Navigation – Plan du site

Véronique Levan, Ghettos urbains ? La sécurisation aux États-Unis et en France

Lionel Francou
Ghettos urbains ?
Véronique Levan, Ghettos urbains ? La sécurisation aux États-Unis et en France, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Géographie sociale », 2014, 246 p., ISBN : 978-2-7535-3308-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Véronique Levan, « La prévention situationnelle dans l’habitat social : lettre d’Amérique », Questi (...)
  • 2 Oscar Newman, Defensible Space. People and Design in the Violent City, London, The Architectural Pr (...)
  • 3 Yankel Fijalkow, « Politiques urbaines », in Jean-Marc Stébé, Hervé Marchal (dir.), Traité sur la v (...)

1Cela fait déjà de nombreuses années, voire quelques courtes décennies, que les autorités publiques et parapubliques tentent de répondre au problème social de l’insécurité. Tant les habitants que les décideurs politiques ou les chercheurs disposent désormais du recul nécessaire pour analyser les « nouvelles » formes d’action publique qui en découlent et leurs effets pour le moins nuancés. Un tel travail de déconstruction critique des concepts et des dispositifs de la prévention situationnelle s’avère d’autant plus indispensable que nombre d’entre eux ont été appliqués en France et en Europe après une « importation » ou une « traduction » de ce qui se faisait outre-Atlantique. La démarche comparative mise en œuvre par Véronique Levan, chercheuse associée au CESDIP (Centre de recherche sociologique sur le droit et les institutions pénales), se focalise ainsi sur deux contextes locaux, l’un à New York, l’autre à Paris. Elle s’intéresse plus particulièrement au succès de la prévention situationnelle (qui cherche à « modifier la configuration urbaine et la gestion d’un milieu particulier afin de limiter les occasions favorables à des types spécifiques de délits, en agissant sur les perceptions des délinquants potentiels »1) dans les quartiers d’habitat social et au processus d’« indigénisation » de la théorie des « espaces défendables » d’Oscar Newman2. En France, cette indigénisation prend la forme d’une entreprise de « résidentialisation » visant à mettre en évidence les frontières entre les espaces privés et des espaces publics réaménagés de telle sorte que « la surveillance par l’interconnaissance des résidents »3 est facilitée et encouragée.

2Un double questionnement a orienté cette recherche inductive. D’une part, il s’agit d’observer les relations entre ceux qui fournissent la « sécurité » et leurs « clients », les habitants à qui elle s’adresse. D’autre part, et de façon centrale, l’auteure s’intéresse au « principe du droit universel à la sécurité » et à l’enjeu de démocratisation de cette sécurité, dont elle cherche à montrer les limites notamment en soulevant le décalage entre les usages « théoriques » des dispositifs sécuritaires et les usages « sociaux » qui en sont faits en pratique. Il s’agit donc de comprendre les « aspirations plurielles en matière de sécurité, de ceux dont le droit à la parole est souvent confisqué » (p. 13) ; et ce afin que l’offre de sécurité soit adaptée à leurs besoins et attentes et constitue une plus-value dans leur existence plutôt qu’un obstacle supplémentaire. Le cadre théorique ici mis en place se situe à la croisée de la sociologie des techniques et de la sociologie de la prévention de la délinquance, le tout selon un angle d’approche interactionniste. L’enquête se base sur 75 entretiens approfondis auxquels s’ajoutent des observations directes, l’analyse de divers documents dits « confidentiels » et un questionnaire passé auprès de 167 résidents puis traité statistiquement à l’aide du logiciel SAS.

3L’ouvrage compte trois parties subdivisées en un total de dix chapitres. La première partie porte sur le rôle majeur aujourd’hui joué par la prévention situationnelle dans les quartiers d’habitat social, en France et aux États-Unis. On y trouve des réflexions méthodologiques et des explications portant sur la prévention situationnelle ainsi que quelques balises nécessaires pour comparer deux contextes nationaux distincts. Viennent ensuite deux monographies intitulées « Red Hook, déclin et survie d’un ghetto de Brooklyn » et « Robert Houdin : destins scellés, espoirs et désillusions au cours de la résidentialisation d’une cité parisienne ». L’intérêt majeur de l’ouvrage est sa focalisation sur les usagers que sont les habitants. Ceux-ci semblent être les laissés-pour-compte de ces dispositifs de prévention situationnelle (sas d’entrée, barrières, remplacement des clés pour accéder aux immeubles par des cartes d’accès, etc.) pensées pour lutter contre certains types de comportements et d’individus jugés nuisibles et/ou à risque (rassemblements de jeunes, bruit, saleté, trafics, etc.), aux dépens des usages et pratiques quotidiennes des habitants eux-mêmes. Ce phénomène est d’autant plus marqué que les techniques sont importées dans un nouveau contexte sans qu’y soient apportées des retouches au préalable.

4Ces deux monographies permettent d’observer la mise en œuvre de « techniques situationnelles » fort proches, malgré des différences notables entre les deux terrains étudiés, notamment en matière d’intensité de la violence. Ces dispositifs ne se soucient que peu de la « diversité des destinataires », ce qui en limite considérablement les chances de succès. De plus, ils portent souvent atteinte à la qualité de vie (accès entravé à son logement, espaces publics rendus moins praticables et utilisables par le réaménagement, etc.). La sécurisation des espaces aurait également un effet de « contamination », augmentant les craintes et la méfiance des habitants ; les dispositifs mis en place amèneraient ces derniers à penser qu’il y a un danger dont ils n’avaient pas nécessairement conscience jusqu’alors. Enfin, l’usager est rendu responsable du bon fonctionnement des dispositifs et doit se montrer coopératif. Néanmoins, tous les habitants ne se sentent pas investis de cette mission de sécurisation, voire n’ont pas toujours intérêt à s’y plier. Par exemple, certaines familles nombreuses bloquent le mécanisme de fermeture automatique des portes de l’immeuble pour pouvoir y entrer sans carte d’accès, étant donné le nombre limité de cartes attribuées par foyer, rendant du même coup le système inopérant. Dès lors, la méfiance devient un « mode d’organisation sociale » dans ces quartiers, les « mauvais usagers » étant montrés du doigt ; les autorités se déchargeant ainsi en quelque sorte de leurs responsabilités sur les individus eux-mêmes. Pour l’auteure, la prévention situationnelle « reproduit immanquablement les inégalités sociales à l’œuvre dans d’autres domaines » (p. 223).

5Il convient de noter que ce livre présente une recherche menée dans le cadre d’une thèse de doctorat en études anglophones (civilisation américaine) sous la direction de la politologue Sophie Body-Gendrot, soutenue par l’auteure il y a déjà sept ans, en 2007, et intitulée La mise en place de la prévention situationnelle dans le logement social à Paris et à New York. Ainsi, le peu de références bibliographiques postérieures à cette date donne à l’ouvrage un caractère un peu daté, sans que ce soit pour autant problématique. En effet, il est manifeste que l’auteure a mis à jour et adapté le texte de sa thèse de doctorat pour le présenter à un public élargi ; en témoignent, en plusieurs endroits, des références à l’actualité récente. L’ouvrage reproduit également huit photographies des quartiers étudiés, prises par l’auteure. Après deux grandes parties de l’ouvrage où la description occupe une place importante, la conclusion finale a le mérite de mettre de l’ordre dans les idées du lecteur et de présenter, de façon claire, les apports essentiels de la recherche. Au-delà des seuls chercheurs en sciences humaines, les acteurs publics et parapublics de la prévention situationnelle gagneraient à parcourir cet ouvrage qui interroge la relation entre ces techniques et leurs « bénéficiaires », mais aussi les effets inattendus qu’elles engendrent, faute d’avoir été conçues ou adaptées en tenant compte de ces derniers. Les habitants ne sortent pas gagnants de mesures qui se focalisent sur les individus et comportements « à risques » ; chercher à déloger ces derniers se fait aux dépens des autres usagers qui héritent ensuite d’aménagements peu accueillants et dysfonctionnels.

Haut de page

Notes

1 Véronique Levan, « La prévention situationnelle dans l’habitat social : lettre d’Amérique », Questions Pénales, XVIII.5, 2005, p. 1.

2 Oscar Newman, Defensible Space. People and Design in the Violent City, London, The Architectural Press, 1972.

3 Yankel Fijalkow, « Politiques urbaines », in Jean-Marc Stébé, Hervé Marchal (dir.), Traité sur la ville, Paris, PUF, 2009, p. 195.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Francou, « Véronique Levan, Ghettos urbains ? La sécurisation aux États-Unis et en France », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 10 octobre 2014, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15766

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page