Navigation – Plan du site

Alain Bihr, Roland Pfefferkorn (dir.), Dictionnaire des inégalités

Simon Ridley
Dictionnaire des inégalités
Alain Bihr, Roland Pfefferkorn (dir.), Dictionnaire des inégalités, Paris, Armand Colin, 2014, 604 p., ISBN : 9782200279240.
Haut de page

Texte intégral

1Il existe aujourd’hui de plus en plus de dictionnaires au sein du champ des sciences sociales, mais celui-ci se démarque d’emblée par son orientation critique envers la société néolibérale. Alain Bihr et Roland Pfefferkorn expliquent ce choix dès les premières lignes de la présentation qui ouvre cet ouvrage en pointant l’inversement de la « dynamique de réduction des inégalités sociales ». Lieu commun des sciences sociales, l’accroissement des inégalités dans les sociétés contemporaines justifie un regard nouveau – à la fois théorique, pratique et critique – sur ce que l’on peut considérer comme le plus grand échec de la société de consommation.

2La thématique des inégalités est explorée ici dans son aspect pluridimensionnel. Pas moins de deux cent quinze auteur·e·s assurent la qualité du contenu de cet ouvrage composé d’un demi-millier d’entrées. Celles-ci sont réparties en « huit champs : les inégalités entre classes sociales, les inégalités de genre ou entre sexes sociaux, les inégalités entre classes d’âge et entre générations, les inégalités entre nationalités, ethnies, groupes racisés ou racialisés à l’intérieur d’un même État, les inégalités sociospatiales […], les inégalités au niveau mondial […], les débats autour des inégalités sociales et du concept d’inégalité sociale mettant aux prises les principaux courants philosophiques, politiques et idéologiques contemporains, enfin les questions de méthode que posent l’étude et la mesure empirique des inégalités » (p. 6). Cette classification n’est évidemment pas exclusive, et il faut dire que l’ouvrage balance harmonieusement ces différents points d’entrée.

3Le Dictionnaire des inégalités se présente avant tout à nos yeux comme un véritable défi, car rendre compte de notions aussi vastes et complexes, qui ont fait l’objet de nombreux travaux scientifiques, n’est pas une tâche aisée. Sur ce plan, on peut estimer que ce dictionnaire est un véritable succès, car les synthèses proposées sont à la fois claires et précises.

4Les baromètres, les indices et autres indicateurs quantitatifs sont également bien présentés, de même que les institutions qui les mettent en œuvre. Les articles ne sont pas pour autant dénuées de sens critique, comme en témoignent les entrées « Fonds monétaire international (FMI) » ou « Organisation mondiale du commerce (OMC) », organismes dont le fonctionnement antidémocratique et le mépris systématique des droits humains est justement fustigé.

  • 1 Cf. Raymond Mayer, « Anthropologie de la postmondialisation », Parcours anthropologiques, n° 5, 200 (...)

5Les zones géographiques répertoriées constituent des entrées intéressantes en ce qu’elles permettent une analyse des inégalités à la plus grande échelle. « Afrique du sud », « Brésil », « Chine », « États-Unis », « Europe du nord », « Inde », « Monde arabe » « Russie », sont les termes choisis pour représenter la dynamique spatiale des inégalités intrinsèquement liées à une économie-monde qui exacerbe les inégalités à l’ère de la postmondialisation1. On peut regretter l’absence d’une entrée « mondialisation » – ou « globalisation », si l’on préfère le vocable forgé sur le terme anglo-saxon. On trouve par ailleurs plusieurs anglicismes, ou termes anglais, tels que « Blanchité (witheness) », « Care » ou « Queer » par exemple.

  • 2 Cf. John Jost, Mahzarin Banaji, Brian A. Nosek, « A Decade of System Justification Theory: Accumulat (...)
  • 3 Noam Chomsky entre autres dénonce le traitement des Rroms par la France dans le film Conversation a (...)

6L’entrée « Système des inégalités », cosignée par Alain Bihr et Roland Pfefferkorn, entend mettre la lumière sur l’interaction entre les différentes inégalités. On aurait aimé y trouver mentionnée la théorie anglo-saxonne de la « system justification »2 – qui nous semble importante pour l’analyse contemporaine des inégalités –, ou encore le terme « Rrom », absent malgré sa présence quotidienne dans les médias et au sein du champ académique3.

7Le choix de présenter des entrées consacrées à des auteurs classiques – d’Aristote à Veblen, en passant par Bentham, Marx, Rousseau et Smith entre autres –, avec comme point focal leurs analyses des questions de justice, de liberté et d’égalité, parait judicieux pour établir les fondements nécessaires à la compréhension des inégalités. Cette vision d’ensemble est complémentée par le nombre et la variété des auteur·e·s, qui donnent un spectre large des opinions actuelles des chercheurs en sciences sociales. On remarque vite que certains ont une prise de position tranchée alors que d’autres font preuve de beaucoup plus de retenue. Cette richesse de points de vue risque néanmoins d’entrainer une certaine confusion pour le lecteur confronté à de telles divergences sur une thématique commune.

8Le croisement des champs sémantiques semble être la plus grande difficulté de cet ouvrage. La solution retenue est la décomposition d’un terme en plusieurs entrées. Par exemple, les articles de Sophie Ponthieux pour les entrées « Capital humain » et « Capital social » doivent être lues à la lumière du concept de « maximisation rationnelle » dont Alain Bihr réalise la critique dans l’article intitulé « Capital (ressource) ». Il est donc profitable au lecteur de ne pas s’arrêter à une définition seule, mais de chercher celles qui peuvent l’encadrer. L’index des noms propres et la liste des entrées en fin d’ouvrage sont ici les bienvenus.

9S’il est possible de déceler le manque d’approche critique dans un article en particulier, un autre lui sera souvent complémentaire et pourra venir rétablir un certain équilibre. Et si certains articles comportent quelques précisions bibliographiques pour pallier leur laconisme, il faut les accepter pour ce qu’ils sont : des invitations à des recherches plus poussées. En ce sens, ce dictionnaire est un outil important pour qui veut acquérir une vision d’ensemble de la thématique des inégalités sociales et ses articles représentent une base solide, indispensable pour tout chercheur en sciences sociales.

Haut de page

Notes

1 Cf. Raymond Mayer, « Anthropologie de la postmondialisation », Parcours anthropologiques, n° 5, 2005, p. 24-34.

2 Cf. John Jost, Mahzarin Banaji, Brian A. Nosek, « A Decade of System Justification Theory: Accumulated Evidence of Conscious and Unconscious Bolstering of the Status Quo », Political Psychology, vol. 25, n° 6, 2004.

3 Noam Chomsky entre autres dénonce le traitement des Rroms par la France dans le film Conversation animée avec Noam Chomsky. Voir aussi : Éric Fassin, Carine Fouteau, Serge Guichard, Aurélie Windels, Roms & riverains. Une politique municipale de la race, Paris, La Fabrique, 2014 ; compte rendu de Morgane Fillion-Nicollet pour Lectures : http://lectures.revues.org/14816.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Ridley, « Alain Bihr, Roland Pfefferkorn (dir.), Dictionnaire des inégalités », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 24 septembre 2014, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15581

Haut de page

Rédacteur

Simon Ridley

Doctorant à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, laboratoire Sophiapol.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page