Navigation – Plan du site

Violaine Lemay et Frédéric Darbellay (dir.), L’interdisciplinarité racontée. Chercher hors frontières, vivre l’interculturalité

Lucie Laplace
L'interdisciplinarité racontée
Violaine Lemay, Frédéric Darbellay (dir.), L'interdisciplinarité racontée. Chercher hors frontières, vivre l'interculturalité, Berne, Peter Lang, 2014, 261 p., ISBN : 978-3-0343-1359-9.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage est le fruit d’un travail collectif associant des enseignants-chercheurs francophones (principalement québécois et français). Il porte sur l’interdisciplinarité, que Claude Thomasset et René Laperrière qualifient tantôt de philosophie, de manière de vivre sa vie et son travail, d’horizon intellectuel, personnel, professionnel, institutionnel et collectif. Les auteurs de ce livre proviennent de champs d’études disciplinaires variés : les sciences de l’éducation, l’art, la sociologie, le droit, la linguistique, l’anthropologie, la philosophie, mais aussi des sciences dures (épidémiologie, mathématiques…) et des sciences appliquées (communication, sciences physiques et sportives…). L’adoption de la démarche interdisciplinaire naît du constat que le cadre disciplinaire ne permet pas de répondre à certaines questions scientifiques en situant le travail au sein d’une seule discipline. Cette démarche interdisciplinaire invite le lecteur à interroger la construction du champ scientifique en fonction des disciplines. Se faisant l’avocate d’un dialogue créatif et innovateur dans un espace interstitiel, l’interdisciplinarité incite le chercheur à s’engager tout en conservant une démarche scientifique. L’ouvrage se présente principalement sous la forme d’un voyage à travers les expériences des différents contributeurs, qui livrent leur cheminement intellectuel mais aussi leur cheminement scientifique. Ils expliquent au lecteur comment la perspective interdisciplinaire s’est imposée à eux, non pas comme une évidence, mais comme un parcours dans le cadre d’une recherche personnelle et professionnelle.

  • 1 Dans l’introduction de l’ouvrage, Violaine Lemay insiste sur l’apport de la démarche interdiscipli (...)

2L’ouvrage aborde de manière transversale l’articulation entre les démarches disciplinaires et la démarche interdisciplinaire. Cette dernière serait un moyen pour réduire la distance entre les disciplines scientifiques tout en soulevant des questionnements innovants sur des objets d’étude complexes1. Les auteurs n’ont pas tous la même connaissance et la même expérience des disciplines qu’ils mobilisent pour réaliser leur recherche. Pour certains, la construction de leur démarche interdisciplinaire est passée par une étude très approfondie de nombreuses disciplines (science physique, sociologie…), dans le but de fonder une nouvelle discipline : la praxéologie motrice, pour Pierre Parlebas. D’autres auteurs, à l’instar du politologue Daniel Meier qui mobilise l’anthropologie et la sociologie, ont développé leur réflexion sur les approches et les questionnements propres à d’autres disciplines et grâce à leurs outils, ce qui leur a permis d’élargir leur horizon de recherche. Dans les deux cas, il faut constater que la disciplinarité et l’interdisciplinarité se nourrissent mutuellement, et que l’interdisciplinarité ne pourrait exister sans la disciplinarité, note Claude Lessard.

3Si ce livre est un parcours au cœur de l’interdisciplinarité et de l’interculturalité, il l’est aussi au travers d’une sémantique et de méthodes variées, théorisées par Finn Makela, Pierre Parlebas, Catherine Garnier et Isabelle Mahy, mais surtout au travers d’histoires de vie. Ces dernières sont un support de représentation des propos parfois complexes avancés par les auteurs. Penser les liens entre les disciplines pour s’en émanciper, c’est prendre conscience des cultures disciplinaires et d’un potentiel d’interculturalité. L’ouvrage est organisé en trois parties : la première se propose d’explorer ce qu’est l’interdisciplinarité au travers de la métaphore de l’interculturalité, la deuxième s’intéresse à l’interdisciplinarité comme désir de liberté et la dernière partie porte sur l’interdisciplinarité comme quête de soi par la découverte de l’Autre.

4L’interculturalité dont il est question ici vise à créer un nouvel espace de construction d’un objet de recherche à partir de et entre les cultures des disciplines scientifiques. L’interdisciplinarité semble être assimilée à l’interculturalité en ce qu’elle est une démarche entre ces différentes cultures disciplinaires. La démarche interdisciplinaire est présentée à travers deux dimensions. La première est l’image positive dont bénéficie l’interdisciplinarité, qui renvoie à l’émancipation du chercheur (et donc des recherches qu’il produit) par rapport aux disciplines qu’il mobilise, à la profondeur de l’horizon interdisciplinaire fixé par le chercheur, à un dialogue entre les cultures scientifiques, à un voyage dont la destination n’est pas entièrement connue par le chercheur au départ de son aventure scientifique. La deuxième dimension peut être représentée au travers de la métaphore d’un chemin parsemé d’embûches d’ordres divers : des questionnements personnels, des remparts disciplinaires, évoqués par Finn Makela, et des barrières institutionnelles. Ces deux dimensions traversent les quatorze articles qui composent l’ouvrage.

  • 2 Ricoeur Paul, Soi-même comme un autre, Paris, Le Seuil, 1990.

5L’interdisciplinarité est décrite comme un métissage culturel et disciplinaire, fruit d’un bricolage et d’un syncrétisme. Pour Gilles Férréol comme pour Isabelle Mahy, il s’agit d’un principe de vie autant qu’un principe artistique. Opter pour l’interdisciplinarité, c’est faire le choix d’un rapport au monde particulier, d’un certain rapport à l’autre, respectueux des différences – quelques auteurs reconnaissent être proches du culturalisme – mais qui ouvre la possibilité d’une communauté communicationnelle. La comparaison est présentée comme la méthode principale de la démarche interdisciplianire, car elle inciterait à la créativité. La métaphore est l’instrument qui serait le plus approprié pour mettre en place une comparaison et la questionner. Ainsi, le lien social semble être un lien à la fois d’identité et d’altérité, puisqu’il s’agit d’un lien par lequel s’opère une transformation mutuelle2 de tout chercheur au contact d’une culture disciplinaire différente de la sienne. Pour Finn Maleka, le chercheur organise son travail en deux étapes pour mettre en place une métaphore solide : une première étape où il fait appel à son sens créatif, puis une seconde qui porte sur le plan théorique, au cours de laquelle il systématise la comparaison choisie en construisant un isomorphisme entre l’objet étudié et la métaphore qu’il convient de tester ensuite.

  • 3 Nicolescu Basarab, Nous, la particule et le monde, Monaco, Editions du Rocher, 2002.

6L’interdisciplinarité doit aussi être appréhendée comme un dialogue entre des disciplines. Ainsi, dans sa dimension interactionnelle, elle implique la coopération entre les chercheurs. L’interdisciplinarité serait un espace de jeux aux possibilités infinies, où le joueur cherche à « dépasser les limites de la raison raisonnable »3. Pour Edgar Morin, c’est une méthode d’articulation de points de vue disjoints du savoir qui permet de construire un nouveau point de vue, plus actif. L’interdisciplinarité est le fruit d’une négociation : il s’agit pour le chercheur de redéfinir son objet de recherche, de prendre conscience de ses prénotions disciplinaires, de mettre en place une méthodologie et de comprendre les phénomènes complexes dans le but de produire un schème d’interprétation différent. Pour les partisans de l’interdisciplinarité, les questionnements originaires doivent émerger de la nature, c’est-à-dire du terrain étudié, et de l’expérience, c’est-à-dire de l’action du chercheur sur son terrain, et c’est à la lumière de nouveaux concepts qu’ils peuvent être éclairés. Les solutions pour produire de la nouveauté scientifique se trouveraient au carrefour des disciplines, dans l’espace de coopération mis en place par le chercheur dans le cadre de la définition de son objet (chapitre 6 par Catherine Garnier).

  • 4 Pierre Parlebas décrit plus précisément la démarche de cette nouvelle discipline, la praxéologie mo (...)

7Le témoignage qui nous a le plus marqué est celui de Pierre Parlebas, présenté dans le chapitre 4 et intitulé « Le bateau ivre ». Ce chercheur français, hésitant entre des études de sport et l’ENS, commence sa carrière en tant que professeur d’éducation sportive à l’École normale supérieure. Les questions qu’il se pose pour améliorer son enseignement vont l’amener à explorer différentes disciplines (physiologie, psychologie, sociologie, linguistique) et notamment à réaliser un doctorat de sociologie. Sa démarche interdisciplinaire est née d’un rejet de la bidisciplinarité, qu’il voit comme un empilement de connaissances. Lorsqu’il intègre un laboratoire de recherche à la Sorbonne, Pierre Parlebas interroge le décalage entre les réflexions théoriques et les constats qu’il tire de son terrain, la pratique sportive. Ses questions évoluent pour interroger le malaise qu’il éprouve du fait de l’inadéquation entre ses réflexions théoriques et ses constats issus de la pratique. Poursuivant sa recherche sur l’action motrice, il forge de nouveaux concepts qui lui permettent de choisir un point de vue pertinent et neuf pour fonder la praxéologie motrice4, une nouvelle discipline (centré sur un objet, l’action motrice, et disposant d’une autonomie épistémologique). Il dépasse ainsi la pluridisciplinarité pour adopter une démarche transdisciplinaire.

8Pour Guy Rocher, l’interdisciplinarité nait également d’un positionnement dans un monde globalisé, et elle cherche à franchir les distances. Les auteurs de l’ouvrage estiment qu’il y a urgence à réconcilier la pensée réflexive et l’acte engagé ; ainsi, Jacques Dufresne voit dans l’interdisciplinarité un acte de conviction. Il s’agit de lutter contre la dichotomie entre le savant et le politique. L’ensemble des auteurs se positionnent contre l’hyperspécialisation disciplinaire, et donc contre une forme de standardisation et de hiérarchisation de la communauté scientifique (sujet abordé particulièrement dans le chapitre 13, par Antigone Mouchtouris). Ce positionnement impose un décentrement disciplinaire et donc une ouverture vers – de nouvelles formes de l’altérité qui permettent l’évolution, selon Frédéric Darbellay, et le partage d’un cheminement intellectuel, pour Christoph Eberhard. Ainsi, il s’agit de prendre conscience de sa propre culture, de la complexité de l’objet à étudier, mais également des enjeux d’interculturalité qu’il contient, pour arriver à proposer un modèle d’explication universel, c’est-à-dire qui dépasse les particularismes. Il semble essentiel que le chercheur interdisciplinaire prenne conscience de son positionnement au monde, décrit précédemment, pour assumer les responsabilités qui en découlent, c’est-à-dire les difficultés à construire le savoir et à le partager. Pour Isabelle Mahy, le chercheur se fait médiateur, en se positionnant comme défendeur du bien commun, dans le but de créer davantage de solidarité. Guy Bourgeault, dont les travaux portent sur l’éthique, transpose la modélisation de l’altérité dans le champ des rapports interdisciplinaires. Dans la conclusion de son article, qui traite de l’intérêt de la démarche interdisciplinaire pour étudier un monde globalisé, il souligne la vision globale de l’interdisciplinarité qui permettrait d’éviter le morcellement des visions du monde. Il s’agirait de dépasser ces bornes en valorisant l’unité du réel. Guy Bourgeault décrit en quoi cette démarche est dynamique et permet de mieux saisir la construction du monde. Pour finir, il s’interroge sur les limites de la critique sur la démarche interdisciplinaire : les sciences se veulent être universelles, pourtant certaines d’entre elles ont été davantage développées en Occident, ce qui a nécessairement influencé leur évolution. Qu’en serait-il alors si la démarche interdisciplinaire actuelle était développée en Afrique ? En écho à ce questionnement, Daniel Meier présente le voyage entre les disciplines à la fois comme un acte de conviction, comme une manière de vivre et comme une philosophie humaniste et universaliste.

  • 5 Notons cependant que dans cet ouvrage, la terminologie d’« approche interdisciplinaire » est généra (...)

9C’est au travers des témoignages livrés dans cet ouvrage – qui présentent de nombreuses ressemblances – que se dessinent les contours de cette « discipline interdisciplinaire »5. La lecture en est agréable mais, bien souvent, le récit de l’expérience personnelle prime sur la définition de l’interdisciplinaire, de son identité, et de son statut. Les exemples illustratifs manquent souvent quand les auteurs s’attachent à qualifier leur pratique interdisciplinaire en termes théoriques. Il semble parfois difficile de comprendre concrètement comment ils ont adopté cette démarche dans le cadre de leur recherche. Peut-être l’ouvrage aurait-il pu prendre une autre forme, et faire émerger les traits dominants de l’interdisciplinarité à partir de l’analyse des points communs qui se dégagent des témoignages ? Cela aurait été l’occasion de mettre davantage en exergue les différentes visions de l’interdisciplinaire, vectrices de questionnements passionnants pour le lecteur.

10Le livre est cependant à conseiller à toutes les personnes qui sont intéressées par la démarche interdisciplinaire, pour son caractère stimulant qui invite le lecteur à surmonter ses peurs éventuelles à s’engager lui-même dans cette démarche en développement, encore minoritaire dans le champ scientifique. La lecture des témoignages donne l’impression qu’il est nécessaire d’avoir un parcours scientifique et personnel non linéaire pour pouvoir être capable (un jour, en fin de carrière ?) de produire une recherche interdisciplinaire. Le cheminement personnel et intellectuel accompli par ces chercheurs, commencé à partir du lycée, poursuivi durant leurs études universitaires et prolongé encore tout au long de leur carrière de chercheur, a fait d’eux des battants et des aventuriers. Mais il n’est pas fait mention de personnes ayant « échoué » dans cette aventure, qui n’ont pas persévéré et qui sont sorties définitivement du système universitaire. Pourtant, cet ouvrage se présente paradoxalement comme une invitation à dessiner ses propres horizons (personnels et surtout scientifiques) : tout le monde en est-il capable ? Un apprentissage est-il nécessaire ? Telles sont les questions, personnelles mais aussi institutionnelles et disciplinaires, que chacun est invité à se poser.

Haut de page

Notes

1 Dans l’introduction de l’ouvrage, Violaine Lemay insiste sur l’apport de la démarche interdisciplinaire pour des chercheurs qui travaillent sur des objets complexes, ceux qui invitent particulièrement à croiser des questionnements, dont certains peuvent être particulièrement transversaux, comme le genre.

2 Ricoeur Paul, Soi-même comme un autre, Paris, Le Seuil, 1990.

3 Nicolescu Basarab, Nous, la particule et le monde, Monaco, Editions du Rocher, 2002.

4 Pierre Parlebas décrit plus précisément la démarche de cette nouvelle discipline, la praxéologie motrice, c’est-à-dire la science de l’action motrice en ces termes : « L’analyse de la logique interne des situations motrices sollicite la prise en compte des rapports que nouent les personnes agissantes avec l’espace, les objets, le temps et avec autrui, toutes relations qui se nourrissent de données soutenues par d’autres branches. Les caractéristiques biomécaniques, psychologiques et sociales des acteurs, les contraintes institutionnelles de l’action pourront être d’un précieux apport. » p 67 du chapitre 4 « Le bateau ivre ».

5 Notons cependant que dans cet ouvrage, la terminologie d’« approche interdisciplinaire » est généralement préférée à celle de « discipline interdisciplinaire » pour qualifier avant tout une démarche scientifique particulière, puisque les travaux des chercheurs construits grâce à cette démarche ne portent pas sur le même objet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucie Laplace, « Violaine Lemay et Frédéric Darbellay (dir.), L’interdisciplinarité racontée. Chercher hors frontières, vivre l’interculturalité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 26 septembre 2014, consulté le 24 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15603

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page