Skip to navigation – Site map

Julien Chuzeville, Militants contre la guerre 1914-1918

David Noël
Militants contre la guerre 1914-1918
Julien Chuzeville, Militants contre la guerre 1914-1918, Spartacus, 2014, ISBN : 9782902963683.
Top of page

Full text

  • 1 Annie Kriegel, Aux origines du communisme français, 1914-1920, Paris, Mouton, 1964.
  • 2 Romain Ducoulombier, Camarades, la naissance du Parti communiste en France, Paris, Perrin, 2010.

1Les périodes de rupture et de recomposition sont pour l’historien du politique souvent fécondes à étudier. À cet égard, il est naturel que la naissance du Parti communiste français ait souvent intéressé les historiens qui se sont interrogés sur l’identité de cette nouvelle organisation, apparue en décembre 1920 au congrès de Tours. La SFIC (Section française de l’internationale communiste) est-elle le produit d’une greffe étrangère sur le mouvement socialiste français ou au contraire le résultat d’une renaissance d’un parti socialiste traumatisé par la guerre et obligé de se reconstruire ? Depuis les travaux fondateurs d’Annie Kriegel dans les années 19601 jusqu’à ceux de Romain Ducoulombier plus récemment2, cette question n’a cessé de se poser aux historiens du communisme.

  • 3 Julien Chuzeville, Fernand Loriot, le fondateur oublié du Parti communiste, Paris, L’Harmattan, 201 (...)

2De fait, par sa violence comme par sa durée, la Première guerre mondiale plonge le mouvement ouvrier français, particulièrement la CGT et le parti socialiste SFIO (Section française de l’internationale ouvrière), dans une crise majeure qui amène les militants de ces organisations à faire des choix qui les divisent. C’est cette histoire que raconte l’historien Julien Chuzeville, auteur d’une biographie remarquée de Fernand Loriot3, ce fondateur oublié du Parti communiste que l’on retrouve au fil des pages du nouvel ouvrage de Chuzeville sur les militants contre la guerre de 1914-1918.

3Si l’opposition à la guerre n’a pas concerné que le mouvement ouvrier organisé – on trouve aussi des pacifistes dans les différentes églises et il existe des mouvements de « pacifistes juridiques ou bourgeois » –, c’est aux militants du mouvement ouvrier, socialistes, syndicalistes ou anarchistes que s’intéresse Julien Chuzeville. Militants contre la guerre 1914-1918 est en fait un ouvrage sur l’histoire des militants du CRRI (Comité pour la reprise des relations internationales), l’organisation créée à la suite de l’appel de Zimmerwald en 1915, qui sera l’embryon du Comité pour la troisième internationale et donc du futur parti communiste.

4Les deux premiers chapitres présentent un mouvement ouvrier submergé, au sein duquel seules quelques « voix dans le no man’s land » se font entendre contre la guerre : celles du groupe de La Vie ouvrière, de L’École émancipée, de l’hebdomadaire anarchiste Les Temps nouveaux, de L’Action féministe ou encore de La Bataille syndicaliste. Des équipes militantes soudées et déterminées sont à la tête de ces publications, surveillées par la censure durant toute la guerre et souvent saisies ou interdites. C’est le syndicalisme révolutionnaire qui rassemble ces militants socialistes, anarchistes ou cégétistes comme Alphonse Merrheim, Albert Bourderon, Fernand Loriot ou la féministe Louise Saumoneau, qui se battent contre les directions de leurs propres organisations aux mains des « majoritaires de guerre ».

5La conférence socialiste internationale de Zimmerwald, en septembre 1915, à laquelle participent Merrheim pour la minorité de la CGT et Bourderon pour la minorité de la SFIO, n’est pas l’acte de naissance d’une nouvelle Internationale ; cependant, l’appel de Zimmerwald, distribué par voie de tract malgré les tracasseries policières, rencontre un écho dans les organisations ouvrières. Fondé à la suite de cet appel, le CRRI fonctionne comme un collectif pacifiste révolutionnaire et comme une « tendance » interne à la SFIO et à la CGT. Les membres du CRRI ne songent pas à déclencher une insurrection contre la guerre, mais à convaincre les militants ouvriers et à gagner la bataille interne au sein de leur organisation sur des motions contre la guerre, contre l’Union sacrée, contre le vote des crédits de guerre et la participation gouvernementale.

6À mesure que la guerre s’installe dans la durée, les effectifs du CRRI progressent, passant de 460 à 850 adhérents entre février et avril 1916, mais le comité connaît ses premières divisions avec le départ des anarcho-syndicalistes qui fondent un autre comité, le Comité de défense syndicaliste (CDS). La tendance syndicale du CRRI autour de Merrheim se retrouve affaiblie par rapport à la tendance socialiste.

  • 4 Les longuettistes sont les partisans de Jean Longuet, organisés en tendance au sein de la SFIO avec (...)

7L’année 1917 constitue un tournant pour les militants du CRRI. La révolution de février 1917, puis la prise de pouvoir des bolcheviks est la preuve qu’une paix immédiate est possible. En France même, on assiste à un regain de combativité sociale. Les militants du CRRI soutiennent les grèves. La hiérarchie militaire dénonce l’influence de leur propagande sur les mutins du printemps 1917. En septembre 1917, c’est le départ de la SFIO du gouvernement et donc la fin de l’Union sacrée, mais il faut attendre le mois de juillet 1918 pour que les militants socialistes du CRRI et les longuettistes4 renversent la majorité de la SFIO. Au sein de la CGT, la majorité de guerre menée par Jouhaux adopte progressivement une position centriste à partir de décembre 1917 et débauche plusieurs figures du CRRI dont Merrheim, satisfait du redressement du syndicat.

8Au lendemain de l’armistice, les organisations ouvrières connaissent un afflux d’adhérents sans précédent. Les positions des révolutionnaires du CRRI se retrouvent renforcées. En avril 1919, le CRRI adhère à la IIIe Internationale et change de nom pour devenir le Comité de la IIIe Internationale. Au congrès de Tours, ses militants votent largement pour l’adhésion à la IIIe Internationale. C’est la fin de l’histoire du CRRI et le début de celle du Parti communiste.

9Bientôt, les ex-militants du CRRI quittent le Parti communiste qu’ils ont contribué à créer. Marqués par le syndicalisme révolutionnaire et l’expérience du CRRI, ils n’acceptent pas la stalinisation du Parti communiste ni l’exclusion des trotskistes. Certains se regroupent autour de la revue La Révolution prolétarienne créée par Pierre Monatte en 1925 qui incarne une forme de « continuité morale du Comité ».

10Alors qu’on célèbre le centenaire de la Première guerre mondiale, le petit ouvrage de Julien Chuzeville résume avec clarté ce qu’a été l’action des minorités pacifistes révolutionnaires au sein de la SFIO et de la CGT. On regrettera cependant que le propos se concentre essentiellement sur les dirigeants du Comité, plus que sur les militants de base dans les sections, sur lesquels on n’apprend finalement pas grand-chose.

Top of page

Notes

1 Annie Kriegel, Aux origines du communisme français, 1914-1920, Paris, Mouton, 1964.

2 Romain Ducoulombier, Camarades, la naissance du Parti communiste en France, Paris, Perrin, 2010.

3 Julien Chuzeville, Fernand Loriot, le fondateur oublié du Parti communiste, Paris, L’Harmattan, 2012.

4 Les longuettistes sont les partisans de Jean Longuet, organisés en tendance au sein de la SFIO avec le soutien de la fédération de Haute-Vienne. Entre le CRRI et la majorité, ils adoptent une position centriste dans le parti socialiste. Favorables à la paix, ils acceptent le vote des crédits de guerre.

Top of page

References

Electronic reference

David Noël, « Julien Chuzeville, Militants contre la guerre 1914-1918  », Lectures [Online], Reviews, 2014, Online since 20 September 2014, connection on 16 October 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15537

Top of page

About the author

David Noël

Professeur d’histoire-géographie au collège Paul Duez de Leforest, membre du bureau de la régionale Nord-Pas-de-Calais de l’APHG.

By this author

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page