Navigation – Plan du site

Marie-Anne Paveau, Le discours pornographique

Anne-Charlotte Millepied
Le discours pornographique
Marie-Anne Paveau, Le discours pornographique, La Musardine, coll. « L’attrape-corps », 2014, 400 p., ISBN : 978-2842717629.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Mathieu Trachman, Le travail pornographique. Enquête sur la production de fantasmes, Paris, La (...)

1À la suite du monde anglo-saxon, le champ des Porn Studies émerge en France. La pornographie, objet d’étude longtemps resté illégitime, commence à être explorée par les sciences sociales, comme en témoignent les travaux de Mathieu Trachman ou François-Ronan Dubois1. Le présent ouvrage participe de cette nouvelle dynamique, en examinant la dimension discursive de la pornographie. C’est en effet en tant qu’analyste du discours que Marie-Anne Paveau s’intéresse à ce sujet encore inexistant en linguistique, soulignant dès le début de son propos la nécessité de produire un discours scientifique sur la pornographie. Les univers discursifs pornographiques sont à ses yeux de « passionnants observatoires de la vie sociale » car ils « constituent des lieux où se définissent les normes et les valeurs, les prescriptions et les interdits, les goûts et les dégoûts, les qualités et les défauts, les identités, les légitimités, les gloires et les hontes » (p. 25).

2Le livre s’articule autour de cinq chapitres. Le premier s’attache à définir ce qu’est la pornographie, en commençant par la différencier des catégories « obscénité » et « érotisme », qui témoignent la plupart du temps d’un jugement subjectif et moral qui sert à donner une connotation négative ou positive à la pornographie. Au-delà du fait qu’elle désigne la représentation explicite d’une scène sexuelle, souvent dans un but commercial et dans l’objectif de produire une excitation sexuelle, la pornographie est finalement assez difficile à circonscrire, car elle recouvre de multiples réalités. C’est en linguiste que l’auteure va la considérer ; la pornographie est avant tout un discours, qui recouvre trois phénomènes : un discours interne (le contenu discursif de l’œuvre, ou script), un discours externe (celui de l’industrie pornographique, qui nomme et catégorise les œuvres), et un discours sur la pornographie (les débats et controverses). Ces trois discours sont l’objet du livre. Dans ce premier chapitre, les points qui seront abordés par la suite sont ainsi rapidement survolés, nous donnant un aperçu de la pensée de l’auteure.

3Marie-Anne Paveau s’intéresse dans le deuxième chapitre au lexique de la pornographie et se demande ce qu’est un mot érotique ou pornographique. Pour cela, elle passe en revue divers dictionnaires, traditionnels ou alternatifs, sur la pornographie et les mots du sexe (c’est là que l’on voit que la frontière peut être floue entre le sexuel et le pornographique), qui construisent de « véritables univers sémantiques » et surtout reflètent des représentations de la sexualité. Elle se penche aussi sur la question du filtrage de la pornographie sur internet, qui se fait justement à travers les mots, et élabore le terme « pornème » pour désigner « un élément langagier spécifique du discours pornographique, un mot appartenant à la pornographie considérée comme un lexique spécialisé » (p. 116), par exemple « X », « 69 » ou « BDSM ». Un dernier point est consacré aux noms des pornstars, qui « ont une valeur économique, constituant un capital, de la même manière qu’un nom de marque » (p. 141) et que l’auteure nomme des « pornonymes ».

4Le troisième chapitre porte sur la littérature pornographique à proprement dit, « terra incognita » des études linguistiques. Le choix est fait de se concentrer sur ce dispositif sémiotique, au détriment des films, vidéos, bandes dessinées ou dessins animés, dont l’analyse est moins appropriée aux outils de la linguistique. Les caractéristiques du texte pornographique sont passées en revue, avec en premier lieu « une invraisemblance qui le fonde en tant que genre » (p. 175). L’absence d’intrigue en ferait un « faux récit » car reposant sur le hasard de l’enchaînement des scènes. Le scénario est secondaire par rapport aux postures : la pornographie est bien représentation de scènes sexuelles. La terminologie de la photographie est d’ailleurs fréquemment utilisée. L’écriture à la première personne est également un trait caractéristique que l’auteure analyse comme étant un moyen pour le texte de produire les effets voulus (l’excitation) à travers l’identification du lecteur au personnage. Le vocabulaire constitue un dernier trait du régime discursif pornographique : il est spécifique car « plutôt proscrit dans les situations sociales ordinaires » (p. 191). Le chapitre se termine sur la description des procédés habituels de l’écriture pornographique.

5Le quatrième chapitre traite d’un thème central de l’argumentation de l’auteure : l’extension du domaine de la pornographie, définie comme « sa diffusion hors des ghettos où elle a longtemps été maintenue, dans les discours médiatiques notamment, mais surtout dans les discours ordinaires » (p. 363). L’articulation entre technologie et discours pornographique, qui mène Marie-Anne Paveau à parler de « technopornographie » s’exprime dans deux phénomènes : la technologisation de la pornographie, et le fait que la technologie, l’internet en particulier, accroît les « possibilités discursives » de la pornographie. Trois domaines technologiques qui illustrent ces phénomènes sont explorés dans ce chapitre : le livre numérique, les blogs et les « machines pornographiques ». La littérature pornographique est longtemps restée « atopique », c’est-à-dire sans lieu véritablement consacré. L’internet a changé la donne en lui fournissant un lieu de vente, de lecture, mais aussi « un espace de création et de diffusion » ; en ce sens il étend bien le domaine de la pornographie en la commercialisant et la démocratisant. Le succès (d’abord numérique) d’un ouvrage comme Fifty shades of grey témoigne de cette extension. Cette dernière se mesure également à travers le phénomène des blogs, ceux des pornstars en particulier. Ils permettent l’expression de différents discours : un discours professionnel qui enrichit les connaissances sur le travail pornographique ; un discours sur soi, en première personne, qui « favorise à la base l’expression individuelle et libre, hors des contraintes éditoriales ou des normes sociales d’expression » (p. 242) ; un discours social qui « construit des représentations et des réalités » ; enfin, un discours militant dans le cas des actrices féministes. Ce dernier est un discours sur la liberté sexuelle et l’empowerment des femmes, ignoré par les représentations dominantes qui font perdurer le stéréotype de la pornographie comme exploitation des femmes, « naturalisé comme une évidence » (p. 251). Pour conclure sur la thématique de la technopornographie, l’auteure se penche sur divers objets tels que le traditionnel godemichet, les sextoys et les fucking machines ou machines sexuelles, ainsi que sur les discours qu'ils suscitent. Elle examine enfin ce que l’on appelle le cybersexe, qui offre à la pornographie « deux possibilités importantes, le contact corporel à distance et l’augmentation des capacités naturelles du corps humain » (p. 275).

6Le dernier chapitre s’intéresse à ce que le discours pornographique fait au réel et traite des débats autour de la question de la pornographie. Marie-Anne Paveau examine d’abord les positions de la morale traditionnelle, qui condamne la pornographie car elle constituerait une atteinte aux « bonnes mœurs ». Mais ses analyses sont davantage focalisées ce que l’on a appelé les pornwars, c’est-à-dire les débats et discussions entre deux positionnements féministes opposés : l’interdiction et l’amélioration de la pornographie. Catharine McKinnon et Andrea Dworkin sont deux des principales représentantes de la première position jugée radicale par l’auteure. Elles font partie des féministes américaines qui dès les années 1970 dénoncent la pornographie comme un outil systématique de domination qui dégrade les femmes et autorise les violences masculines. Pour elles, la pornographie est performative : elle réalise ce dont elle parle, donc elle a un impact sur les violences réelles. Gayle Rubin, opposante à l’anti-pornographie, en souligne l’aspect généralisateur qui masque ainsi une partie de la réalité (il n’y a pas que de la pornographie sexiste ou violente) et met en avant la possibilité d’améliorer la pornographie. Ce positionnement est celui du post-porn, « champ d’abord étatsunien et désormais également européen, plutôt féminin et féministe, rassemblant des actrices, réalisatrices, prostituées, éducatrices sexuelles et travailleuses du sexe de toute sorte qui œuvrent à faire de la pornographie un lieu de plaisir, de libération sociale et d’épanouissement personnel » (p. 338). Le post-porn, qui promeut une vision positive du sexe et cherche à rendre visibles tous les types de sexualités, donc à déconstruire les représentations dominantes liées aux femmes et aux minorités sexuelles, apparaît à la fois comme un genre pornographique et comme un mouvement politique. Il donne lieu à la réappropriation de certains termes, par exemple « slut » ou « bitch », dans une optique de linguistic agency (puissance d’agir linguistique qui consiste à reprendre le langage stigmatisant de l’adversaire pour le transformer en outil de lutte), et repose sur de nouveaux « formats discursifs » : le manifeste (on a ici la dimension politique) et le scénario.

7Cet ouvrage accessible au lecteur non linguiste offre un bon moyen de se familiariser avec les questions liées à la pornographie. Nous relevons la volonté toujours présente de l’auteure de prendre en compte la pluralité des univers discursifs analysés, et de donner sa place au récit en première personne, celui des acteurs et actrices de l’univers pornographique, trop souvent oublié ou ignoré. Wendy Delorme, rédactrice de la postface, souligne cette écoute de la part de Marie-Anne Paveau, et espère que faire de la pornographie un objet d’étude légitime contribuera « à rendre à ses actants leur statut de sujet » (p. 372).

Haut de page

Notes

1 Voir Mathieu Trachman, Le travail pornographique. Enquête sur la production de fantasmes, Paris, La Découverte, 2013 (compte rendu de Pierre Brasseur pour Lectures : http://lectures.revues.org/11591) ; François-Ronan Dubois, Introduction aux Porn Studies, Bruxelles, Les Impressions nouvelles, 2014 (compte rendu de Guillaume Garnier pour Lectures : http://lectures.revues.org/14749).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Charlotte Millepied, « Marie-Anne Paveau, Le discours pornographique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 30 septembre 2014, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15638

Haut de page

Rédacteur

Anne-Charlotte Millepied

Master « Genre, Politique et sexualité » à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page