Navigation – Plan du site

Françoise Ged, Shanghai. L’ordinaire et l’exceptionnel

Lionel Francou
Shanghai
Françoise Ged, Shanghai. L'ordinaire et l'exceptionnel, Paris, Buchet-Chastel, 2014, 147 p., ISBN : 978-2-283-02757-8.
Haut de page

Texte intégral

1Les transformations rapides et étendues de Shanghai ces dernières décennies ont fini de parachever la métamorphose d’une ville dont on disait il y a encore trente ans qu’elle n’avait aucune histoire. Ancien village de pêcheurs malaimé, elle est devenue une mégapole de plus de vingt millions d’habitants, un nœud d’échanges et un lieu d’innovation majeurs à l’échelle de la Chine, mais aussi du globe. Françoise Ged, architecte et docteure en histoire et civilisation, responsable de l'Observatoire de l'architecture de la Chine contemporaine à la Cité de l'architecture et du patrimoine, nous livre ici un récit somme toute personnel, mais qui ne tombe pas dans les travers du genre. En effet, elle arrive habillement à créer des ponts entre son histoire, ses rencontres, ses découvertes, et la grande histoire de Shanghai, de ses populations successives et, plus largement, de la Chine. Il est bon de noter que cet ouvrage ne relève à proprement parler ni d’architecture, ni d’urbanisme, ni de patrimoine, bien que l’auteure emprunte à ces différentes disciplines, mélange leurs apports, appréhende la ville sous ses multiples coutures qu’elle fait se rejoindre. Les mutations du tissu urbain sont nombreuses dans un contexte de libéralisation économique et de croissance rapide. La tenue d’évènements tels que les Jeux olympiques de Beijing en 2008 et l’exposition universelle de 2010 à Shanghai les ont également accélérées.

2C’est à une sorte de visite guidée de Shanghai que le lecteur est invité au fil d’un récit qui mélange une description de la ville et de ses transformations récentes à de nombreuses anecdotes personnelles de l’auteure, qui y a vécu durant plusieurs années et s’y rend encore régulièrement. Le livre est divisé en trois parties consacrées aux décennies 1980, 1990 et 2000 ; chacune d’entre elles est précédée d’une photo de l’artiste Yang Hui Bahai et d’un plan de la ville (en 1981, 1999 et 2007). Le choix de ces trois photographies est systématiquement explicité dans le texte et se base sur leur intérêt pour représenter l’ordinaire caractéristique d’époques révolues et d’évolutions marquées mais déjà dépassées. On peut regretter la qualité de leur reproduction, qui ne semble pas optimale, ainsi que leur nombre réduit alors que, dès la première page de l’introduction, l’auteure met en avant l’intérêt de la photographie, un « témoin pénétrant », dans sa démarche. Quant aux plans de la ville, ils permettent de prendre note du développement de la cartographie de la ville tout comme de sa densification et de son extension rapide. Cependant, ils ne sont pas légendés ni décrits ou commentés de façon explicite. S’ils sont des témoins intéressants des mutations qui ont touché la ville, le lecteur aurait gagné à ce qu’ils soient présentés par l’auteure, de façon à ce que la comparaison en soit facilitée.

3Par cet ouvrage, Françoise Ged a voulu rendre Shanghai et ses populations accessibles à notre regard occidental. Tel un « pont » entre deux cultures si différentes, ce livre doit permettre « de chercher les continuités et d’identifier les ruptures, d’établir les liens entre les réalisations physiques visibles et leurs racines, en associant histoire, territoire et population » (p. 9). L’ouvrage se lit (très) rapidement, de par sa forme proche du témoignage, un récit rétrospectif et réflexif, qui s’appuie sur l’expérience personnelle qu’a faite l’auteure de Shanghai, en différents moments. Les contraintes formelles de l’écriture scientifique ne sont pas de rigueur au vu de l’entreprise menée. Ainsi, l’auteure n’identifie pas explicitement une question de recherche ni ne tente de formuler des réponses dans sa conclusion. Néanmoins, dans un tel ouvrage, ce n’est pas tant la destination que le chemin emprunté qui importe. La bibliographie est légère sans que cela ne soit pour autant choquant au vu de la démarche menée. Elle réunit des conseils de lecture et des références de base sur la Chine et Shanghai, ainsi que quelques sources évoquées dans le texte.

4Consacrée aux années 1980, la première partie de l’ouvrage « rappelle l’ordinaire d’une époque vraiment révolue » où « la ville vivait sous cape », cadrée et brimée par un régime ayant comme priorité le contrôle et l’ordre du collectif. La décennie suivante fut celle de l’ouverture à l’étranger et du début des grandes transformations qui ont affecté la ville. Quant aux années 2000, elles ont été caractérisées par une mobilité et un développement économique accrus, la ville étant affectée par « la nouveauté apparue dans la transition, et sa vitesse de disparition » (p. 8). Le sujet de ce récit est tant la ville considérée dans son ensemble que ses bâtiments et que ses populations, considérées à travers leurs façons d’y habiter et de s’y déplacer, à partir de nombreux détails ordinaires, apparemment anodins, mis en scène par l’auteure.

5Les transformations de Shanghai sont souvent évoquées en mode majeur, par le biais du développement économique et de la multiplication des gratte-ciels. Cet ouvrage a cet atout qu’il aborde Shanghai sous un autre angle, en mode mineur, sur base d’une observation du changement radical des formes et de l’identité même de la ville réalisée par une personne qui y a vécu, en contact avec la population, et a pu l’observer de sa position particulière, celle d’architecte française. Ville d’innovation, où tout change plus vite et plus intensément qu’ailleurs, Shanghai est désormais « vue comme un nouveau laboratoire des réformes souhaitées par le régime » chinois (p. 137). Ce récit éclaire sur la spécificité de Shanghai et sur les enjeux en matière de conservation du patrimoine, la nécessité d’identifier les traces du passé dignes d’intérêt et de les protéger adéquatement. Un large public pourra trouver plaisir à lire ce livre, à condition d’être intéressé par les questions urbaines ou par l’Asie. Le lecteur sociologue, quant à lui, regrettera la faible place réservée à la critique, bien que l’auteure ne se fasse pas admiratrice béate pour autant et qu’elle évoque en plusieurs endroits les problèmes survenus au fil des transformations de la ville (expulsions, corruption, destruction de patrimoine, etc.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Francou, « Françoise Ged, Shanghai. L’ordinaire et l’exceptionnel », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 19 septembre 2014, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15519

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page