Navigation – Plan du site

Brigitte Gaîté, Vincent Gayon, Benjamin Lemoine (dir.), « Mise en ordre de l’économie », Politix, n° 105

Igor Martinache
Mise en ordre de l'économie
Brigitte Gaïti, Vincent Gayon, Benjamin Lemoine (dir.), « Mise en ordre de l'économie », Politix, n° 105, 2014, 238 p., Bruxelles, De Boeck, ISBN : 978-2-8041-8754-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple Ludovic Lamant, « Crise : la grande faillite des économistes », Médiapart, 17 octo (...)
  • 2 Voir Paul Krugman, « Europe’s Economic Suicide », The New York Times, 15 avril 2012 : http://www.ny (...)
  • 3 Depuis les travaux de Michel Foucault et l’ouvrage collectif dirigé par Pierre Lascoumes et Patrick (...)
  • 4 À l’instar de l’action, aussi discrète que décisive, d’un ensemble de hauts fonctionnaires dans le (...)

1Les petites « révolutions silencieuses » ont souvent ceci de commun qu’elles apparaissent à la fois comme un signe des temps et une évolution à contre-courant. Exemple entre mille : la réforme des programmes de sciences économiques et sociales du lycée mise en œuvre à partir de la rentrée 2010. Au plus fort d’une crise indissociablement économique, sociale et écologique qui a notamment mis en évidence la « faillite des économistes »1, les rédacteurs de ces nouveaux programmes ont en effet introduit une coupure nette entre la « science » économique d’un côté et les autres sciences sociales de l’autre. Signe des temps pourtant, parce que le traitement politique de la crise marque le retour en force paradoxal d’une naturalisation de l’ordre économique, qui dénie toute alternative aux mesures d’austérité suicidaires des gouvernements européens2. Or, cette évolution n’est ni neuve, ni automatique, mais résulte bien d’un travail permanent de la part de diverses catégories d’agents sociaux, qui passe notamment par le déploiement d’un ensemble de dispositifs et d’instruments3. C’est précisément à ce processus de mise en ordre de l’économie qu’est consacré l’abondant dossier de cette livraison de Politix, lui-même issu d’un colloque international et d’une session thématique sur la sociologie des politiques économiques, organisée lors du dernier congrès de l’Association française de science politique en 2013. Traitant chacune d’objets divers, les contributions rassemblées mettent ainsi en évidence les mobilisations feutrées4 qui concourent à reconfigurer l’espace du pensable en matière économique, mais aussi leurs limites.

  • 5 Voir entre autres La Grande Transformation, Paris, Gallimard, 1982 [1944] et La subsistance de l’ho (...)
  • 6 Ce qui rappelle le lien très étroit entre le monopole de la guerre et le monopole fiscal dans la ge (...)

2Les deux principaux coordinateurs de ce dossier, Vincent Gayon et Benjamin Lemoine, ouvrent celui-ci par un texte éclairant en forme de manifeste pour cette « sociologie des politiques économiques capable d’ouvrir les enquêtes empiriques sur les disciplines, les professions et les dispositifs de gouvernement qui maintenant l’ordre économique, c’est-à-dire constituent “l’économie” comme réalité économique et stabilisent les manières d’agir sur elle » (p. 10). Ils inscrivent ainsi celle-ci directement dans la lignée des travaux de Karl Polanyi5 concernant les processus de « désencastrement » et « réencastrement » des activités économiques vis-à-vis du reste de la vie sociale, sur lesquels ils reviennent en détail avant d’en montrer la pertinence pour analyser les évolutions des politiques économiques et sociales survenues depuis la Seconde Guerre mondiale avec le passage de l’État « keynésien » à l’État « néolibéral ». Un autre auteur plus inattendu mérite également d’être revisité par les chercheurs désireux de s’inscrire dans ce courant de recherches : Nicolas Machiavel. Alors que l’on célèbre cette année le cinquième centenaire de la publication de son Prince, c’est ce penseur doublé d’un acteur (ou inversement) tombé en désuétude parmi les politistes que Jérémie Barthas se propose de réhabiliter. Il revient pour ce faire sur un épisode particulier de la République florentine dans lequel l’auteur des Discours de la première décade de Tite-Live a joué un rôle majeur : le vote de la loi de finance de 1505. Dans un contexte marqué par un important endettement de la cité du à la guerre et aux besoins de conscription associés6, Machiavel, parvenu au secrétariat des Dix, réussit à faire adopter par le Grand conseil cette réforme abolissant le traitement différencié entre la dette flottante, détenue par une aristocratie financière bénéficiant de taux d’intérêt élevés malgré une brève échéance, et une dette consolidée à laquelle étaient contraints de souscrire le reste des citoyens, pour une rente aussi incertaine que modeste.

3Les contributions suivantes nous ramènent à des horizons plus proches, tant spatialement que chronologiquement. Yann Le Lann revient ainsi dans la sienne sur les luttes de définition concernant le budget social de la nation entre 1956 – date de sa première formalisation – et 1987. Il montre par quels processus on est passé d’une volonté de rationalisation et de mise en comptes des flux de recettes et dépenses considérées à une focalisation sur les enjeux redistributifs, au début des années 1970, puis, à partir de 1986, à une conception du « social » centrée sur la gestion des risques, avant la priorité accordée à la maîtrise des dépenses au début des années 1980. Guillaume Yon s’intéresse de son côté à la fixation des tarifs de l’électricité à EDF au sortir de la Guerre, sous la férule d’ingénieurs-économistes comme Marcel Boiteux ou Gabriel Dessus, eux-mêmes fortement influencés par la théorie marginaliste du rendement social de Maurice Allais. Il met ainsi en lumière la manière dont ces agents ont établi un modèle de tarification qui s’efforce de mimer un marché idéalisé afin d’orienter les comportements des consommateurs de différentes catégories. Les consommateurs, justement, sont au cœur de l’article de Béatrice Touchelay, qui porte sur les controverses qui entourent le calcul de l’indice des prix à la consommation depuis la Libération. Elle montre ainsi le bras de fer qui a opposé les statisticiens de l’INSEE et le gouvernement dans sa définition, compte tenu des enjeux tenant à la mesure nécessairement imparfaite d’un niveau général des prix, avant l’entrée en jeu de nouveaux acteurs : les syndicats, et en particulier la CGT dans les années 1970 et, depuis deux décennies, d’une multitude de contestations plus ou moins explicites émanant tout autant des associations de consommateurs que des groupes de la grande distribution...

  • 7 Tels que les ont mis en évidence nombre de travaux de sociologie de l’éducation, depuis ceux de Pie (...)

4Il ne faudrait pas croire pour autant que toutes les entreprises de mise en ordre de l’économie sont vouées au succès, du moins immédiat et définitif. C’est ce que montrent les deux dernières contributions du dossier. Mickaël Ciccotelli revient ainsi sur la résistible ascension de l’épargne retraite individuelle en France, que certains acteurs politiques et financiers tentent depuis deux décennies d’imposer comme substitut au système collectif de retraite par répartition. Il rappelle l’échec de la loi Thomas, adoptée en 1997 et abrogée quelques mois plus tard à la faveur de l’alternance gouvernementale, puis le succès en demi-teinte de la loi Fillon de 2003, portée par une configuration plus large d’agents. Pour autant, si ceux-ci sont parvenus à transmuer cette forme particulière d’épargne longue d’un instrument financier à un enjeu de politique sociale contribuant à l’individualisation des retraites. Enfin, Sabine Rozier se penche dans son article sur la réception d’un autre instrument censé « éveiller » nos jeunes concitoyens à « l’esprit d’entreprise » : les mini-entreprises expérimentées dans l’Éducation nationale, qui consistent à simuler, jusqu’à un degré parfois avancé, la création d’entreprises avec des groupes d’élèves, dans ses différentes étapes : recrutement, conception d’un produit, fabrication, élaboration d’une stratégie commerciale, etc. À partir de la comparaison entre quatre établissements contrastés (réalisée avec le concours de Julie Braillon, étudiante en master à Dauphine), elle montre bien comment l’« ordre scolaire » vient finalement médiatiser l’appropriation de ce dispositif décrié en le mettant au service de ses propres fins. Car si ces expériences permettent finalement aux élèves y participant de développer des savoirs pratiques complémentaires à ceux des cours ordinaires et un rapport différent à l’organisation du travail scolaire, elles viennent aussi redoubler les mécanismes de sélection sociale déjà à l’œuvre dans l’institution et, loin de ne former que des petits « entrepreneurs » en puissance, au contraire renforcer encore la légitimation des inégalités de destins sociaux qu’elle entérine7.

  • 8 Nouvel avatar de la fascination pour le « modèle américain », dans la suite de celle qui a présidé (...)

5Deux articles complètent ce dossier. Celui de Julien Talpin et Romain Belkacem porte sur l’appropriation par les militants socialistes d’un élément déjà ancien du répertoire partisan : le porte-à-porte, redécouvert par le PS au moment des élections présidentielles 2012 sous une forme rationalisée telle que l’équipe de campagne de Barack Obama l’a mise en œuvre avec succès aux États-Unis8. Le dernier article, d’Eleanor Breton, est quant à lui consacré aux effets des appels d’offres sur ceux qui y répondent, en l’occurrence ici des appels émis par la région à destination des communes. Sous une apparence libérale, ces dispositifs s’avèrent en fait, selon l’auteure, de puissants outils de gouvernement à distance en même temps que de report de l’incertitude sur ces répondants.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple Ludovic Lamant, « Crise : la grande faillite des économistes », Médiapart, 17 octobre 2008. Pour un plaidoyer argumenté d’un changement de paradigme, voir André Orléan, L’empire de la valeur, Paris, Seuil, 2011.

2 Voir Paul Krugman, « Europe’s Economic Suicide », The New York Times, 15 avril 2012 : http://www.nytimes.com/2012/04/16/opinion/krugman-europes-economic-suicide.html?_r=0.

3 Depuis les travaux de Michel Foucault et l’ouvrage collectif dirigé par Pierre Lascoumes et Patrick le Galès (Gouverner par les instruments, Paris, Presses de Sciences-po, 2005), nombre de recherches ont mis en évidence le rôle politique éminent des instruments trop souvent considérés comme purement « techniques ». Voir notamment la contribution hors dossier d’Eleanor Breton dans ce numéro, qui décrit les effets des appels à projet sur ceux qui y répondent.

4 À l’instar de l’action, aussi discrète que décisive, d’un ensemble de hauts fonctionnaires dans le virage de la politique migratoire française dans les années 1970, mise en évidence par Sylvain Laurens (Une politisation feutrée. Les hauts fonctionnaires et l’immigration en France (1962-1981), Paris, Belin, 2009, dont un compte rendu est disponible sur Lectures : http://lectures.revues.org/906.

5 Voir entre autres La Grande Transformation, Paris, Gallimard, 1982 [1944] et La subsistance de l’homme, Paris, Flammarion, 2011.

6 Ce qui rappelle le lien très étroit entre le monopole de la guerre et le monopole fiscal dans la genèse des États-nations modernes bien mis en évidence par Norbert Elias (La dynamique de l’Occident, Paris, Calmann-Lévy, 1975 [1939].

7 Tels que les ont mis en évidence nombre de travaux de sociologie de l’éducation, depuis ceux de Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron notamment (Les héritiers, Paris, Minuit, 1964 et La Reproduction, Paris, Minuit, 1970).

8 Nouvel avatar de la fascination pour le « modèle américain », dans la suite de celle qui a présidé à la construction du groupe des « cadres », bien analysée par Luc Boltanski (Les cadres, Paris, Métaillié, 1982).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Brigitte Gaîté, Vincent Gayon, Benjamin Lemoine (dir.), « Mise en ordre de l’économie », Politix, n° 105 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 19 septembre 2014, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15530

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page