Navigation – Plan du site

Cornelia Hummel, Isabelle Mallon, Vincent Caradec (dir.), Vieillesses et vieillissements. Regards sociologiques

Michèle Pagès
Vieillesses et vieillissements
Cornelia Hummel, Isabelle Mallon, Vincent Caradec (dir.), Vieillesses et vieillissements. Regards sociologiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Le sens social », 2014, 403 p., ISBN : 978-2-7535-2946-5.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage se présente comme un manuel exposant, à partir de trois entrées principales, les recherches francophones les plus récentes sur les vieillesses et les vieillissements. Le pluriel affiché dans le titre de l’ouvrage est là pour rappeler que les points de vue pour appréhender ces moments des parcours biographiques et l’avancée en âge contribuent à dessiner les contours d’un objet complexe, pluridimensionnel dont les enjeux politiques, économiques, sociaux sont explorés.

  • 1 Guillemard, Anne-Marie, « Dynamiques des politiques de la vieillesse en France depuis 1945. Constru (...)

2Le premier fil directeur suivi par les articles concerne l’exploration comparative de la construction politique des problèmes de la vieillesse. A.M. Guillemard, auteure de deux articles1 s’attache d’une part, à rendre compte, par l’analyse socio-historique de la formation des politiques de la vieillesse en France, de l’existence de deux systèmes d’action qui ont conduit le développement de celles-ci montrant en particulier combien ces systèmes sont l’expression des rapports tensionnels et des modes d’articulation entre l’État et la société. Elle se penche d’autre part sur l’emploi des seniors à partir du constat, général dans les pays développés, d’un vieillissement de la population en âge d’activité. Ici, l’enjeu de l’approche comparée de l’emploi des 55-64 ans (les trajectoires professionnelles de la seconde partie de carrière) est de montrer en quoi la définition du « salarié âgé » est une construction sociale relative aux contextes sociétaux nationaux, et ce faisant de permettre la dénaturalisation de la notion d’âge. L’intérêt de ce second article réside dans le croisement d’une approche néo-institutionnaliste et d’une perspective cognitive des politiques publiques (emploi et protection sociale) conduisant à la mise en évidence des dynamiques de la combinaison des agencements institutionnels et des stratégies des acteurs qui s’actualisent dans la typologie des trajectoires de la seconde partie de carrière que présente l’auteure démontrant ainsi que chacun des types distingués correspond à une « culture des âges » spécifique.

  • 2 Puijalon Bernadette, Trincaz Jacqueline, « L’injonction normative au “bien vieillir ” » (pp. 61 à 7 (...)
  • 3 Hugentobler Valérie, « La question de l’équité intergénérationnelle : problème social ou subterfuge (...)
  • 4 Ennuyer Bernard, « La construction du champ de la dépendance. De la définition du mot au débat sur (...)
  • 5 Le Bihan Blanche, Martin Claude, « Dépendance, soins de longue durée et politiques publiques en Eur (...)

3D’autres voies sont également explorées du point de vue de la construction politique des problèmes de la vieillesse en particulier « l’injonction normative au bien vieillir »2 qui apparaît à bien des niveaux paradoxale : les « seniors » devant à la fois rester partie prenante de la vie économique mais sans faire concurrence aux plus « jeunes » actifs et les invitations à se montrer « actifs » côtoient celles à se retirer, à s’abstenir ou à ne pas gêner. Les formes de solidarités intergénérationnelles sont également interrogées sous deux angles particulièrement heuristiques et stimulants : celui de l’équité3 et celui de la dépendance4. Ce dernier est également analysé à partir des soins de longue durée et des politiques publiques qui en sont en charge en Europe5. Les travaux montrent ici que le familialisme (à travers la création de la catégorie des « aidants familiaux ») semble être le principal moteur des politiques de soins de longue durée illustré par un éclairage sur la maladie d’Alzheimer.

  • 6 Charpentier Michelle, Quéniart Anne, Lebreton Christelle, « Regards féministes sur les vieillisseme (...)
  • 7 Henaff-Pineau Pia, Vieillir sportif, le nouveau mode de vie des « seniors », (pp. 241-256).
  • 8 Nowik Laurent, « La mobilité résidentielle des retraités » (pp. 257-270).
  • 9 Attias-Donfut Claudine, « Les vieillesses immigrées » (pp. 161 à 174).

4Le second fil directeur déroulé est celui de la diversité des modes de vie à la vieillesse et des cadres sociaux dans lesquels cette période de la vie se réalise. Cette réflexion s’inaugure avec un regard féministe6 sur ce qui constitue une constante : la vieillesse comme univers majoritairement féminin, longtemps invisible, masquée par une approche asexuée du vieillissement. L’âge finit par rencontrer le genre dans les années 90/2000. Les recherches féministes ont rendu compte des perceptions du vieillissement par et sur les femmes âgées et montré combien une vision négative du vieillissement est à mettre en rapport avec la définition dominante de la féminité et de l’univers normatif de beauté et de jeunesse qui l’enserre. Mais ces recherches ont également montré combien, malgré l’intériorisation de cet univers normatif, des femmes lui résistent en trouvant d’autres types de références. L’éclairage par les activités sportives des « seniors »7 en nette augmentation pour les deux sexes depuis une trentaine d’années nous permet de retrouver l’injonction du « bien vieillir » décliné en « vieillir en bonne santé » portée par le milieu médical pour lequel le mouvement est considéré comme une modalité préventive et curative des affres du vieillissement et présentant en contrepoint l’image de la sédentarité comme risque sanitaire. Toutefois le « vieillir sportif » convoque des déterminants multiples : le genre, le niveau de diplôme, l’appartenance générationnelle, les socialisations corporelles de la jeunesse ainsi que des épisodes biographiques tels qu’un divorce, un veuvage produisant des conceptions de l’exercice sportif et des trajectoires bien différenciées. Le mouvement ne caractérise pas que le corporel, la mobilité résidentielle est également un élément de transformation des modes de vie au cours du vieillissement8. Trois logiques président à la mobilité au cours de la retraite : à la recherche d'un lieu de vie/loisir au passage de l'activité à la retraite, succèdent des types de mobilité centrés sur les caractéristiques du logement et du territoire dans lequel il est inscrit, enfin dans le « grand âge », la mobilité est plus contrainte par les situations de dépendance ou de « perte d’autonomie ». Les mouvements migratoires ne sont pas toujours marqués par leur ancrage dans un territoire national et les travaux sur vieillesses immigrées9 peuvent être mobilisés pour montrer combien ici également la coexistence d’une diversité d’expériences constituant un véritable défi pour les politiques sociales non seulement en France mais aussi en Europe. Une des caractéristiques les plus communes du vieillissement du point de vue des modes de vie est l’expérience de la grand-parentalité interrogeant la porosité des frontières de la sociologie de la vieillesse et la sociologie de la famille. Ce sont ici les transformations des relations familiales qui sont interrogées dans ce moment du parcours de vie en particulier en Suisse. L’exercice de la grand-parentalité du point de vue des relations familiales reste encore un univers en friche avec de nombreuses perspectives de recherche qui pourraient inclure ce que les nouvelles formes familiales (recompositions familiales, monoparentalité) transforment de cet univers relationnel.

  • 10 Caradec Vincent, « Transitions du vieillissement et épreuve du grand âge » (pp. 273-288).
  • 11 Membrado Monique, Mantovani Jean, « Vieillir et voisiner : de la sociabilité aux solidarités ? » (p (...)
  • 12 Lavoie Jean-Pierre, Membrado Monique, « Prendre soin d’un parent âgé. La part du lien familial » (p (...)
  • 13 Mallon Isabelle, « Vieillir en maison de retraite » (pp. 323-336).
  • 14 Renaut Sylvie, Ogg Jim, « Penser son vieillissement : l’expérience du logement » (pp.337-340).
  • 15 Anchisi Annick, Debons Jérôme, « Travailler auprès de personnes âgées à domicile et en institution  (...)

5La jonction est ainsi faite avec le troisième fil directeur de l’ouvrage qui interroge plus précisément cette diversité d’expériences du vieillissement. Celle-ci se décline selon un double regard, celui qui porte sur les personnes âgées elles-mêmes et celui qui se focalise sur les « accompagnants ». Contrairement à l’image bipolaire (le senior actif et le grand âge dépendant) de la vieillesse et de l’expérience du vieillissement, Vincent Caradec10 propose d’examiner les épreuves qui la jalonnent. Elles impliquent, dans les moments de transition qui la marquent, à la fois une réorganisation de la vie quotidienne et d’autres contraintes et des difficultés nouvelles. Il montre que ces épreuves sont vécues différemment en fonction des ressources (matérielles, culturelles, symboliques) que peuvent mobiliser les personnes âgées et que les inégalités sociales dans le parcours du vieillissement sont le produit des inégalités sociales connues dans l’ensemble du cycle de vie. Parmi ces ressources, le voisinage11 reste un support de sociabilité et un enjeu de solidarité, même si l’isolement relationnel augmente avec l’âge. S’il s’agit de maintenir avec eux une « bonne distance », les voisins sont également mobilisables occasionnellement, ils peuvent aussi assurer une fonction de surveillance. Mais les liens de voisinage ne jouent pas le même rôle que les relations familiales et restent encore un point obscur de ce que l’on appelle le « support social ». La part du lien familial dans ce dernier est importante mais en même temps, elle connaît des fluctuations et des modifications du fait même des transformations des dynamiques intrafamiliales12. Et lorsque ces formes de solidarité ne peuvent pas ou plus s’exercer, des formes institutionnelles assurent la « prise en charge » de l’organisation quotidienne domestique. Parmi elles, les maisons de retraite13 constituent un des univers sociaux que les personnes âgées peuvent éventuellement connaître ; leur existence et les aménagements, ajustement, stratégies qu’elles nécessitent pour les personnes âgées rappellent combien l’expérience du logement14 est un enjeu important dans ces périodes du parcours de vie. Cette solution de prise en charge peut parfois être évitée ou différée par l’intervention de professionnels de la gérontologie. Mais ces dispositifs d’aide et de soins à domicile15, et en particulier les métiers de proximité (aides à domicile par ex.) qu’ils recoupent, sont le lieu de tensions dans le sens où l’accomplissement des tâches qui leur incombent est peu gratifiant et que le travail qui est réalisé est marqué par les contraintes tant physiques que relationnelles.

6Même si les représentations communes de la vieillesse ont été déconstruites, on peut tout de même regretter que les différentes catégories de nomination des « vieux » n’aient pas été questionnées. Cela n’invalide en aucun cas tout l’intérêt de l’ouvrage, richement documenté, qui atteint son objectif. Il est d’autant plus réussi qu’à la fois il propose des éléments de compréhension de cet âge de la vie, de ce moment biographique et des expériences qu’il génère, qu’il explicite en second lieu la pluralité des points de vue théoriques qui ont pu les appréhender, pour enfin dévoiler de nouvelles perspectives de recherche dans un champ encore largement inexploré. Dans ces perspectives, il semble que l’appréhension de la corporéité dans le vieillissement soit une voie particulièrement heuristique pour interroger politiques sociales, cadres sociaux de la vieillesse et expériences des vieillissements.

Haut de page

Notes

1 Guillemard, Anne-Marie, « Dynamiques des politiques de la vieillesse en France depuis 1945. Construction du problème et formation d’une politique publique » (pp. 23 à 40) et « L’emploi des seniors, vers une théorie comparée de l’activité en seconde partie de carrière) » (pp. 73 à 92).

2 Puijalon Bernadette, Trincaz Jacqueline, « L’injonction normative au “bien vieillir ” » (pp. 61 à 72).

3 Hugentobler Valérie, « La question de l’équité intergénérationnelle : problème social ou subterfuge politique ? » (pp. 97-110).

4 Ennuyer Bernard, « La construction du champ de la dépendance. De la définition du mot au débat sur le “ cinquième risque” » (pp. 111-128).

5 Le Bihan Blanche, Martin Claude, « Dépendance, soins de longue durée et politiques publiques en Europe », (pp. 129-142).

6 Charpentier Michelle, Quéniart Anne, Lebreton Christelle, « Regards féministes sur les vieillissements au féminin » (pp. 149- 160).

7 Henaff-Pineau Pia, Vieillir sportif, le nouveau mode de vie des « seniors », (pp. 241-256).

8 Nowik Laurent, « La mobilité résidentielle des retraités » (pp. 257-270).

9 Attias-Donfut Claudine, « Les vieillesses immigrées » (pp. 161 à 174).

10 Caradec Vincent, « Transitions du vieillissement et épreuve du grand âge » (pp. 273-288).

11 Membrado Monique, Mantovani Jean, « Vieillir et voisiner : de la sociabilité aux solidarités ? » (pp. 305-318).

12 Lavoie Jean-Pierre, Membrado Monique, « Prendre soin d’un parent âgé. La part du lien familial » (pp. 341-352).

13 Mallon Isabelle, « Vieillir en maison de retraite » (pp. 323-336).

14 Renaut Sylvie, Ogg Jim, « Penser son vieillissement : l’expérience du logement » (pp.337-340).

15 Anchisi Annick, Debons Jérôme, « Travailler auprès de personnes âgées à domicile et en institution » (pp. 376-384).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michèle Pagès, « Cornelia Hummel, Isabelle Mallon, Vincent Caradec (dir.), Vieillesses et vieillissements. Regards sociologiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 06 octobre 2014, consulté le 27 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15692

Haut de page

Rédacteur

Michèle Pagès

Maître de Conférences de Sociologie, Département de Sociologie de l’Université d’Aix-Marseille, chercheure au Laboratoire Méditerranéen de Sociologie (Maison Méditerranéenne de Sciences de l’Homme – Aix-en Provence) UMR CNRS. Ses travaux portent sur les formes de conjugalité et sur la construction sociale des rapports au corps, ces deux thématiques étant interrogées du point de vue des rapports sociaux de sexe

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page