Navigation – Plan du site

François Dubet (dir.), Inégalités et justice sociale

Eric Keslassy
Inégalités et justice sociale
François Dubet (dir.), Inégalités et justice sociale, Paris, La Découverte, coll. « Recherches », 2014, ISBN : 978-2-7071-7842-8.
Haut de page

Texte intégral

1Avec cet ouvrage collectif, François Dubet poursuit son inlassable et nécessaire contribution à l’éclairage des citoyens autour de la notion d’inégalité. Réunissant les meilleurs spécialistes des questions abordées, cette somme est issue d’un colloque qui s’est tenu à Bordeaux en 2013. Elle permet ainsi de faire le point sur les avancées de la recherche qui lie Inégalités et justice sociale.

2Dans son introduction, François Dubet explique très clairement que l’objectif de ce livre n’est pas encore de mettre en évidence telle ou telle inégalité mais de répondre à des questions qui structurent l’analyse des inégalités sociales. Les axes retenus sont au nombre de quatre et déterminent les parties de l’ouvrage : comment définir les inégalités ? ; inégalités justes et injustes ; inégalités et expériences sociales ; les sociologues sont-ils utiles ?

3La première partie se donne pour objectif de trouver une définition aux inégalités. Avec les « révolutions démocratiques » du XVIIIsiècle et du XIXe siècle, l’égalité devient à la fois un principe juridique et une valeur. Mais cette « affirmation égalitaire » est longtemps restée en contradiction avec les inégalités de classe. Le paradoxe actuel est que les inégalités sociales s’approfondissent au moment même où les classes sociales paraissent s’effacer. Luc Boltanski démontre néanmoins tout l’intérêt de continuer à offrir des représentations organisées de la société – pouvant inclure les classes sociales – de façon à ce que les acteurs puissent prendre conscience des inégalités qui les frappent et ensuite augmenter leur capacité à s’y opposer. Si les classes sociales paraissent s’épuiser, c’est aussi qu’une lecture en termes d’égalité des chances démocratique s’est progressivement imposée. Pierre Rosanvallon en restitue l’origine et s’attache à montrer qu’il s’agit d’une forme (particulière) de la justice sociale, reposant principalement sur la responsabilité individuelle. Pour autant, cela ne signifie pas que les théories qui mettent en avant cette égalité des chances doivent nécessairement être rejetées. À cet égard, Alain Renaut rappelle, à juste titre, l’importance du principe de différence et du principe du maximin de la théorie rawlsienne. La contribution de Danilo Martuccelli montre d’ailleurs qu’une société néo-libérale, en l’occurrence celle du Chili, peut tout à fait « réussir » : en dépit des inégalités qui continuent d’y exister et de la perception forte de l’injustice sociale, les Chiliens sont entre 60 % et 80 % à se considérer comme appartenant à la classe moyenne (en raison d’une véritable hausse du niveau de vie, notamment). La situation n’est évidemment pas idéale mais on peut pourtant observer que les revendications sociales démontrent d’abord une adhésion du peuple au modèle néo-libéral (par exemple, lorsqu’il s’agit de réclamer une société plus fluide, qui permettrait la mobilité sociale). Un dernier texte, de Didier Lapeyronnie, clôture cette première partie pour montrer combien, dans les banlieues populaires françaises, on se replie sur soi pour mieux résister aux inégalités, et combien on finit par établir une « morale des inégalités ».

4La première contribution de la seconde partie de l’ouvrage, proposée par Alain Renaut, utilise la philosophie politique pour définir une grille conceptuelle de la démocratie. La question centrale qu’il se permet de poser est : toutes les inégalités induites par les différences sont-elles injustes ? Les inégalités de genre, par exemple, sont-elles nécessairement injustes ? Derrière la provocation, il y a la volonté de montrer que certaines inégalités sont plus injustes que d’autres et qu’il faut bien en conclure que la justice sociale vise finalement à définir les inégalités qui sont acceptables. Un peu plus loin, Michel Forsé s’interroge : les critères qui permettraient de distinguer les inégalités justes des inégalités injustes sont-ils relatifs à une société particulière ou relèvent-ils de normes universelles ? À l’aide d’enquêtes européennes, le sociologue conclut que les individus se réfèrent à un nombre limités de principes : besoin, équité et égalité. Il montre alors que le contexte social n’est pas si déterminant. Le texte suivant, de Fabienne Brugère, offre pourtant une autre lecture : la distinction entre inégalités justes et inégalités injustes relèveraient « d’abord de l’expérience subjective des individus qui exigent d’être reconnus pour ce qu’ils sont et ce qu’ils font, et définissent ainsi ce qui est bon et juste pour eux » (p. 14). Les deux contributions suivantes raniment le débat sur les inégalités scolaires : Marie Duru-Bellat montre combien les indicateurs statistiques retenus partent d’un choix moral – et ont finalement conduit à imposer un modèle de l’égalité des chances qui peut se révéler… injuste ; Anne Barrère explique que la dénonciation des inégalités sociales dans le système scolaire a finalement fait oublier le premier objectif de l’école : l’éducation.

5La troisième partie se concentre sur les expériences sociales. Les discriminations sont particulièrement mal vécues par les acteurs qui doivent les « supporter » : Michèle Lamont nous raconte les expériences de trois minorités – les Noirs au Brésil et aux États-Unis, et les Juifs éthiopiens en Israël. De son côté, Nikola Tietze compare les mécanismes de revendication des minorités musulmanes d’Allemagne et de France et démontre que les revendications collectives sont imprégnées des valeurs et des codes (notamment langagiers) qui caractérisent les politiques publiques des deux côtés du Rhin. La troisième contribution de cette partie concerne les inégalités jugées comme les plus « résistantes » par François Dubet : les inégalités de genre. En s’emparant du cas des polytechniciennes, c’est-à-dire de femmes ultra-qualifiées, Catherine Marry montre que le modèle conjugal traditionnel reste toujours extrêmement vivace, y compris pour des femmes ultra-qualifiées, donc. À rebours d’une idée que l’on croyait définitivement établie par de nombreuses enquêtes précédentes, François de Singly montre, lui, que les couples les plus fusionnels sont aussi les plus égalitaires. Il n’y aurait désormais plus la volonté de se préserver une part de vie indépendante pour que l’égalité se diffuse dans la cellule conjugale. Enfin, Marc-Henry Soulet montre que l’activité des travailleurs sociaux consiste à définir et à régler sans cesse des problèmes de justice. Les ayants droit sont victimes d’inégalités : sont-elles nécessairement injustes ? Dans quelle mesure l’aide sociale apportée par l’État est-elle légitime ? Ce sont des questions qui accompagnent l’action quotidienne des travailleurs sociaux qui, au cas par cas, définissent finalement une philosophie sociale pratique.

6La dernière partie se pose une question : les sociologues sont-ils utiles ? Ceux qui s’intéressent aux questions liées aux inégalités pensent presque toujours que leurs recherches peuvent faire « bouger les choses » – même de façon marginale. L’expérience de Dominique Schnapper est ici particulièrement intéressante : sociologue de renom, elle est nommée au Conseil constitutionnel pour la qualité de ses travaux sur la République, la Nation et la citoyenneté. Au cours des séances de l’institution, elle est frappée par le fait que le point de vue sociologique y est largement… ignoré ! Racontant une toute autre expérience, qui passe notamment par la collaboration active avec les politiques au moment où les politiques de la ville sont imaginées, Jacques Donzelot montre également combien il est difficile pour les sociologues de se faire entendre des politiques. Il déplore en particulier le dédain manifesté, à ses yeux, par les hauts fonctionnaires et regrette tout particulièrement l’instrumentalisation de ses travaux (mis en avant pour des raisons politiques sans que les mesures deviennent effectives). De son côté, Alain Caillé a davantage cherché à transformer son milieu professionnel en montrant que les sciences sociales portent des valeurs et des principes qui méritent d’être mis en œuvre. Pour lui, il faut dépasser les recherches théoriques pour trouver des moyens de les appliquer dans le « monde réel ». C’est loin d’être chose aisée dans la mesure où le monde politique reste trop souvent sourd aux sciences sociales. Une dernière contribution, celle de Michel Wieviorka, montre encore que l’expérience sociologique ne parvient guère à convaincre au sein du monde politique : les hommes politiques font d’abord de la politique, par des sciences sociales appliquées. Mais Michel Wieviorka souligne la responsabilité du monde intellectuel et scientifique qui ne fait pas toujours les efforts nécessaires pour mettre son savoir à la portée du plus grand nombre et qui ne s’engagent pas suffisamment dans le débat public. Alors, les sociologues sont-ils utiles ? Oui, répond Alain Touraine, à la condition qu’elle parvienne à imposer la voix des acteurs sociaux dans l’espace public, tant celle des nouveaux mouvements sociaux que celle d’individus qui se battent contre… les inégalités auxquelles ils sont confrontés. Inégalités et justice sociale est un livre ambitieux qui parvient pourtant à s’adresser au plus grand nombre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Keslassy, « François Dubet (dir.), Inégalités et justice sociale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 06 octobre 2014, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15687

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page