wahnich mais aussi Dupont font résonner leurs intérêts de recherche avec leurs histoires familiales, ou encore avec leur rapport à la judéité, à la figure de l’étranger ou aux sociétés paysannes. Michel Dreyfus montre comment l’importance du judaïsme dans son histoire personnelle lui donne des clés pour analyser un phénomène antisémite à gauche. L’auteur revient sur le déplacement progressif de ses thématiques de travail, de l’histoire ouvrière à l’antisémitisme de gauche. De même, Sophie Wahnich aborde le rôle du désir et des émotions comme moteur de compréhension et d’orientation thématique pour le chercheur. Fille d’immigrés juifs marocains, elle travaille sur la « notion d’étranger dans le discours révolutionnaire » en cultivant les résonnances entre sa propre histoire, celle de la révolution et l’actualité française de la figure de l’étranger. Pour elle, l’histoire entretient un rapport vivace au présent, dont il s’agit d’apaiser les angoisses, notamment par une pluralisation des écritures disciplinaires. Le sociologue Yves Dupont témoigne de l’apport de sa précoce socialisation dans les sociétés paysannes pour sa compréhension de leurs stratégies contre le réductionnisme économique. S’il met l’accent sur sa trajectoire biographique, notamment institutionnelle puisqu’il a été amené à quitter l’INRA, l’intrication est grande entre sa pensée du système économique et ses propres engagements dans des réseaux alternatifs anti-nucléaires et agricoles.

3L’imperméabilité revendiquée par Emmanuel Terray entre logique militante et logique de la recherche, pourtant relativement classique puisque héritière d’une conception positiviste des sciences sociales, et la posture de « traitre » de Sergio dalla Bernardina contrastent avec les postures des autres contributeurs. Pour le premier, l’action militante, manichéenne par nature, se pense en termes d’amis et d’ennemis, là où l’investigation scientifique ne raisonne qu’en termes d’objets de recherche. Néanmoins, cet opposant à la guerre d’Algérie revient sur une étape de sa carrière et affirme s’être intéressé au pôle intellectuel autour de Balandier afin de réduire l’écart entre sa vie de militant et sa vie de chercheur. Si les logiques de recherche et d’engagement sont pour lui de natures différentes, la trajectoire professionnelle du chercheur manifeste néanmoins une forme de perméabilité. La contribution de dalla Bernardina, en contraste avec celles d’Arpin et de Bobbé, porte sur l’engagement du chercheur en situation d’enquête et l’illusion d’une approche empathique. Pour lui, l’usage a priori de l’empathie repose sur une vision angélique des sociétés traditionnelles dont l’ethnologue a expérimenté les capacités d’exclusion. L’auteur assume par conséquent une posture de « traitre » par rapport aux enquêtés : son travail n’insiste pas sur ce qui le relie à ces interlocuteurs, mais plutôt sur ce qui divise la société, par exemple les motivations non conscientes des chasseurs. Deux contributions, celles de Decrop et de Bertho, sont particulièrement explicites à propos de la perméabilité conceptuelle entre pensée et engagement. Sociologue et consultante, Geneviève Decrop vise une démystification du pouvoir et la constitution d’un agir collectif. Qu’il soit question de génocide ou de gestion des risques, elle propose de penser événements et routines selon les mêmes fondements, ceux d’une omniprésence du pouvoir. Ainsi, son travail ou celui, par exemple, des associations de victimes, consiste à décrypter des situations de pouvoir pour produire, par circulation des représentations, des prises de positions ou de la mise en doute. De même, pour Alain Bertho, politique et sciences sociales entretiennent des liens de consanguinité. En effet, son travail sur les émeutes de 2005 et 2006 l’amène à théoriser « la fin des dispositifs de représentation (nation-État, classe-parti) » et à se désengager du parti communiste français. Le renouvellement conjoint de sa conception du politique et de son engagement politique se traduit par l’idée d’une communauté scientifique élargie : les connaissances produites doivent être largement diffusées et partagées. De même, il qualifie sa pratique de recherche de « clinique » en ce qu’elle constitue une mise en mots d’expériences alternatives partagées.

  • 1 Une expérience de déconvenue répétée autour de la question des réfugiés amène les sociologues impli (...)

4L’intrication des considérations scientifiques et politiques interroge les bases épistémologiques et méthodologiques des disciplines scientifiques ainsi que leur dimension éthique. Ceci s’appréhende singulièrement dans la place qui est donnée à la parole de l’enquêté. L’expérience d’« enquêté » inspire la contribution de Bobbé. L’ethnologue témoigne des effets spécifiques, et non anticipés, de l’entretien – sensation d’un hors temps, oubli du contrat censé être intégré par les enquêtés, puis effet boomerang lié au passage de l’oral à l’écrit – qui participent à ce qu’elle nomme une « dissymétrie relationnelle ». L’engagement moral progressif d’Alban Bensa auprès des Kanaks résonne avec ces problématiques relationnelles. Le recueil que l’anthropologue fait des savoirs locaux met en évidence les stratégies des Kanaks. Une telle démarche a-t-elle un impact en retour sur ces stratégies ? Ceci n’est pas explicite mais l’approche épistémologique du chercheur évolue : de l’anthropologie d’un monde kanak ancien, faisant l’impasse sur la réalité coloniale, il bifurque vers une compréhension située inscrite dans des dispositifs relationnels. Enfin, Isabelle Arpin expose une expérience participative dont elle détaille certaines dimensions méthodologiques. Pour maintenir des collaborations durables avec ses partenaires et enquêtés (écologues et gestionnaires de la nature), la sociologue leur donne un droit de regard et d’intervention dans l’écriture même de l’article. D’abord contrariés par la contribution soumise, ils interagissent sur le texte au point d’en améliorer la perspective théorique1 ; en contrepartie, ce dispositif allonge et complexifie le processus d’écriture.

  • 2 Par exemple Fleury-Vilatte Béatrice et Walter Jacques, « L’engagement des chercheurs », Questions d (...)

5La richesse des contributions individuelles ainsi que la multitude de résonnances et de contrastes décrits font la qualité de ce dossier. Les contributions, relativement courtes, laissent parfois le lecteur sur sa faim en ce qu’elles désignent un espace de renouvellement des pratiques dont on ne mesure pas toujours l’ampleur. À cet égard, le dossier ne balise que peu son objet : le choix des contributeurs se veut-il représentatif des chercheurs en sciences sociales ? Il n’y a pas ici de cadrage thématique, épistémologique, institutionnel, générationnel ou géographique pour interroger les postures de recherche. On pourrait aussi regretter l’absence d’allusion à un certain nombre de thèmes majeurs (effets de la production de connaissance sur le réel, dimensions partenariales de la recherche, etc.) ou le peu de mise en perspective avec les nombreux débats sur l’engagement des chercheurs2. En conclusion, cette démarche réflexive semble tout à fait pertinente pour appréhender la pluralité du domaine des sciences sociales et gagnerait à être développée.

Haut de page

Notes

1 Une expérience de déconvenue répétée autour de la question des réfugiés amène les sociologues impliqués non pas à améliorer la perspective théorique mais à renoncer, sur certaines scènes d’énonciation, au caractère analytique de leur intervention. Belkis Dominique, Franguiadakis Spiros et Peroni Michel, « Heuristique de la déconvenue », in Roux Jacques, Charvolin Florian et Dumain Aurélie (dir.), Passions cognitives. L’objectivité à l’épreuve du sensible, Paris, Archives contemporaines, 2013.

2 Par exemple Fleury-Vilatte Béatrice et Walter Jacques, « L’engagement des chercheurs », Questions de communication, n°°2, 2002, p. 105-115.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clémence Emprin, « Sophie Bobbé et Pierre Alphandéry (dir.), « Chercher. S’engager ? », Communications, n° 94, 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 19 septembre 2014, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15518

Haut de page

Rédacteur

Clémence Emprin

Post-doctorante Labex Innovation et territoires de montagne, EDYTEM, Université de Savoie.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page