Skip to navigation – Site map

Sabrina Sinigaglia-Amadio (dir.), Enfance et Genre. De la construction sociale des rapports de genre et ses conséquences

Kevin Diter
Enfance et genre
Sabrina Sinigaglia-Amadio (dir.), Enfance et genre. De la construction sociale des rapports de genre et ses conséquences, Nancy, PUN - Éditions universitaires de Lorraine, 2014, 292 p., ISBN : 978-2-8143-0197-9.
Top of page

Full text

1Alors que depuis plus d’un an le débat fait rage autour de l’introduction de « l’ABCD de l’égalité » en primaire, avec notamment la multiplication de sites internet dédiés aux méfaits de la « théorie du genre »1, les chercheur-e-s réuni-e-s ici offrent une mise à distance bénéfique de ces controverses. En revenant de manière pédagogique sur ce qu’est le genre, ils permettent d’éviter toute ambigüité quant aux objectifs et usages de ce concept. Et ils attirent par ailleurs l’attention sur la nécessité d’étudier la manière dont les masculinités et féminités se construisent dès l’enfance, pour comprendre la cristallisation des disparités entre femmes et hommes une fois adultes.

2Issues d’un colloque de cinq jours organisé à Metz en 2011, les contributions recensées relèvent toutes l’existence d’inégalités et de rapports asymétriques entre les sexes durant l’enfance. Elles insistent sur la manière dont ceux-ci se produisent et se reproduisent, en rendant compte des processus de socialisation sexuée à l’œuvre dans l’ensemble des espaces sociaux que les garçons et filles traversent depuis leur plus jeune âge. A partir d’enquêtes empiriques et de revues de la littérature dans diverses disciplines, chacune d’elles s’attache à révéler le rôle central des parents, des professionnel-le-s de l’enfance, des pairs ou encore des « objets de l’enfance » dans l’intériorisation précoce d’un ordre du genre. Reprenant l’organisation de la semaine d’intervention, ce recueil se décompose en trois parties approximativement égales. La première s’efforce de présenter dans un langage simple, clair et précis les acquis des études de genre et leur fondement interdisciplinaire. Les auteur-e-s s’évertuent à brosser la définition du genre en vigueur dans leurs champs de recherches, ainsi que les concepts et cadres théoriques qui en découlent. La seconde se focalise sur les multiples supports ordinaires fournis aux enfants, qui participent à leur « apprentissage par corps » des rôles, pratiques, goûts et jugements sexuellement différenciés et différenciant. Enfin, la dernière partie est consacrée au travail quotidien et continu des prescripteurs de normes et de comportements, que sont les membres de la famille, les enseignants, les professionnel-le-s de la santé et les pairs. En se plaçant également, mais non systématiquement, du côté des enfants, et en questionnant leurs pratiques et leurs représentations, cette publication entend montrer la manière dont ces derniers s’approprient, contournent et négocient les injonctions auxquelles ils font face.

  • 2 Expression utilisée par Christine Détrez dans son texte. L’auteure indique son emprunt à Thierry Bl (...)

3Le recueil s’ouvre sur quatre chapitres qui dressent un état des lieux des études sur le genre et l’enfance dans plusieurs domaines scientifiques. L’objectif énoncé est de décortiquer les catégories de « garçon et fille », d’« homme et femme », ainsi que celles de « masculin et féminin » qui s’imposent trop souvent « avec l’évidence du naturel et le naturel de l’évidence »2. L’ensemble des contributrices s’ingénie à dévoiler ce que ces classifications doivent aux contextes dans lesquelles elles ont été produites et sont désormais inscrites. En d’autres termes, elles remettent en cause les explications biologisantes des différences d’attitudes et de croyances entre femmes et hommes, et soulignent en creux les ressorts sociologiques, voire les enjeux de luttes qui sont à leur principe. Catherine Vidal, neurobiologiste, évoque la découverte de la « plasticité cérébrale », qui constitue une véritable révolution selon la chercheuse. D’une part, parce que les anciennes théories biologiques déterministes qui prétendaient que tout était joué avant trois ans se voient réfuter empiriquement et, d’autre part, parce qu’il est dorénavant prouvé que les aptitudes et les conduites des garçons et des filles ne proviennent pas de la structuration de leur matière cérébrale, mais dépendent surtout de leurs expériences et de leur milieu familial, social et culturel. Il n’y a donc pas plus de dissemblance neurologique entre femmes et hommes qu’entre femmes ou qu’entre hommes. Malgré tout, lorsqu’il s’agit d’expliquer les disparités entre femmes et hommes, les thèses développant un déterminisme génétique restent celles qui sont les plus mobilisées et reprises par les médias et le sens commun. Partant de ce même constat, Christine Détrez revient sur les définitions et bons usages du concept de genre en sociologie, ainsi que sur les raisons de sa difficile réception. Si la bi-catégorisation hiérarchique des sexes s’impose aussi naturellement, au point qu’il est compliqué de s’y soustraire et donc de la critiquer, c’est en raison de la force de la socialisation de genre, de ses lieux d’exercice diffus et peu visibles, et de son contenu relativement homogène. Elle se déploie sans relâche non seulement dans les espaces domestique, scolaire, professionnel et public, mais également dans la culture scientifique qui prend part à la reproduction des inégalités sexuées et à leur légitimation. Les sciences évincent ainsi subrepticement les femmes de son histoire et les expositions sur les métiers scientifiques se conjuguent encore essentiellement au masculin. Quand les femmes apparaissent, c’est pour renforcer les stéréotypes : elles sont, par exemple, assises à côté d’une machine à laver. Annick Houel, quant à elle, retrace l’histoire de l’opposition entre sexe et genre, puis s’applique à décrire les principaux concepts utilisés en psychologie pour étudier les rapports de genre, en l’occurrence celui d’identité et de rôle. La construction des identités de genre intervient très tôt dans la vie des individus. Au moment de leur naissance, les adjectifs qui les qualifient sont déjà sexuellement discriminants. Aux garçons, la force physique et aux filles, la beauté. Cette différenciation et son incorporation se poursuivent tout au long de l’enfance par l’intermédiaire des parents, puisqu’ils agissent différemment et privilégient certaines activités et certains contacts en dépit d’autres selon le sexe de leur enfant.

  • 3 Cf. par exemple, l’ouvrage de Brugeilles Carole, Cromer Sylvie, Locoh Thérèse (dir.), Analyser les (...)

4L’ouvrage se prolonge sur l’analyse des outils par lesquels les enfants apprennent à reconnaitre et à reproduire les (di)visions sexuées du monde social où le masculin (pré)domine largement. Sabrina Sinigaglia-Amadio et Amandine Berton-Schmitt s’intéressent aux représentations et aux traitements différentiels des femmes et des hommes dans les manuels scolaires du secondaire. Leurs conclusions confirment les résultats des recherches précédentes3 et se répondent en écho. Quelle que soit la discipline envisagée, ces fascicules, dont la légitimité est forte, sont toujours androcentrés et sexistes. Ils sous-représentent les femmes ou les placent dans des situations stéréotypées : à la maison, en train de s’occuper des enfants ou dans des métiers peu valorisants. Certains ne leur donnent même pas le droit de cité ou leur réservent un chapitre spécifique comme c’est le cas en histoire, renforçant ainsi leur invisibilité et l’idée qu’elles ne sont pas des actrices politiques ou historiques à part entière. On retrouve des conclusions similaires dans le chapitre de Sylvie Cromer consacré aux spectacles pour le jeune public. Il s’agit d’un univers masculin dans lequel les histoires, conformes aux normes de genre en vigueur, sont portées dans une large mesure par des personnages masculins. Les héroïnes sont plus souvent que ces derniers décrites par leurs liens affectifs ou familiaux et rattachés à la sphère domestique et intime. Elles constituent généralement des protagonistes moins complexes que les héros, et donc plus secondaires. Mona Zegaï et Marie-Pierre Julien examinent, quant à elles, le rôle des objets enfantins plus ordinaires dans les assignations de genre. Si les jouets et les produits de soins du corps ont un sexe et un âge, s’ils véhiculent des comportements et des valeurs qui leur sont propres, les enfants, par le biais de leurs pairs et de leur famille, apprennent progressivement à les reconnaitre et, en les classant, à se classer eux-mêmes en tant que garçon ou fille. Toutefois, les enfants peuvent contourner ces injonctions, voire négocier auprès des adultes des marges de manœuvre dans l’usage de ces objets, selon les lieux ou les moments.

  • 4 Mathématiques, Informatique, sciences Naturelles et Techniques.

5La dernière partie s’emploie à mettre en évidence la manière dont les diverses instances de socialisation travaillent « mine de rien » à la fabrication du genre des enfants, et notamment à la construction respective de leurs corps et de leur destiné. Julie Delalande se concentre sur l’effet des pairs dans l’identification à un genre durant l’adolescence. L’anthropologue montre ce que l’hexis corporelle des préadolescents et leur définition de soi en tant que garçon ou fille doivent à la confrontation avec leurs camarades plus âgés et avec ceux de l’autre sexe. Annette Jarlégan reste dans les établissements scolaires mais change de focale. Elle questionne le poids des enseignant-e-s dans la production de disparités entre les sexes par l’entremise de plusieurs éléments : les supports pédagogiques ; la gestion de la classe et des interactions verbales (toujours à l’avantage des garçons) ; les jugements et attentes des enseignant-e-s selon le sexe de l’élève. Ce dernier élément est repris par Isabelle Collet qui s’attache à montrer la répartition socio-sexuée des savoirs. Si la présence des filles diminue dans les MINT4 à mesure que l’on avance dans la hiérarchie scolaire, c’est parce que les enseignant-e-s ont tendance à (faire) davantage remarquer les échecs des filles dans ces disciplines et contribuent ainsi à baisser leur sentiment de compétence et leur intérêt pour ces matières. Enfin, Virginie Vinel scrute les discours des professionnel-le-s de santé sur la puberté des filles et des garçons. Loin d’insister sur ce qui rapproche les deux sexes, ceux-ci les distinguent et les homogénéisent, en attribuant les écarts à des raisons physiologiques et naturelles.

  • 5 Rien que pour la socialisation, on peut voir en sociologie une différence entre la manière dont ell (...)

6Pour conclure, ce recueil offre une bonne introduction aux recherches s’intéressant à la fois à ce que le genre fait aux enfants et à ce que les enfants font du genre. En développant un regard pluridisciplinaire sur le croisement de ces deux « petits » objets, il permet de comprendre dans quelle mesure, pourquoi et comment l’ordre du genre persiste à travers les générations et les différents milieux sociaux ou culturels. Cependant, et c’est le revers de la médaille, les concepts mobilisés au fil des chapitres sont nombreux et polysémiques, et finalement peu d’auteur-e-s prennent la peine de les expliciter. Les notions de socialisation, d’identité, de rôle ne sont pas utilisées de façon équivalente, ni articulées conjointement ou de manière identique selon les chercheur-e-s qui les utilisent5. Un chapitre plus volontiers théorique, méthodologique et réflexif aurait sans doute permis aux lecteurs de mieux situer les auteur-e-s et leurs cadres d’analyses ainsi que ceux auxquels ils s’opposent.

Top of page

Notes

1 Pour plus d’informations, voir les liens suivants : http://classes.blogs.liberation.fr/soule/2014/06/les-abcd-de-l%C3%A9galit%C3%A9-nouvelle-%C3%A9pine-dans-le-pied-de-hamon.html ; http://www.theoriedugenre.fr/ ; http://jre2014.fr/.

2 Expression utilisée par Christine Détrez dans son texte. L’auteure indique son emprunt à Thierry Blöss. Cf. Blöss Thierry (dir.), La Dialectique des rapports hommes-femmes, Paris, PUF, 2001.

3 Cf. par exemple, l’ouvrage de Brugeilles Carole, Cromer Sylvie, Locoh Thérèse (dir.), Analyser les représentations sexuées dans les manuels scolaires, CEPED, 2008. Pour plus d’information, voir le compte rendu d’Emmanuelle Zolesio pour Lectures : http://lectures.revues.org/917.

4 Mathématiques, Informatique, sciences Naturelles et Techniques.

5 Rien que pour la socialisation, on peut voir en sociologie une différence entre la manière dont elle est définie et utilisée par Muriel Darmon, Bernard Lahire, Julie Pagis ou Wilfried Lignier et ceux qui sont proches de la définition qu’en donne Claude Dubar. Pour plus d’information sur ces différences et sur les débats autour de ce concept, cf. Darmon Muriel, La socialisation, Paris, Armand Colin, Collection 128, 2006 ou encore Lignier Wilfried et al., « La différenciation sociale des enfants », Politix, n° 99, 2012, p. 11-21.

Top of page

References

Electronic reference

Kevin Diter, « Sabrina Sinigaglia-Amadio (dir.), Enfance et Genre. De la construction sociale des rapports de genre et ses conséquences », Lectures [Online], Reviews, 2014, Online since 25 September 2014, connection on 17 July 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15589

Top of page

About the author

Kevin Diter

Doctorant en sociologie à l’Inserm, allocataire DIM « Genre, inégalités et discriminations » de la région Île-de-France.

By this author

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page