Navigation – Plan du site

Comment observer en sociologue les liens entre chiens et humains ?

À propos de : Marion Vicart, Des chiens auprès des hommes. Quand l'anthropologue observe aussi l'animal, Paris, Éditions Pétra, coll. « Anthropologiques », 2014.
Daniel Bizeul
Des chiens auprès des hommes
Marion Vicart, Des chiens auprès des hommes. Quand l'anthropologue observe aussi l'animal, Paris, Editions Pétra, coll. « Anthropologiques », 2014, 354 p., ISBN : 978-2-84743-089-9.
Haut de page

Texte intégral

1Lorsque les animaux domestiques sont pris en compte par les sciences sociales, c’est encore principalement sous l’angle des pratiques culturelles ou au titre de symboles d’une culture donnée, rarement comme des êtres à part entière aptes à des échanges réciproques avec les humains.

2Aussi le livre de Marion Vicart, publié dans une collection d’anthropologie dirigée par Albert Piette, mérite-t-il l’attention. L’auteure a réalisé une véritable enquête de type ethnographique, dont témoignent de nombreuses notes d’observation au long de l’ouvrage, ainsi que quelques séquences photographiques. Ces notes concernent pour l’essentiel Otchoum, un Berger allemand observé chez un couple d’amis, et Moksha, une Golden retriever qui est la chienne de l’auteure. Tandis que la première partie du livre relate en détail, au moyen de scènes successives, une journée entière de la vie d’Otchoum, en particulier dans ses relations avec ses maîtres, la seconde partie s’attache à Moksha et à quelques autres chiens, sur un mode plus analytique.

  • 1 Arluke Arnold, Sanders Clinton, Regarding Animals, Philadelphia, Temple University Press, 1996 ; Sa (...)

3Marion Vicart inscrit son étude dans le registre des sciences sociales, principalement l’anthropologie, comme l’indique le sous-titre et comme le renseignent notes de bas de page et bibliographie. S’il s’agit de la première enquête de cette sorte publiée en langue française, elle a toutefois des équivalents exemplaires, brièvement évoqués par l’auteure, qui remontent à une vingtaine d’années pour les premiers, de la part de sociologues américains d’orientation interactionniste ou ethnométhodologique amenés à observer des animaux chez le vétérinaire, dans une annexe de laboratoire, dans un refuge, en lien avec les aveugles et, surtout, prenant appui sur l’observation de leurs propres chiens ou chats1.

4Marion Vicart aborde le monde animalier, celui des chiens en l’occurrence, sous l’angle de la vie ordinaire, c’est-à-dire de la compagnie entre humains et chiens accoutumés les uns aux autres, comme chacun peut en avoir l’expérience ou peut l’observer autour de soi. Elle privilégie les situations quotidiennes et banales, où rien de particulier ne se passe, parce qu’elles constituent l’essentiel de l’existence de la plupart des chiens. De cette façon, il serait possible d’appréhender comment l’animal perçoit la situation dans laquelle il se trouve, notamment en présence des humains, et ainsi d’atteindre la spécificité quasi ontologique de son être-là, indique-t-elle, reprenant à son compte une tradition du questionnement philosophique incarnée par Heidegger, Derrida et, plus spécifiquement, Élisabeth de Fontenay, Joëlle Proust ou Florence Burgat. En cela, l’auteure se démarque des études qui s’attachent aux chiens sous l’angle du conflit, du drame ou de l’exceptionnel, par exemple comme sources de nuisances, vecteurs de réconfort moral, auxiliaires de vie, acolytes de travail, bêtes de concours soumises au dressage intensif.

5Cet ouvrage est important du fait de son originalité dans le champ des sciences sociales en France, de la rigueur de l’auteure dans la restitution minutieuse des actions, de son obstination et sa modestie à affronter les théories et à tenter de percer l’énigme des liens entre l’animal et l’humain, dont chacun, l’animal aussi bien que l’humain, se trouve affecté. Dire que l’ouvrage est important n’est pas dire qu’il est sans reproches ou, plus exactement, que le courant dont il est une émanation représente une façon conséquente de travailler en sciences sociales, notamment concernant les animaux. Ce sera l’objet de la seconde partie de cette lecture.

Un projet original visant à décrire la spécificité de l’être-là du chien

6L’affirmation majeure du livre de Marion Vicart est celle, peu contestable, presque banale, de la possibilité d’une coprésence du chien et de l’humain, c’est-à-dire d’une accoutumance et d’une aisance de l’un et de l’autre à vivre côte à côte, presque conjointement, d’une façon suffisamment accordée pour rendre les relations fluides et aimables. Hormis pour les chercheurs d’esprit positiviste et les tenants d’une démarcation nette entre nature et culture, animalité et humanité, c’est là un énoncé de portée générale qui est peu discutable. Mais qu’implique-t-il en pratique dans la situation même d’enquête ? Quelles actions, quels échanges, quels mouvements imperceptibles, quels arrangements spatiaux, quels éléments de décor le chercheur va-t-il prendre en note ou laisser de côté ? Quelles informations, inaccessibles par le simple fait d’être présent, et néanmoins décisives pour la compréhension de ce qui se déroule sous ses yeux, va-t-il s’efforcer d’obtenir ?

  • 2 Piette Albert, L’être humain. Une question de détail, Marchienne-au-Pont, Socrate Éditions Pomarex, (...)
  • 3 Piette Albert, Le mode mineur de la réalité. Paradoxes et photographies en anthropologie, Louvain-l (...)

7Les points d’attention de l’auteure en cours d’enquête, et le fond de son analyse au long du compte rendu, découlent d’une idée reprise dans plusieurs de ses ouvrages par Albert Piette, qui fut le directeur de la thèse dont le livre est issu. L’être humain aurait selon lui une spécificité, qu’il qualifie de « mode mineur » de l’existence. C’est du moins, prenant pour points d’appui grands singes actuels, Homo sapiens des débuts et humains, ce que permettrait d’établir « la recherche de traits anatomiques, comportementaux ou cognitifs qui seraient propres à l’homme et qu’il ne partagerait pas avec les animaux »2. En pratique, ce mode mineur de l’existence s’exprime par la possibilité de faire se chevaucher des actions successives, de moduler son attention au gré des nécessités et des circonstances, d’en prendre et d’en laisser, d’avoir le sens de la dérision, de faire preuve de distance au rôle (dirait Goffman), ce dont les animaux seraient dépourvus3. Marion Vicart en offre un exemple parmi beaucoup d’autres à propos des maîtres d’Otchoum : « Lionel est encore en train de regarder la télévision alors que, déjà, il commence à réagir à l’appel de Sylvie pour venir manger. Il ne se lève pas d’un seul coup en “oubliant” spontanément la télé comme peut parfois le faire le chien qui subitement sursaute, se lève et abandonne son activité pour aller manger » (p. 177). Fluidité et mode mineur de l’homme, résume-t-elle (p. 174). Le chien, en comparaison, resterait concentré sur ce qui l’occupe ou le préoccupe au moment présent. C’est « un être dont l’attention possède un faible degré de plasticité et un faible pouvoir de modulation », conclut l’auteure (p. 306).

  • 4 Sanders Clinton, Op. cit., p. 140-147.
  • 5 Despret Vinciane, Que diraient les animaux, si… on leur posait les bonnes questions ? Paris, La Déc (...)

8Néanmoins, doit-elle convenir, loin d’être une totale spécificité de l’être humain, l’aptitude à graduer l’attention, faisant passer la présence de l’autre d’enjeu premier et absorbant à simple détail, existe aussi chez le chien, fût-ce de façon réduite (p. 295). Lors d’une promenade ou dans l’enceinte du domicile, il vaque à ses envies, jusqu’à disparaître de la vue de son maître, sans pour autant rompre l’attachement à celui-ci, autrement dit sans être absorbé par ce qu’il fait au point d’oublier son existence. Comment expliquer que le chien ait cette aptitude à relâcher sa vigilance, marque probable d’un sentiment de confiance ? La réponse est sous-tendue par diverses expérimentations. L’une indique que les battements cardiaques du chien diminuent lors de la survenue d’un étranger, si le maître est présent (p 284), l’autre que 72 % des chiens bâillent à la suite de leurs maîtres par mimétisme, à comparer avec 60 % seulement entre humains (p. 301). C’est donc la capacité du chien à l’empathie qui est en jeu, c’est-à-dire son aptitude au partage des points de vue, au fait de pouvoir se mettre psychiquement à la place de l’autre. Les observations précises et contextualisées de Clinton Sanders4, les notations de l’auteure à propos de « l’attention conjointe » lors du jeu (p. 275), tout comme ce dont j’ai eu l’expérience avec mon chien, témoignent à vrai dire assez banalement d’une telle capacité, sans besoin d’expérimentations en laboratoire, qui conjuguent souvent hypothèses indigentes, variables sommaires et cruautés inutiles5. Il est facile d’observer, par exemple, un échange de regards, à l’initiative du chien, à propos d’objets ou d’individus aperçus au loin sur un chemin, si bien que le chien tourne la tête vers l’humain qui l’accompagne, et le fixe des yeux, pour faire savoir qu’il a vu quelque chose d’insolite et pour vérifier que l’autre s’en est également aperçu, ce qu’un mot approbatif suffit à faire comprendre au chien, qui reprend alors son allure.

  • 6 Selon une autre formule d’Albert Piette, L’être humain, op. cit., p. 29-32.

9Ces réflexions autour de l’idée de « mode mineur de la réalité », permettant de réduire la présence de l’autre à l’état de « détail »6, conduisent Marion Vicart à mettre en lumière des points rarement aperçus ou rarement formulés avec une telle justesse. Ainsi parle-t-elle d’un « bonheur tiède » dans les relations entre chiens et humains, c’est-à-dire d’une « façon humaine d’être distrait avec l’animal » (p. 250-269). Celui-ci est en effet un compagnon facile, propice au sentiment d’euphorie, tant il peut être sollicité et être oublié plus ou moins à volonté et instantanément, sans disposer de mesures de rétorsion, contrairement à ce qu’il en est entre humains adultes et autonomes. Il est insignifiant, pouvant être écarté d’un mot ou d’un détournement du regard. L’instant d’après, devenu objet d’attention, il se rend disponible pour une affection sans conséquences.

10De même Marion Vicart décrit-elle la compétence de l’animal à se rendre vulnérable à l’être humain, ce qui conduit à rejeter l’idée selon laquelle le chien serait astreint en toutes circonstances à de pures conduites de soumission dues au dressage. La situation sous-jacente est celle où le chien Otchoum roule sur le dos de façon à offrir son ventre et faire connaître ainsi son attente de caresses lorsque son maître passe à proximité de lui avec une brosse dans les mains destinée aux brebis de la ferme. « Si la dépendance du chien à l’égard de l’homme encourage la tranquillité de ce dernier en facilitant la mise en détail de la présence canine, cette dépendance ne doit pas pour autant cacher la capacité du chien à pouvoir “instrumentaliser” celle-ci » (p. 126), conclut l’auteure. D’autres actions mutuelles, présentes dans la même note de terrain et non reprises sous cet angle, comme le regard intensément fixe du chien sur un morceau de gâteau (p. 125), iraient dans le même sens et pourraient être qualifiées de capacité à faire éprouver l’attente ou le manque, ce qui met l’humain en situation d’apparaître intransigeant, voire égoïste, ou, à l’inverse, de manifester sa sollicitude.

  • 7 Notions dues respectivement à Philippe Descola, Bruno Latour et Donna Haraway pour dénoncer comme s (...)

11Une question survient dès lors, abordée longuement et en deux temps par Marion Vicart (p. 133-173, 204-222) : accorder à un animal domestique une attention équivalente à celle consentie à un humain, au point de lui imputer des mobiles et des tactiques, ne revient-il pas à faire preuve d’une naïveté anthropomorphique suffisant à disqualifier le chercheur et, plus largement, toute étude de ce genre sur les animaux ? L’auteure présente avec beaucoup d’équanimité un éventail d’analyses destinées à excuser, atténuer, contester ou justifier la propension des humains à attribuer des intentions aux animaux. Elle prend de même au sérieux les thèses les plus incertaines sur les « communautés d’existants », les « faitiches », les « cyborgs »7, en vue d’en critiquer à juste titre la perspective formelle, proche du jeu de l’esprit, exempte de toute enquête et de tout sens pratique, qui propose d’étudier de façon symétrique animaux et humains, ce qui reviendrait peu ou prou à les placer sur un pied d’équivalence. Elle assure cependant s’en inspirer pour établir ce qu’elle nomme « l’équitabilité », c’est-à-dire le fait de « trouver la juste combinaison d’attention tenue à l’égard des hommes et des chiens, en vue d’une analyse […] qui s’intéresse directement aux êtres concernés, pour eux-mêmes et par eux-mêmes, dans la pure apparition de leur singularité, en tant que “présences” » (p. 223).

Une approche biaisée et idéalisante des humains et des chiens

12Malgré le sérieux de l’enquête et l’originalité de la démarche concernant les liens entre humains et chiens, le livre de Marion Vicart appelle deux types de réserves, tenant à la fragilité de l’angle théorique et aux conventions présidant à la composition de l’ouvrage.

  • 8 Piette Albert, Anthropologie existentiale, op. cit., p. 61.

13Se plaçant sous l’égide d’Albert Piette, le livre demeure centré sur un questionnement dont le point de départ est cette intuition à la fois banale, incertaine et d’autant plus discutable qu’elle est présentée comme une spécificité de l’être humain, à savoir la capacité unique que celui-ci aurait de moduler son attention, à la différence des animaux. Cela conduit à attribuer de l’importance aux questions de psychologie comparée, de psychologie cognitive, voire de « psychologie évolutionnaire »8 s’inspirant de la préhistoire à propos des états de conscience. Cela conduit surtout à faire de la différence entre animal et humain le point majeur de l’analyse, de façon d’autant plus marquée que l’accent est mis sur des chiens et des humains génériques ou, du moins, supposés représentatifs de leur espèce. Or les chiens du livre apparaissent bien élevés et bien traités, n’assaillent pas les humains ou d’autres chiens, n’ont pas de désirs sexuels intempestifs, ne souffrent pas de pathologies inquiétantes, tandis que les humains paraissent agréables et bien disposés envers leurs compagnons à quatre pattes. Tous les êtres sont en harmonie, à peu de chose près, comme s’ils habitaient un paradis reconstitué.

  • 9 Irvine Leslie, op.cit., p. 89-115.

14Lorsqu’il existe, un tel paradis résulte ordinairement du choix par l’humain d’un chien compatible avec ses idéaux et son genre de vie9, puis de l’apprivoisement ou de l’éducation du chien, voire de son abandon s’il contrevient trop à ce qui est attendu. Mais, dans le cas présent, il est aussi une création de la chercheuse. Celle-ci s’en tient, par décision de méthode, aux chiens « peu dangereux, moins tempétueux et “intenables” que le seraient d’autres », précise-t-elle (p. 227). Ainsi, elle évoque d’une simple phrase avoir réalisé une étude sur commande centrée sur « la domination, la violence et la conflictualité » entre chiens et humains (p. 268), pour dire aussitôt que ce n’est pas son objet d’attention. Les observations sélectionnées dans l’ouvrage le sont en fonction des « thèmes du bonheur, de la distraction et de la coprésence », même si à d’autres moments les chiens observés sont agressifs ou fuyants, ajoute-t-elle (p. 228).

15Tout ce qui s’écarte de ce modèle édifiant, même si l’auteure en a connaissance ou le relate dans les extraits de son journal d’enquête, se trouve ainsi laissé de côté. La famille dont il est question pendant la moitié du livre, chez qui elle passe divers moments et où vit le chien Otchoum, abrite aussi deux autres chiens, en l’occurrence des Border collie, qui s’occupent des brebis et qui sont de ce fait des acolytes de travail probablement choisis et dressés à cet effet. Cependant, il est quasi uniquement question d’Otchoum, le chien de compagnie. C’est à dessein, redit l’auteure dans la conclusion : elle a voulu étudier des « présences canines pures » (p. 317), tout comme Goffman a étudié « l’homme interactionnel pur ». Sous ce registre, Otchoum présenterait « la figure idéale du chien ordinaire » (p. 318). De même, si une conduite déviante du chien Otchoum est évoquée, en l’occurrence l’égorgement d’une brebis chez un voisin (p. 141), c’est sans autre questionnement de la part de la chercheuse ; tout au plus apprend-on que la solution envisagée par ses maîtres est de le castrer. Écarter par fidélité à une idée de départ ce qui s’offre aux yeux ou à l’enquête et qui conduirait à d’autres questions ne revient-il pas à se priver indûment des atouts d’une enquête par ailleurs engagée et éclairante ?

  • 10 « La communication en défaut », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 100, 1993, p. 66-72.

16Car une question, ignorée par l’auteure, est pourtant sous-jacente dans plusieurs notes d’observation : comment se fabrique un lien défini entre tel humain et tel chien ? Comment un humain donné choisit-il un chien particulier, selon quels critères, et comment l’un et l’autre s’accordent-ils ? Comment un chien donné, d’une race et d’un âge donnés, apprend-il à se conduire en animal de compagnie, ou bien en acolyte de travail, voire en instrument d’attaque ou en auxiliaire de vie ? Comment apprend-il à communiquer avec ses maîtres de référence, à distinguer la conduite appropriée en fonction des humains qui l’entourent : tel enfant, tel homme abrupt ou délicat, telle femme âgée ? Quelles sont les conditions nécessaires aux relations euphoriques entre humains et chiens (selon l’expression de Goffman10) ou au bonheur tiède (selon la formule de l’auteure) ? À côté de réponses convenues ou contestables comme le dressage (p. 250), la domestication ancestrale (p. 301), les bases biologiques de l’attachement entre chiens et humains (p. 71), l’uniformisation des races chez les chiens au fil du temps (p. 314), qui sont avancées d’un mot ici et là en guise d’explications, les matériaux à la disposition de l’auteure lui auraient permis d’esquisser des analyses sociologiquement prometteuses, au demeurant en phase avec plusieurs études empiriquement et théoriquement exemplaires qu’elle présente sans s’y attarder.

  • 11 Par exemple : Darbon Sébastien, Rugby mode de vie, Paris, Jean-Michel Place, 1995 ; Piette Albert, (...)

17Cette limitation du cadre de questionnement a pour corollaire un compte rendu dont l’organisation est dissociée d’une visée argumentative clairement établie au profit d’un développement accordant la première place à la présentation des matériaux d’enquête. En cela, Marion Vicart reprend un modèle répandu chez une partie des anthropologues, dont le souci proclamé est d’être au plus près des situations et des personnes, de minorer les effets de leur passage et de ne pas violenter leurs hôtes par des questions et des analyses pouvant sembler irrespectueuses. Cette volonté du chercheur de ne pas déranger et de ne pas imposer sa voix le conduit dès lors à produire des comptes rendus qui s’apparentent à une transposition ou une mise en forme du journal d’enquête, à reléguer à des commentaires succincts ses perspectives d’analyse, à privilégier les situations apaisées, œcuméniques, officielles, à publier des textes qui enjolivent rhétoriquement le monde de ceux qu’il étudie11.

18Ainsi, la première partie du livre de Marion Vicart, qui en comporte deux, est intitulée « journée de chien » et consiste pour l’essentiel dans la restitution de la vie d’Otchoum le « jeudi 28 octobre 2004 à Dornais » pendant une centaine de pages, soit en gros un tiers de l’ouvrage. Cette journée, retenue pour son caractère « banal et coutumier » (p. 56), est racontée au travers de vingt séquences exactement, la première débutant avec le réveil à 6 h 00 (p. 57), la dernière finissant avec le coucher à 20 h 20 (p. 194). L’artificialité d’un tel découpage apparaît vite, tant le sentiment de répétition finit par s’imposer, puisque ce sont pour partie des scènes équivalentes, ou peu s’en faut, qui surviennent à divers moments de la journée. La seconde partie repose pour l’essentiel sur des « observations rapprochées », dont Moksha, la chienne de l’auteure, est le personnage principal. Certaines des scènes, cette fois avec photos, font écho à l’une ou l’autre de la première partie. Ce mode d’exposition, accordé à une approche bienveillante et quasi épiphanique du monde social, complique le travail du lecteur s’il veut cerner précisément les enjeux et les conséquences de l’étude, au-delà des énoncés de principe.

19Le livre de Marion Vicart mérite pourtant le plus grand intérêt. C’est en effet d’une façon scrupuleuse, par la restitution d’observations minutieuses, prises sur le vif ou transmises par la photo, qu’elle fait la preuve de l’aspect à la fois subtil, réglé et adaptatif des relations entre chiens et humains. Et c’est avec une certaine clairvoyance qu’elle expose et affronte les théories les plus disparates concernant les animaux, en vue de définir sa propre voie de recherche.

  • 12 Maître et chien, Paris, Grasset, 1971 ; Mélodie. Chronique d’une passion, Paris, Gallimard, 2013.

20Son mérite, dans la lignée d’autres chercheurs, comme Arnold Arluke, Clinton Sanders ou David Goode, ou dans celle d’écrivains se faisant observateurs précis et impliqués, comme Thomas Mann ou Akira Mizubayashi12, est de montrer avec détermination que l’observation minutieuse et sensible des liens entre humains et chiens a un sens pour des chercheurs en sciences sociales. Dire que cela a un sens ne revient pourtant pas à dire que les enjeux de recherche et le surcroît possible de connaissance sur les animaux sont du même ordre que ceux valant pour les êtres humains. Car ce sont les animaux comme extensions du domaine de l’humain, ou comme partenaires s’adaptant aux humains, ou comme objets d’interrogation selon l’optique des humains, dont il s’agit, non les animaux en propre motivés par des questions qui leur seraient propres. Dès lors, les développements possibles sont avant tout ceux qui ont trait aux êtres humains, avec leurs inquiétudes concernant le sens de la vie, la spécificité de leur être-là, leurs liens avec la nature, les violences de l’ordre social.

Haut de page

Notes

1 Arluke Arnold, Sanders Clinton, Regarding Animals, Philadelphia, Temple University Press, 1996 ; Sanders Clinton, Understanding Dogs. Living and Working with Canine Companions, Philadelphia, Temple University Press, 1999 ; Irvine Leslie, If You Tame Me. Understanding Our Connection with Animals, Philadelphia, Temple University Press, 2004 ; Goode David, Playing with my Dog Katie, West Lafayette, Purdue University Press, 2007. À la différence des éthologues, qui s’efforcent d’observer les animaux dans leur cadre naturel, hors de toute présence humaine, sociologues et anthropologues s’attachent avant tout aux liens mutuels entre humains et animaux.

2 Piette Albert, L’être humain. Une question de détail, Marchienne-au-Pont, Socrate Éditions Pomarex, 2007, p. 9. Voir également ibid., p. 47-sq. ; Anthropologie existentiale, Paris, Éditions Pétra, 2009, p. 19-39.

3 Piette Albert, Le mode mineur de la réalité. Paradoxes et photographies en anthropologie, Louvain-la-Neuve, Peeters, 1992, p. 11 ; L’être humain, op. cit., p. 41.

4 Sanders Clinton, Op. cit., p. 140-147.

5 Despret Vinciane, Que diraient les animaux, si… on leur posait les bonnes questions ? Paris, La Découverte, 2012.

6 Selon une autre formule d’Albert Piette, L’être humain, op. cit., p. 29-32.

7 Notions dues respectivement à Philippe Descola, Bruno Latour et Donna Haraway pour dénoncer comme socialement produites, dès lors contestables, les frontières entre nature et culture, objets et producteurs, masculin et féminin, ce qui devrait conduire à une recherche mettant en lumière la continuité quasi ontologique entre ces diverses catégories d’existants.

8 Piette Albert, Anthropologie existentiale, op. cit., p. 61.

9 Irvine Leslie, op.cit., p. 89-115.

10 « La communication en défaut », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 100, 1993, p. 66-72.

11 Par exemple : Darbon Sébastien, Rugby mode de vie, Paris, Jean-Michel Place, 1995 ; Piette Albert, La religion de près, Paris, Métailié, 1999 ; Abélès Marc, Un ethnologue à l’Assemblée, Paris, Odile Jacob, 2000 ; Duval Maurice, Un ethnologue au Mandarom, Paris, PUF, 2002. Loin d’être toujours contestable, cette façon de procéder peut aboutir à des récits d’une grande justesse sur l’expérience humaine. C’est le cas d’un petit livre de Chauvier Éric, Si l’enfant ne réagit pas, Paris, Allia, 2008.

12 Maître et chien, Paris, Grasset, 1971 ; Mélodie. Chronique d’une passion, Paris, Gallimard, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Bizeul, « Comment observer en sociologue les liens entre chiens et humains ? », Lectures [En ligne], Les notes critiques, 2014, mis en ligne le 25 septembre 2014, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15585

Haut de page

Rédacteur

Daniel Bizeul

Membre associé au CRESPPA-CSU. Il a notamment publié Avec ceux du FN. Un sociologue au Front national, Paris, La Découverte, 2003, et divers textes sur le travail ethnographique et les problèmes de réflexivité et d’écriture. Enquête en cours pour un ouvrage en collaboration sur les liens entre chiens et humains.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page