Navigation – Plan du site

Howard Zinn, Se révolter si nécessaire. Textes & discours (1962-2009)

Thibault Scohier
Se révolter si nécessaire
Howard Zinn, Se révolter si nécessaire. Textes & discours (1962-2009), Marseille, Agone, coll. « Mémoires sociales », 2014, 514 p., Préface de Noam Chomsky, Avant-propos de Timothy Patrick McCarthy, Traduit de l'anglais par Celia Izoard, Philippe-Etienne Raviart et Frédéric Cotton, ISBN : 978-2-7489-0206-8.
Haut de page

Texte intégral

1Dans notre monde, « il y a des victimes, il y a des bourreaux et il y a des passants » (p. 40). Ces mots résument à eux seuls l’œuvre d’Howard Zinn. Toute sa vie, il a refusé de rester passif face aux atrocités du présent et de séparer son activité d’historien et son militantisme. Les vingt-six textes rassemblés par Agone incarnent parfaitement cette imbrication entre le travail de mémoire et la défense des êtres humains faits de chair et de sang. Ils frappent à la fois par leur diversité et par leur unité. Deux grandes thématiques traversent la production de Zinn : le combat contre une pseudo-neutralité au service de la politique du statu quo et la recherche d’une autre histoire, celle qui se forge par le bas et non par le haut.

  • 1 Au sujet des failles du concept de « neutralité axiologique », on peut lire l’excellent ouvrage d’I (...)

2Pour beaucoup de professeurs et de chercheurs, la séparation entre leurs activités scientifiques et l’activisme politique semble aller de soi. La « neutralité axiologique »1, c’est-à-dire l’apolitisme de l’enseignement et de la recherche, s’est imposée comme un impératif absolu et qu’on questionne rarement. Howard Zinn a consacré de nombreux articles à combattre cette posture intellectuelle qui trompe à la fois le public et ceux qui la pratiquent.

3Il rejette d’abord l’idée que l’histoire puisse jamais être neutre et explique au contraire que la construction de notre rapport au passé est toujours dépendante de notre présent. Concrètement, l’histoire comme discipline est aussi inscrite dans l’écoulement du temps et l’évolution morale, politique et culturelle des sociétés. Zinn dénie que, même si une histoire neutre était possible, il faudrait l’embrasser. Parce que le présent indigne le citoyen qui se trouve dans l’historien, celui-ci doit s’engager politiquement pour supporter les causes qui lui paraissent justes et se mettre au service des gens qui ne possèdent ni son savoir, ni un accès aisé au savoir.

4Ceux qui prétendent à la « neutralité » et à « l’objectivité » opèrent en réalité un choix politique en se désengageant du monde. Laisser faire, c’est participer ; il n’y a pas d’un côté des coupables actifs et de l’autre des coupables passifs, mais seulement des coupables, pourrait-on ajouter. Zinn démontre habillement dans son texte sur « Christophe Colon et la civilisation occidentale » (p. 127-152) comment l’histoire est en permanence mobilisée à des fins patriotiques et pourquoi l’historien qui accepte cet état de fait participe in fine à une entreprise politique de soutien à l’ordre établi. En effet, si les détenteurs de la science historique refusent de mettre leur connaissance au service des citoyens et de la cité, ils reconnaissent implicitement la normalité du système et lui permettent de se perpétuer.

5L’auteur ne se contente toutefois pas de critiquer une pratique, il propose et montre par l’exemple que l’histoire peut être exposée différemment et qu’elle peut servir les intérêts de la majorité, celle du peuple dans son acception première. Et cela passe par un changement radical de paradigme historique : au lieu de traiter perpétuellement dans les manuels et dans les livres d’histoire les mêmes faits consensuels, ceux qui se rattachent aux grandes guerres et aux grands hommes, il est nécessaire de parler des événements de l’ombre, du destin des radicaux et des marginaux, des pauvres et des groupes sociaux délaissés par l’histoire officielle, comme les Noirs, les femmes et les Amérindiens.

6Plutôt que d’évoquer seulement les succès des politiques de Roosevelt, Zinn met en lumière les ratés et les limites intrinsèques du New Deal ; plutôt que de condamner par défaut le mouvement abolitionniste ayant précédé la Guerre de Sécession, il explore les forces de sa diversité et son avant-gardisme ; plutôt que de louer une énième fois les qualités des Pères Fondateurs et la noblesse de la Guerre d’Indépendance, il s’intéresse aux réelles motivations des uns et des autres, ainsi qu’à tous ceux qui furent sacrifiés sur l’autel de la guerre.

7Pour cette seule raison, les différents textes de ce recueil son passionnants : ils parlent tous d’une histoire jusque-là souterraine et renversent souvent l’image des États-Unis qui est charriée par les programmes officiels. Le premier texte en particulier, « Qu’est-ce que l’histoire radicale ? » (p. 33-59), fonctionne comme un anti-manuel que tous les jeunes historiens devraient lire pour découvrir une manière originale de pratiquer leur discipline. L’article « Les marines et l’université » (p. 383-400), écrit pour prendre la défense d’un groupe d’étudiants qui a empêché l’armée états-unienne de recruter sur leur campus en pleine guerre du Vietnam, expose également une vision pédagogique originale où la rébellion et l’insoumission deviennent les valeurs centrales de l’enseignement supérieur.

8Le style de Zinn est particulièrement fluide et simple ; il déclare lui-même plusieurs fois que l’accessibilité aux productions historiques est une forme d’engagement. Quelques textes sortent un peu du lot : son tout premier écrit, publié en 1962, « La mystique du Sud » (p. 287-297), relève presque de l’essai philosophique, et « Le crime et la punition » (p. 273-286) est entièrement composé de témoignages de prisonniers et d’une de leurs épouses.

  • 2 Howard Zinn, La bombe. De l’inutilité des bombardements aériens, Montréal, Lux, coll. « Mémoire des (...)

9La publication de Se révolter si nécessaire s’inscrit dans la suite logique du travail de la maison d’édition Agone qui a déjà publié de nombreux ouvrages d’Howard Zinn : Une histoire populaire des États-Unis (2002), Le XXe siècle américain (2003), En suivant Emma (théâtre, 2007), Désobéissance civile et démocratie (poche, 2010), Karl Marx, le retour (théâtre, 2010) et enfin L’Impossible neutralité (autobiographie, 2013). Notons, pour être complet, la publication chez Lux de La bombe2 en 2011.

10Zinn est mort en 2010. Son œuvre se trouve dans un entre-deux inconfortable : il est trop tard pour que l’auteur rassemble lui-même ses œuvres complètes et trop tôt pour que des historiographes le fassent pour lui. Certains choix d’Agone peuvent ainsi embarrasser le lecteur : le livre pioche dans plusieurs recueils anglo-saxons sans que les motifs de la sélection soient toujours explicites et, surtout, les textes ne sont pas agencés chronologiquement mais d’après un ordre un peu artificiel selon lequel les plus petits documents sont rassemblés à la fin. Le travail de notes complémentaires (pour éclairer certains faits historiques ou culturels états-uniens), la préface de Noam Chomsky et le très éclairant avant-propos de Patrick McCarthy sur la réception des livres de Zinn contrebalancent toutefois largement ce flou éditorial.

11Dans notre monde, « il y a des victimes, il y a des bourreaux et il y a des passants ». Mais Howard Zinn semble oublier la dernière catégorie, celle qui le concerne directement, celle des héros de l’ordinaire et de tous ceux qui se battent pour un monde meilleur. Ce que l’ouvrage de Zinn veut nous rappeler c’est que, dans notre monde, il y aussi des rebelles et qu’ils sont indispensables.

Haut de page

Notes

1 Au sujet des failles du concept de « neutralité axiologique », on peut lire l’excellent ouvrage d’Isabelle Kalinowski : Leçon wébérienne sur la science et la propagande, Paris, Agone, coll. « Banc d’essais », 2005 ; compte rendu de Philippe Roman pour Lectures : http://lectures.revues.org/303.

2 Howard Zinn, La bombe. De l’inutilité des bombardements aériens, Montréal, Lux, coll. « Mémoire des Amériques », 2011 ; compte rendu de Laurent Erbs pour Lectures : http://lectures.revues.org/6695.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thibault Scohier, « Howard Zinn, Se révolter si nécessaire. Textes & discours (1962-2009) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 10 octobre 2014, consulté le 15 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/15767

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page