Navigation – Plan du site

Laurent Vinatier, Tchétchènes : une diaspora en guerre

Anatole Danto
Tchétchènes : une diaspora en guerre
Laurent Vinatier, Tchétchènes : une diaspora en guerre, Paris, Editions Pétra, coll. « Monde en migrations », 2013, 292 p., ISBN : 978-2-84743-085-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Guerre en Tchétchénie, exil et diaspora : étude des structurations communautaires tchétchènes à l’é (...)
  • 2 Institut français d’études anatoliennes.

1Actuellement consultant politique et chercheur associé à l’Institut Thomas More (think tank d’opinion), Laurent Vinatier a soutenu en 2008 une thèse de doctorat en sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Paris, sous la direction d’Olivier Roy1. S’intéressant à la diaspora tchétchène, ce travail universitaire a été utilisé pour la rédaction de l’ouvrage présenté ici. Tout en étant un « essai narratif », comme le signale l’auteur dès le premier paragraphe du prologue, ce livre est une adaptation de sa thèse, sous un format peu habituel, mais néanmoins précis et intéressant. Il a été publié en 2013 dans la collection « Mondes en migrations », dirigée par Adeline Braux, actuelle responsable de l’antenne de l’IFEA2 à Bakou (observatoire du Caucase), et Catherine Withol de Wenden, directrice de recherche au CNRS.

  • 3 Cette théorie n’a jamais été confirmée, comme le prouve l’arrêt de la Cour Européenne des Droits de (...)

2Succession de trente courts chapitres, ce livre de près de 300 pages suit les itinéraires de cinq jeunes hommes tchétchènes, plus ou moins contraints de quitter le territoire de l’ancienne petite république tchétchène d’Itchkérie. Les premières pages sont un prologue présentant la finalité du récit, les cinq personnages principaux (et les chapitres où ils interviennent, permettant ainsi une lecture autre que linéaire pour des initiés) et quelques personnages secondaires. On trouve également un bref historique sur les deux guerres successives de Tchétchénie (1994-1996 et 1999-2000) et une courte biographie d’Anzor Maskhadov, que l’on suivra tout au long des chapitres. Son père, l’ancien président Aslan Maskhadov, était reconnu internationalement après sa victoire légitime au scrutin tchétchène de 1997 ; il aurait été tué par les forces russes en 20053 (le premier chapitre est d’ailleurs consacré à cet épisode).

3En fin d’ouvrage, à la suite de l’épilogue, Laurent Vinatier a aussi inclus quatre annexes. La première est consacrée aux règles de translittération et de transcription entre alphabet cyrillique et alphabet latin, que l’on retrouve dans sa thèse, et qui s’avèrent utiles lors de recherches sur ces sujets. La seconde et la troisième présentent une chronologie croisée entre l’histoire du territoire tchétchène et celles de ses personnages, et un mémo sur les principaux personnages historiques liés aux deux guerres. Enfin, la dernière expose une bibliographie complète venant clore le livre, qui s’intéresse aussi bien aux diasporas (migrations et exil), qu’au Caucase et à la Tchétchénie.

4L’ensemble de ces ressources permet à un néophyte de comprendre globalement les problématiques afférentes à cet espace, et de mieux aborder le cœur de l’ouvrage : la trentaine de chapitres dédiés au suivi de l’exil et de l’installation en diaspora d’une partie de la population tchétchène, issue de l’intelligentsia, observés au travers des migrations vers l’Occident ou la Russie de cinq jeunes hommes âgés de 20 à 30 ans. Cet effort de précision est par ailleurs complété par de fréquentes notes de bas de pages, ou des extraits d’entretiens menés par Laurent Vinatier au cours de sa thèse auprès de personnes liées de près ou de loin à la Tchétchénie, qu’elles soient itchkéristes ou non. Toutefois, il convient de signaler que sur les cinq principaux protagonistes de cet essai, un seul est un personnage réel (Anzor Maskhadov), tandis que les quatre autres sont des figures fictives de la diaspora tchétchènes, inspirées de différents parcours rencontrés par l’auteur lors de l’élaboration de sa thèse. De même, certains discours ou certains faits sont librement écrits par le chercheur, et ne reflètent donc pas la vérité même. Le texte du livre est un essai basé sur des faits historiques tangibles, mais avec des détails quelque peu déformés ou interprétés par l’auteur pour les besoins de la rédaction, qui à certains moments devient alors plus proche d’une fiction que d’un travail de thèse.

  • 4 Service fédéral de sécurité russe, ФСБ ou Федеральная служба безопасности Российской Федерации.

5Au cours des différents chapitres, on assiste à la création d’une néo-diaspora tchétchène en Europe, en Amérique du Nord, mais également en Russie, avec pour toile de fond les deux guerres successives. Cependant, de nombreux autres aspects de l’histoire contemporaine tchétchène sont traités dans ces pages, liés également au conflit, mais parfois abordés séparément dans les médias, ou peu connus des non-initiés, à l’instar de la place de l’islam dans le Caucase russe, des actes terroristes locaux, de la politique fédérale russe en matière d’autonomie accordée à ses républiques, ou encore des pratiques du FSB4 et autres services de sécurité russes. Des événements importants pour la Ciscaucasie sont également exposés, comme la prise d’otage dans une école de la ville de Beslan, en Ossétie du nord, lors de la rentrée scolaire de septembre 2004.

6Structurés en trois parties (intitulées « fuir », « s’adapter » et « agir »), les chapitres du récit amènent petit à petit le lecteur à comprendre comment a réagi une partie de la population tchétchène, cultivée, éduquée et politisée, suite à la seconde guerre. Après des hésitations, l’exil a été choisi par beaucoup, malgré tout ce que cela comporte comme difficultés (administratives au départ, culturelles / d’adaptation ensuite). Une phase de structuration de la diaspora tchétchène a ensuite eu lieu, comme en Norvège dans les années 2000 (dont l’exemple est repris par Laurent Vinatier). Enfin, cette diaspora a tenté, et tente encore, de nombreuses actions pour promouvoir, voire défendre la Tchétchénie, aussi bien auprès de la Russie que des pays européens et caucasiens (avec la notion de globalisation de la lutte tchétchène, portée aussi bien par la diaspora politisée que par la guérilla islamiste locale). Ce récit laisse également apparaître les difficultés que peuvent engendrer la cohabitation de plusieurs ethnies et religions sur un territoire restreint comme le Caucase, avec l’expansion du conflit tchétchène au sein des régions voisines, comme le Daghestan, l’Ingouchie, ou la Kabardino-Balkarie.

7Richement étayé par différents apports, ce récit offre une vision exhaustive des problématiques tchétchènes. Rédigé à la manière d’un essai, il permet une lecture fluide des nombreux chapitres. Libre au lecteur d’approfondir encore ses connaissances sur la géopolitique de la Tchétchénie grâce aux différentes ressources présentées en prologue, épilogue ou annexes, aux nombreuses notes et à la bibliographie terminale.

Haut de page

Notes

1 Guerre en Tchétchénie, exil et diaspora : étude des structurations communautaires tchétchènes à l’étranger entre 1997 et 2007, Laurent Vinatier, thèse dirigée par Olivier Roy, Paris, Sciences Po, 2008.

2 Institut français d’études anatoliennes.

3 Cette théorie n’a jamais été confirmée, comme le prouve l’arrêt de la Cour Européenne des Droits de l’Homme n° 170 du 6 juin 2013.

4 Service fédéral de sécurité russe, ФСБ ou Федеральная служба безопасности Российской Федерации.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anatole Danto, « Laurent Vinatier, Tchétchènes : une diaspora en guerre », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 08 octobre 2014, consulté le 05 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15720

Haut de page

Rédacteur

Anatole Danto

Étudiant en master 2 recherche de géographie à l’université de Bretagne occidentale (Brest).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page