Navigation – Plan du site

Jean-François Bert, Qu’est-ce qu’une archive de chercheur ?

Émilien Schultz
Qu'est-ce qu'une archive de chercheur ?
Jean-François Bert, Qu'est-ce qu'une archive de chercheur ?, Marseille, OpenEdition Press, 2014, 84 p., ISBN : 978-2-8218-3461-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Également disponible en libre accès en version électronique : http://books.openedition.org/oep/438.
  • 2 Par exemple, l’analyse des quinze brouillons d’un même article par Knorr-Cetina Karin, The manufact (...)
  • 3 Numéro thématique « Les écrits du travail », Sociologie du travail, n° 1, 2014.

1Dans ce petit livre1 généreusement illustré de photographies couleur, Jean-François Bert présente la fécondité que constituent les archives de chercheurs pour les historiens des sciences humaines et sociales. En s’inscrivant ce faisant dans la continuité d’une ample tradition d’études sur les sciences2 et plus généralement des traces produites lors du travail ordinaire3, il souligne l’importance de raccrocher la dimension conceptuelle des activités de recherche à la matérialité des artefacts que les chercheurs mobilisent tout au long de leur carrière intellectuelle.

2L’archive est entendue ici dans sa définition maximale, sans présupposer de son format. « Celle-ci peut prendre la forme d’un texte publié, d’un manuscrit, de carnets de notes, d’agendas, mais aussi d’un croquis, ou d’un instrument (appareils d’enregistrement, appareils photographiques ou cinématographiques …), de documents de travail qui vont de la simple coupure de presse d’un journal régional à la photocopie annotée d’un article tiré d’une revue spécialisée … » (p. 11). La vocation centrale de l’archive est de pouvoir reconstituer les conditions du travail ordinaire, autant dans le déroulement du quotidien que dans les « postures des corps ».

3En raison de leur nature hétérogène et dispersée, ces archives nécessitent un traitement. L’auteur revient sur l’histoire de la sauvegarde de ces fonds « d’érudits », marquée par l’apparition tardive des premières typologies (1949 aux Archives de France) puis par un regain d’intérêt des organismes de recherche pour leur passé, à partir des années 1980. De nombreux fonds existent actuellement, gérés directement par les organismes ou par des infrastructures muséales. Ainsi, si les archives d’intellectuels de premier plan comme Michel Foucault ou Jacques Derrida ont ouvert la voie dans le processus de patrimonialisation, l’auteur souligne l’intérêt et l’investissement croissants des fondations et des institutions dans ce travail de sauvegarde.

4Toutefois, la diversité des éléments de l’archive (classeurs, photographies, feuillets volants, livres annotés, instruments, meubles ...) pose des problèmes de classement, de conservation et d’accès. La singularité de chaque carrière d’intellectuel conduit à « archiver une activité » plus qu’un ensemble de documents clairement organisés. Ces questions de l’archivage et de la mise à disposition des fonds sont transformées par le développement des supports, et ceci des deux « côtés » de l’archive. En ce qui concerne le périmètre de l’archive en lui-même, l’usage des courriels et des éditeurs de texte limite ou empêche la collecte de nombreuses traces de l’activité quotidienne qui vont soit disparaître purement et simplement (la correction d’un fichier de texte) ou être dispersées sur des supports non pérennes (les messageries de courriels). Une fois l’archive constituée, la question de la numérisation se pose pour sa conservation. Le conservateur doit arbitrer entre une numérisation partielle ou totale et sur la manière d’organiser l’accès aux bases de données.

5Car ces archives, indépendamment de l’enjeu de conservation d’un patrimoine, sont importantes pour donner accès aux « gestes quotidiens des chercheurs ». Alors que les sources classiques comme les manuscrits et les correspondances sont largement utilisées par les historiens, Bert plaide pour l’exploration des « archives mineures du savoir savant que sont les fiches et les fichiers, les dossiers ou les agendas, les notes éparses et les brouillons [qui] permettent de documenter certains actes significatifs des chercheurs en sciences humaines » (p. 31). Par exemple, les nomenclatures de classement – numériques ou sous forme de fiches – que développent les chercheurs pour organiser leurs documents personnels révèlent les catégories de la pensée « en action ». De même, la manière d’annoter les livres au fil de la lecture ou de remplir quotidiennement un agenda éclaire d’autres facettes du travail intellectuel, autrement peu accessibles.

6Dans son ensemble, ce livre invite à plus d’attention aux éléments permettant de reconstruire les environnements de travail et de pensée des savants. Cela découle du constat que le support façonne les méthodes de travail, comme l’ordinateur qui permet de « copier, classer, reclasser, reprendre sans cesse un travail en cours, mais aussi visualiser des raisonnements, déplacer des notes […] créer des liens hypertextuels ou d’accueillir des documents multimédias, de multiplier les répertoires et les index, les tables et les moteurs de recherche » (p. 35). Les nombreuses illustrations proposées dans l’ouvrage (reproduction de pages manuscrites, de bibliothèques, etc.) témoignent de la diversité de ce qui peut « faire archive ». D’une certaine manière, l’auteur invite à investir cet ensemble de ressources de façon plus systématique dans l’histoire des sciences et des intellectuels.

7Une des forces de l’ouvrage est de rappeler l’importance de ce qui précède, entoure et supporte la production d’une pensée savante. Cela conduit l’auteur à proposer dix recommandations conclusives pour « comprendre une archive de chercheurs ». En substance, l’historien doit être sensible au fait que « tous les documents, quels que soient leur nature et leur statut, sont dignes d’intérêt », et que cela doit conduire à « reconstruire aussi exactement que possible l’historique des fonds » dans l’optique de reconstituer le contexte dans lequel tous ces éléments prennent sens (p. 70). À travers elles, l’auteur prend position pour une conception exhaustive, symétrique et non hiérarchique de la collecte et de l’usage des fonds d’archive. Cette position mérite cependant d’être questionnée. En effet, si le texte de Jean-François Bert est efficace et bien écrit, agrémenté de nombreux exemples, il insiste plus sur les avantages dans l’absolu d’une expansion des fonds et sur ce qui doit en faire partie que sur leur utilité concrète par rapport aux archives déjà existantes et au coût du travail de sauvegarde. Ainsi, la question du prix d’un tel traitement est abordée en une seule phrase. Le propos de l’auteur étant mené largement sur un mode descriptif et illustratif, il esquisse de manière prospective différents usages de ces sources sans pour autant démontrer à proprement parler le gain qu’elles apportent pour éclairer la pensée des intellectuels concernés. Dit autrement, l’intérêt de prendre en compte autant de documents et d’objets différents est surtout postulé. On regrettera par ailleurs la mise à l’écart du traitement des archives de sciences naturelles et exactes, sans en comprendre la raison sinon que ces sciences s’inscrivent en dehors du champ d’expertise de l’auteur : faut-il en déduire que les archives ont des spécificités disciplinaires ?

Haut de page

Notes

1 Également disponible en libre accès en version électronique : http://books.openedition.org/oep/438.

2 Par exemple, l’analyse des quinze brouillons d’un même article par Knorr-Cetina Karin, The manufacture of knowledge. Bibliothek der Universität Konstanz, 1981.

3 Numéro thématique « Les écrits du travail », Sociologie du travail, n° 1, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilien Schultz, « Jean-François Bert, Qu’est-ce qu’une archive de chercheur ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 27 septembre 2014, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15604

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page