Navigation – Plan du site

Olivier Galland, Bernard Roudet (dir.), « Jeunes Européens : quelles valeurs en partage ? », Agora Débats/Jeunesses, n°°67, 2014

Thomas Vroylandt
Jeunes Européens : quelles valeurs en partage ?
Olivier Galland, Bernard Roudet (dir.), « Jeunes Européens : quelles valeurs en partage ? », Agora Débats/Jeunesses, n° 67, 2014, 160 p., Paris, Les Presses de Sciences Po, ISBN : 978-2-7246-3342-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 On peut retrouver davantage d’informations sur ce site, financé et mis en place sous l’égide de l’U (...)

1Ce numéro vient s’inscrire dans l’actualité politique la plus vive : celle des élections européennes et de la progression des partis d’extrême-droite dans de nombreux pays d’Europe, dont la France1. Le dossier central questionne en effet les valeurs des jeunes d’Europe, définies comme organisées et cohérentes, et permet de se pencher plus avant sur les enjeux, d’ordre politique mais aussi social, impliqués par cette question en Europe, plus particulièrement ceux des générations qui sont appelées à gouverner dans les prochaines décennies et qui constituent actuellement la jeunesse européenne.

2Le premier article, d’Olivier Galland, analyse la structuration générale des valeurs en Europe à partir de l’enquête EVS (European Values Survey), et plus particulièrement la vague de 2008. Il faut prendre garde au fait que la conception de l’Europe dans cette enquête est davantage conforme à celle du Conseil de l’Europe (avec une quarantaine de pays) qu’à celle de l’Union européenne. Ainsi, il y a bien une différence entre la jeunesse et l’âge adulte sur deux plans : l’opposition entre tradition et autonomie, qui est ici largement due à un effet de génération, conséquence de l’élévation des niveaux d’études et la meilleure intégration des personnes plus âgées à la vie sociale’. Toutefois, les contrastes nationaux semblent largement l’emporter en Europe sur l’appartenance à une classe d’âge : « On n’enregistre absolument pas de mouvement générationnel massif qui ferait converger tous les jeunes européens vers un point commun. En réalité, les écarts entre jeunes de pays différents paraissent aussi élevés que les écarts entre adultes. [...] Autrement dit, sur le plan des valeurs, un Européen est davantage défini par son appartenance nationale que par sa classe d’âge » (p. 65-66). Les pays ont été construits par des traditions culturelles et religieuses différentes qui créent des blocs et accentuent les clivages entre eux. C’est ainsi que l’on peut réellement affirmer, tout du moins au niveau des valeurs, une opposition de l’Europe du Nord et de l’Ouest avec l’Europe du Sud et de l’Est. Ce qui joue le plus est l’appartenance religieuse et non celle à la classe d’âge, tant au niveau des valeurs d’autonomie et de tradition qu’à propos de l’intégration sociale. Cette mosaïque d’appartenances et d’identités nous interroge fortement sur la façon de construire une Europe commune.

3Deuxièmement, un article de Bernard Roudet nous permet de remarquer que l’adhésion sans réserve aux valeurs démocratiques n’est pas unanimement partagée par les jeunes Européens. Le rapport au vote change et devient plus intermittent et teinté de défiance. De plus, de nouvelles formes de participation comme la manifestation se diffusent mais aussi se légitiment, et ce alors même que de nombreux jeunes semblent incapables d’articuler les différentes formes de participation politique. Ainsi, une large partie de la jeunesse ne comprend pas les enjeux des élections européennes. La majorité des jeunes européens (57 %) ont le sentiment d’être exclus mais ce chiffre fluctue sensiblement selon le pays : 53 % en France contre 34 % en Allemagne, par exemple. Ce rapport à la démocratie est inquiétant et doit nous alarmer sur le processus de construction européenne et sur la marginalisation qu’il peut entraîner chez une partie de la jeunesse. Là encore, on peut retrouver ce clivage nord/sud : si la défiance des jeunes à la politique est moins marquée dans les pays du nord que dans ceux du sud, les jeunes des premiers font des citoyens plus critiques vis-à-vis de la démocratie, au point même que cette défiance tend à devenir une sorte de norme aujourd’hui. Elle ne touche pas que la jeunesse puisque 50 % des Français, quel que soit leur âge, sont d’accord avec cette demande d’autorité et de régime autoritaire. Cela traduit une remise en cause des régimes démocratiques, qui doit être présente au sein de toute réflexion sur l’Union européenne.

4Troisièmement Vincenzo Cicchelli s’intéresse au cosmopolitisme, qu’il aborde à partir de la notion de « socialisation cosmopolite », issue des deux matrices que sont « un certain degré d’ouverture aux autres cultures » et « une forme de transcendance à l’égard de se propre culture » (p. 98). Selon lui, le cosmopolitisme des jeunes Européens est principalement le fait de personnes disposant d’un capital culturel élevé, de gauche, plutôt des hommes, urbains, vivant davantage dans les pays du nord et de l’ouest de l’Europe. C’est une population encore fort limitée, pour qui l’Europe existe déjà et à qui franchir les frontières semble naturel. Si pour eux la nation reste importante, leur univers a dépassé les frontières. C’est donc à la suite d’un choix raisonné qu’ils vont adopter une identité locale et nationale.

5Enfin, le dernier fait marquant soulevé par Céline Bélot est que malgré la hausse continue des opinions favorables à l’Union européenne au sein de la jeunesse depuis les années 1960, et malgré la plus grand confiance dont les jeunes font preuve à son égard, il n’y a pas « d’effet jeune » spécifique des attitudes de cette génération à l’égard de l’Union européenne et de sa construction. Comme elle l’explique, « l’âge apparaît cependant comme le médiateur des autres effets, celui du niveau de diplôme, du rapport à la nation et du libéralisme culturel » (p. 127).

6Cet ensemble de faits et de remarques nourrit déjà les réflexions et les actions des acteurs de la politique et des gouvernements. Ce numéro d’Agora et plus particulièrement son dossier central sont donc particulièrement utiles afin de s’approprier les grandes oppositions et tendances de la jeunesse européenne d’aujourd’hui. Nous tenons aussi à rendre hommage à Bernard Roudet2, coordinateur de ce numéro, infatigable observateur, au travers de ses fonctions à l’INJEP (Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire) des jeunesses de notre pays et de l’Europe, malheureusement décédé récemment.

Haut de page

Notes

1 On peut retrouver davantage d’informations sur ce site, financé et mis en place sous l’égide de l’Union Européenne : http://observatoiredesextremes.com/.

2 On peut trouver un hommage à Bernard Roudet sur le site de l’INJEP : http://www.injep.fr/Bernard-Roudet-1955-2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Vroylandt, « Olivier Galland, Bernard Roudet (dir.), « Jeunes Européens : quelles valeurs en partage ? », Agora Débats/Jeunesses, n°°67, 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 26 septembre 2014, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15602

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page