Navigation – Plan du site

« L'agence financière (volume 2) », Sociétés contemporaines, n° 93, 2014

Melissa Paulet
L'agence financière (volume 2)
« L'agence financière (volume 2) », Sociétés contemporaines, n° 93, 2014, 118 p., Paris, Les Presses de Sciences Po, ISBN : 978-2-7246-3378-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir le premier volet du dossier : « L'agence financière (volume 1) », Sociétés contemporaines, n°  (...)
  • 2 Il s’agit d’une sociologie d’objets traditionnels de l’économie, où des thèmes tels que les réseaux (...)

1La finance n’est pas un concept abstrait, un espace autonome d’où proviendrait une répartition du crédit : elle est un imbroglio de processus sociaux qui véhicule l’image d’un investisseur individuel et souverain. La déconstruction de ce paradoxe est l’objet de ce dossier de Sociétés contemporaines, dont ce numéro constitue le second volet1. Au travers d’études empiriques de cas contemporains et passés, les auteurs, sociologues ou économistes, se livrent à une socio-économie2 de l’agence financière, c’est-à-dire de ces réseaux d’acteurs et d’institutions où se nouent les décisions d’investissement. Les trois articles du présent volume présentent plus particulièrement une genèse de l’agence financière en s’intéressant à la constitution des groupes d’acteurs et d’outils qui la composent.

  • 3 La prosopographie consiste en la création d’une biographie collective d’un groupe à partir des biog (...)
  • 4 Les investisseurs institutionnels sont composés des trésoreries des grandes entreprises, des fonds (...)

2Dans le premier article, Sabine Montagne étudie la concurrence entre praticiens et universitaires dans la décennie 1960. Elle tente de montrer que le mythe de l’investisseur comme acteur unique est né de cette rivalité. Elle s’appuie sur les écrits produits par ces différents acteurs qui expriment leurs conceptions respectives de l’investissement et réalise une prosopographie3 des « stars » de la finance et de la théorie de l’époque. Sont ainsi dégagés deux portraits qui s’opposent afin de « capter la (nouvelle) clientèle institutionnelle4 » pour laquelle les montants à gérer sont plus importants que ceux de la clientèle habituelle. D’une part, les praticiens défendent une gestion « active » du portefeuille, fondée sur la connaissance des émetteurs et la concentration des titres détenus ; ils se détachent toutefois de l’héritage keynésien et du New Deal en privilégiant les opérations profitables à court terme. D’autre part, les théoriciens prêchent une gestion « passive », reposant sur la croyance en l’efficience des marchés et la diversification des titres. Si la thèse des premiers reçoit un meilleur accueil auprès des investisseurs pendant la bulle spéculative des années 1960, les seconds profitent du retournement de la conjoncture boursière de 1973 pour imposer, du moins un temps, leur vision. Sabine Montagne montre que, en dépit de leurs divergences, praticiens et théoriciens partagent une même inclination à l’exaltation de l’héroïsme individuel : tous vouent un culte à « l’investisseur-personnalité » qui va perdurer au-delà des années 1970. Concernant la gestion des portefeuilles des clients institutionnels, les praticiens en viennent à abandonner leur vision traditionnelle et à adopter une réponse identique à celles des universitaires, qui se caractérise par une diversification et une standardisation des portefeuilles. L’auteure met en avant que les financiers ne connaissent pourtant pas les travaux des universitaires. Elle impute cette convergence en partie au fait que la diversification relève d’une stratégie d’investissement qui appartient « au sens commun du monde des affaires » ; nous pouvons regretter cependant qu’un tel argument ne fasse pas l’objet d’une démonstration plus approfondie.

  • 5 La Mercantile Agency est la première société d’analyse financière de crédit. Spécialisée dans l’inf (...)
  • 6 Le risque étant que ces derniers justifient auprès de leurs débiteurs potentiels leur refus de créd (...)
  • 7 Il s’agirait d’objets capables de circuler, sans se modifier, afin de transmettre une connaissance. (...)
  • 8 En revanche, le caractère de « mobile immuable » de la notation est expliqué dans un article antéri (...)
  • 9 Pour en savoir plus sur cette théorie, voir notamment : Burt Ronald S., Structural Holes: The Socia (...)

3Dans le deuxième article, rédigé en anglais, Barry Cohen et Bruce Carruthers étudient la Mercantile Agency5 et mettent en exergue le caractère contradictoire entre sa revendication d’une méthode de notation objective des crédits des entreprises et sa volonté de se déresponsabiliser des pertes éventuelles, dans l’éventualité où les prévisions ne se réalisent pas. Marquée par cette inquiétude, la Mercantile Agency change de position quant à l’établissement de rapports exposant les éléments pris en compte pour attribuer les notes. Selon les auteurs, l’Agency refuse d’abord la publication de tels rapports au motif qu’ils seraient porteurs d’un jugement discrétionnaire qui nuirait à l’interprétation que doit fournir l’investisseur. L’absence d’explication de la notation donne ainsi une apparence de force scientificité aux notes – d’autant que l’Agency émet des directives à l’égard des évaluateurs, censées garantir l’objectivité de la notation. Par suite, victime de son succès, l’Agency se voit contrainte de défendre la qualité d’opinion des notes qu’elle produit, afin d’éviter d’engager sa responsabilité. En conséquence, elle invite les souscripteurs à consulter les rapports explicatifs des ratings. De tels rapports permettent en effet aux souscripteurs de relativiser les notes et de les voir plus comme des opinions – certes éclairées – que comme des images parfaites de la réalité. L’Agency réalise toutefois qu’elle ne fait que reporter le problème et s’inquiète de la perception de ses appréciations comme des conseils par les souscripteurs. Ainsi, outre les injonctions faites à ces derniers de se forger leur propre avis lors de la décision d’investissement, elle développe une stratégie permettant de se protéger de procès éventuels : les rapports sont donc écrits dans un langage modéré et ambigu et des clauses de confidentialité sont insérées dans les contrats les liant aux souscripteurs6. Par ailleurs, un autre facteur pourrait expliquer la mise à disposition de rapports : l’Agency aurait pu vouloir satisfaire l’exigence d’informations plus détaillées de la part des souscripteurs. Cependant cette hypothèse, bien qu’évoquée, n’est pas étudiée. L’étude est éclairante sur le fonctionnement des agences actuelles de notation de crédit et conduit à s’interroger sur la tension entre les objectifs de mise en confiance des souscripteurs et de protection des agences. Malheureusement, les postulats théoriques qu’exposent les auteurs sont peu accessibles. D’une part, les incidences pratiques de la mobilisation du concept de « mobile immuable »7 sont obscures car ni la notion8 ni son opportunité ne sont expliquées. D’autre part, les auteurs prétendent que leur étude se situe au croisement de la théorie des acteurs réseaux de Bruno Latour et du concept de « structural hole »9. Or, la première théorie souffre d’un certain flou conceptuel tel qu’une explicitation de l’interprétation qu’en font les auteurs aurait été appréciable ; quant au second, nous avons quelques difficultés à concevoir la manière dont il peut s’articuler avec la première.

  • 10 En français : méthode des flux futurs de trésorerie.
  • 11 On utilise un taux dit « d’actualisation » pour déprécier les flux futurs et déterminer leur valeur (...)
  • 12 Tandis que la valeur économique d’une chose est calculée par l’actualisation des flux futurs qu’ell (...)
  • 13 Les évènements dont dépendent les flux futurs des divers placements envisagés peuvent en effet se r (...)

4Dans le troisième article, Liliana Doganova montre comment la formule des flux actualisés s’est progressivement imposée en mettant en évidence les agents qui y ont contribué et les implications dans la manière de concevoir le financement d’activité économique qu’elle emporte. La Discounted Cash Flow (DCF)10 est un outil d’évaluation des flux d’argent que pourraient produire un investissement. Cette formule repose sur deux principes : les flux d’argent susceptibles d’être générés par une chose constituent sa valeur et un flux futur doit être « actualisé »11, partant qu’il vaut moins qu’un flux présent. L’auteure explique concrètement la démarche scientifique qu’elle a suivie avant de présenter les trois contextes d’utilisation de la formule. En premier lieu, celle-ci apparaît comme une solution pour les forestiers allemands du XIXe siècle leur permettant tout à la fois d’attribuer une valeur à la forêt et de la gérer. La valeur de celle-ci apparaît ainsi résider dans les coûts et les revenus tirés des usages futurs de la forêt. Le propriétaire est alors traité comme un investisseur et la forêt comme un capital dont on cherche à déterminer les flux futurs. La formule peut également être un outil de gestion de la forêt lorsqu’on compare la « valeur économique » et celle « de marché »12 des arbres pour décider de leur coupe : si la première est inférieure à la seconde, le propriétaire n’a aucun intérêt à les garder. La formule est ainsi mise au service de l’intérêt général car elle est alors utilisée dans un souci d’approvisionnement continu de la population par cette ressource qu’est le bois. En second lieu, la formule répond à une question plus large : que vaut le capital ? Ce questionnement théorique, posé par l’économiste américain Irving Fisher au début du XXe siècle, aboutit à la réponse suivante : c’est la valeur actualisée de ses revenus futurs. Lors du processus de décision d’investissement, la comparaison de placements alternatifs devient possible car l’actualisation des flux gomme les différences temporelles13. L’application de la formule à tout stock pouvant générer un flux de revenus dans le futur place toute personne en possession d’un capital dans la position d’un investisseur pour qui le temps a un coût. La DCF devient alors l’instrument du spéculateur pour qui l’intérêt du public importe peu. En dernier lieu, la figure à laquelle la DCF s’adresse est le manager-investisseur qui doit maximiser la valeur du capital que les actionnaires lui confient. La formule est un moyen, pour ces derniers, de s’assurer de la rationalité de l’investisseur délégué qu’est le manager. Le capital est donc productif et il faut trouver la manière le plus profitable de l’employer. Outre l’aspect séduisant de la démarche de l’auteur et de sa classification les influences d’une même formule économique sur la conception de l’investissement, la limpidité avec laquelle le propos est formulé et organisé est à saluer.

5Pour conclure, le lecteur pourra apprécier de se voir révéler les processus complexes au fondement de la décision d’investissement et de comprendre les raisons de l’existence de l’image de l’investisseur individuel. Toutefois, les études de ce second volume semblent globalement moins accessibles que celles du premier, en partie parce que le raisonnement repose parfois sur des postulats implicites, ce qui rend la lecture peu aisée.

Haut de page

Notes

1 Voir le premier volet du dossier : « L'agence financière (volume 1) », Sociétés contemporaines, n° 92, 2013, dont un compte rendu est disponible sur Lectures : http://lectures.revues.org/14521.

2 Il s’agit d’une sociologie d’objets traditionnels de l’économie, où des thèmes tels que les réseaux ont une place centrale dans l’analyse et où la dynamique économique apparaît avant tout comme un processus social. Cf. Lebaron Frédéric, «Sociologie de l’économie», Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 avril 2014. URL: http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/sociologie-de-l-economie/.

3 La prosopographie consiste en la création d’une biographie collective d’un groupe à partir des biographies individuelles de ses membres afin de révéler les trajectoires et autres caractéristiques communes de ces derniers. Cf. Lemercier Claire, Picard Emmanuelle, « Quelle approche prosopographique ? », 24 septembre 2010, en ligne : http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/59/00/81/PDF/prosopographie_Lemercier_Picard.pdf ; Charle Christophe, « Prosopography », International Encyclopedia of the Social and Behavioral Sciences, n° 18, 2001, p. 12236-12241.

4 Les investisseurs institutionnels sont composés des trésoreries des grandes entreprises, des fonds de pension et des fonds d’investissement.

5 La Mercantile Agency est la première société d’analyse financière de crédit. Spécialisée dans l’information commerciale, elle vend à ses abonnés des informations sur la qualité de crédit d’entreprises américaines. Elle devient la R.G. Dun and Company en 1859. Cf. Gaillard Norbert, Les agences de notation, Paris, La Découverte, « Repères », 2010, p. 6.

6 Le risque étant que ces derniers justifient auprès de leurs débiteurs potentiels leur refus de crédit ou l’octroi de crédit aux conditions peu favorables grâce aux informations délivrées par la Mercantile Agency et que celle-ci soit poursuivie par ledit client pour diffamation ; l’Agency prévient ainsi ce risque en menaçant le souscripteur de poursuites pour rupture de contrat.

7 Il s’agirait d’objets capables de circuler, sans se modifier, afin de transmettre une connaissance. Cf. Latour Bruno, « Culture et technique. Les vues de l'esprit », Réseaux, vol. 5, n° 27, 1987, p. 79-96.

8 En revanche, le caractère de « mobile immuable » de la notation est expliqué dans un article antérieur : Carruthers Bruce G., Cohen Barry, « Noter le crédit : classification et cognition aux États-Unis », Genèses, n° 79, 2010, p. 48-73.

9 Pour en savoir plus sur cette théorie, voir notamment : Burt Ronald S., Structural Holes: The Social Structure of Competition, Cambridge, Harvard University Press, 1992.

10 En français : méthode des flux futurs de trésorerie.

11 On utilise un taux dit « d’actualisation » pour déprécier les flux futurs et déterminer leur valeur actuelle.

12 Tandis que la valeur économique d’une chose est calculée par l’actualisation des flux futurs qu’elle est susceptible de produire, sa valeur de marché est le prix que l’on peut obtenir si on choisit de la vendre sur le marché au moment présent.

13 Les évènements dont dépendent les flux futurs des divers placements envisagés peuvent en effet se réaliser à des moments différents dans le futur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Melissa Paulet, « « L'agence financière (volume 2) », Sociétés contemporaines, n° 93, 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 20 septembre 2014, consulté le 18 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15538

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page