Navigation – Plan du site

Pierre Macherey, Pour une théorie de la production littéraire

Lucile Dumont
Pour une théorie de la production littéraire
Pierre Macherey, Pour une théorie de la production littéraire, Lyon, ENS Éditions, coll. « Bibliothèque idéale des sciences sociales », 2014, 292 p., présenté et édité par Anthony Glinoer, préface de Terry Eagleton, postface de Pierre Macherey, 1re éd. 1966, ISBN : 9782847885873.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Dosse François. Histoire du structuralisme (2 vol.), Paris, La Découverte, 1991 et 1992.
  • 2 Théorie portée par la critique marxiste, selon laquelle les idées seraient le reflet d’une réalité (...)

1Si la prise en compte de questions d’ordre théorique est aujourd’hui un aspect essentiel de toute analyse savante d’un texte littéraire, considérer cette approche comme allant de soi serait oublier que l’élaboration d’un discours théorique dans les études littéraires est le produit d’enjeux historiques et d’âpres luttes intellectuelles. On ne retient souvent de la théorie littéraire que ses représentants les plus formalistes ou sa focalisation sur l’analyse interne, refusant toute référence au contexte historique ou social des auteurs. Or, publié en 1966, « année lumière »1 d’un structuralisme bientôt battu en brèche, le premier ouvrage de Pierre Macherey a posé sur le texte littéraire et sur le discours critique en littérature un regard atypique pour la période dont il est pourtant pétri. La republication de l’ouvrage du philosophe permet donc de saisir l’ampleur des débats qui agitaient les études littéraires et les sciences humaines et sociales au tournant des années 1960. Articulant une approche sociale de la littérature (qui dialogue autant avec la sociocritique émergente de Claude Duchet qu’avec la sociologie de l’art et de la littérature de Pierre Bourdieu) avec un point de vue philosophique sur la « production littéraire », Macherey propose d’adopter une perspective althussérienne, dans laquelle la théorisation apparaît comme le corrélat de la scientificité. En d’autres termes, le philosophe en appelle à transformer en une « science » la critique littéraire, qui était alors cantonnée à n’être qu’un « art » le chemin le plus court pour passer de l’un à l’autre étant la « pratique théorique » marxiste. Il remet ainsi en question la plupart des écoles critiques, du structuralisme à l’herméneutique en passant par les théories du reflet2 et l’idée selon laquelle il n’y aurait de littérature qu’engagée.

2Ouvrage dense et composite, Pour une théorie de la production littéraire s’ouvre sur une première démonstration, visant essentiellement à clarifier de nombreux concepts et à affirmer la position de Macherey. Le reste de l’ouvrage se compose d’études de cas qui reviennent sur des postures critiques (la lecture de Tolstoï par Lénine, sur la méthode structurale) et sur des écrivains (Verne, Borges, Balzac). La nouvelle édition du volume inclut une précieuse postface de l’auteur, qui se présente à la fois comme une synthèse de l’ouvrage et comme un éclaircissement rétrospectif de sa démarche – y sont notamment évoqués le contexte de publication, l’inscription de cette « entreprise quelque peu aventureuse » dans l’orbite althussérienne et le désarroi d’un auteur confessant, plus de 40 ans après la publication de ce texte écrit dans « l’ivresse du moment théorique », que par endroits il « n’arrive plus à bien saisir ce [qu’il] avait voulu dire » (p. 278).

  • 3 Voir Matonti Frédérique, Intellectuels communistes. Essai sur l’obéissance politique. La Nouvelle C (...)
  • 4 Barthes Roland, « Les deux critiques ». Modern Language Notes, vol. 78, n° 5, décembre 1963.

3Comment faire de la critique littéraire une science du littéraire ? Voilà une des questions centrales de l’ouvrage à laquelle tente de répondre la première partie. L’auteur, au moment de la rédaction, est un disciple d’Althusser et participe aux aventures intellectuelles de Pour Marx et Lire le Capital, dans lesquelles il puise ses réflexions sur la puissance de la théorisation3. Dans ce cadre, le « désir de scientificité [s’appuie] sur la référence à la Théorie avec une majuscule » (p. 283). Ainsi, la métamorphose de la critique littéraire ne peut s’accomplir pour Macherey qu’au prix d’une triple rupture avec « l’illusion empirique », « l’illusion normative » et « l’illusion interprétative ». À la critique vue comme appréciation, école du goût et activité normative, doit se substituer la critique comme savoir, « science de la production littéraire » et activité spéculative. Ces deux critiques font écho à celles, pourtant bien différentes, dont Barthes avait affirmé l’existence trois ans plus tôt – la « critique universitaire » et la « critique idéologique »4 –, et forment respectivement le contre-modèle et le modèle de la démonstration de Macherey. Contre l’empirisme, l’auteur rappelle la nécessité d’effectuer une véritable « rupture épistémologique » bachelardienne dans l’analyse littéraire, mouvement intellectuel caractéristique du courant althussérien. « La science part du réel : c’est dire qu’elle s’en éloigne » (p. 16), c’est donc dans l’écart avec le domaine sur lequel on entend établir un savoir que se constitue ce savoir. Mais cet écart doit aussi marquer une rupture avec les modalités d’expression du domaine en question, ici la littérature. C’est-à-dire que, contrairement à tout un pan de la critique littéraire développée dans le sillage de Valéry, qui voyait dans le travail critique une possible continuité de la création littéraire, il faut pour Macherey qu’« entre le critique et l’écrivain, une différence irréductible [soit] posée au départ » (p. 17). Le discours scientifique est donc radicalement différent du discours littéraire, de même que lire et écrire sont deux activités qui ne doivent pas être confondues. Cette séparation des discours, opposée par exemple à la conception unifiante du rôle de la critique chez Barthes, amène l’auteur à reconsidérer la posture critique et ouvre des pistes d’analyse pour les littératures dites critiques ou réflexives. Ainsi, en analysant un extrait de « La Genèse d’un poème » d’Edgar Poe, Macherey montre que l’écrivain qui (se) pose en critique – « juge masqué fréquentant les bas-fonds pour les mieux connaître et les mieux détruire » (p. 28) – ne peut être considéré comme critique véritable parce qu’il ne sort pas du discours littéraire et, partant, reste pris dans une « illusion normative » dont il faut se déprendre pour faire œuvre de science. Cette illusion normative s’exerce également sur la critique qui reste hétéronome tant qu’elle soumet son appréciation des œuvres à une « légalité extérieure » et à la « juridiction du modèle ».

4Il ne suffit pas pour autant de rompre avec ces trois illusions : pour parvenir à la science de la production littéraire, il faut que le raisonnement critique parte d’une nouvelle question. Il ne s’agit plus de se demander « Qu’est-ce que la littérature ? », mais « Quelles sont les lois de production de l’œuvre littéraire ? ». Cette question est en réalité la question des « structures » – mot-clé et ligne de clivage de la période –, qui s’inscrivent ici dans une conception dynamique de la littérature : la structure de la production littéraire « n’est pas la matérialisation ultérieure, l’incarnation tardive d’un sens déjà existant : elle est sa réelle condition de possibilité » (p. 20). La prise en compte de ces structures permet à Macherey d’affirmer que l’œuvre n’est pas le produit unifié d’une intention, qu’elle est déterminée et relève d’une « nécessité libre ». Par là, il s’oppose aux herméneutes partisans de l’univocité des textes et à la critique formaliste qui, ne s’attardant que sur la question du procédé, reprendrait à son compte la thèse intentionnaliste et le postulat de l’unité de l’œuvre. C’est ainsi dans l’usage que fait l’auteur de la notion de structure que réside sa principale critique – longuement argumentée – de la critique structurale. Pour Macherey, en ramenant l’analyse littéraire à une réflexion sur la communication, la critique structurale nie l’autonomie de la littérature et ne se défait pas d’un certain platonisme, en substituant le mythe de l’inspiration à celui de la création. Elle n’est donc pour lui « qu’une variante de l’esthétique théologique » (p. 148) Au contraire, le philosophe affirme que la saisie des conditions de production de l’œuvre littéraire impose la prise en compte de ce que l’on nommerait, dans la langue de Pierre Bourdieu, « l’autonomie relative » de la littérature. Il faut dès lors prendre en considération « une certaine autonomie » (et non une « indépendance absolue ») de l’écrivain par rapport à l’histoire de son temps, autonomie également des motifs littéraires par rapport à l’histoire des formes, et enfin autonomie du langage de l’œuvre par rapport au langage courant (« langage de l’idéologie »). La critique que fait Macherey de la lecture de Tolstoï par Lénine est éclairante sur ce point. Elle permet de faire dialoguer théorie esthétique et théorie politique, et de poser la question de la place de l’histoire dans l’œuvre d’un écrivain, a fortiori dans le cadre d’une réception politique de son œuvre. L’auteur récuse ainsi les théories du reflet sans pour autant nier le rapport à l’histoire de la production littéraire : « les écrivains ne sont pas là pour fabriquer des idéologies. L’œuvre littéraire devra donc être étudiée dans un double rapport : rapport à l’histoire ; rapport à une idéologie de cette histoire » (p. 112). Dès lors, œuvre toujours seconde, le discours littéraire se définit par ce que Macherey qualifie de « fonction parodique », en ce que « l’autonomie du discours de l’écrivain s’établit à partir de son rapport aux autres formes d’utilisation du langage : parole usuelle, énoncé scientifique » (p. 65).

5Innervé par une pratique théorique marxiste en pleine ébullition, l’ouvrage de Macherey propose donc en creux une définition relationnelle de la production littéraire et, par extension, de la littérature : son langage ne se confond ni avec celui de l’histoire ou de l’idéologie, ni avec celui de la science ou de la théorie avec lesquelles elle se situe pourtant dans une sorte de continuum discursif : « Il importe donc de distinguer les trois formes que donnent au langage trois usages différents : illusion, fiction, théorie. Les mêmes mots, à peu de choses près, composent ces trois discours : mais entre ces mots s’établissent des rapports incomparables, tellement séparés qu’il est impossible de passer sans rupture de l’un à l’autre » (p. 69). L’analyse des équilibres et des tensions qui gouvernent les démarches intellectuelles de Borges, de Verne ou de Balzac, dans leur rapport à la fiction ou au réel, renforce la démonstration de l’auteur et permet un retour utile sur de nombreuses notions centrales des études littéraires. L’alliance de la réflexion théorique et de la prise en compte des mécaniques sociales de production de l’œuvre, de son écriture à sa réception, nous pousse aujourd’hui à mettre cet ouvrage en parallèle à certaines propositions faites par la sociologie de la littérature : l’opposition au mythe du « créateur incréé » et à la critique immanente, la distinction entre un pôle autonome et un pôle hétéronome (la « littérature dégradée » !) du champ littéraire et l’attention portée à l’autonomie relative des productions artistiques invitent à reconsidérer la multiplicité des orientations du moment théorique des études littéraires, parfois labellisé comme un mouvement unifié qui n’aurait produit qu’une seule et même « théorie littéraire ».

Haut de page

Notes

1 Voir Dosse François. Histoire du structuralisme (2 vol.), Paris, La Découverte, 1991 et 1992.

2 Théorie portée par la critique marxiste, selon laquelle les idées seraient le reflet d’une réalité sociale : au même titre que la politique ou les religions, la littérature et l’art y sont considérés comme des superstructures idéologiques. L’analyse de Tolstoï proposée par Lénine incarne par exemple ce type de démarche.

3 Voir Matonti Frédérique, Intellectuels communistes. Essai sur l’obéissance politique. La Nouvelle Critique (1967-1980), Paris, La Découverte, 2005.

4 Barthes Roland, « Les deux critiques ». Modern Language Notes, vol. 78, n° 5, décembre 1963.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucile Dumont, « Pierre Macherey, Pour une théorie de la production littéraire  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 23 septembre 2014, consulté le 25 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15541

Haut de page

Rédacteur

Lucile Dumont

Lucile Dumont prépare actuellement une thèse en sociologie à l’EHESS et au Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP) qui porte sur la légitimation et l’institutionnalisation des théories littéraires dans l’enseignement supérieur, entre les années 1960 et les années 1980.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page