Navigation – Plan du site

Paula Vasquez Lezama, Le chavisme. Un militarisme compassionnel

Éric David
Le chavisme
Paula Vasquez Lezama, Le chavisme. Un militarisme compassionnel, Paris, Maison des Sciences de l'Homme, coll. « Le (bien) commun », 2014, 147 p., ISBN : 978-2-7351-1652-2.
Haut de page

Texte intégral

1Le 5 mars 2013, disparaissait l’une des grandes figures politiques du continent sud-américain : Hugo Chavez. Président du Venezuela depuis 1999, ce lieutenant-colonel parachutiste a, durant ses années de pouvoir, marqué profondément de son empreinte la société vénézuélienne. Ennemi acharné des Etats-Unis et tenant d’un discours anti-impérialiste combinant anticapitalisme et défense identitaire, Chavez a fait l’objet d’un nombre conséquent d’études.

2Celle proposée par la sociologue vénézuélienne Paula Vasquez Lezama entend analyser, à partir d’une lecture historique, anthropologique et politique des vingt dernières années de l’histoire de ce pays, la relation que le leader charismatique a établie avec ses concitoyens, en examinant notamment la nature politique (réelle) de ce régime. Car si Chavez fut élu et réélu (quatre fois), l’assise démocratique de son pouvoir est, selon l’auteur, à nuancer. L’ami de Fidel Castro a en effet fondé sa politique sur deux structures : l’armée de terre et l’industrie pétrolière.

  • 1 Surnommé ainsi, Bolivar fut celui qui mit fin au régime colonial en 1821 et permit la création des (...)

3Ordonné en deux parties, le livre invite d’abord, dans une longue introduction, à quelques rappels essentiels, dont celui de la place occupée par une icône : Simon Bolivar (1783-1850). Marqué par une idéologie anticolonialiste liée au culte patriotique porté au Libertador1, le chavisme reprend une certaine tradition d’une armée de terre conçue comme la seule institution capable d’organiser l’État-nation. Au XIXᵉ siècle, période de guerres sanguinaires, la nation n’avait d’existence que formelle et le pays fonctionnait surtout comme un vivier d’armées libératrices. Au XXᵉ siècle, une vision positiviste de l’ordre émerge : la théorie du « gendarme nécessaire » – seul capable de garantir l’ordre naturel et le progrès – légitimera le régime dictatorial. Dans le « bolivarianisme » de Chavez, nation et force militaire s’entremêlent donc jusqu’à poser les bases d’une véritable théologie forgée à partir de la mythologie épique des généraux victorieux de l’Indépendance. Il est vrai qu’hormis les membres d’une certaine gauche universitaire, qui furent les acteurs de la guérilla et des révoltes des années 1980 et 1990, les gouvernements successifs de Chavez ont été constitués de militaires bolivariens.

4L’autre pilier de la révolution bolivarienne, c’est le pétrole. Au cœur d’un système capitaliste rentier d’État, il est le seul moteur de l’économie. Mais il est en même temps une source de tensions politiques. Certains jugent cette richesse comme indigne car non produite socialement ; d’autres pensent que l’organisation politique moderne du pays se fonde sur une redistribution inégalitaire de la rente. Pendant soixante ans (1920-1983), un paradoxe fondamental a donc hanté le développement capitaliste du pays : le pétrole est à la base de la formation d’une société de marché mais le pouvoir d’achat n’a pas correspondu à l’effort productif de l’économie nationale. D’où une tension sociale permanente due à l’écart entre des promesses de redistribution et une demande en réalité toujours insatisfaite.

  • 2 L’instituteur Simon Rodriguez (1769-1854) fut le mentor de Simon Bolivar, et le caudillo Ezequiel Z (...)
  • 3 L’intelligentsia de gauche fournira un langage politique aux militaires rebelles. Mais l’adhésion d (...)

5Pour comprendre la nature du régime vénézuélien depuis 1998 (qualifié parfois de néo-populiste), la question de la justification politique de la violence est, selon la sociologue, cruciale. « L’origine militaire et violente du chavisme », étudiée en première partie, conduit à aborder un sujet central de l’action politique au Venezuela : la figure du soldat bolivarien et sa construction symbolique. Incarnée par Chavez, la figure du soldat est la clé de voute des nouvelles institutions. S’affirmant l’héritier d’une triade mythique (Bolivar, Rodriguez, Zamora)2, fer de lance de la doctrine nationaliste dite de « l’arbre aux trois racines », Chavez tend volontiers à confondre son histoire personnelle – celle du paysan métis des plaines (le llanero) – avec l’histoire nationale. Tel un ange salvateur venu fonder un ordre nouveau (fusionnant monde civil et monde militaire), Chavez considère les forces armées comme le seul cadre institutionnel valable pour mener à bien les politiques publiques3, y compris par la violence, malgré la prise en compte du thème des droits de l’homme depuis les années 1980. Un exemple de cette violence d’État, sélective et traditionnelle au Venezuela, a pu être constaté lors de La Tragedia, du nom de cette catastrophe naturelle qui, en décembre 1999, fit un millier de morts et 150 000 déplacés. Cette tragédie engendra de nouvelles modalités de légitimation du pouvoir militaire et de son contrôle du pouvoir civil. Véritable enjeu politique pour le régime, l’état d’exception (humanitaire), qui se fit dans une certaine indétermination, permit à l’armée de commettre des abus et des exactions à l’encontre de la population, notamment en menant des opérations de « prophylaxie sociale » destinées à éliminer de présumés délinquants.

6La seconde partie, en s’attachant à traiter « du pouvoir politique et des pauvres », revient à nouveau sur les inondations de 1999 car celles-ci furent l’occasion d’une sorte d’expérimentation d’ordre social et politique : la « dignification » des victimes. Le « Plan Bolivar 2000 », qui institua l’intervention sociale des forces armées pour mettre en œuvre des programmes d’assistance et de développement, sera la manifestation la plus concrète des politiques sociales militarisées de l’urgence. Cette action publique humanitaire avait une signification nationale précise : l’exaltation des classes populaires et la reconnaissance de la pauvreté sur la scène politique. Il est donc clair qu’entre la militarisation des institutions de l’État et la disparition successive de ses corps intermédiaires, l’armée de terre incarna, lors de cette tragédie, la compassion étatique à l’égard des sinistrés, les dignificados. Mais dans le contexte vénézuélien, la notion de « dignité » a un sens particulier : celui, avant tout, de la dignité de la nation, de son indépendance économique et de sa souveraineté politique face aux puissances étrangères et financières.

7Manière de gouverner s’il en est, ce « militarisme compassionnel » ne relève donc pas uniquement de la mobilisation ponctuelle des pouvoirs publics : il redéfinit aussi le rôle de l’armée dans la société. En effet, les principes du bolivarianisme sous Chavez font reposer l’harmonie de l’unité nationale sur un pacte civico-militaire dans lequel les effectifs de l’armée participent activement à l’administration publique. Pour Paula Vasquez Lezama, il est d’ailleurs intéressant de noter que la bureaucratie chaviste s’est montrée exigeante avec les usagers n’affichant pas suffisamment leur adhésion politique au régime. C’est ici le grand paradoxe d’un projet qui, se voulant plus juste, ne cessa en fait de créer de l’exclusion : la révolution bolivarienne a conduit à créer des formes de discrimination par le biais de dispositifs pénalisant ceux qui ne parvenaient pas à prouver leur appartenance au marché électoral ciblé par le Parti socialiste uni du Venezuela (PSUV)…

  • 4 Il s’agit des témoignages recueillis par la sociologue auprès des sinistrés de La Tragedia lorsqu’i (...)

8Dans une langue claire et limpide, Paula Vasquez Lezama nous offre un livre vivant et agréable à lire. Riche d’informations, cet ouvrage n’en demeure pas moins accessible de par sa sobriété lexicale. Le regard critique et distancié porté sur les années Chavez est aussi un point appréciable de ce travail basé, en partie, sur une enquête ethnographique4 : celle-ci permet de décrypter toutes les ambiguïtés d’un État rentier qui, intervenant dans tous les domaines de l’économie et refusant de se muer en un État providence, reste adepte des redistributions ciblées à destination de ses partisans.

Haut de page

Notes

1 Surnommé ainsi, Bolivar fut celui qui mit fin au régime colonial en 1821 et permit la création des États-nations dits « bolivariens » : Venezuela, Colombie, Équateur, Pérou et Bolivie.

2 L’instituteur Simon Rodriguez (1769-1854) fut le mentor de Simon Bolivar, et le caudillo Ezequiel Zamora (1817-1860) mena des insurrections paysannes au XIXᵉ siècle.

3 L’intelligentsia de gauche fournira un langage politique aux militaires rebelles. Mais l’adhésion de cette gauche radicale à la cause des commandants ne fut toutefois pas immédiate car le discours des militaires emprisonnés s’inscrit, au départ, non dans un registre de gauche mais dans celui d’une dénonciation de la corruption des partis au pouvoir.

4 Il s’agit des témoignages recueillis par la sociologue auprès des sinistrés de La Tragedia lorsqu’ils étaient hébergés dans les forts militaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric David, « Paula Vasquez Lezama, Le chavisme. Un militarisme compassionnel », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 25 septembre 2014, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15590

Haut de page

Rédacteur

Éric David

Docteur en sociologie politique (Université Paris Ouest Nanterre), ministère de l’Éducation nationale.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page