Navigation – Plan du site

Nicolas Bancel, Thomas David et Dominic Thomas (dir.), L’invention de la race. Des représentations scientifiques aux exhibitions populaires

Cécile Campergue
L'invention de la race
Nicolas Bancel, Thomas David, Dominic Thomas (dir.), L'invention de la race. Des représentations scientifiques aux exhibitions populaires, Paris, La Découverte, coll. « Recherches », 2014, 380 p., ISBN : 978-2-7071-7892-3.
Haut de page

Texte intégral

1Après de nombreuses publications et communications autour des zoos humains (voir par exemple l’exposition du Musée du Quai Branly « L’invention du sauvage »), le colloque universitaire de Lausanne de 2012 intitulé « L’invention de la race », dont l’ouvrage s’inspire, souhaite analyser la genèse des conceptions scientifiques de la « race » et leurs conséquences sur les taxonomies des collections humaines, dans les musées et les exhibitions ethniques. Cet ouvrage a effectivement pour ambition d’interroger l’origine et la destinée du concept scientifique de race, né en Europe au milieu du XVIIIe siècle. Il questionne les modalités de diffusion de ce concept ainsi que son influence sur le racisme scientifique et ses effets, mais également sur sa réception dans d’autres aires culturelles non européennes (Chine, Japon, États-Unis par exemple).

2Le livre comporte trois grandes parties, contenant vingt-deux contributions, qui sont essentiellement le fait d’historiens (dont des spécialistes de l’histoire coloniale). La première partie se consacre à l’émergence du concept de race dans les théories scientifiques, la deuxième traite de l’internationalisation et de l’institutionnalisation de l’anthropologie raciale en Occident (et dans d’autres pays) pendant les années 1860-1914, alors que la troisième revient sur la naissance des spectacles et exhibitions ethniques et leur popularité.

3Isoler ce « moment épistémologique » de l’origine du concept de race, entre 1730 et 1790, est l’ambition des premières contributions. À travers l’exploration des travaux de Buffon, Linné, Camper ou Meiners, les auteurs de l'ouvrage soulignent que les traités, théories et techniques de ces naturalistes ont exercé une influence perceptible jusqu’à aujourd’hui. Le concept de race se biologise progressivement jusqu’à devenir un discours à la base de dispositifs idéologiques, philosophiques et techniques. L’inégalité des races humaines et leur hiérarchisation deviennent une constante de la modernité occidentale. Francesco Panese rappelle que la fabrique savante du « Nègre » éclaire le rôle cardinal des « sciences de la nature » et plus tard, de l’anthropologie et de la médecine (dont la psychiatrie coloniale) comme levier de l’invention de l’inégalité des races qui se fera sous couvert de la « Raison » (p. 73).

4Dans la deuxième partie, consacrée à l’institutionnalisation et l’internationalisation de l’anthropologie raciale du XIXe siècle, les discours raciaux et leur circulation dans les milieux savants sont mis en exergue. La vision inégalitaire et hiérarchisante des races humaines est largement partagée par la communauté scientifique française d’alors, dépassant les frontières disciplinaires malgré son origine dans les sciences du vivant (Renan, Gobineau, Broca et la naissance de l’anthropologie physique, etc). La réception du concept de race est aussi étudiée dans d’autres pays : Russie, Asie orientale, Danemark, Belgique et Afrique du Sud. Selon les divers contextes nationaux, ce concept se déploie différemment pour favoriser la construction de la nation. Patrick Harries nous parle de la biologie raciale en Afrique du Sud et de son impact sur les activités de commerce, de guerre et de science. Il étudie les activités de collectionneurs naturalistes du début du XIXe siècle, qui venaient en Afrique également pour collectionner et mesurer l’anatomie des peuples rencontrés. À travers la collecte de crânes et de squelettes, ils servaient l’anthropologie physique. Les groupes humains les plus vulnérables d’Europe et d’Afrique servirent ainsi de matériau dans le domaine de l’anatomie raciale.

5La troisième partie rend compte de la naissance des spectacles et exhibitions ethniques en soulignant leur grande popularité, témoignant de la création d’une frontière symbolique entre « Nous » et les « Autres ». L’article de Gilles Boëtsch et Pascal Blanchard revient sur les pratiques des cabinets de curiosité (ancêtre des muséums d’histoire naturelle) du XVe au XIXe siècles avant de s’intéresser aux zoos humains. Ils reviennent sur le cas bien connu de la Vénus Hottentote, devenue à la fois phénomène de foire et spécimen-référence, exhibée pour sa morphologie spectaculaire et soumise au regard, discours et à la dissection de scientifiques tels que Georges Cuvier et Geoffroy St Hilaire. Les freak-shows (phénomènes de foire) aux États-Unis sont abordés comme le sont les grandes expositions universelles. L’article de Catherine Hodeir précise que le concept récent de zoo humain, né de l’Achac (Association pour la connaissance de l’histoire de l’Afrique contemporaine) a été employé sans point d’interrogation, comme grille de lecture des expositions coloniales, par une communauté interdisciplinaire de chercheurs. Qui plus est, c’est une expression reprise dans les médias et par le grand public. Elle souligne alors l’importance de toujours contextualiser les exhibitions ethniques et déplore la parcellisation des réactions du public de ces exhibitions, insaisissables pour l’historien.

6L’ouvrage réussit à proposer une étude systématique sur le destin du concept de race, en lien avec l’anthropologie physique et les lieux d’exhibition. De l’anthropométrie aux taxonomies raciales, les discours scientifiques ont légitimité l’impérialisme et la colonisation en s’associant aux exhibitions ethniques, devenues en 1870 un « système mondialisé ». Les répétitions (notamment dans la troisième partie, dont le cas de la Vénus Hottentote décrit dans plusieurs contributions) n’enlèvent rien à la qualité de l’ouvrage qui articule science et spectacles en soulignant combien « l’explication par la race » deviendra extraordinaire pour expliquer l’ordre du monde. Le livre prolonge ainsi les débats sur la construction de l’« Autre » et impulse des questions encore peu explorées : pourquoi les spectacles ethniques s’épuisent-ils presque partout dans les années 1920 ? Quels liens existent entre l’anthropologie raciale et l’eugénisme ? Nul doute que les spécialistes, dont les contributeurs de l’ouvrage, continueront à travailler sur ces questions centrales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Campergue, « Nicolas Bancel, Thomas David et Dominic Thomas (dir.), L’invention de la race. Des représentations scientifiques aux exhibitions populaires  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 24 septembre 2014, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15580

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page