Navigation – Plan du site

Julian Mischi, Le communisme désarmé. Le PCF et les classes populaires depuis les années 1970

Nicolas Simonpoli
Le communisme désarmé
Julian Mischi, Le communisme désarmé. Le PCF et les classes populaires depuis les années 1970, Marseille, Agone, coll. « Contre-feux », 2014, 332 p., ISBN : 978-2-7489-0216-7.
Haut de page

Texte intégral

1Le parti communiste français (PCF) a longtemps mis en avant son ancrage – électoral et militant – au sein des classes populaires. Ambitionnant de se constituer en « parti de la classe ouvrière », l’organisation communiste a permis d’affirmer l’existence de groupes sociaux historiquement exclus des sphères de la représentation politique. Toutefois, l’organisation communiste ne peut être perçue dans une approche transhistorique. Ainsi, le PCF « ouvriériste » des années 1930 n’est pas similaire au parti déclinant des années 1990, il s’agit donc de comprendre comment s’est progressivement transformé le rapport de l’organisation à ses électeurs et à ses militant. C’est ce que propose d’interroger Julian Mischi dans cet ouvrage. Au travers d’une analyse de plusieurs territoires communistes (Saint-Nazaire, Longwy, Grenoble, l’Allier), il questionne l’évolution des relations entre le PCF et les classes populaires, ces dernières étant circonscrites « à l’univers des salariés d’exécution » (p. 10). Dans cette étude, le sociologue de l’INRA accorde une attention particulière aux bouleversements externes et internes qu’a connus le parti, ce qui lui permet de faire l’hypothèse que « depuis les années 1970, le communisme a tout autant été désarmé par ses adversaires socialistes et de droite, dans un contexte général d’offensive néolibérale, qu’il s’est désarmé lui-même, en abandonnant l’ambition de représenter prioritairement les classes populaires » (p. 9).

2« Le groupe a perdu en cohésion sociale et idéologique. Mais de ce déclin de la classe ouvrière comme classe, il ne faudrait pas en conclure à la fin des ouvriers » (p. 27). En effet, cette catégorie de salariés représente en 2010 un quart de la population active française, selon l’INSEE, et n’a donc pas « disparu » de l’espace social. Néanmoins, elle a connu une recomposition importante sur les plans tant économique que politique. La désindustrialisation de l’économie nationale a participé à une précarisation des conditions d’emploi des ouvriers ; le groupe se trouve éclaté dans les différentes activités du secteur tertiaire ; les formations manuelles ont été confisquées par l’institution scolaire et ne sont plus transmises par les pairs ; les contrats d’intérim se substituent au statut d’ouvrier professionnel ; etc. Ces transformations externes concourent à une remise en cause d’une « identité ouvrière » commune. En effet, le déclin de l’industrie occasionne une relégation professionnelle, géographique et sociale des ouvriers, participant à l’affaiblissement des liens de la solidarité de classe. Pour Julian Mischi, ces processus ne peuvent être compris que corrélativement aux logiques internes du mouvement ouvrier, qui a progressivement perdu son rôle unificateur au cours des années 1980. Ainsi, à partir de 1981, le PCF devient « la caution ouvrière du gouvernement » (p. 45). En s’associant à l’État et aux industriels, les institutions syndicales et partisanes vont progressivement se distancier de leurs bases populaires. L’un des exemples les plus documentés concerne les grèves des aciéries de Longwy, qui se déroulent au début des années 1980. Au cours du conflit des sidérurgistes, les directions du PCF et de la CGT vont refréner les initiatives autonomes des grévistes (suppression de la radio Lorraine Cœur d’Acier) et promouvoir les propositions étatiques formulées par les dirigeants socialistes (plan Fabius de reconversion industrielle) entrainant des oppositions au sein même de leurs organisations.

  • 1 Gaston Plissonnier fut membre du bureau politique de 1964 à 1990. Il était notamment responsable du (...)
  • 2 À ce propos, voir également Catherine Leclercq, in Fillieule Olivier (dir.), Le désengagement milit (...)

3Cette distance prise avec les classes populaires est perceptible au travers du recrutement militant du PCF. La signature du Programme commun d’union de la gauche en 1972, avec le parti socialiste, marque une période d’ouverture du parti communiste. Les nouveaux adhérents sont en majorité non-ouvriers et ont l’opportunité d’accéder rapidement à des responsabilités au sein de l’organisation. C’est particulièrement le cas des enseignants qui tirent avantage, dans leur désignation à la tête de cellules ou de sections, des ressources scolaires et sociales dont ils disposent. Toutefois, dès 1978, la rupture de l’alliance avec le camp socialiste fournit le prétexte d’un repli vers des bases ouvriéristes, comme l’illustre la critique formulée par G. Plissonnier à propos de « la marginalisation des militants ouvriers »1. Dans ce changement de configuration, l’appartenance ouvrière redevient une ressource valorisée pour accéder aux postes de direction. Les divergences entre les générations d’adhérents se font alors jour, en particulier au travers des conflits opposant les « pédagos » et les « prolos ». Les militants ouvriers, bien que critiques à l’égard de la politique de fermeture mise en place par Georges Marchais, y trouvent la possibilité de se réapproprier la direction de « leur » parti2. Cependant, les cadres promus au sein de l’institution sont généralement les héritiers de l’engagement partisan, plus que de la condition ouvrière. Cette génération de « la bureaucratisation du militantisme communiste » (p. 71) accède rapidement aux fonctions de permanent du parti et n’exerce que peu de temps un métier d’exécution, ce qui explique qu’elle tire sa légitimité de l’appareil partisan et non pas de son appartenance effective aux classes populaires. Comme l’explique Julian Mischi, « les responsables promus à partir des années 1970 sont ouvriéristes sans avoir été ouvriers » (p. 73). Progressivement, les directions des instances communistes vont voir disparaître les cadres ouvriers, comme l’attestent les statistiques des congrès nationaux. Alors qu’en 1967, 40% des délégués appartiennent à cette catégorie, ils ne sont plus que 9% en 2009. Cette « désouvriérisation » du parti participe aux transformations du discours de la direction nationale au cours des années 1990. L’ambition est alors d’établir une représentation de la société dans sa « diversité », comme l’explicite la formule de Robert Hue, premier secrétaire général non ouvrier, qui dira vouloir former « un parti des gens » (p. 85). Aujourd’hui, la sélection des cadres communistes profite essentiellement aux fonctionnaires de l’éducation et des collectivités territoriales qui composent le noyau dur des directions locales et nationales.

  • 3 Cette dénomination désigne le siège du PCF qui se situe place du colonel Fabien dans le 19e arrondi (...)

4À partir de ces évolutions structurelles du PCF, Julian Mischi explicite les oppositions et les divergences politiques qui naissent au sein des instances locales en analysant comment les liens de solidarités interpersonnels et inter-organisationnels s’étiolent au sein des territoires communistes. La période de 1978 à 1986 est marquée par une diminution continue des effectifs. Ces départs sont le fruit d’une « conflictualité intense » à propos des orientations prises par la direction du parti. Les archives des fédérations laissent transparaitre le soupçon institutionnel qui entoure progressivement les adhérents du programme commun qui sont désignés du stigmate du réformisme dès lors qu’ils émettent des points de vue septiques. « La solidarité des rangs militants éclate sur fond de suspicion et de méfiance généralisées » (p. 106). Par ailleurs, les aspirations critiques se forment aussi dans les rangs ouvriers qui désapprouvent « le double langage » du colonel Fabien3 et la représentation misérabiliste dont ils sont l’objet. Bien que plus méconnues – du fait d’une autocensure lors des prises de parole publiques – les oppositions ouvrières jouent un rôle prépondérant dans les localités communistes. Les opposants sont alors conduits à se replier sur d’autres formes d’engagements militants telles que l’activité syndicale ou associative. Dans cette perspective, Julian Mischi explicite les « luttes fratricides » qui naissent entre dirigeants cégétistes et cadres communistes. Ces rivalités participent alors à la publicisation des revendications critiques et « soulignent que les cadres du PCF n’ont progressivement plus le monopole de définir qui est communiste, ni de déterminer qui est le plus légitime représentant local du Parti » (p. 159). Cette autonomisation de certaines entités du monde communiste démontre la perte d’influence du parti sur ses territoires. Ce constat est particulièrement prégnant en ce qui concerne les représentants communistes au sein des collectivités territoriales.

  • 4 En décembre 1980, le maire communiste de Vitry-sur-Seine ordonne la destruction d’un foyer Sonacotr (...)

5Le PCF existe aujourd’hui essentiellement par l’intermédiaire de ses élus puisqu’il demeure le troisième parti de France, au nombre de ses élus municipaux. Avec Julian Mischi, il convient alors de s’interroger : le parti communiste n’est-il pas devenu un parti d’élus ? Depuis le début des années 1980, l’organisation a opté pour une valorisation du rôle des élus locaux et du « communisme municipal » censés masquer le déclin des effectifs nationaux. Cependant, cette stratégie de consolidation électorale s’opère au détriment de l’investissement au sein des cellules (notamment d’entreprises) et transforme progressivement le travailleur, qu’il fallait défendre, en un électeur, qu’il faut conquérir. Dès lors, l’action militante se replie autour des instances politiques locales et épouse les formes d’organisation – gestionnaires, professionnelles, techniques… – mises en œuvre par l’ensemble des partis politiques. Les « municipalités ouvrières » perdent leur vocation de lieux de promotion sociale pour les classes populaires, à mesure que le capital militant est dévalorisé au sein des appareils électoraux, au profit d’une professionnalisation et d’une notabilisation de la politique locale. Cette tendance s’illustre dans la méconnaissance dont certains élus communistes font preuve vis-à-vis de la condition sociale des classes populaires issues de l’immigration (Vitry, 1980 et Montigny-lès-Cormeilles, 19814). Investi prioritairement dans l’action électorale et la gestion des collectivités, le PCF a progressivement renoncé à représenter les classes populaires, perdant simultanément son ambition « subversive ».

  • 5 Voir également : Pudal Bernard, Prendre parti : pour une sociologie historique du PCF, Paris, Press (...)

6Dans l’ensemble, cet ouvrage apporte un regard précis sur les transformations structurelles qui ont affecté le PCF depuis le milieu des années 1970. En partie tiré de la thèse de doctorat de l’auteur, il se distingue par son style accessible qui l’inclut tout autant dans la littérature scientifique que dans le débat politique. Les hypothèses qu’il dégage avec beaucoup de finesse nécessiteraient d’être éprouvées et précisées sur d’autres terrains, notamment autour d’une notion centrale de ce travail : les classes populaires. En effet, cette catégorie si facilement appréhendée a priori mériterait une construction sociologique plus poussée, par exemple en affinant la distinction entre classes populaires et groupes ouvriers. Enfin, en explicitant de quelles manières le PCF a progressivement rompu avec bon nombre des particularités qui faisaient sa spécificité sur la scène politique, Julian Mischi interroge une face méconnue de l’héritage de la matrice stalinienne, celle d’un ancrage organisé dans les milieux populaires5. Sans idéaliser le passé communiste, cette approche restitue les ambivalences d’un parti qui a « un temps réussi à bouleverser l’ordre social qui régissait la vie politique française en propulsant des ouvriers et des paysans dans des instances de pouvoir réservées jusque-là aux seuls représentants de la bourgeoisie » (p. 285).

Haut de page

Notes

1 Gaston Plissonnier fut membre du bureau politique de 1964 à 1990. Il était notamment responsable du secteur « montée des cadres », chargé de la gestion du corps des dirigeants du PCF.

2 À ce propos, voir également Catherine Leclercq, in Fillieule Olivier (dir.), Le désengagement militant, Paris, Belin, 2005, coll.« Sociologiquement ».

3 Cette dénomination désigne le siège du PCF qui se situe place du colonel Fabien dans le 19e arrondissent de Paris.

4 En décembre 1980, le maire communiste de Vitry-sur-Seine ordonne la destruction d’un foyer Sonacotra hébergeant de nombreux travailleurs immigrés. En février 1981, Robert Hue, maire de Montigny-lès-Cormeilles, accuse publiquement une famille d’origine marocaine de participer à un trafic de stupéfiants à l’échelle de la commune.

5 Voir également : Pudal Bernard, Prendre parti : pour une sociologie historique du PCF, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1989.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Simonpoli, « Julian Mischi, Le communisme désarmé. Le PCF et les classes populaires depuis les années 1970 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 10 octobre 2014, consulté le 18 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15763

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page