Navigation – Plan du site

Bernard Convert, Hélène Ducourant, Fabien Éloire (dir.), « Faire de la sociologie économique avec Pierre Bourdieu », Revue française de socio-économie, n° 13, 2014

Guillaume Brie
Faire de la sociologie économique avec Pierre Bourdieu
Bernard Convert, Hélène Ducourant, Fabien Éloire (dir.), « Faire de la sociologie économique avec Pierre Bourdieu », Revue française de socio-économie, n° 13, 1er semestre 2014, 328 p., Paris, La Découverte, ISBN : 978-2-7071-7897-8.
Haut de page

Texte intégral

1La Revue française de socio-économie (RFSE) propose, dans sa livraison du premier semestre 2014, un dossier sur le thème « Faire de la sociologie économique avec Pierre Bourdieu ». Le dossier est composé de cinq articles et complété par trois entretiens. Les articles présentent un ensemble de recherches qui mobilisent les outils et le mode de pensée relationnel de Pierre Bourdieu et perpétuent de la sorte une manière spécifique de faire de la sociologie économique. Les entretiens présentés en fin de dossier sont accordés par trois sociologues, tous témoins du travail de Bourdieu sur des objets économiques à des moments différents de son parcours de chercheur.

2L’apport de ces articles consiste à montrer un ensemble d’enjeux et de mécanismes économiques et sociaux qui ne peuvent en aucun cas être réduits à la raison calculatrice des agents. Les différentes contributions indiquent, à front renversé, comment le monde économique se révèle inapte lorsqu’il s’agit précisément de décrire et d’expliquer les faits économiques. De plus, ces travaux empiriques posent des questions scientifiques et non pas directement politiques, comme celles qui dénonceraient trop rapidement le programme néolibéral avec le risque de ne pas administrer la preuve des mécanismes à l’origine de ses effets destructeurs. Au contraire, l’étayage empirique présent dans chacune de ces contributions apporte une force explicative que ce dossier privilégie.

  • 1 Bourdieu Pierre, « L’essence du néolibéralisme. Cette utopie, en voie de réalisation, d’une exploit (...)
  • 2 Ibid.
  • 3 On trouve une lecture programmatique de cette anthropologie dans la deuxième partie de l’ouvrage su (...)
  • 4 Le champ est un espace social qui est devenu progressivement autonome à travers l’histoire. Celui-c (...)

3Tout d’abord, et comme l’indique Christophe Pébarthe dans sa contribution, selon Pierre Bourdieu « la science économique s’est organisée autour d’une abstraction » (p. 68). Bourdieu lui-même écrit dans un article pour le journal mensuel Le Monde diplomatique que « cette théorie tutélaire est une pure fiction mathématique, fondée, dès l’origine, sur une formidable abstraction : celle qui, au nom d’une conception aussi étroite que stricte de la rationalité identifiée à la rationalité individuelle, consiste à mettre entre parenthèses les conditions économiques et sociales des dispositions rationnelles et des structures économiques et sociales qui sont la condition de leur exercice »1. Du coup, cette économie mainstream repose sur la croyance en des modèles mathématiques abstraits – non soumis à l’épreuve de la vérification expérimentale – mais convertis en programme politique (la foi dans le libre-échange) prompts à jouer l’obstination « en orientant les choix économiques de ceux qui dominent les rapports économiques »2. Or, l’anthropologie économique de Bourdieu3 invite à utiliser principalement les concepts de champ et d’habitus4 pour étudier les phénomènes économiques et contextualiser – tout en les complexifiant – les analyses.

4La contribution de François-Xavier Dudouet, Éric Grémont, Hervé Joly et Antoine Vion, qui porte sur l’espace social des dirigeants du CAC 40, montre par exemple une forte résistance spécifiquement nationales (titres et trajectoires liés à l’État français, passage par les grandes écoles), au moment où effectivement « s’affirme l’effacement du capitalisme familial et une forte ouverture à l’international » (p. 23). L’analyse statistique des propriétés sociales des dirigeants et des positions institutionnelles occupées permet aux auteurs de dire non seulement dans quelle mesure ce champ-là est structuré par la proximité avec l’État français mais aussi dans quelle mesure les dirigeants du CAC 40 ne répondent pas à un groupe social homogène. L’idée princeps est de montrer comment un champ économique a besoin en réalité de la contribution – tacite ou pas – de l’État pour exister. La logique dominante d’un ordre pur et parfait qui pénétrerait immanquablement toutes les sphères du social sans l’action inséparable de ses agents, situés eux-mêmes socialement, est une chimère. L’article de Manuel Schotté sur la structuration du football professionnel européen plaide quant à lui « pour une analyse de l’économie générale des investissements et des profits qui structure cet espace » (p. 103). L’auteur montre notamment comment l’espace du football européen s’est constitué avec l’appui des pouvoirs publics européens. Autrement dit, l’analyse consiste à mettre au jour les conditions de possibilité qui permettent à une puissance financière, à un moment donné de l’histoire, de se doter d’une force. Dès lors le marché apparaît sous l’angle d’un mythe puisque le capital économique ne devient efficient qu’en présence de conditions sociales qui le rendent possible sous cet aspect-là. Par ailleurs, Schotté précise que la quête de l’enrichissement n’est aucunement incompatible avec une « logique sportive ». L’achat de joueurs réputés, remarque l’auteur, revient bien à transformer du capital économique en capital sportif, pour ne reprendre ici qu’un seul exemple.

5Donc mythe du marché dans un fonctionnement supposé pur et libre mais mythe mêmement de la figure du self-made man. En effet, c’est à l’occasion d’une observation des milieux d’affaires du dauphinois du XVIIIe siècle que Boris Deschanel signale notamment que la figure mythique du self-made man hante l’histoire des entreprises. En positionnant ses analyses à la fin de l’Ancien Régime, il montre comment l’ascension professionnelle dans le commerce dauphinois doit tout, en réalité, à la conjonction de facteurs extrinsèques, comme les rapports de parenté et les rapprochements matrimoniaux. L’habitus, qui ne se réduit nullement à l’application mécanique d’un programme intériorisé, propose un schème explicatif pertinent pour comprendre, à partir de l’acquisition de dispositions relationnelles, morales, gestuelles et autres, les conditions sociales de possibilité d’une trajectoire professionnelle ascendante, en relation avec le fonctionnement des sociétés de commerce de l’époque. La rationalité individuelle comme principe explicatif des conduites dans le champ économique se voit sérieusement malmenée à l’aune des analyses empiriques qui mobilisent les concepts d’habitus et de champ.

6Enfin, des entretiens donnent l’opportunité à trois sociologues, Frédéric Lebaron, Marie-France Garcia-Parpet et Monique de Saint Martin, qui abordent leurs trajectoires professionnelles respectives de revenir sur les vertus heuristiques des questions et des méthodes mobilisées par Bourdieu. Sans tomber dans une contemplation aveugle ou excessive des travaux de l’auteur (ce qui n’est aucunement le cas des interviewés), il est intéressant d’écouter les parcours respectifs de ces trois chercheurs et des utilisations qu’ils disent faire – ou avoir fait – de la sociologie de Bourdieu. Par exemple, Monique de Saint Martin revient sur la pensée relationnelle que permet le concept de champ au travers notamment d’une recherche menée avec Bourdieu sur les propriétaires de maisons individuelles, plus exactement au moment de l’achat : « Les systèmes de dispositions individuelles ne peuvent devenir efficaces qu’en relation avec un état du marché et aussi en fonction des conditions institutionnelles de l’accès à ce marché, parmi lesquelles les formes que revêtent à tel ou tel moment les aides publiques (à la personne, à la pierre, etc.) » (p. 199). Les analyses des déterminismes sociaux qui façonnent les « goûts » – et en l’occurrence ici qui « orientent » les agents vers tel ou tel type de maison – sont à comprendre en relation avec un état des possibles du contexte (demandes de crédit ou de prêt conditionnées par la politique de financement, aides publiques existantes, etc.). On remarque ainsi que la sociologie des « goûts » des différentes catégories sociales en matière de choix de maison est à comprendre aussi dans une perspective relationnelle, en fonction de la situation de l’État et du marché à un moment donné. Le concept de champ conduit à une double vertu scientifique : il permet de se démarquer des lectures réductrices en termes de rationalité individuelle (le modèle de l’homo œconomicus, dominant en économie) ; il évite également l’écueil d’une forme de sociologisme qui expliquerait les conduites sociales des individus par un programme intériorisé et qui déterminerait tout par avance.

7Ainsi, la lecture complexe et dynamique des faits économiques que permettent les outils d’analyses forgés par Pierre Bourdieu – et à laquelle invite ce numéro de la RFSE – est redoublée dans sa pertinence dans la mesure où ce dossier mobilise exclusivement des travaux de terrain et l’analyse de pratiques concrètes.

Haut de page

Notes

1 Bourdieu Pierre, « L’essence du néolibéralisme. Cette utopie, en voie de réalisation, d’une exploitation sans limite », Le Monde diplomatique, mars 1998.

2 Ibid.

3 On trouve une lecture programmatique de cette anthropologie dans la deuxième partie de l’ouvrage suivant : Bourdieu Pierre, Les structures sociales de l’économie, Paris, Seuil, coll. Liber, 2000.

4 Le champ est un espace social qui est devenu progressivement autonome à travers l’histoire. Celui-ci permet de comprendre des phénomènes de concurrence et d’alliance, des rapports de force entre différents agents ou groupes d’agents dans un espace donné et historicisé. L’habitus peut être défini quant à lui comme le produit incorporé de l’histoire sociale des agents, perceptible dans les manières d’être et de penser.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Brie, « Bernard Convert, Hélène Ducourant, Fabien Éloire (dir.), « Faire de la sociologie économique avec Pierre Bourdieu », Revue française de socio-économie, n° 13, 2014 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 29 septembre 2014, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15611

Haut de page

Rédacteur

Guillaume Brie

Sociologue, chercheur associé au laboratoire d’analyses socio-anthropologiques du contemporain (Lasco) du centre de recherches Sophiapol (EA3932) à l’Université Paris Ouest.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page