Navigation – Plan du site

Anna Poujeau, Des monastères en partage. Sainteté et pouvoir chez les chrétiens de Syrie

Gaétan du Roy
Des monastères en partage
Anna Poujeau, Des monastères en partage. Sainteté et pouvoir chez les chrétiens de Syrie, Nanterre, Société d'ethnologie, coll. « Maghreb et Mashreq », 2014, 280 p., ISBN : 9782365190077.
Haut de page

Texte intégral

1Le livre d’Anna Poujeau vient apporter un éclairage passionnant sur les chrétiens de Syrie, à travers une étude centrée sur les monastères que l’auteure considère comme un enjeu révélateur de la situation d’une minorité religieuse dans un pays à majorité musulmane. Elle se concentre plus particulièrement sur le cas du couvent de religieuses de Sainte-Thècle. Situé au nord-est de Damas, village de Ma‘lûlâ qui l’abrite est peuplé de nombreux chrétiens s’exprimant dans une variante de l’araméen. Les villageois entretiennent cette singularité, insistant sur le fait qu’ils parlent la langue du Christ.

2L’auteure est partie d’une enquête au cœur d’un quartier chrétien de Damas, Bâb Tûmâ, mais s’est vite orientée vers les monastères que les citadins visitent régulièrement et auxquels ils accordent une grande importance dans la définition de leur identité chrétienne. L’objectif annoncé par Anna Poujeau est d’emblée ambitieux. Il s’agit d’interroger à propos des chrétiens « les modalités de l’édification et du maintien d’un certain équilibre politique à même de garantir une cohésion nationale » (p. 12). Elle choisit de prendre le rôle des monastères comme point central pour analyser cette négociation identitaire, et celui de la sainteté comme catégorie susceptible d’éclairer les rapports intracommunautaires : « Pris dans les rapports qu’il entretient avec les Églises et la question de la sainteté, le monachisme en Syrie est le pilier de la construction du groupe chrétien (p. 245) ».

3L’introduction offre au lecteur une utile mise au point sur les différentes confessions chrétiennes de Syrie, qui composent une véritable mosaïque : maronites, syriaques orthodoxes et catholiques, grecs orthodoxes et catholiques, sans oublier les catholiques romains et les protestants.

4Une première partie est consacrée à la question de la revendication d’autochtonie que l’on retrouve chez la plupart des chrétiens d’Orient. Cette prétention à être plus authentiquement syriens que les musulmans ne peut se comprendre sans maîtriser le contexte plus large du discours identitaire formulé par le régime. En effet, depuis 1970, le régime des Assaad, issus de la minorité alaouite, met en avant l’arabité aux dépens de l’islamité dans le but de gommer les différences religieuses autant que possible. L’évocation et la mise en valeur du passé islamique pourraient en effet être retournés contre le pouvoir par les sunnites qui constituent la majorité de la population (80 %). Les chrétiens, quant à eux, tendent à mettre en valeur leur antériorité sur le territoire par rapport aux musulmans. Ils trouvent des signes de celle-ci dans les monastères, certains existant encore de nos jours, d’autres n’étant plus que des ruines attribuées, à tort ou à raison, à d’anciens couvents. Durant les années 1980, un important renouveau monastique prend place en Syrie à l’instar de ce qui s’est produit en Égypte à la même époque. Ainsi, les différentes confessions bâtissent des couvents qui viennent renforcer le rôle des moines et nonnes, symboles d’une chrétienté syrienne vigoureuse malgré son caractère minoritaire. Des récits accompagnent ces constructions, qui tentent de relier les nouvelles fondations à d’anciennes traditions de manière à ce que « le passé émerge de chacune des pierres d’un édifice récemment construit » (p. 80).

  • 1 Peter Brown, La société et le sacré dans l’Antiquité tardive, Paris, Seuil, coll. « Points histoire (...)

5La seconde partie est consacrée à une ethnographie de la communauté de religieuses du couvent grec orthodoxe de Sainte-Thècle. L’auteure parcourt successivement l’histoire du couvent (chap. III), la question des vocations à travers les récits des religieuses (chap. IV) et finalement la spiritualité des nonnes et l’importance de la relation qu’elles nouent avec sainte Thècle (chap. V). L’analyse nous montre un espace symbolique complexe. Il constitue « le lieu de l’inversion des rapports de pouvoir entre patriarcat et laïcs » (p. 96) car les monastères vivent des dons des fidèles et leur doivent leur existence, davantage qu’au patriarcat. Le monachisme réactualise ainsi son rôle de contre-société, exposé par l’historien Peter Brown pour le Proche Orient de l’Antiquité tardive1. Cette tension se lit également dans les relations que les religieuses entretiennent avec leur mère supérieure, qui incarne le lien de la communauté des sœurs avec la hiérarchie ecclésiastique. Pour se protéger de son autorité, les nonnes revendiquent un contact privilégié, filial, avec leur sainte patronne. Le monastère est également un lieu de contact avec l’au-delà et où l’on peut s’imprégner de la baraka (la bénédiction) de la sainte. Si la majorité des visiteurs sont des chrétiens de diverses confessions, des musulmans se rendent également en visite à Sainte-Thècle. Ils se voient dénier l’accès à l’église, mais peuvent, par contre, se rendre dans la grotte abritant les reliques de la sainte.

6La troisième partie nous propose une ethnographie, d’une grande précision, de la fête de la croix qui se tient chaque 14 septembre (chap. VI) et des rites entourant la mort des hommes jeunes (chap. VII). Il s’agit ici d’interroger le rôle de la sainteté dans les agencements communautaires. À côté d’une sainteté maîtrisée par les religieux et les évêques, émerge périodiquement une autre sainteté, plus sauvage, portée par les jeunes hommes (qui gardent ce statut jusqu’à la mort de leur père). À la manière des contre-sociétés émergeant notamment lors des carnavals en Occident, les shabâb (jeunes hommes en arabe) viennent contester l’ordre établi et l’autorité de l’évêque. Ainsi à Ma‘lûlâ, se déroule chaque année, à l’occasion de la fête de la croix, une étonnante mise en scène où les shabâb prennent une place symbolique particulière. On leur confie le transport des icônes, qu’ils convoient dans des cortèges festifs où les jeunes boivent de l’alcool et entonnent des chants traditionnels en araméen.

7Les grecs orthodoxes et les grecs catholiques gravissent les flancs de deux falaises opposées. De là, ils enflamment des pneus et des billots de bois qu’ils précipitent vers le village, mettant celui-ci en danger pour une nuit. En redescendant, les jeunes rentrent chez eux et exigent de la nourriture et un bain chaud de leurs femmes. Ils repartent ensuite en procession, passant de maison en maison récolter l’aumône qu’ils transmettront ensuite aux monastères du village. Ils « se constituent en quelque sorte en une armée du Christ ou de la croix et permettent la réalisation de trois type de relations : entre le monde des prélats et le reste de la communauté, entre le monde de l’extra-mondanéité des monastères et le reste de la communauté et, en dernière instance, entre le monde des prélats et celui des monastères » (p. 213). Enfin, Anna Poujeau retourne à la source de son enquête de terrain, le quartier de Bâb Tûmâ, où elle s’intéresse aux lamentations des femmes à l’occasion de l’enterrement de shabâb. Elle entend montrer que si la sainteté des jeunes hommes est furtive lors des fêtes religieuses, la mort peut les transformer en véritables saints dans le cadre familial. Un jeune homme fauché dans la force de l’âge sera « sublimé par un portrait photographique […] qui, par une opération de “condensation rituelle”, assimile ce dernier à une figure porteuse de baraka, à la figure d’un saint » (p. (247-248). Anna Poujeau décrit l’une de ces cérémonies en particulier qu’elle a pu observer au sein d’une famille de sa connaissance. À nouveau, comme dans la fête de la croix, les jeunes hommes font le lien entre les différentes composantes de la communauté, portant le cercueil pour l’amener aux femmes de la famille qui vont veiller le corps pendant un temps, en récitant des lamentations rituelles. Les hommes mûrs entrent ensuite en scène et finalement le cortège des shabâb emmène à nouveau le cercueil jusqu’à l’église. L’une des richesses du livre est de restituer ces lamentations funéraires d’une étonnante poésie, récitées par les femmes qui apparaissent comme les véritables gardiennes de la mémoire du défunt.

8Le portrait du jeune est ensuite transformé en une sorte d’icône, par l’ajout d’une auréole. Le disparu devient ainsi un quasi saint dans sa famille. Cette opération ne se produit que dans le cas des hommes jeunes. La photographie/icône « a sa place dans la plupart des maisons de son groupe de parenté » (p. 244), elle peut même être posée dans une pièce vide, réservée à cet effet, si la demeure est suffisamment spacieuse.

9L’intérêt de ce livre réside dans la remarquable qualité des descriptions ethnographiques, de même que dans l’interprétation qui en est proposée. L’auteure restitue bien la construction par les fidèles et les religieuses de relations avec les saints et l’au-delà. Elle montre aussi comment les jeunes hommes constituent une catégorie intermédiaire venant régulièrement disputer le monopole du sacré, normalement administré par le clergé. On pourrait regretter un certain effacement des données sociales, aussi bien concernant le quartier de Bâb Tûmâ que le village de Ma‘lûlâ. Dans ce dernier cas, par exemple, on n’entend guère parler des musulmans, de leur rôle ou de leur absence de rôle dans la fête de la croix qui a pourtant l’air d’occuper tout l’espace du village. On n’en apprend guère plus sur le profil des fameux shabâb. Sont-ils d’un niveau social uniforme ou alors l’appartenance à ce groupe de jeunes hommes efface-t-elle, le temps du rituel, les différences de statut ? On peut également se demander si l’ouvrage traite bien, comme annoncé en introduction, de la manière dont les chrétiens négocient leur place dans l’ensemble syrien. En effet, si les chrétiens attachent une importance énorme aux monastères, aux saints et, de manière générale, à leur glorieux passé chrétien, ils ne vivent pas uniquement dans le monde du sacré. Ils sont aussi, enseignants, artisans, fonctionnaires ; riches ou pauvres. Dès lors on ne voit pas toujours très bien comment les analyses sur les éléments symboliques et religieux de l’insertion des chrétiens se rattachent aux autres aspects de leur ancrage en Syrie. Ces petites réserves n’ôtent rien à la valeur d’un ouvrage qui nous apprend comment les chrétiens de Syrie entretiennent la vigueur de leur mémoire religieuse en la confiant à ces hommes et femmes qui vivent en marge du monde. Ce témoignage est d’autant plus précieux que ces communautés sont aujourd’hui menacées par la terrible guerre civile qui ravage le pays depuis maintenant trois ans.

Haut de page

Notes

1 Peter Brown, La société et le sacré dans l’Antiquité tardive, Paris, Seuil, coll. « Points histoire », 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaétan du Roy, « Anna Poujeau, Des monastères en partage. Sainteté et pouvoir chez les chrétiens de Syrie  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 20 septembre 2014, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15531

Haut de page

Rédacteur

Gaétan du Roy

Assistant en histoire à l’Université catholique de Louvain, chercheur au Laboratoire de recherches historiques (LaRHis)et chercheur associé au CEDEJ (Le Caire). Il vient de soutenir en septembre 2014 sa thèse de doctorat intitulée : Le prêtre des chiffonniers, ou la construction d’une autorité religieuse au Caire entre charisme, tradition et clientélisme (1974-2014).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page