Navigation – Plan du site

Plongée philosophique dans l’exception sociologique : les causes de la non-reproduction. Voyage en plusieurs classes

À propos de : Chantal Jaquet, Les transclasses, ou la non-reproduction, Paris, Presses universitaires de France, 2014.
Damien Boone
Les transclasses, ou la non-reproduction
Chantal Jaquet, Les transclasses, ou la non-reproduction, Paris, PUF, 2014, 237 p., ISBN : 978-2-13-063182-8.
Haut de page

Texte intégral

1Si la théorie de la reproduction sociale répond à l’une des raisons d’être de la sociologie qui est de dégager des tendances, voire des lois sociales, comment appréhender les individus qui ne s’inscrivent pas dans ce modèle, ne reproduisent pas forcément les comportements de leur classe, et passent d’une classe à l’autre ? Loin de remettre en cause l’analyse des mécanismes de la reproduction sociale, Chantal Jacquet la complète en proposant une approche philosophique de ces « transclasses ».

2Dès lors que des régularités sont observables dans les façons de penser ou d’agir, les sociologues ont affaire à leurs objets d’étude, constitués de ce qu’ils appellent des « faits sociaux ». Chantal Jaquet rappelle ainsi en début d’ouvrage une de ces régularités parmi les plus implacables, et amorce la problématique qu’elle y développe : « on ne naît pas ouvrier ou patron, mais on le devient de père en fils... ou presque » (p. 3). Elle revient alors brièvement sur quelques-unes des plus fameuses études illustrant la loi (presque) d’airain de la reproduction sociale, telles que Les Héritiers et La Reproduction, où Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron ont analysé comment se perpétue la domination sociale à travers le système scolaire, qui contribue à légitimer l’ordre établi en récompensant les enfants des classes dominantes, sous couvert d’une idéologie méritocratique. Sont également rappelées les approches de la socialisation de Bourdieu, notamment via le concept d’habitus, dans lesquelles le sociologue analyse comment passent pour naturelles des qualités et des compétences socialement héritées.

3Chantal Jaquet souligne que la sociologie, en systématisant les comportements et trajectoires par de grands modèles explicatifs, laisse dans l’ombre les individus qui passent entre les mailles du filet de la reproduction sociale. Autrement dit, les cas d’exception demeurent un point aveugle, une boîte noire, ou un angle mort de la théorie de la reproduction, pour reprendre des expressions à la mode dans le milieu universitaire quand on se rend compte que sa discipline n’est qu’un point de vue partiel sur les choses. Qu’en est-il des irrégularités, de ceux qui se placent dans les interstices, des habitus clivés, ou des fluctuatio animi, bref, de tous ceux qui sont des anomalies apparentes, soustraites à leur milieu d’origine... ? Chantal Jaquet propose dès lors ici une démarche originale et, somme toute, quelque peu absurde au premier abord : élaborer une théorie générale de l’exception, ou comment tenter de systématiser les cas particuliers.

Approfondir la théorie de la reproduction sociale

  • 1 « Je pense que la connaissance des lois sociales est la condition de toute transformation du monde (...)

4L’auteure souligne d’emblée une curiosité, si ce n’est un paradoxe : Pierre Bourdieu était une exception à la reproduction sociale. En effet, fils d’un père facteur puis receveur des postes et d’une mère d’origine paysanne, ses origines familiales ne le prédisposaient pas a priori au Collège de France. Or, écrit Chantal Jaquet, il n’a que peu rendu compte de sa propre trajectoire sociale, si ce n’est en quelques pages dans Esquisse pour une auto-analyse, où d’ailleurs il insiste sur ce que sa pratique d’universitaire lui doit. Cet « oubli » ne trahit certainement pas la peur d’évoquer des cas qui invalideraient ses hypothèses, puisque l’auteur de La Reproduction a envisagé l’existence d’exceptions, rappelant ainsi que la reproduction sociale n’est pas systématique. Étudier les exceptions à la reproduction sociale ne revient donc pas à abroger cette loi, mais au contraire à la complexifier et à la compléter en pensant les conditions sociales par lesquelles la non-reproduction est possible. Aussi, Chantal Jaquet s’inscrit résolument dans une perspective où elle réfute les idées de libre arbitre d’un côté, de fatalité de l’autre, cherchant à donner à ses lecteurs (et à ceux qui sont les premiers concernés) des clés et des armes pour comprendre leur condition et agir en conséquence. En cela, elle procède à la manière dont Pierre Bourdieu – dont la sociologie est souvent lue comme du sociologisme en raison d’interprétations déterministes – revendique la connaissance et la compréhension des mécanismes sociaux pour s’en affranchir, loin de tout fatalisme conduisant à une résignation paralysante1.

Un terrain de recherche miné

  • 2 « Rien n’est plus faux, selon moi, que la maxime universellement admise dans les sciences sociales (...)

5Il faut donc lire attentivement les premières pages de l’ouvrage pour comprendre que Chantal Jaquet n’est pas moins bourdieusienne que Bourdieu, et ambitionne bel et bien, au-delà de ce qu’une lecture du seul titre laisserait penser, d’inscrire son propos dans un monde social où il ne s’agit pas de nier l’existence de classes. Cependant, dans ce cadre, l’auteure se situe à contre-courant de la plupart des recherches contemporaines qui, à défaut d’explorer de nouveaux terrains d’étude, se contentent d’explorer de façon très conformiste les mêmes objets maintes fois étudiés par le prisme de la reproduction sociale ; démarche louable et salutaire, mais qui fait peu de cas de ce qui se joue à la marge. Elle explique cette frilosité par des raisons d’ordres politique et idéologique : politique dans la mesure où nombre de chercheurs considéreraient que l’étude des exceptions s’oppose à l’étude du changement collectif, seul à même de transformer les sociétés ; idéologique car le fait de mettre en avant les cas individuels de réussite tend à occulter la norme de la reproduction sociale et peut être à ce titre instrumentalisé pour justifier l’immobilisme et alimenter le mythe du self-made man. En ce sens, les exceptions dérangent car elles mettent à mal les revendications collectives par lesquelles on tente de favoriser la mobilité sociale : « dans ces conditions, l’objectif n’est pas de creuser la question, car la réponse est déjà toute faite et pourrait se résumer en une phrase : “quand on veut, on peut” » (p. 10). Finalement, il n’est guère étonnant que le traitement d’une telle problématique émane d’une personne dont la trajectoire personnelle semble elle-même marquée du sceau de l’interrogation sur sa condition d’être « hors-classe », tant les conditions exceptionnelles réunies dans le petit village savoyard et rural d’après-guerre relatées dans l’étude font écho au propre vécu de Chantal Jaquet. Aussi, l’ouvrage rappelle un autre aspect fondamental de la recherche en sciences sociales : les dispositions sociales individuelles des chercheurs, peu prompts à faire sur eux-mêmes ce qu’ils font d’autorité sur leurs enquêtés pour savoir d’où ils parlent, influent immanquablement sur la manière dont ils mènent leurs propres enquêtes et perçoivent leurs enquêtés2. On a beau être scientifique et, à ce titre, mettre en place des protocoles d’enquêtes tendant vers l’objectivité, les objets de recherche et la manière dont on les traite sont indissociables des dispositions individuelles avec lesquelles on peut les traiter.

Qui et où sont les « transclasses » ?

6Chantal Jaquet envisage donc d’étudier ces « rescapés » de la reproduction sociale. Comment les désigner ? Il est difficile ici d’échapper à l’écueil d’un positionnement spatial des individus sans invoquer le « haut », le « bas », ou l’« élévation », ce qui revient implicitement à créer une hiérarchie entre eux. Bien qu’elle s’en défende, l’auteure n’y coupe pas, même si elle écarte un à un certains termes trop connotés (« transfuge » renvoyant à « la fuite, la désertion, voire la trahison », p. 12), pour finalement adopter le préfixe « trans », forgé sur le modèle de « transsexuel » ou « transgenre », censé ne marquer ni le dépassement ni l’élévation, mais « le mouvement de transition, de passage de l’autre côté » (p. 13), et former ainsi le néologisme de transclasse. Il n’empêche que le livre est quasiment exclusivement illustré avec des cas d’ « élévation » sociale, le chemin inverse (le déclassement) étant, paraît-il, plus aisément concevable, sans plus de précision.

7La méthode de travail utilisée est, dans un premier temps, plutôt déstabilisante ; mais c’est l’objet même de cette étude qui l’explique : l’enquête menée ne découle pas de la rencontre avec des acteurs sur un terrain de recherche empirique. « Le recours aux enquêtes statistiques ne peut être d’aucun secours lorsque les cas observés ne sont pas analogues. Or, dans l’étude de la non-reproduction, on a affaire à des cas d’exception et si on les compare entre eux pour opérer des classements et des regroupements en présupposant qu’ils sont analogues, on sera enclin à privilégier les similitudes et à gommer les particularités, de sorte que les enseignements dégagés risquent d’être fallacieux. Il faut donc bien façonner des outils d’approche différents de la méthode traditionnelle » (p. 17).

Des exemples tirés de la littérature

  • 3 Bourdieu Pierre, Wacquant Loïc, Réponses. Pour une anthropologie réflexive, Paris, Seuil, 1992, p.  (...)
  • 4 Becker Howard, Peretz Henri, Les ficelles du métier (préface pour le public français), Paris, La Dé (...)

8Chantal Jaquet s’appuie bien sûr sur la sociologie, mais aussi sur des concepts issus de sa discipline, la philosophie, et « sur des instruments de pensée empruntés à des domaines qui ont en commun l’aptitude à saisir le singulier en lui donnant une portée universelle ». (p. 18). Surtout, elle puise la quasi-totalité de son matériau dans la littérature « qui fournit un champ d’expériences et d’hypothèses d’une richesse et d’une justesse trop souvent insoupçonnées » (p. 18) : roman, récits biographiques et récits auto-socio-biographiques (« à la différence de l’autobiographie qui a tendance à imposer l’image réductrice d’un auteur qui parle de lui, le travail d’écriture auto-socio-biographique prend la forme d’un récit où il ne s’agit pas tant de retrouver le moi que de le perdre au sein d’une réalité plus large, d’une condition commune ou d’une souffrance sociale partagée », p. 19). Ce choix intéressant mériterait de plus amples développements, car il est peu justifié, sans qu’on ne sache si c’est parce qu’il va de soi, ou parce qu’il faut évacuer rapidement les raisons d’une option singulière... Sur ces deux points, on peut facilement convoquer Pierre Bourdieu, qui rappelait précisément que la littérature, en tant que matériau d’étude, mériterait davantage d’attention scientifique : « Je pense que la littérature, contre laquelle nombre de sociologues, dès l’origine et aujourd’hui encore, ont cru et croient devoir affirmer la scientificité de leur discipline, est, en plus d’un point, en avance sur les sciences sociales et enferme tout un trésor de problèmes fondamentaux que les sociologues devraient s’efforcer de reprendre à leur compte et soumettre à l’examen, au lieu de prendre ostentatoirement leurs distances avec des formes d’expression et de pensée qu’ils jugent compromettantes »3. À la manière d’Émile Durkheim, qui non seulement connaissait les œuvres littéraires, mais les utilisait à des fins sociologiques (par exemple pour son étude sur le suicide dans laquelle les exemples littéraires servent à élaborer une classification des types de suicides). Si les exemples tirés de la littérature existent rarement comme tels dans la réalité, ils ont en revanche un avantage indéniable : celui de partager avec les personnages des expériences que l’analyste ne pourra, lui, jamais constater ou observer en dépit de ses compétences et de la complexité de son protocole d’enquête, à savoir, notamment, leurs pensées et les moments de vie les plus privées, offrant de la sorte au lecteur des raisonnements, des rapports et des interactions qu’il est difficile, voire impossible pour le chercheur de restituer précisément. Certaines formes de littératures, comme c’est le cas ici des romans, développent une sociologie latente des thèmes abordés, mais sans prétendre, à aucun moment, constituer une juste analyse de la réalité empirique, historiquement située, basée sur un ensemble de matériaux théoriquement pensés et sélectionnés. Mais, comme le soulignent Howard Becker et Henri Peretz, « il n’est pas toujours nécessaire pour penser d’avoir un ensemble de faits établis scientifiquement, ils peuvent être fictifs voire faux. En science on parle d’expérience mentale sous la forme d’hypothèse : comme si le monde fonctionnait de telle façon. Personne ne pense qu’il en est ainsi. De même, la fiction nous apporte des cas dont il importe peu qu’ils soient vrais ou faux, qu’ils se produisent ou pas. Cela n’a pas d’importance, ils nous font voir des possibilités. On envisage certaines possibilités et on se demande ce qui se passerait si les choses étaient ainsi »4. S’agissant des récits biographiques et auto-socio-biographiques, il est moins difficile de faire « comme si » les récits étaient vrais ; a priori, ils le sont, et ils sont même en partie analysés dans les ouvrages, par exemple, d’Annie Ernaux ou de Didier Éribon, maintes fois mobilisés.

9Sur la forme, l’étude de Chantal Jaquet est organisée de façon simple, en deux parties : la première traite des causes de la non-reproduction, en tentant d’en déceler les raisons objectives au cours de la socialisation ; la seconde est centrée sur ceux qui ont transité et s’intéresse davantage aux conséquences du passage d’une classe à une autre, passage qui n’est en fait jamais complétement effectué, tant les transclasses sont dans une situation de décalage permanent aussi bien avec leur milieu d’arrivée qu’avec leur milieu d’origine. Trois idées-forces sont développées dans ces deux parties et traversent l’ouvrage. D’abord, l’existence des transclasses illustre la réalité d’une mobilité sociale, qui n’invalide pas pour autant le poids des déterminismes : en ce sens, il y a des conditions à la non-reproduction, qu’il ne faut pas envisager comme une aventure solitaire mais toujours reliée à son environnement social, y compris psychologique. Ensuite, l’individu n’est pas un être monolithique que l’on peut assigner de manière fixe et immuable à certains traits et caractéristiques : les notions spinozistes de complexion et de fluctuatio animi inscrivent ici l’habitus dans une combinaison plus sophistiquée où s’entremêlent l’histoire familiale, l’orientation sexuelle, les émotions ou la vie sentimentale, autant d’éléments à intégrer dans l’analyse des trajectoires, tout en faisant notamment appel à la philosophie et la psychologie. Enfin, la situation des transclasses n’est que rarement vécue comme un phénomène « positif » : la position de transclasse est en effet celle d’un entre-deux permanent, pouvant engendrer malaise et souffrance.

Les permanences de la non-reproduction, ou l’aventure collective des transclasses

10Comprendre la non-reproduction ne revient pas à analyser un parcours solitaire (même si c’est souvent de cette manière que les transclasses peuvent porter un regard sur leur propre parcours), mais une trajectoire toujours en relation avec un environnement qui la favorise ou l’autorise : « on ne part pas tout seul, on est mis à la porte ou porté par le milieu » (p. 87). Il ne faut donc pas envisager le parcours d’un transclasse comme une anomalie ou un dérèglement, mais comme la résultante d’une combinaison de conditions et de règles autres que celles qui ont cours habituellement : « le transclasse est moins un héros solitaire qu’un héraut porteur d’aspirations personnelles et collectives, que ce soient celles de la famille, du village ou du quartier, de la race ou de la classe, du sexe ou du genre » (p. 95). À l’ingenium, emprunté à la philosophie spinoziste, et qui renvoie à l’ensemble des traits caractéristiques singuliers d’un individu, qui sont le produit de l’histoire commune, de ses habitudes propres, de ses rencontres avec le monde, et à l’habitus de classe, qui sert davantage d’outil visant à valider la reproduction, il convient d’ajouter une autre dimension afin de saisir sous un même concept « l’ensemble des déterminations affectives, économiques, politiques et historiques, qui concourent à l’apparition des transclasses » (p. 97), sans passer outre le milieu d’origine, seulement en supposant une combinaison nouvelle des déterminismes. L’auteure s’en remet au terme de complexion, le mieux à même selon elle de restituer l’« assemblage complexe et singulier de déterminations physiques et mentales liées entre elles [...] pour caractériser l’organisation des dispositions physiques et mentales d’un individu, de ses inclinations, tendances ou humeurs [...] entrelacement compliqué des fils qui constituent le tissu d’une existence et la rattachent à celles des autres » (p. 101-102). Sortir de son milieu suppose donc d’avoir répondu à des conditions.

11Chantal Jaquet avance quelques conditions de la non-reproduction, en précisant qu’aucune d’entre elles, à elle seule, n’est décisive : c’est leur enchevêtrement et leur organisation au sein de la complexion de chacun qui permet le passage d’une classe à une autre. Ainsi, l’ambition, illustrée par Balzac et Stendhal à travers les personnages, respectivement, de Rastignac (souvenons-nous de son arrivée à Paris :« à nous deux, maintenant »), et de Julien Sorel, ne peut à elle seule être une cause explicative. Le désir de se distinguer et de s’arracher à ses origines présuppose que l’ambition serait une donnée originaire ou une détermination psychologique dont on aurait du mal à comprendre que chacun n’en soit pas également doté. En fait, l’ambition, davantage qu’une cause explicative des trajectoires, est déjà une conséquence, et l’une des modalités par lesquelles les individus sont poussés à agir. C’est pourquoi elle répond aussi à des conditions : « qu’elle soit sociale ou économique, intellectuelle ou artistique, toute ambition est ambition de quelque chose et présuppose l’idée d’un modèle, d’un idéal, d’un objectif à atteindre » (p. 30-31). C’est dans ces pages que l’auteure déconstruit pertinemment le mythe du self-made man, prétendument fait de rien : « dire d’un homme : “il s’est fait lui-même”, c’est parler pour ne rien dire, car on ne voit pas à partir de quoi il s’est fait. Quiconque voudrait rétorquer que le self-made man, par définition, s’est fait à partir de lui-même tombe dans un cercle vicieux en se donnant d’avance ce lui-même dont il veut pourtant expliquer la formation ou la constitution. Masque de l’ignorance, l’ambition joue le rôle d’une qualité occulte qui se borne à recouvrir d’un nom une réalité dont les causes demeurent enfouies. Elle n’est qu’une cause apparente et non pas la raison dernière de la non-reproduction. Partie visible de l’iceberg, elle doit être rattachée à sa partie cachée pour saisir le phénomène dans sa totalité, faute de quoi elle est coupée de ses prémisses et reste inintelligible » (p. 31).

  • 5 Ernaux Annie, La Honte, Paris, Gallimard, 1997, p. 61.

12L’ambition peut ainsi être déclenchée par mimétisme, à partir d’un modèle que l’individu souhaite accomplir. Cependant, comment imiter un modèle qui n’est pas celui de son milieu d’origine ? Le modèle familial n’offre bien souvent pas d’autre horizon que le sien propre. Annie Ernaux écrit ainsi : « je vivais à douze ans dans les codes et les règles de ce monde sans pouvoir en soupçonner d’autres5 ». Dès lors, « il est impossible de concevoir une existence dont on n’a pas la moindre idée » (p. 45), sauf à se baser sur la réussite de quelques figures familiales exceptionnelles qui rendent envisageable l’atypique : en pareil cas, l’ignorance des chances objectives de réussir des études supérieures pour un individu issu d’un milieu défavorisé éviterait la résignation ; c’est du moins l’hypothèse qu’ont avancé Bourdieu et Passeron, et que rappelle C. Jaquet : le mimétisme familial fonctionnerait sur les semblables qui ont « réussi », en occultant les cas « d’échec ». Si cette hypothèse soulève elle-même de nombreuses difficultés, elle présente l’avantage de ne pas limiter le phénomène de la (non-)reproduction au milieu familial nucléaire, et de l’inscrire dans des causalités multiples issues du milieu familial au sens large. Creusant cette piste, Chantal Jaquet suppose l’existence d’autres modèles à imiter, à défaut des parents, notamment au gré des rencontres amicales ou amoureuses, porteuses d’autres possibles. L’exemple avancé de Didier Éribon, qui se lie d’amitié à treize ans avec un garçon de sa classe, fils d’universitaire, est à ce titre éclairant. C’est notamment par ce biais que le jeune Didier se rapproche d’une culture qui lui était jusqu’alors étrangère, et il souligne lui-même l’influence déterminante de cette relation qui lui a ouvert les portes du monde lettré. A fortiori, l’amour peut avoir une force telle qu’il accompagne le passage d’un milieu à un autre, au moins provisoirement. Ces éléments sont systématiquement nuancés et abordés avec prudence par l’auteure, mais ils offrent sans nul doute des pistes intéressantes à explorer.

13Outre les effets de mimétisme, la non-reproduction peut également avoir des raisons socio-économico-politiques : l’existence d’un programme d’instruction pour chacun au sein d’écoles gratuites, laïques et obligatoires, d’un système de bourses conséquent, qui conjure l’accès aux études aux seuls héritiers, offre la possibilité, certes limitée, puisque l’institution scolaire est précisément au cœur de la reproduction sociale, de s’extraire de son milieu d’origine, mais souvent au prix d’un rapport ambigu au monde scolaire, à la fois lieu de consécration, par les sanctions qu’il délivre, et lieu de repères différents de ceux du modèle familial.

14Mais qu’il s’agisse d’ambitions, de figures-modèles ou de conditions institutionnelles, toutes ces raisons peuvent avoir des effets divers et contradictoires sur chacun. Chantal Jaquet introduit ici la question déterminante des affects, c’est-à-dire la manière dont les individus investissent émotionnellement des phénomènes que tout un chacun est susceptible de rencontrer, mais que chaque personne, singulièrement, s’approprie à sa manière, en fonction de ses propres dispositions. « Comprendre un individu, c’est donc comprendre la constitution dynamique de son être en acte à travers les affects. Par affect, nous n’entendons pas une détermination psychologique ou un trait de caractère, mais à l’instar de Spinoza, l’ensemble des modifications physiques et mentales qui ont un impact sur le désir de chacun en augmentant ou en diminuant sa capacité d’agir. L’affect désigne ce qui nous touche, nous meut et nous émeut ; il est l’expression de la rencontre entre la puissance causale d’un individu et celle du monde extérieur et il renvoie aussi bien à ce qui le forme et le façonne qu’à ce qu’il forme et façonne, dans la mesure où chacun est à la fois affectant et affecté » (p. 63-64).

15Le vocabulaire employé est parfois trompeur ; il peut être délicat de déterminer précisément le sens de la non-reproduction : est-elle le fait d’un individu qui s’éloigne de son milieu, ou le fait du milieu qui éloigne (rejette) l’individu ? « Il est possible d’écrire la même histoire de deux manières nécessairement corrélées en concevant la non-reproduction à la fois comme importation d’un modèle alternatif dans le milieu ambiant, et comme exportation dans un milieu étranger d’un individu qui n’a pas sa place dans le milieu d’origine [...]. La non-reproduction, en ce sens, n’est que la perpétuation de la reproduction par d’autres moyens. L’ordre social est préservé par l’expulsion d’un élément qui le menace, qui introduit du désordre, car il n’est pas conforme au modèle ambiant » (p. 76-78).

16Il s’agit donc de ne pas se contenter d’évoquer de grandes variables explicatives qui, par une force immanente, fourniraient la clé de compréhension des comportements humains, sans que l’on comprenne exactement comment les mécanismes sociaux se font, mais aussi, dans une démarche profondément compréhensive, de saisir la complexité avec laquelle un même événement peut être affecté de manière contingente, diverse ou contradictoire, selon les lieux, les moments où les personnes impliqués. Autrement dit, si recueillir des données a certes l’avantage de systématiser des résultats et de correspondre à des grilles de lecture du monde social, rien n’indique que les critères retenus soient les plus pertinents pour ceux qui les vivent ; cet écueil est minimisé en prenant en compte le sens que les individus donnent à leur action. Les transclasses, du fait de leur trajectoire si particulière, sont confrontés concurremment, plus que d’autres, à des sentiments tels que la honte, le désir de justice, la fierté, la colère, ou l’indignation. L’affect joue donc un rôle décisif, et demeure négligé, voire méprisé, par nombre de chercheurs en sciences sociales au nom d’une suspicion qui se transforme vite en méfiance puis en censure à l’égard de toute approche psychologique, suspectée d’être naturalisante. Au contraire, Chantal Jaquet souligne que, d’un point de vue spinoziste, « l’affect est social par excellence. Il recouvre l’ensemble des modifications corporelles et mentales qui touchent notre puissance d’agir, la renforcent ou l’amenuisent » (p. 223).

Les individus ne sont pas monolithiques : déconstruire l’identité

17Le terme de complexion enrichit utilement la notion d’identité, qui présuppose l’existence d’individus réductibles à des caractères immuables, quelles que soient les circonstances. Chantal Jaquet énonce que le parcours atypique des transclasses invite à repenser la notion d’identité et l’idée d’un substrat individuel qui persisterait, toutes choses inégales par ailleurs. « Les transclasses nous montrent qu’il n’est pas certain que les êtres humains possèdent une identité, qui serait comme une carte de visite permettant de les reconnaître ou de leur conférer un statut. Force est d’admettre que les individus qui ne reproduisent pas ont nécessairement une identité flottante ou fluctuante parce qu’ils ne sont pas assignables à leur milieu d’origine, et se démarquent de leurs semblables. C’est le changement et la mutation qui régissent leur existence. Ils se caractérisent donc plutôt par un processus de désidentifiaction, de déprise, qui les arrache à leur famille et à leur classe » (p. 107).

  • 6 Lahire Bernard, Tableaux de familles. Heurs et malheurs scolaires en milieux populaires, Paris, Seu (...)
  • 7 « La personnalité de l’enfant, ses « raisonnements » et ses comportements, ses actions et réactions (...)

18En début d’ouvrage, l’auteure salue la démarche de Bernard Lahire dans Tableaux de familles6 : le sociologue ne se contente pas de repérer quelques éléments objectifs de capital culturel qui permettent de classer les familles étudiées, issues de milieux populaires, mais il se penche aussi sur leurs usages singuliers, élargissant de la sorte l’échelle d’observation et permettant alors de saisir des différences individuelles dans un milieu social globalement homogène7. B. Lahire se rend compte ainsi qu’en dépit d’un faible capital culturel familial, certains enfants occupent les meilleures places scolaires. Ces particularités s’expliquent par les configurations familiales, par exemple l’étude de formes domestiques de la culture écrite (lecture à haute voix de récits, lecture de journaux, de revues, livres, pratiques de listes, des agendas, des calculs et comptes budgétaires, etc.), par l’ordre moral et les modes d’investissement pédagogiques parentaux (acheter un cahier de devoir de vacances), ou encore par la place dans la fratrie, facteurs qui jouent un rôle décisif dans la formation et la transmission d’un capital culturel. En somme, la seule présence objective d’un capital culturel n’est rien si elle ne rencontre pas les conditions de son activation. Comme évoqué au début de ce texte à propos de la dimension politique potentiellement dérangeante de l’ouvrage, rompre avec la notion d’identité conduit à éluder les points communs entre les individus pour définir collectivement leur condition et se mobiliser efficacement pour, par exemple, défendre leurs droits. Cependant, d’un point de vue philosophique, soutient l’auteure, l’écueil de ce type de démarche, où les individus sont ramenés à une notion commune universelle, se situe corollairement dans son incapacité à exprimer l’essence singulière des individus. Du coup, cette identité, qui apparaît floue et globalisante aux transclasses, ramenée à de grandes catégories que partagent de nombreux autres individus (race, sexe, statut social...), est comme une forme d’aliénation. Au contraire, la complexion invite à considérer « les différences fines, la particularité des êtres, et à penser les relations conflictuelles en termes de connaissance plutôt que de reconnaissance » (p. 109). Cette complexion s’explique par une désidentification liée à un positionnement permanent entre deux milieux, le transclasse étant à la fois étranger dans son milieu d’origine et dans son milieu d’arrivée : il est « un passant ». Changer de classe, c’est être en constante adaptation et, dès lors, faire preuve d’une grande souplesse pour trouver ses marques dans des milieux opposés. La désidentification entraîne bien souvent une inadaptation des comportements : le transclasse, ne maîtrisant jamais vraiment les codes, valeurs et subtilités d’un milieu, peut sembler parfois maladroit, malpoli, arrogant, déplacé : il semble s’amuser, dans un premier temps, d’une situation nouvelle et jouer un nouveau rôle avec l’excès propre à celui qui n’a pas la distance et la désinvolture de ceux qui en sont les véritables familiers, avant de se rendre compte qu’il n’en maîtrise pas les règles. Certaines illustrations de ces phénomènes sont parfois banales dans le livre : tout un chacun est, en effet, souvent amené à fréquenter des personnes d’autres milieux et horizons sociaux, et il est assez aisé de concevoir que chaque milieu comporte sa langue, ses valeurs, ses représentations et ses normes. Mais il importe de souligner la quasi-permanence, chez les transclasses, de cet état de découverte, qui ne relève pas seulement des relations interpersonnelles ponctuelles mais des rapports sociaux structurants. C’est aussi en cela que cet ouvrage peut déranger ou, pire, laisser indifférent, notamment ceux, sujets de l’immobilité sociale ou imperméables à cette question, chez qui rien dans leur environnement professionnel, ne heurte, n’interpelle ni ne choque, comme si tout fonctionnait de la manière dont leur environnement a toujours fonctionné. Ils n’ont dès lors pas le regard de ceux qui se posent mille questions parce que chaque instant est une interrogation sur ce qu’il se passe, et qu’ils regardent avec incompréhension ou dédain ceux qui cherchent encore et toujours des repères dans un milieu où ceux-ci sont tellement évidents à leurs yeux qu’ils ne les considèrent même pas comme tels.

  • 8 Lahire Bernard, op.cit., p. 284-285.

19L’approche de la désidentification en termes de complexion incite alors à affiner les catégorisations en recherchant le maximum de facteurs influents. Elle se rapproche d’une « anthropologie de l’interdépendance », appelée par Bernard Lahire, et d’une volonté d’aller des structures objectives aux structures mentales, pour contrer la tendance des sciences sociales à réifier « les notions de contexte, d’environnement, de société, de structure, et à placer devant ces abstractions réifiées des individus isolés, faisant de deux appréhensions distinctes de la même réalité d’interdépendance, deux réalités substantielles, deux objet réellement séparés [...] Non seulement chaque être social particulier ne se forme comme tel que dans les multiples relations d’interdépendance qu’il noue avec le monde et avec autrui depuis sa naissance, mais les rapports qu’il entretient avec d’autres hommes passent par les choses, c’est à dire par les produits objectivés des formes de relations sociales passées ou présentes (machines, outils, architectures, œuvres…) »8.

Des individus entre deux mondes

20Passer d’une classe à l’autre, dans le cas d’une « élévation » sociale, n’est pas systématiquement synonyme d’une amélioration générale des conditions de vie et d’un certain bien-être de s’être ainsi extirpé d’une condition sociale non désirée. Ce passage peut être au contraire la source de grandes souffrances. L’« identité » en tension des transclasses les place entre deux mondes ; ils font ainsi l’expérience d’une double distance : l’une par rapport au milieu d’origine et l’autre par rapport au milieu d’arrivée. Ils ne sont jamais vraiment plus ce qu’ils ont été, ni ne sont complétement ce qu’ils sont devenus. Le transclasse qui retourne (et non revient) dans le milieu familial se confronte souvent à un rendez-vous manqué et honteux au cours duquel il ne peut que se rendre compte de la distance à laquelle il s’en trouve désormais, tandis que son quotidien peut se rapprocher d’une succession de prises de rôles ratées. On pourrait aussi penser que cette double distance est un atout : cependant, elle n’est pas une équidistance ; elle se traduit non seulement « par des degrés de proximité et d’éloignement variables en fonction des différents individus et de l’écart entre les milieux respectifs d’origine et d’arrivée » (p. 140), mais aussi par une ambivalence régulière sur le degré de proximité qu’il faut entretenir avec chaque milieu, ambivalence qui, à travers des changements brutaux de l’adhésion au rejet, induit tantôt l’attirance, tantôt la répulsion. La complexion des transclasses est toujours en tension, ce que Chantal Jaquet désigne par fluctuatio animi : cette expression « désigne l’état d’esprit qui naît de deux affects contraires. Elle est l’expression d’une ambivalence et produit une valse hésitation et des mouvements de balancier d’un état à l’autre, tant que la contrariété n’est pas résorbée. Le transclasse porte deux mondes en lui et il est habité par une dialectique des contraires sans être assuré que les opposés puissent composer et que les oscillations puissent déboucher sur un équilibre. Cette coïncidence des contraires est au principe de ce que Bourdieu nomme l’habitus clivé » (p. 156).

  • 9 « Alors que la confrontation peut laisser le bourgeois indifférent puisqu’il est étranger à cet uni (...)

21Chantal Jaquet donne l’exemple probant du transclasse amené à occuper une position à laquelle sa naissance ne l’a pas destiné : oscillant entre conformation au rôle et conscience de son origine dominée, qui lui ne permet pas de s’identifier à une position dominante sans posture critique, « il ne peut adhérer totalement à sa fonction et l’exercer confortablement comme s’il s’agissait d’un dû ou d’un prolongement naturel de lui-même à la manière d’un héritier qui fait corps avec elle et ne distingue pas l’être et l’avoir. Il peut ainsi agir à contresens de ce qui est attendu de lui car il ne peut se conformer au modèle en vigueur en raison du rapport ambivalent qu’il entretient avec lui » (p. 147). C. Jaquet avance que l’habitus clivé de Bourdieu déclenche chez lui des « comportements ambivalents et contradictoires de docilité et d’indocilité [...] tentation de casser le jeu, de briser le rituel institutionnel, lors de concours ou de situations solennelles comme les distributions des prix, les leçons inaugurales ou les jurys de thèses » (p. 162). Quand un transclasse est confronté à son milieu d’extraction en présence d’un tiers étranger à ce milieu d'origine, il peut davantage appréhender les choses avec le regard de condamnation qu’il lui prête à autrui, comme s’il restait marqué par une image dégradée de lui-même9. D’un point de vue personnel, avoir la capacité de se mettre à la place des autres, comprendre leurs points de vue, amène le risque de décourager toute action et de légitimer l’immobilisme, tandis que la recherche permanente de sa place peut contribuer, d’un côté, à modifier l’exercice du pouvoir mais, de l’autre, « à se saborder lorsque le transclasse victime du syndrome d’imposture se résiste à lui-même et refuse d’adhérer à ce qu’il fait » (p. 148).

22La complexion si particulière des transclasses, marquée par cette fluctuatio animi, les prédispose à être considérés comme des individus caractériels, capricieux, en marge, oscillant entre sentiment d’illégitimité, du fait de leurs origines, et légitimité entière du fait qu’ils ne sont pas privilégiés de naissance ; ils sont renvoyés à une tare d’ordre psychologique, sans cesse incités à se conformer puis à transgresser, sans que l’entourage ne pense qu’il s’agit en réalité « d’une disposition liée à une situation » (p. 163). Ils sont ainsi la figure du « conformiste rebelle » (p. 161).

23L’étude s’achève sur quelques remarques en forme de conseils aux transclasses, via des références à Goffman et à l’inversion du stigmate, condition pour devenir fier de ce dont on avait honte. La culpabilité doit se retourner contre elle-même et servir de remède. C. Jaquet insiste aussi sur les avantages que procure l’état de transclasse : reprenant l’exemple de Bourdieu, elle indique que le sociologue s’est orienté vers des objets et des approches inédits : « il est la preuve en actes qu’il n’a reproduit ni les habitus du monde des dominés ni ceux du monde dominant au sens strict, mais qu’il a forgé à travers les contrariétés de l’entre-deux des pratiques d’existence et de recherche singulières. Il est ainsi un modèle de non-reproduction déterminé par sa complexion de transclasse, par le jeu des contradictions qui pousse à l’invention de soi à travers l’autre » (p. 217).

24En définitive, l’ouvrage de Chantal Jaquet prend le parti d’une vision de l’humain qui n’est ni essentialiste, dans le sens où personne n’est prédéterminé de manière fixe et immuable et réductible à une origine définie en référence à de grands déterminants sociaux, ni existentialiste, dans la mesure où le parcours des transclasses ne répond pas qu’à leur libre-arbitre et s’inscrit toujours dans un environnement fait d’un jeu de forces agissantes, où la place de chacun dans une configuration ainsi que les affects singuliers qui le modifient et se mêlent, influencent ces trajectoires sociales particulières. La non-reproduction n’invalide pas les déterminismes, pas plus qu’elle ne réintroduit l’existence « naturelle » d’un libre-arbitre. À la fois au-dessus et en dessous, dehors et dedans, les transclasses sont marqués par une fluctuatio animi que le concept de complexion permet d’appréhender. En termes imagés, les pistes ouvertes par Chantal Jaquet incitent à envisager la complexion comme une toile d’araignée dont les points d’intersection seraient des traits de caractère ou des éléments d’appartenance objective à des milieux sociaux, et les fils de soi(e) constitueraient ce qui fait la complexité de la complexion : des constructions a priori indépendantes mais prêtes à s’emmêler, se briser ou s’inverser, pour peu que les conditions environnementales changent ou qu’un élément extérieur s’y introduise et s’y coince.

25Le terme de transclasse semble parfois utilisé de façon réifiante pour désigner des individus aux trajectoires variées et, surtout, singulières. Mais peut-on systématiser l’analyse des exceptions ? On constate ainsi un contraste entre la mobilisation d’une même entité et le soin que prend l’auteure à en nuancer l’approche, à souligner que des mêmes attributs peuvent connaître des usages différents. Autrement dit, la réification que l’auteure évite en amont en passant par la complexion se retrouve parfois dans le produit final qu’elle étudie, puisque transclasse sert de réceptacle à un ensemble de dynamiques qui ne se ressemblent pas forcément, pas plus qu’elles ne suivent les mêmes logiques ni ne conduisent aux mêmes effets. Si l’auteure prend soin de complexifier son approche par un jeu d’interdépendances multiples, c’est au détriment d’une approche immédiatement lisible pour définir les transclasses ; mais cette frustration est probablement inhérente à l’objet d’étude même.

26Au-delà, si l’ouvrage, au statut disciplinaire hybride, risque par moments de faire grincer les dents des spécialistes des disciplines mobilisées, il invite surtout au décloisonnement disciplinaire, et à ne pas laisser certaines approches de côté comme un rebut, au prétexte qu’elles seraient par nature inappropriées. Aucune d’entre-elles ne peut revendiquer le monopole d’un objet d’étude ; si la (non-)reproduction sociale a « évidemment » des causes sociales, cette approche n’est pas la seule, et d’autres la complètent, sans se limiter à des conjectures ou des interprétations, en ouvrant enfin des voies qui évitent l’éviction commode des facteurs explicatifs en se réfugiant derrière de grands déterminants qui s’affranchissent de postures compréhensives.

27En attendant que de telles approches se démocratisent scientifiquement, peut-être quand des transclasses auront suffisamment investi le monde de la recherche et importé des approches complémentaires en conformité avec leur propre sensibilité, l’ouvrage parlera très personnellement à tous ceux qui ne se sentent légitimes nulle part.

Haut de page

Notes

1 « Je pense que la connaissance des lois sociales est la condition de toute transformation du monde social. Personne n’a jamais eu l’idée de reprocher à Galilée de détruire le rêve de vol ; c’est au contraire parce que Galilée a découvert la loi de la pesanteur que l’on a pu voler. C’est en tout cas dans la mesure où nous connaissons les lois selon lesquelles le capital culturel se transmet d’une génération à une autre, que nous avons quelque chance de suspendre partiellement les effets de ces mécanismes », Bourdieu Pierre, « Ce que peut faire la sociologie », conférence avec Ronald Klapka au théâtre de Saint-Amand les Eaux en 1983. Texte initialement publié dans La Marmite, journal des enseignants de St-Amand les Eaux (http://remue.net/cont/bourdieu02.html).

2 « Rien n’est plus faux, selon moi, que la maxime universellement admise dans les sciences sociales suivant laquelle le chercheur ne doit rien mettre de lui-même dans sa recherche. Il faut, au contraire, se référer en permanence à sa propre expérience, mais pas, comme c’est trop souvent le cas, même chez les meilleurs chercheurs, de manière honteuse, inconsciente ou incontrôlée [...], il faut donc éviter de se priver de cette ressource scientifique tout à fait irremplaçable qu’est une expérience sociale préalablement soumise à la critique sociologique [...]. Contre l’orthodoxie méthodologique qui s’abrite sous l’autorité de Max Weber et de son principe de « neutralité axiologique » (Wertfreiheit), je crois profondément que le chercheur peut et doit mobiliser son expérience, c’est-à-dire ce passé, dans tous ses actes de recherche », Bourdieu Pierre, « L’objectivation participante », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 150, 2003, p. 51-55.

3 Bourdieu Pierre, Wacquant Loïc, Réponses. Pour une anthropologie réflexive, Paris, Seuil, 1992, p. 180.

4 Becker Howard, Peretz Henri, Les ficelles du métier (préface pour le public français), Paris, La Découverte, 2002, p. 13.

5 Ernaux Annie, La Honte, Paris, Gallimard, 1997, p. 61.

6 Lahire Bernard, Tableaux de familles. Heurs et malheurs scolaires en milieux populaires, Paris, Seuil, 1995, coll. « Points essais ».

7 « La personnalité de l’enfant, ses « raisonnements » et ses comportements, ses actions et réactions, sont insaisissables en dehors des relations sociales qui se tissent, initialement, entre lui et les autres membres de la constellation familiale, dans un univers d’objets liés aux formes de relations sociales intra-familiales », Ibid., p. 16.

8 Lahire Bernard, op.cit., p. 284-285.

9 « Alors que la confrontation peut laisser le bourgeois indifférent puisqu’il est étranger à cet univers et ne se trouve pas directement concerné, le transclasse est sur des charbons ardents et se sent menacé, car il s’identifie et craint d’être identifié malgré lui à son ancien milieu » (p. 168).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Damien Boone, « Plongée philosophique dans l’exception sociologique : les causes de la non-reproduction. Voyage en plusieurs classes », Lectures [En ligne], Les notes critiques, 2014, mis en ligne le 03 octobre 2014, consulté le 07 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15678

Haut de page

Rédacteur

Damien Boone

Damien Boone (CERAPS) est docteur en science politique de l'université Lille 2 Sa thèse a notamment porté sur les formes de socialisations au politique dans les conseils d'enfants.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page